Orvieto et ses clochers émergent des brumes matinales (photo RCourtot 8.06.2010)

11. Vers Rome : de Florence à Orvieto (carnet CCXXXIV)

Bandeau:  Orvieto: la ville dresse ses clochers sur sa table de lave au dessus des brumes matinales (photo RCourtot 8 juin 2010)
Caractéristiques techniques du carnet :

Finberg (1909, II, p.718)

CCXXXIV: «  Florence to Orvieto sketch book»

Inventaire 182

Carnet de croquis, relié en avec un dos de cuir vert sombre.

Endossement de l’exécuteur : « No. 182. Ce carnet contient 38 pages de dessins au crayon. Beaucoup de pages sont utilisées des deux côtés.

(Signé)  H.S.C. Trimmer  C. Turner »

Filigrane, »

Taille de la page : 5 1/1 3/6 x 4

Il y a de légers croquis sur l’intérieur des deux couvertures : l’un de « Shop. Orvieto ».

“Vue d’Orvieto”

Pour cette fois, je vais m’éloigner du carnet et des feuilles volantes qui pourraient s’y rapporter à propos de cet itinéraire de Florence à Orvieto, dont je n’ai étudié sur place que la partie entre Radicofani et Orvieto (carnet « De Florence à Orvieto » TB CCXXXIV). Cette partie du voyage est illustrée par une œuvre autrement importante, « Vue d’Orvieto », tableau peint à l’huile par Turner après son arrivée à Rome, et exposé sur place pendant son séjour hivernal de 1828-29. Cette œuvre a été largement étudiée, analysée, commentée par les historiens d’art spécialistes de Turner. Pour aller rapidement à mon propos, je partirai de l’étude de cette œuvre publiée par Cecilia Powell dans son ouvrage « Turner in the South », tiré de sa thèse d’histoire de l’art. Comme cet ouvrage n’a pas été traduit et publié en Français, je donnerai ici la traduction des passages qui concernent cette œuvre, en particulier ceux qui intéressent la géographie de la composition et les rapports entre l’œuvre et les croquis du carnet CCXXXIV qui ont pu servir de point de départ au « grand œuvre ».

« Les trois tableaux de Turner demandent un examen séparé, car chacun reflète ses pensées et ses expériences d’une façon qui lui est propre. Le plus apprécié des trois est certainement la Vue d’Orvieto (planche 149), un paysage brillant quoique placide, avec une scène de genre au premier plan. Des paysannes en habits traditionnels à une fontaine faite d’un sarcophage romain : une scène habituelle dans l’Italie du 19e siècle, mais aussi un motif pictural qui resserrait les liens entre la vie moderne et l’ancien monde que les visiteurs étrangers de l’Italie trouvaient si fascinant (planche couleur 26). La simplicité du titre de l’œuvre est riche de sens en elle-même. Il est impossible d’étudier les aquarelles de Turner sans observer que beaucoup d’entre elles étaient gravées et publiées dans des ouvrages intitulés « Vues pittoresques de l’Angleterre et du Pays de Galles » ou « Vues pittoresques de la côte méridionale de l’Angleterre ». Ce qui n’est pas généralement relevé, c’est l’extrême rareté avec laquelle Turner utilisait le mot « vue » pour intituler les peintures à l’huile qu’il exposait. Je pense que la poignée d’huiles qu’il désignait ainsi étaient basées directement sur des croquis précis réalisés sur le motif par un autre artiste(…)

La Vue d’Orvieto se proclame elle-même comme un tableau dans lequel l’imagination joue comparativement (à d’autres œuvres précédemment citées) un rôle mineur, et cela est confirmé par les carnets de croquis de Turner lui-même. Il avait fait de nombreux croquis d’Orvieto sur sa colline, comme on la voit depuis la plaine, en l’étudiant avidement depuis sa première apparition au loin, comme il en approchait par le nord-ouest, jusqu’à ce qu’il s’en éloigne et qu’elle disparaisse de sa vue. Plusieurs de ces petits croquis précipités incluent des sujets qui apparaissent dans le tableau final. Plusieurs montrent des ponts à mi distance, tandis que d’autres, une structure au premier plan appelée
« fontaine » (planche 148). Le développement suivant du motif de la fontaine par Turner peut être dû à une influence additionnelle (ou des influences) sur son esprit, qui sera discutée plus loin. Cependant la présence réelle d’une fontaine dans ses croquis « sur le motif » révèle la réalité qui a servi de tremplin à un tel développement. Il est également signifiant que le tout premier croquis de Turner montre un pont à deux arches entre le spectateur et la ville perchée, presqu’exactement comme dans le tableau (voir planche 146). La Vue d’Orvieto était étroitement basée sur ce que Turner avait vu récemment, et il était clairement entendu qu’il avait l’intention de recréer les propres impressions de sa Prima visa d’Orvieto. Même si la fontaine et le pont n’étaient pas vus du même endroit, ils avaient tous les deux une réalité, et le titre choisi par Turner pour le tableau à l’Académie royale en 1830, « Vue d’Orvieto, peinte à Rome », ne laissait aucun doute au spectateur sur le fait qu’il avait été peint alors que la scène était encore fraîche dans l’esprit de l’artiste.
La composition de la Vue d’Orvieto est fondamentalement Claudienne dans son approche et dans ses retours vers le paysage italien précédent de Turner, La baie de Baïse, cinq années plus tôt (planche en couleur,

20). Mais la Vue d’Orvieto est notablement moins complexe sur tous les plans : les collines sont moins nombreuses et leur profil plus simple ; un arbre, pas deux, s’intercale dans le ciel, les lointains du paysage s’élèvent dans l’air plus qu’ils ne s’y découpent, l’éventail des tons est plus resserré, dans le premier plan et à mi-distance, et ils se mêlent les uns aux autres dans une progression continue, à l’inverse des lumières et des ombres interchangeant sans cesse dans la Baie de Baïes.

(…)
Bien que ses collines brumeuses et ses vallées broussailleuses présentent un air de magie et de mystère, la Vue d’Orvieto participe d’une vision terre-à-terre. Au premier plan deux paysannes italiennes lavent du linge et remplissent des cruches à une fontaine faite d’un sarcophage romain (planche couleur 26). Pour développer cette scène, Turner a tiré ses propres expériences dans plusieurs directions. Premièrement comme il est mentionné au chapitre 4, il invente une frise marine pour le bassin de la fontaine, en la reprenant de sa récolte de croquis faits dans les musées de Rome en 1819. On a pu suggérer aussi que la peinture rappelle un passage de l’Italie de Roger. Le poème « La Fontaine », qui fut alors illustré par Stothard, et non par Turner, commence ainsi :

C’était un puits
Du marbre le plus blanc, blanc comme dans la carrière, Et richement sculpté d’un haut relief
Sculpture Grecque- de quelques jours plus tôt peut-être Une tombe, honorée des cendres d’un héros
L’eau du rocher l’emplissait, et débordait,
Puis éclaboussait au loin, jouant la prodigue
Et tôt se perdait

Il n’est pas impossible que Turner se soit souvenu de ces vers en peignant la Vue d’Orvieto, même si Roger ne mentionne rien d’aussi que lessive et, en tout cas, décrit une fontaine particulière et bien connue, près de Mola de Gaeta, sur la route entre Rome et Naples. Mais il avait probablement un stimulus plus fort et plus proche sous la main. Les lettres de Turner depuis Rome à l’automne 1828 montrent qu’il fréquentait les nombreux peintres et sculpteurs britanniques qui s’y trouvaient en train de travailler. Parmi eux, un ami de Keats, Joseph Severn, était justement en train de terminer le tableau d’une scène de genre italienne, « La Fontaine », accueillie très favorablement par ses amis et compatriotes présents en Italie (Pl 150). Cette œuvre montre un groupe de Contadine venues chercher de l’eau à une fontaine dont le bassin, comme celui de l’œuvre de Turner, est un sarcophage romain, et Severn associe emphatiquement l’ancien et le moderne. L’une de ses contadines se tient exactement comme une des servantes du sarcophage, tandis que les cruches portées par les vraies femmes et les femmes sculptées sont identiques. Une autre similitude existe entre les deux tableaux : les femmes de Severn écoutent un jeune garçon jouant de la musique avec un pipeau (flûte), Turner introduit une référence musicale sous la forme d’un luth posé sur l’emmarchement de la fontaine au premier plan droit. Au total, la fontaine de Severn pourrait avoir contribué pour une bonne part à la rapide transformation par Turner de ses croquis bruts en un un tableau tout à fait exposable ».

Cecilia Powell, « Turner in the South (Rome, Naples, Florence) », p.143-145, Paul Mellon Center for Studies in British Art,  Yale University Press, 1987)

Traduction Roland Courtot , décembre 2018

https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-view-of-orvieto-painted-in-rome-n00511

View of Orvieto, Painted in Rome 1828, reworked 1830 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856© Tate gallery London, Photo © Tate CC-BY-NC-ND3.0(Unported).http://www.tate.org.uk/art/work/N00511

N’ayant pas les compétences requises pour aller au delà de cette analyse très fine de Cecilia Powell, je ferai simplement deux remarques concernant les éléments et le point de vue du tableau.

La première remarque concerne les croquis qui ont servi à fournir des sujets entrant dans la composition du paysage où Turner situe la scène de la fontaine. La via Francigena ne passant pas par Orvieto, il fallait la quitter après Aquapendente et par un détour de plusieurs dizaines de km, le voyageur traversait un plateau sec pour découvrir, du haut de son rebord, la ville perchée sur sa galette de basalte au milieu d’un vaste panorama, au bout d’une longue descente : perchée telle que Turner l’a peinte dans cette toile curieusement composée : la scène principale au premier plan est un groupe de personnages autour d’une fontaine, des  femmes puisant de l’eau, lavant du linge, tandis que la ville est reléguée tout à fait à l’arrière plan, telle que le peintre a pu la découvrir du haut de la longue descente qui y mène, n’occupe qu’une place tout à fait secondaire dans la composition. On peut reconnaître à gauche, sur la pente, ce qui ressemblerait à première vue à un monastère mais qui est semble-t-il le cimetière de la ville autour d’une chapelle de Saint Laurent « in vincis » (aux liens). Cet ensemble monumental, qui fait face au côté ouest la ville, apparaît effectivement sur plusieurs des croquis du carnet CCXXXIV (en particulier D21647 CCXXXIV 30a), 4ecroquis en partant du haut de la page, expressément désigné par Turner, selon Finberg).  La descente vers la ville est en effet enregistrée sous la forme d’une superposition de nombreux petits profils paysagers difficilement identifiables. Il est remarquable que les « gribouillis » de ces « séquences paysagères » en mouvement aient servi de mémoire graphique pour la réalisation du tableau par Turner dès son arrivée à Rome à la fin de ce voyage, comme le souligne C.Powell dans son analyse ci-dessus.

 

Orvieto: la route par laquelle Turner arriva descend du plateau de lave dans la vallée à l'ouest de la ville; le cimetière et la chapelle de Saint Laurent aux liens sur la droite de l'image (photo RCourtot juin 2010)
Orvieto: la route par laquelle Turner arriva descend du plateau de lave dans la vallée à l’ouest de la ville; le cimetière et la chapelle de Saint Laurent aux liens sur la droite de l’image (photo RCourtot juin 2010)

Les pages du carnet consacrées à cette arrivée-descente vers la ville sont curieusement distribuées dans le carnet. Après un suivi à peu près continu de l’itinéraire depuis Sienne jusqu’à la vue du lac de Bolsena (D21645 CCXXXIV 29a), trois pages décrivent cette arrivée vers la ville, (avec une adresse -d’hébergement ? – près de la porte Romaine sur l’une d’entre elles, D21648 CCXXXIV 31). Deux pages de croquis concernant la partie est de la ville sont intercalées avant une nouvelle série de quatre pages décrivant toujours l’arrivée sur Orvieto, parmi lesquelles se trouvent deux croquis d’un pont semblable à celui du tableau (D21651 CCXXXIV 32a) et un croquis de quelques centimètres qui présente beaucoup d’analogies avec la composition générale du tableau lui-même (D21652 CCXXXIV 33). De D21654 à D21659 nous somme devant la ville et dans la cathédrale ; les dernières pages du carnet décrivent la porte de la Rocca (forteresse) à l’est et quelques vues de la ville et de la vallée du fiume Paglia.

