La Côte d'Azur de Menton et du cap Ferrat vue de la frontière avec l'Italie

4. Le Carnet du voyage de Turner de Gènes à Grenoble

J’ai choisi de présenter ce carnet, bien que ce ne soit pas le plus facile à décrypter, parce qu’il contient la page de dessin présentée dans le 1er article de ce carnet (voir). C’est un gros morceau (223 pages) qui permet de suivre Turner au cours d’un voyage de retour vers la France et l’Angleterre, en 1837-38 (?). Le trajet est maintenant bien connu (Courtot, ) mais la date prête encore à débat (nous verrons ce problème plus loin, voir C2), et les pages de ce carnet sont encore pleines d’inconnu, de dessins non identifiés.

Caractéristiques techniques du carnet :

Ce carnet peut être consulté intégralement sur le site internet de la Tate gallery, sous :Mais ne bénéficie pas du contraste possible de l’image
http://www.tate.org.uk/art/sketchbook/genoa-to-grenoble-sketchbook-65923
Finberg (repris par Guillaud), transcrit les notes de la 2e de couverture :
3. Genoa to Grenoble (écrit de la main de Turner : Il y aurait peut-être deux carnets précédents pour ce voyage ?)
No.175 C.Turner (n° et signature de l’endossement par l’éxécuteur du legs)
Il y porte le n° du carnet dans le classement chronologique : CCXCV
S’y ajoute au crayon deux annotations : « C.L.E » et « N1/2 » ( ?)
Ce carnet de 14,4 x 9,9 cm porte un filligrane italien : Fratelli & Avondo, signe que le carnet a été peut-être acheté à Gènes au départ de l’itinéraire. Ce carnet a pu être fabriqué par les frères Avondo à Serravalle (Alpes piémontaises), bien connus comme imprimeurs et éditeurs de cartes à jouer, en particulier de tarot.
La 3e de couverture porte un dessin à l’italienne d’un village perché (non identifié) en pente et une adresse de la main de Turner : Strada ponte riatel 3 ( ?)

L’itinéraire

Le choix de Turner a été ici original, car ses retours d’Italie se faisaient en général par la route classique du grand Tour, c’est-à-dire par les Alpes Françaises ou Suisses : cette fois il a préféré une route qu’il connaissait déjà par la côte ligurienne et provençale jusqu’à Cannes, pour innover ensuite, en rejoignant Grenoble et la route de Paris par la Provence intérieure, la vallée de la Durance jusqu’à Gap et la route qu’avait suivi Napoléon à son retour de l’ïle d’Elbe. Une des feuilles de son carnet porte d’ailleurs la suite des étapes de son itinéraire de Gènes à Nice, avec l’amorce de sa première intention de suivre la route de Napoléon depuis Golfe Juan, intention donc abandonnée pour la route plus facile de la Provence et de la Durance. En 1838, l’aménagement de la route royale à travers les Préalpes de Grasse et de Castellane était à peine commencé : son profil très heurté allait étaler les travaux nécessaires de 1834 à 1857, ce qui explique la décision prise par le peintre. Cet itinéraire a été reconnu en premier par Finberg, et repris par Maurice Guillaud, mais ni l’un ni l’autre n’ont identifié le trajet à travers la Provence intérieure, entre Cannes et Aix-en-Provence. Avec l’aide de mon collèque géographe de l’Université de Provence, André de Reparaz, j’ai pu reconnaître le passage de Turner à Aix-en-Provence, en observant les pages de ce carnet, ou nous avons reconnu par exemple le cours Mirabeau et le clocher de l’église Saint-Jean-de-Malte (Courtot,2008). La carte de la figure 2) restitue donc dans son ensemble l’itinéraire provençale et alpin illustré jusqu’à Grenoble.
En fait Turner a choisi l’itinéraire classique de la Provence intérieure, par le grand chemin d’Italie (celui qui est devenue la fameuse « nationale 7 ») vers Aix-en-Provence, puis la vallée de la Durance par Sisteron : il a ainsi rejoint la route des Alpes et par Gap et le col Bayard gagné Vizille puis Grenoble. De là il retrouvait une route vers Lyon et Paris déjà pratiquée lors de voyages précédents. C’est l’étude détaillée de la partie centrale du carnet, entre Cannes et Sisteron, qui m’a permis de reconnaître la ville d’Aix-en-Provence sur les deux pages D29547 et D29548 (avec la collaboration d’un collègue géographe, le professeur André de Reparaz) (Courtot, 2004 et 2006), et de rétablir ainsi l’itinéraire de Turner dans toute sa longueur (voir carte de l’itinéraire, figures n°1 et 2). Cela m’a permis de fournir des localisations précises et des identifications nouvelles, qui sont venues s’ajouter à celles déjà proposées par Maurice Guilloux (voir Annexe documentaire)

Sketch Map of Coast, between Finale and Nice circa 1835-40 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D29589
Sketch Map of Coast, between Finale and Nice circa 1835-40 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D29589

Cette carte de toponymes rédigée par Turner est curieuse, car elle figure à la feuille 112 du carnet, dans les dernières pages. On peut penser qu’il a copié cette page sur une carte au départ de Gènes, pour noter les noms de tous les endroits où il allait passer sur la côte ligure, et qu’il envisageait alors de gagner Grenoble à partir de Grasse par la route la plus courte, celle qu’avait suivit Napoléon. Dans sa hâte, il a noté les suites d’agglomérations qu’il allait traverser sans se préoccuper de leurs situations respectives dans l’espace: 4 suites se superposent sans beaucoup d’ordre en travers de la page. Le titre qui figure sur le catalogue de la Tate Gallery ne prend en compte qu’une section de l’itinéraire noté sur la carte jusqu’à Nice: en réalité la carte scripturaire va de Cornigliano (ouest de Gènes) dans l’angle inférieur droit de la page, jusqu’à Castillane dans l’angle supérieur gauche (cf.fig.2). La ligne de côte est figurée de façon approximative pour la deuxième partie de l’itinéraire (Finale-Diano Marina) et dans la quatrième pour Menton-Nice (avec un agrandissement de l’échelle pour les caps, et une île pour la presqu’île de Monaco).

L'itinéraire du voyage de Turner de Gènes à Nice est recopié en 5 sections superposées dans le désordre
L’itinéraire du voyage de Turner de Gènes à Nice est recopié en 5 sections superposées dans le désordre


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *