Le bourg de Caprarola vu du balcon du palais Farnese aquarelle RCourtot 2010

12. Vers Rome : « Carnet de Viterbe et Ronciglione » (TB CCXXXVI)

 

Bandeau: Le bourg de Caprarola vu du balcon du palais Farnese, le Mont Soracte à l’ horizon sud-est (aquarelle RCourtot, 2010, voir dans le texte D21841 CCXXXVI 43a Tate Gallery)

Caractéristiques techniques du carnet :

Finberg (1909, II, p.23) 

CCXXXVI : Viterbo and Ronciglione sketch book»

Inventaire 173

Carnet de croquis, relié en tissus vert

Endossement de l’exécuteur : « No. 174

(Signé)  C. Turner »

Filigrane, »

Taille de page : 4 7/8 x 6 1 /1 3/6

Les feuilles ont été numérotées et séparées. Les « Feuilles Inférieures » suivantes étaient dans un dossier seules : 1, 11, 23, 24, 25, 26, 27, 30, 31, 34, 35, 36, 37, 38, 39, (15 en tout).

Il y a quelques croquis sur l’intérieur des deux couvertures ; parmi eux, un croquis  du « Palazzo Masano »(?) et une vue de « Caprarolo »(Capraprola ?, près de Ronciglione)

(note de l’auteur : » Caprarolo » désigne effectivement la ville de Caprarola)

Itinéraire d’Orvieto à Nepi

Ce carnet contient des croquis relevés dans la dernière partie du voyage de 1828 vers Rome, après l’étape importante d’Orvieto. Turner continue de suivre la via Francigena, qui reprend en partie le tracé de la voie romaine Cassia : les principales étapes en sont alors pour lui Bolsena, Montefiascone, Viterbe et Ronciglione, dans la région volcanique des Monts Sabins, avant de traverser la Campanie et de pénétrer dans la Ville par le Corso di Francia….Deux détours le mènent à Caprarola après Viterbe, et à Nepi après Ronciglione. C’est cet itinéraire que j’ai moi-même suivi pas à pas en 2011, et le long duquel j’ai pu reconnaître un grand nombre de sites qui avaient été certainement reconnu par Cecilia Powell lors des recherches de terrain pour sa thèse d’histoire de l’art (voir Powell, : « Turner in the south », Yale University Press, 1987), mais qui n’étaient toujours pas transposés dans le catalogue en ligne de la Tate gallery, qui suivait celui de Finberg. Dans le catalogue de la Tate, ce carnet a vu les titres de ses pages connaître récemment un excellent rajeunissement dont l’auteur n’est pas signalé, et de très nombreuses dessins y sont enfin correctement identifiés. C’est pourquoi mon annexe documentaire ne comportera que les pages qui n’y auront pas été encore identifiées (Je n’ai jusqu’ici pas pu consulter l’exemplaire multigraphié de soutenance de la thèse de Cecilia Powell, qui comporte certainement un grand nombre de ces identifications).

Quelques pages intruses au début

Lors d’une relecture récente, les premières pages de ce carnet m’ont réservé une surprise, qui a été pour moi une bonne surprise : l’identification de deux pages, qui étaient restées depuis longtemps inconnues. Des quatre premières pages, deux présentent des dessins dont les sites apparaissent comme hors de propos avec l’itinéraire concerné (je ne présente pas la première page, dont l’esquisse est trop sommaire pour que j’aie pu y reconnaître quoi que ce soit):

D21767 : Lyon : la ville ancienne sur la rive droite de la Saône, vue depuis le pont du change : La cathédrale Saint-Jean, la passerelle en bois et le pont
Fig.1: Town, with River and Bridges circa 1828-9 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D21767 CC-BY-NC-ND (3.0 Unported)

Fig.1 : Tate D21767 CCXXXVII 2 : Lyon : la ville ancienne sur la rive droite de la Saône, vue depuis le pont du change :  La cathédrale Saint-Jean, la passerelle en bois et le pont

D21768 : *Montefisacone : deux panoramas de la ville perchée, vus en contre haut depuis leNE) *Lyon : le côté gauche d’un panorama de la ville ancienne et de la colline de Fourvière, vus depuis la rive gauche de la Saône (la presqu’île) (associé à D21767)
Fig.2:, with River and Bridges; Two Sketches of Montefiascone circa 1828-9 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D21768 CC-BY-NC-ND (3.0 Unported)

