Fig.2 : Copie-esquisse de la page 80a du carnet CCXCV « De Gènes à Grenoble », réalisée par Roland Courtot à partir du dessin de Turner D29535 de la figure 1.

1. Une introduction aux carnets de voyage de William Turner

Bandeau: Croquis de Turner à Cannes, dessin  RCourtot d’après Turner (D29535 CCXCV-80a, voir  figure 1 ci dessous)

Pour entrer dans le monde des carnets de voyage de William Turner, le plus simple est de regarder une page d’un de ses carnets, et de l’analyser ensemble.  J’ai choisi une page du carnet CCXCV « De Gènes à Grenoble » que Turner a utilisé lors d’un voyage de retour d’Italie vers la France et l’Angleterre, à l’automne d’une année située entre 1835 et 1840 (la date exacte pose problème, et nous en discuterons plus loin). Cette œuvre est visible sur internet : http://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-on-coast-d29535, car la Tate Gallery, dépositaire du legs que le peintre Turner a fait de son œuvre, à sa mort, au « peuple britannique », l’a numérisé et mis en ligne sur son site internet.

Joseph Mallord William Turner, On Coast, c.1835–40, ©Tate Gallery, Londres, ©Tate photo Legs Turner CC-BY-NC-ND (3.0 Unported)
Joseph Mallord William Turner, On Coast, c.1835–40, ©Tate Gallery, Londres, ©Tate photo Legs Turner CC-BY-NC-ND (3.0 Unported). http://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-on-coast-d29535

Fig.1 : L’image est accompagnée de l’indexation suivante  :

  • Joseph Mallord William Turner 1775–1851
  • On Coast = Sur une Côte (Ce titre a été donné par Finberg sans localisation précise)
  • c.1835-40 = date approximative du voyage : en fait nous verrons plus loin que cette datation est en cours de précision, avec de nouvelles hypothèses
  • Medium : graphite on paper = crayon sur papier
  • Part of  Genoa to Grenoble Sketchbook = Carnet de Gènes à Grenoble (titre Finberg)
  • Dimensions : Support : 146 x 103 m
  • Collection : Tate
  • Acquisition : Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 = acceptée par la nation comme faisant partie du legs Turner 1856
  • Reference : D29535 = numéro dans le catalogue général de la Tate gallery
  • Turner Bequest CCXCV 80 a = Numérotation Finberg du leg Turner en chiffres romains pour le carnet, en chiffres arabes pour la feuille, a (= recto) et b (= verso) pour la page

Les croquis de Turner dans cette page de carnet

Fig.2 : Copie-esquisse de la page 80a du carnet CCXCV « De Gènes à Grenoble », réalisée par Roland Courtot à partir du dessin de Turner D29535 de la figure 1.
Fig.2 : Copie-esquisse de la page 80a du carnet CCXCV « De Gènes à Grenoble », réalisée par Roland Courtot à partir du dessin de Turner D29535 de la figure 1.

Titre  proposé pour “Tate, D29535 (CCXCV 80a)”: Série de croquis à Cannes (le mont Chevalier, l’Estérel)

Les numéros des croquis renvoient à l’analyse de l’image dans le texte (voir ci-dessous)

Sur le site de la Tate gallery, cette page porte un titre succint : « Sur la côte », qui est celui du catalogue raisonné de l’œuvre de Turner par Finberg. Il en est de même pour l’ensemble du carnet : la Tate gallery reprend les titres donnés par Finberg, dont beaucoup n’identifient pas des lieux précis (Finberg, 1909, II, p.952-956)

Ce carnet correspond donc à un voyage réalisé dans les années 1835-1840 entre Gènes et Grenoble par Nice et Aix-en-Provence, lors d’un retour d’Italie vers la France et l’Angleterre ; à Grenoble Turner reprend la route de Lyon et de Paris vers Calais et Douvres. Mais cette page est restée non localisée jusqu’à notre étude de l’itinéraire provençal du peintre (Courtot, 2006) : cet itinéraire a été étudié de près pour la première fois par Maurice Guillaud à l’occasion de l’exposition « Turner en France », mais il n’a pas fourni d’identification nouvelle pour ces croquis (Guillaud, 1982). En partant du dernier croquis identifié par lui sur cet itinéraire, le village de Cagnes sur mer une page auparavant, nous avons aisément trouvé sur la page étudiée des correspondances avec le village suivant sur la route du littoral que suivait Turner, à savoir Cannes.

On est d’abord frappé par la quantité de dessins que Turner inscrit dans un si petit espace : 5 sur une feuille de 10,3 sur 14,6 cm. Turner utilisait ce genre de carnet, qu’il tenait dans sa poche, lorsqu’il n’avait le temps de s’arrêter pour dessiner : il avait coutume de dessiner en voyage le plus souvent possible, et d’enregistrer des croquis schématiques dans toutes les conditions possibles, en marchant, depuis la voiture ou le bateau qui le transportait…

Dans le cas présent, le centre de la page (1) est occupé par un schéma du village perché de Cannes sur le Mont Chevalier (appelé populairement « le Suquet » = la petite pointe) vu depuis la plage de la Croisette (c.a.d. de l’Est, puisque Turner arrive de Nice en suivant la côte). Il est surmonté de l’église Notre-Dame-de-l’Espérance à droite et du château (l’Alicastre) à gauche : c’était le village remparé qui dominait la plage où les pêcheurs tiraient leurs barques, et les marins leurs tartanes. Des croquis entourent et complètent cette vue générale : en 2, 3 et 4 des profils rapprochés des murailles et du château, vus depuis le bord de mer ; du SE en 2 , du NE en 3 (on aperçoit les antennes et les mats des tartanes dans le port), de l’O en 4. En 5 (inversé) c’est un profil schématique du massif de l’Estérel, qui se dresse à l’horizon ouest de Cannes, dessiné depuis le haut du Mont Chevalier. Les différents points de vue que Turner a adoptés pour réaliser les croquis de cette page de carnet peuvent être donc reportés sur un plan de Cannes (cf. fig.3).

Fig.3 : Plan cadastral « napoléonien » de la ville de Cannes, 1813 Source : Archives départementales des Alpes Maritimes (Cote : 25FI 029/1/F Année : 1813, Format : 59x92 cm, Echelle : 1/2500) http://www.basesdocumentaires-cg06.fr/archives/indexCAD.php
Fig.3 : Plan cadastral « napoléonien » de la ville de Cannes, 1813 : les points de vue des dessins de Turner sont indiqués par des flèches orientées.
Source : Archives départementales des Alpes Maritimes (Cote : 25FI 029/1/F Année : 1813, Format : 59×92 cm, Echelle : 1/2500)
http://www.basesdocumentaires-cg06.fr/archives/indexCAD.php

L’agglomération vue par Turner une vingtaine d’années plus tard ne doit pas être très différente de celle cadastrée en 1813 . A cette date, la colline du Suquet n’est occupée que par le château et l’église, mais c’est elle qui intéresse le peintre ;  le Bourg qui trouve son origine sur la pente nord de la colline et qui s’étale vers l’est le long de la marina et de la plage ne retient pas son attention.

Ce n’est pas la seule page consacrée à Cannes sur ce carnet : deux autres pages, un verso et un recto se faisant face à l’italienne (81a et 82 , D29537 et 29538), présentent un ensemble de schémas plus ou moins entremêlés du Suquet (église et château) vu en contre plongée sous différents angles : le mur d’enceinte sud, le donjon et les tours y sont bien visibles. Les points de vue sont tous pris depuis le cap au sud de l’ensemble fortifié, ce qui complète graphiquement le tour du site commencé sur la page 80a (fig.2). Les deux pages sont traversées et reliées de gauche à droite par un panorama qui englobe le mont Chevalier et la baie orientale de Cannes jusqu’au front des Préalpes de Grasse à l’horizon nord (fig. 5 et 6). Le premier panorama en haut de la page de gauche enregistre la  présence de la chapelle Saint-Pierre, à la pointe sud du cap formé par le Suquet. Cette chapelle, vendue à un particulier sous la Révolution française, a été détruite en 1882. Elle est encore visible sur les photographies de Charles Nègre prises à Cannes dans les années1852-1860 (Nègre, 1991), qui ont été un auxiliaire précieux de mes visites sur le terrain pour identifier les croquis “entrelacés” de Turner: le photographe a parfois repris sans le savoir les mêmes points de vue que le peintre.

Cannes: le Mont Chevallier photographié par Charles Nègre depuis la plage de la Croisette (DR)
Fig.4: Cannes: le Mont Chevalier photographié par Charles Nègre depuis la plage de la Croisette (DR)

Cette image correspond à peu près au panorama que Turner a pu voir à son arrivée dans la baie de Cannes, avant les grands changements de l’arrivée du chemin de fer et les premiers touristes dans la seconde moitié du 19e siècle. Au premier plan l’avenue de la Croisette n’est encore qu’un chemin qui borde la plage. Au second plan le Suquet est couronné par le château et l’église,  le clocher de la chapelle Saint-Pierre est encore visible au bout de la presqu’île et l’horizon ouest est fermé à gauche par le massif de l’Estérel, et à droite par celui du Tanneron.

Dans la figure 6, la page du carnet  présente le même panorama en deux parties superposées ; elle porte en outre un premier dessin seulement mis en place à gros traits avant d’être abandonné et recouvert par les croquis suivants, et qu’on ne peut identifier : peut-être une vue rapprochée de l’ensemble fortifié ?

Fig.4 : Deux croquis et un panorama du Suquet à Cannes D29537 Turner Bequest CCXCV 81 a On Coast ©Tate Gallery, ©Tate photo CC-BY-NC-ND (3.0 Unported) http://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-on-coast-d29537
Fig.5 : Deux croquis et un panorama du Suquet à Cannes
D29537 Turner Bequest CCXCV 81 a On Coast
©Tate Gallery, ©Tate photo CC-BY-NC-ND (3.0 Unported)
http://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-on-coast-d29537
Fig.5 : Un panorama du Suquet et de la baie de Cannes en deux parties superposées D29538 Turner Bequest CCXCV 82 On coast ©Tate Gallery, ©Tate photo CC-BY-NC-ND (3.0 Unported) http://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-on-coast-d29538
Fig.6 : Un panorama du Suquet et de la baie de Cannes en deux parties superposées
D29538 Turner Bequest CCXCV 82 On coast
©Tate Gallery, ©Tate photo CC-BY-NC-ND (3.0 Unported)
http://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-on-coast-d29538

Ces pages sont illustratives de quelques façons dont Turner usait de son crayon et de ses carnets en voyage : enregistrer graphiquement, même très sommairement, des formes et des notations des paysages traversés, en remplissant ses pages au maximum, en allant « à la ligne » pour les panoramas trop vastes (comme pour l’écriture d’un texte), ou en débordant sur la page voisine. A Cannes il n’a eu que le temps de faire des croquis pendant une halte de la voiture qui le transportait, mais il a pris  soin de tourner autour du site qui l’intéressait, et de monter à son sommet pour embrasser le tour d’horizon qu’il domine (mini-profil de l’Estérel, n°5 de la figure 2) . Nous retrouverons cette boulimie de croquis tout au long des itinéraires du peintre, en même temps que nous pourrons étudier d’autres caractères de cette façon de mémoriser sur le papier ses impressions au cours de ses nombreux voyages.

Roland Courtot, TELEMMe, MMSH, AMU, avril 2018

Bibliographie :

Courtot R., (2006) : « Un itinéraire méconnu de Turner en Provence », Provence historique, n° 223, Fédération Historique de Provence, Marseille, p. 91-102 , [texte intégral : http://provence-historique.mmsh.univ-aix.fr/n/2006/Pages/PH-2006-56-223_05.aspx]

Finberg A.J. (1909) : A complete inventory of the Drawings of the Turner Bequest, 2 vol., The National Gallery, Londres.

Guillaud J. et M. (1981) : Turner en France , Centre culturel du Marais, Paris, 638p.

Nègre J. (1991): La Riviera de Charles Nègre (Premières photographies de la Côte d’Azur, 1852-1865), Edisud/TAG-Motifs, Aix-en-Provence/Spéracèdes, 1991, non paginé.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Roland Courtot (17 avril 2018). 1. Une introduction aux carnets de voyage de William Turner. Carnets de voyage de Turner. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/magj


Une réflexion sur « 1. Une introduction aux carnets de voyage de William Turner »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.