Fig. 2: Tate D21768 CCXXXVII 2a: Montefiascone, deux croquis de la ville depuis le NE, Lyon : fin du panorama de la ville ancienne et de la colline de Fourvière de la page suivante (D21769 CCXXXVII 3)

D21769 :Lyon : le pont au Change sur la Saône entre la Presqu’île et la ville ancienne, celle-ci dominée par la colline de Fourvière. La vue est prise depuis la rive gauche de la rivière, à l’aval du pont
Fig.3:, with River and Bridges circa 1828-9 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D21769 CC-BY-NC-ND (3.0 Unported)

Fig. 3 : Tate D21769 CCXXXVII 3: Lyon : le pont du Change sur la Saône entre la Presqu’île et la ville ancienne, celle-ci dominée par la collline de Fourvière. La vue est prise depuis la rive gauche de la rivière, à l’aval du pont et à l’angle d’une maison ancienne dont l’angle incurvé a été reconnu sur une photo du 19esiècle (voir figure 4) (idem pour l’escalier qui descend à la rivière sur le côté aval du premier pilier E du pont pour permettre aux passagers d’embarquer sur un bateau de rivière)

Un déclic s’est produit dans ma mémoire visuelle en regardant la figure 1 (CCXXXVI 2), où j’ai cru reconnaître le site de Vienne (France) grâce au pont et à la cathédrale sur et au bord du Rhône, un lieu devant lequel Turner était passé en bateau dans la partie française de ce même voyage. Il est visible que les deux pages suivantes représentent le même site. Me voici donc sur le géoportail d’ IGN France pour les images verticales et obliques et sur  « streeview » de Google earth, puis à la recherche de gravures et de cartes postales anciennes sur un serveur d’internet. Rapidement je me rends compte que la nef de la cathédrale est trop courte pour être celle de Vienne, particulièrement longue…Je pensai alors à Lyon, dont le site de la Saône, des ponts, et de la cathédrale présente beaucoup d’affinités avec celui de Vienne. Mais dans ce cas, problème : les ponts de Lyon ont  été détruits et reconstruits depuis le temps de Turner. Et là, coup de chance, une photographie trouvée sur Gallica me confirme que le pont dessiné sur la page correspond bien au pont du Change de Lyon, qui a été détruit définitivement en 1974..

Lyon: Le pont au Change sur la Saône
Fig. 4: Lyon: Le pont du Change sur la Saône
Les deux détails qui ont permis d’identifier la figure 3 sont bien visibles, mais l’appontement pour le bateau de passagers au pied aval du premier arche du pont a disparu sur cette photo du début du 20e siècle publiée dans le Monde illustré de17 décembre 1921 par le géographe Maurice Zimmermann (Université de Lyon)
source: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62049231/f10


Turner et la géographie du Latium

Dans cette dernière partie de son itinéraire vers Rome par la via Francigena à travers le Latium, Turner est confronté à deux influences paysagères remarquables, l’une géographique, l’autre historique, l’une physique, l’autre humaine. Il entre dans le domaine du volcanisme de l’Italie centrale, représenté par les grands édifices des Monts Sabins au nord de Rome : les anciens cratères sont occupés par des lacs ceinturés par les bords des cônes, autour desquels s’étendent en pente adoucie de grands épanchements épapis et réguliers de débris plus ou moins consolidés, tufs, cinérites, ignimbrites. L’érosion postérieur y a creusé des ravins rayonnants profonds (les fossos) inclus dans le réseau hydrographique du Tibre. Il entre aussi dans les Etats Pontificaux, où les lieux du pouvoir, les châteaux, les monuments, les villes portent l’empreinte d’un pouvoir, religieux plus que civile, encore que la papauté a été entourée d’un certain nombre de grandes familles seigneuriales. 

Ce carnet est peu épais, les dessins sont souvent mélangés, et traités rapidement, alors que le format paysage et la taille des pages auraient permis des dessins plus achevés. Peut-être, sentant le but du voyage proche, Turner était-il encore plus pressé d’arriver à Rome. A plusieurs reprises cependant il a fait une série de croquis en chaine, lors de courtes étapes, qui fournissent la preuve de l’intérêt que le peintre y a trouvé et permettent de le suivre presque pas à pas sur le terrain.

Trois étapes nous fournirons la preuve de l’intérêt que le peintre y a trouvé par les croquis de son carnet.

Caprarola et le palais Farnèse

Une étape qui figurait dans tous les guides en usage sur le Grand tour : cette résidence a été construite sur les pentes du volcan dont le cratère est occupé par le lac de Vico à 510 m d’altitude. Le choix du site a favorisé les vues lointaines sur le Latium : le palais est adossé à la montagne qui lui fournit ses eaux, à l’amont du bourg perché sur une ligne de crête orientée N-S entre deux ravins. L’architecture octogonale particulière est le résultat d’un double projet : une forteresse fermée commandée par Alexandre Farnèse en 1520 parle futur pape Paul III, alors qu’il n’était encore qu’Alexandre Farnèse, et transformé après 1540 en palais de la Renaissance par son petit-fils, autre Alexandre Farnèse.

Turner y parvient par la route de Viterbe à Ronciglione, qui longe le bord oriental du cratère volcanique occupé par le lac de Vico et l’ancienne cheminée du mont Venere : au passage il en fait quelques profils topographiques (Turner : D21770, D21839 et D21840). A l’est du lac il emprunte une petite route qui descend sur quelques km vers Caprorola : il est hors du grand chemin vers Rome, et circule donc pour cela dans une voiture particulière, ce qui lui permet tous les détours et les arrêts qui lui conviennent. Lorsqu’il arrive en vue du Palais, qu’il découvre par l’arrière car sa façade principale est tournée vers le sud-est, il en fait plusieurs croquis de plus en plus proches (Turner : D21772, D21773, D21774). Puis il abandonne la route à quelques centaines de m du but, et se lance dans une marche d’approche tout autre (à pied ou en voiture ?) : il descend dans le ravin qui borde le bourg à l’ouest, ce qui lui procure deux panoramas en contre plongée sur l’ensemble du site, palais et bourg perché sur une  crête pentue (D21776 et D21777). Il arrive ainsi au pied sud de la ville, et remonte par la rue droite (qui suit la ligne de crête) jusqu’à la place triangulaire dominée par le palais : une vue de la rue droite dans le sens de la descente (Turner : D21771) un croquis frontal du palais en D21778. Plutôt que d’aller directement au palais sans aucune cérémonie, Turner s’est imposé une marche d’approche qui a recherché les meilleures perspectives pour aborder dignement ce monument comme il le méritait. Son plan octogonal, sa cour intérieure, ses jardins, la villa « Palazzina » et son escalier d’eau…tout y retient l’attention. Turner a-t-il eu le temps d’admirer les peintures à fresque des plafonds de l’étage principal (et dans quel état de conservation se trouvaient-elles ?), celles-ci ont retenu l’attention des géographes, comme le souligne J.-M. Besse  in« BESSE Jean-Marc, 2003, Face au monde. Atlas, jardins, géoramas, Paris, Desclée de Brouwer, Coll. “Arts et esthétique”, 244 p. ». Il faut ensuite aller au bout du carnet pour retrouver quelques dessins du lac de Vico (D21839) et une petite réussite graphique de Turner sur le verso de la page 43. 

photographie RCourtot destinée à illustrer le passage du peintre William Turner en 1828 lors de son voyage vers Rome (Turner sketchbook CCXXXVI)
Fig.5: Le palais des Farnese à Caprarola, vu en contre plongée depuis les terrasses qui dominent la ville: la façade principale orientée au sud-est vers le Latium (photo RCourtot 2010)
William Turner (1828): la terrasse du Palais Farnese à Caprarola et l'esquisse de l'escalier intérieur circulaire de Vignola, Tate gallery, Londres, D21841 CCXXXVI 43a
Fig. 5: a) View from Palazzo Farnese, Caprarola; (b) Vignola’s Circular Staircase in Palazzo Farnese, Caprarola circa 1828-9 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D21841 CC-BY-NC-ND (3.0 Unported)

William Turner (1828):, La terrasse du grand escalier extérieur du palais Farnèse à Caprarola, le village et le paysage vers le sud (l’arrière plan du croquis, la rue principale du village et le Mont Soracte figurent sur l’aquarelle du bandeau de cet article, dessinée par l’auteur depuis le grand balcon en façade du palais). Au dessous et à l’envers: esquisse de l’escalier tournant à l’intérieur du palais. D21841 CCXXXVI 43a Tate Gallery

Avant de pénétrer dans le palais, Turner a pris la peine de dessiner sur une demi-feuille un croquis qui combine une scène de genre et un paysage. Au premier plan trois voitures à deux roues, sortes de petits cabriolets, peut-être destinées à transporter les touristes venus visiter le château : l’une d’elles, à laquelle un âne est attelé, est occupée par une dame à chapeau « cabriolet » (une touriste anglaise peut-être?). La vue de la balustrade s’ouvre sur la rue principale du bourg, la rue droite, bordée à gauche par la cathédrale Saint-Michel-Archange et l’horizon va vers le SE jusqu’au Mont Soracte et aux Monts Sabins. Au dessous le peintre a ébauché la forme de l’escalier tournant situé à l’intérieur du palais, seule trace, avec le plan octogonal esquissé sur la 3e de couverture du carnet, de sa visite à l’intérieur de l’édifice.

Ce tableau identifie l'esquisse de l'escalier circulaire du palais Farnese à Caprarola sur la page 43a du carnet CCXXXVI de William Turner
Fig. 6: Hubert Robert (2e moitié du 18ème siècle): l’escalier tournant à ‘intérieur du palais Farnese à Caprarola, Musée du Louvre source: Wikimedia commons

Ce tableau identifie l’esquisse de l’escalier circulaire du palais Farnese à Caprarola sur la page 43a du carnet CCXXXVI de William Turner

Ronciglione et le Rio Vicano

Le site de ce gros bourg est voisin de celui de Caparola : il est installé sur l’éperon de confluence de deux ravins sur le flanc est du même volcan et s’allonge sur le rebord du plus important d’entre eux, le rio Vicano. Turner n’a dû y faire qu’un court arrêt car une dizaine de pages seulement le documente. Dans ce cas, en l’absence de monuments remarquables, c’est le site lui-même, dû à la position topographique particulière, qu’il a mis à profit. Il est descendu dans le ravin principal à l’aval du bourg et a remonté à pied son cours à sec vers l’amont pour en capter des vues en contre plongée, celles qui exagèrent les hauteurs et les reliefs, favorisés par la profondeur du ravin et la verticalité de ses versants entaillés dans les tufs et les ignimbrites (carte géologique au 1/100.00en°143, Bracciano, 1971, ISPRA). Les pages D21779 à 21787 égrènent ainsi des sites qui ne sont vus que du fond du ravin. Les derniers croquis sont tellement hâtifs que sur la figure n°7, la page D21785 n’a pas pu être localisée car elle porte trois profils superposés dans des sens différents, qui n’ont pu être définis à part la silhouette du Dôme (témoignage de la hâte perpétuelle du voyageur Turner).

Itinéraire de William Turner à Ronciglione (1828 dessin RCourtot): dans le ravin du rio Vicano, les points de vue des pages Tate D21779 à 21786 (seules les deux derniers chiffres sont indiqués) du carnet CCXXXVI ont été localisés (seule manque la page D21785) et décrivent le cheminement du peintre.
Fig.7: Itinéraire de William Turner à Ronciglione (1828 dessin RCourtot): dans le ravin du rio Vicano, les points de vue des pages Tate D21779 à 21786 (seules les deux derniers chiffres sont indiqués) du carnet CCXXXVI ont été localisés (seule manque la page D21785) et décrivent le cheminement du peintre.
William Turner (1828): Ronciglione, la ville historique et le Dôme vus de l'aval du ravin du rio Vicano , tate gallery D21781 http://www.tate.org.uk/art/work/D21781
Fig.8 : Ronciglione circa 1828-9 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D21781 CC-BY-NC-ND (3.0 Unported)

Fig. 8:  William Turner (1828):Ronciglione: La ville historique vue depuis la confluence du ravin du Rio Vicano vers l’amont, au pied du rocher de Santa Maria Provvidenza (vers le N) Tate D21781 CCXXXVI-9

William Turner (1828): Ronciglione , la ville historique perchée à la confluence des ravins, l'église Sainte-Marie-de-la-Providence à gauche,le Dôme à droite, Tate Gallery, D21782 CCXXXVI-
Fig. 9: Looking towards the Dome and Campanile of the Cathedral; Sketches of the Dome and Campanile circa 1828-9 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D21782 CC-BY-NC-ND (3.0 Unported)

Fig.9: William Turner (1828):Ronciglione: a La ville historique et le Dôme de la cathédrale (côté Est) vus du ravin du Rio Vicano vers l’amont b détails : Porte de Rome, Dôme et clocher de la cathédrale Tate D21782 CCXXXVI 9a

Ronciglione:Le Dôme et son clocher vus du fond du ravin bordier du centre de la ville
Fig. 10: Ronciglione: Le Dôme et son clocher (Saint-Pierre et Sainte-Catherine) vus du fond du ravin du Rio Vicano, bordier du centre de la ville (source: Google-earth street-view (04/04/2020)

Le ravin principal qui longe la partie centrale de la ville historique est celui du rio Vicano, émissaire du lac de Vico, qui va se jeter dans le Tibre au delà de Nepi: il est profondément encaissé dans les sédiments volcaniques. dont les roches dures donnent des pentes subverticales et de bons supports pour les hautes maisons de la ville perchée sur son bord occidental. lTurner l’a parcouru alors qu’il était bien occupé par les besoins des citadins: quelques constructions, de nombreux jardins et vergers. Aujourd’hui la végétation naturelle l’a reconquis et les constructions urbaines sont de moins en moins visibles depuis son thalweg.

Nepi et l’ aqueduc de l’évêque 

D’après le décompte des pages du carnet CCXXXVI, Nepi est la dernière étape de Turner avant Rome. Il s’est écarté de la via Francigena et on ignore quel a été ensuite l’itinéraire de son arrivée dans la capitale des Etats pontificaux. Les 24 pages de dessins qu’il a consacrées à cette ville sont dus à deux curiosités (pour employer le langage du tourisme contemporain) : les monuments du pouvoir religieux et civil à la fois (églises, couvent, palais de l’évêque, Rocca des Borgia), et le grand système hydraulique d’adduction de l’eau urbaine par un aqueduc impressionnant. Rappelons que dans l’Italie centrale, et dans le Latium en particulier, les roches poreuses du relief volcanique (tufs, cinérites)  ont fournit de nombreux réservoirs hydrogéologiques, des sources résurgentes et en contrepartie des rivières à sec pendant une partie de l’année: La captation de l’eau et son acheminement par aqueduc ont été un moyen très fréquent d’alimenter leurs villes pour les édites, depuis l’époque Romaine.. Ces monuments fonctionnels ont attiré le crayon de Turner dans la partie française de ses voyages, à Lyon, à Nîmes, à Fréjus…. A Nepi ce sont les autorités religieuses qui ont mis plusieurs siècles pour faire construire un long aqueduc qui, pour alimenter la ville franchit encore aujourd’hui le fosso della Botteta  (le fossé de la Source)par un pont impressionnant qui portait l’eau à la fontaine centrale. Les dessins de Nepi sur le terrain (D21788 à 21808) trahissent l’itinéraire d’un cheminement qui prend successivement en compte ces différents centres d’intérêt.

View of Nepi, with the Cathedral and Aqueduct circa 1828-9 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D21791 CC-BY-NC-ND (3.0 Unported)

Fig.11: William Turner: Nepi, vue de la ville vers l’ouest: la cathédrale à gauche, le fosso de la Botteta au centre (ravin d’érosion profondément creusé dans les cinérites d’origine volcanique, franchi par les deux niveaux d’arcs de l’Aqueduc qui gagne le centre de la ville). A l’horizon occidental le volcan du Mont Venere (Caprarola) Tate gallery D21791 CCXXXVI- 14

Fig.12: Nepi: les pins parasols sur le rebord gauche du Fosso de la Botteta en face de la ville (Source: Google earth street view, 2020-04-07)

Fig.12: Turner a dessiné sur plusieurs pages du carnet CCXXXVI (D21790 à D21793) des pins parasols. Aujourd’hui encore des arbres de cette espèce sont toujours visibles : peut-être, vue leur longévité, ont-ils vu passer le peintre lors de son voyage de 1828.

Fig. 13: Le mont Soracte à l’est de Nepi (Source: Google earth street view, 2020-04-07)

Fig. 13: sur plusieurs pages du carnet CCXXXVI Turner dessine à l’horizon oriental de Caprarola, Ronciglione et Nepi (à plusieurs dizaines de km) la silhouette caractéristique du Mont Soracte, une grande vague de pierre calcaire conservée au milieu des épanchements volcaniques subhorizontaux à proximité de la vallée duTibre (Cette sorte de montagne isolée et au profil particulier dans le paysage a toujours attiré le crayon de Turner: le Mont Soracte, célébré par les poètes latins, couronné par un monastère au Moyen âge, réservoir de légendes et réserve naturelle aujourd’hui n’y a pas manqué).

Annexe documentaire

Tate D41121 : 2ede couverture : Montefiascone et Caprarola

a Montefiascone

b et c : ?

d Montefiascone

e (inversé) : Caprarola (Turner) : la Palazzina (petit palais ou résidence d’été), vue dans la montée du parc depuis le palais

Tate D42122 (3ede couverture) : Caprarola:

a croquis illisible

b détail des façades de la cour intérieure du palais Farnèse

c plan pentagonal du palais Farnèse

Tate D21765 CCXXXVI 1 :Montefiascone:a et b : vue de la face E de la ville en deux croquis superposés, depuis la via Cassia

Tate D21766 CCXXXVI 1a : non identifié

Tate D21767 CCXXXVI 2 : Lyon : La Saône et la ville ancienne : la cathédrale sur la rive droite de la rivière

Tate D21768 CCXXXVI 2a : Montefiascone :

a : la ville vue  du Sud en s’éloignant par la via Cassia

b : même vue, plus rapprochée

c : en travers : partie gauche du dessin de la page suivante : 21769

Tate D21769 CCXXXVI 3 : Lyon : le pont du Change sur la Saône et la ville ancienne au pied de la colline de Fourvière (O)

Tate D21770 CCXXXVI 3a :Lac de Vico:a Mont Soracte vu depuis les Mts Cimini du NO (loin)

b lac de Vico vu du N

c lac de Vico vu du N, Mont de Vénus à droite

Tate D21771CCXXXVI 4 :Caprarola:

a : inversé : Mont Soracte (Santo Oreste Turner)

b : croquis principal :  Caprarola, rue en pente

Tate D21772 CCXXXVI 4a :Caprarola:a Palazzina du palais Farnèse, vu  de l’O

b le palais Farnese vu en arrivant à Caprarola par l’ouest

c en travers à gauche : panorama sur le Mt Soracte, depuis l’arrivée à Caprarola

Tate D21773 CCXXXVI 5 :Caprarola:

a Vue du palais et la ville depuis l’arrivée à Caprarola par le NO, le Mt Soract à l’arrière-plan SE

b deux détails des façades du palais

Tate D21774 CCXXXVI 5a :Caprarola :idem plus rapproché : panorama depuis l’arrivée à Caprarola par le NO : le palais et la ville, le Mt Soracte à l’arrière-plan au SE

Tate D21775 CCXXXVI 6 :Caprarola:a non identifié (Ronciglione ?)

b idem

c fin du dessin de D21774 côté droit

Tate D21776 CCXXXVI 6a:Caprarola:Vue de la ville et du palais Farnèse au fond, depuis le S

Tate D21777 CCXXXVI 7 :Caprarola:

a même perspective, plus rapprochée

b en haut à droite : croquis avec détail de façade de la tour E du palais et Mt Soracte à l’arrière plan

Tate D21778 CCXXXVI 7a : Caprarola:

a palais Farnèse vu de la rue principale de la ville : personnages assis à gauche

b inversé : le lac de Vico et le Mont de Vénus

Tate D21779 CCXXXVI 8 :Ronciglione:

a La ville vue puis l’entrée sud : la porta di Roma et le dôme

b la ville vue depuis la gorge du torrent : Santa Maria Providenza au centre

Tate D21780 CCXXXVI 8a:Ronciglione:La vieille ville et Santa Maria Providenza depuis la gorge du torrent vers l’amont (vers le N)

Tate D21781CCXXXVI 9 :Ronciglione:La vieille ville vue depuis la gorge du torrent vers l’amont, au pied du rocher de Santa Maria Providenza (vers le N)

Tate D21782 CCXXXVI 9a :Ronciglione:

a La ville historique et le Dôme de la cathédrale (côté Est) vus du ravin du Rio Vicano vers l’amont

b détail :au même endroit que dôme et clocher de la cathédrale

Tate D21783 CCXXXVI 10 :Ronciglione:Meme endroit que 21782, vue vers l’aval, rive droite du torrent: Borgho de sopra et porta di Roma ; un ouvrage hydraulique ( ?) au 1eplan

Tate D21784 CCXXXVI 10a:Ronciglione:

a vue de la face Est de la vieille ville (cathédrale) rive droite depuis le fond du ravin vers l’amont

b même perspective un peu rapprochée

Tate D21785CCXXXVI 11 :Ronciglione:

a vieille ville (rive droite du ravin Est) vus depuis l’amont (vers le SO)

b même perspective, plus large car plus éloignée

Tate D21786CCXXXVI 11a : Ronciglione:vieille ville et borgho di sopra (rive droite du ravin Est) vus depuis l’amont

Tate D21787 CCXXXVI 12 :Ronciglione:deux dessins superposés, depuis le fond du ravin Est: 

a dans le sens vertical : le versant du ravin surmonté de la coupole de la cathédrale

b dans le sens horizontal : maisons au dessus du versant de la gorge

Tate D21788 CCXXXVI 12a :Nepi: la ville vue de l’entrée O 

Tate D21789 CCXXXVI 13 : Ronciglione et Nepi

a (inversé) Ronciglione : la porta di Roma et le versant Est de la vieille ville (Turner : Ronciglione)

b : Nepi

Tate D21790 CCXXXVI 13a :Nepi: le centre de la ville (cathédrale) et le ravin de la cascade depuis le pont des aqueducs, vue vers l’Est, le Mont Soracte à l’horizon

Tate D 21791CCXXXVI14 :Nepi: le ravin et les deux ponts des aqueducs vus vers l’ouest depuis le rempart au droit de la cathédrale

Tate D 21792 CCXXXVI 14a :Nepi:

Tate D 21793 CCXXXVI15 :Nepi:

Tate D 21794 CCXXXVI 15a  :Nepi:

Tate D 21795 CCXXXVI 16: Nepi:

Tate D 21796 CCXXXVI 16a: Nepi: 

Tate D 21797 CCXXXVI 17 : Nepi:

Tate D 21798 CCXXXVI 17a: Nepi:

Tate D 21799 CCXXXVI 18 : non identifié

Tate D 21800 CCXXXVI 18a : Nepi

Tate D 21801 CCXXXVI 19 : Nepi

Tate D 21802 CCXXXVI 19a : Nepi

Tate D 21803CCXXXVI 20 : Nepi

Tate D 21804CCXXXVI 20a :

Tate D 21805 CCXXXVI 21 : Nepi

a le rempart ouest de la ville (donjon de la Rocca dei Borgia et clocher de la cathédrale)

b croquis rapproché de la Rocca dei Borgia : donjon et porte de la ville.

21806CCXXXVI21a:Nepi:la Rocca dei Borgia et la porte de la ville vue du ravin et de la cascade (N)

Tate D21807CCXXXVI 22 :Nepi:

a Profil de la ville (clocher de la cathédrale) depuis le ravin de la cascade vers la Rocca dei Borgia 

b le ravin vers l’aval et la vue lointaine sur le Mt Soracte

Tate D21808CCXXXVI 22a :Nepi:

Tate D21809 CCXXXVI 23 :

Tate D21810 CCXXXVI 23a :

Tate D21811 CCXXXVI  24:

Tate D21812 CCXXXVI  24a:

Tate D21813 CCXXXVI  25 :

Tate D21815 CCXXXVI 27 : Nepi :

a Mont Soracte vu depuis l’O

b ?

c ?

d Mont Soracte

e ?

(ces profils topographiques peuvent constituer un horizon continu depuis le donjon de la Rocca dei Borgia à Nepi)

f inversé : les Monts Cimini vus depuis Nepi (vers leNO) avec l’indication de la position de Ronciglione (Ron)et de Caprarola (Cap)par Turner

Tate D21816 CCXXXVI 28 : Route de Ronciglione à Nepi:

a panorama vers le Mt Soracte

b ?

c ?

Tate D21817 CCXXXVI 28a : ?

Tate D21818 CCXXXVI 29 :

Tate D21819 CCXXXVI  29 : ?

Tate D21820 CCXXXVI 30 : Nepi:

a profil de la ville vue de l’O

b le donjon de la Rocca dei Borgia

Tate D21821 CCXXXVI 31 : ?

Tate D21822 CCXXXVI 31a : ?

Tate D21823 CCXXXVI 32:?

Tate D21824 CCXXXVI 32a : ?

Tate D21825 CCXXXVI 33 : ?

Tate D21826 CCXXXVI 33a : ?

Tate D21827 CCXXXVI 34 : ?

Tate D21828 CCXXXVI 34a : ?

Tate D 21829 CCXXXVI 36: ?

Tate D21832 CCXXXVI 39 : profils topographiques superposés et  notés par Turner :

Monte Soracte

b ?

Monte Rosa

Tate D21833 CCXXXVI 39a : ?

Tate D21834 CCXXXVI 40 : ?

Tate D21835  CCXXXVI 40a: ?

Tate D21836 CCXXXVI 41 : ?

Tate D21837 CCXXXVI 41a : ?

Tate D21838 CCXXXVI 42 : ?

Tate D21839 CCXXXVI 42a : Lac de Vico

a panorama du Mont de Venus et du lac de Vico depuis le N (via Cassia)

b même point de vue, mais plus rapproché

c panorama du lac de Vico depuis le rebord NE du volcan

d inversé (à gauche) : petit croquis du lac 

Tate D21840 CCXXXVI 43: ?

Tate D21841 CCXXXVI 43a : Caprarola:

a vue de la terrasse du palais Farnèse vers le bourg (S) et 3 voitures au 1eplan

b inversé : façade et galerie de la cour intérieure circulaire du palais

Tate D21842  CCXXXVI 44 : Montefiascone:

a la ville vue de la via Cassia au Sud

b même perspective plus lointaine

c non identifié

d inversé : vue sur le mon Soracte

Tate D21843 CCXXXVI 44a : Montefiascone:profil de la ville, pente sous la Rocca dei Papi

Tate D21844  CCXXXVI 45 : Montefiascone:

a  vue de la ville depuis l’arrivée nord par la route d’Orvieto

b non identifié

c en travers à gauche : non identifié

Tate D21845 CCXXXVI 45a : Caprarola

a le palais Farnèse et la ville vus du NO vers le Mont Soracte

b inversé : non identifié

Tate D21846 CCXXXVI 46 : Montefiascone:

a la ville vue du nord avec le dôme de la cathédrale et la forteresse de la Rocca dei Papi.

b la ville vue du NE et le lac de Bolsena avec ses îles

Tate D21847 CCXXXVI 46a : ?

Tate D21848  CCXXXVI 47  : Montefiascone : la ville vue de l’entrée nord, le rempart entre la porta di Roma (à gauche) et la Rocca dei Papi (à droite)

Tate D21849 CCXXXVI 47a : ?

Tate D21850 CCXXXVI 48 : ?

Tate D21851  CCXXXVI 48a : ?

Tate D42121 (2ede couverture) : ?

Tate D42122 CCXXXVI (3ede couverture) : Caprarola:

a croquis illisible

b détail des façades de la cour intérieure du palais Farnèse

c plan pentagonal du palais Farnèse

Note : Mes recherches sur les carnets du voyage aller à Rome de Turner en 1828 se sont arrêtées pour l’instant à Nepi. Les prochains articles de ce carnet concerneront le voyage de retour vers la France en janvier 1829.

Cite this article as: Roland Courtot, "12. Vers Rome : « Carnet de Viterbe et Ronciglione » (TB CCXXXVI)," in Carnets de voyage de Turner, 16/10/2018, https://carnetswt.hypotheses.org/2312.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.