On peut inclure aussi dans cette liste des détails existant dans le tableau un autre pont, celui qui porte la route descendant sous la ville au sud-ouest, lorsqu’elle traverse le fond plat de la vallée au pied d’Orvieto : il n’y a pas de pont à cet endroit qui pourrait correspondre dans la réalité actuelle au dessin du tableau, mais Turner a pu voir un pont semblable dans la vallée du, qui se trouve à l’est de la ville, au delà de la porta della Rocca (voir dessin D CCXXXIII)

La seconde remarque concerne deux cavaliers éloignés qui passent sur un chemin ou une route qui, sur la gauche de la composition, domine le terre plein de la fontaine. Le premier est assez nettement peint, mais il est difficile de savoir si c’est un cavalier ou un paysan sur une mule ou un âne, et le second, situé en arrière et plus bas (dans la côte), est si peu dessiné qu’il est encore moins reconnaissable. La route en question peut être celle qui, sortant d’Orvieto, s’élève sur la pente montante à l’ouest de la ville, et va rejoindre la route Cassia-Francigena qui mène à Aquapendente vers le nord, et à Bolsena vers le sud.

 

Croquis explicatif de la "Vue d'Orvieto" de William Turner, dessin par RCourtot: les éléments de la composition de l'oeuvre, tirés du carnet de voyage TB CCXXXIV sont indexés par leur numéro du catalogue de la Tate gallery (D...)
Croquis explicatif de la “Vue d’Orvieto” de William Turner, dessin par RCourtot: les éléments de la composition de l’oeuvre, tirés du carnet de voyage TB CCXXXIV sont indexés par leur numéro du catalogue de la Tate gallery (D…)

En considérant le cadre topographique générale et la position géographique réelle des sujets dessinés (et reconnus sur le terrain), surtout la ville et la chapelle Saint-Laurent du cimetière, je pense que Turner a conçut son tableau comme une vue imaginée depuis le haut du vallon qui se situe au dessous du rebord du plateau volcanique qui domine la ville à l’ouest, là ou la route qui vient de la via Cassia (carrefour à San Lorenzo nuovo) fait un grand virage et descend en biais dans la pente avant la grande ligne droite vers Orvieto. Cette vieille route d’arrivée à Orvieto est une longue ligne droite pavée en basalte noire depuis le pied de l’escarpement du plateau dans les tufs volcaniques jusqu’au pied de la ville, en passant à côté du cimetière et de sa chapelle dédiée à Saint Laurent. Aujourd’hui abandonnée pour la nouvelle route qui déroule ses grands virages à l’écart (pour absorber plus facilement la pente) elle ne subsiste vers le haut que sous la forme d’un chemin charretier qui se raccorde à la route au premier virage sur le rebord du plateau. Turner aurait donc situé son point de vue près d’une hypothétique fontaine établie sous la rupture de pente du rebord des tufs volcaniques, dont la perméabilité pourrait expliquer la présence d’une ligne de sources.

La scène du tableau "vue d'Orvieto" de William Turner: croquis panoramique aérien SO/NE embrassant le paysage du plateau volcanique, de la mesa de la ville d'Orvieto (Italie) et de la vallée du rio Paglia -dessin RCourtot
La scène du tableau “vue d’Orvieto” de William Turner: croquis panoramique aérien SO/NE embrassant le paysage du plateau volcanique, de la mesa de la ville d’Orvieto (Italie) et de la vallée du rio Paglia -dessin RCourtot

Le carré ? situe le point de vue supposé du tableau (la fontaine?) et les deux flèches forment l’angle de vue du paysage embrassé du sud-ouest vers le nord-est. La route ancienne (empruntée par Turner ?) est aujourd’hui sous le plateau un chemin de terre (pointillé rouge) puis une ancienne route pavée de basalte noire (tiret rouge) et enfin une route goudronnée qui monte jusqu’à la porta maggiore de la ville.

 

Turner à Radicofani : la poste médicéenne

(Ce paragraphe reprend partiellement une carte postale publiée sur le site internet de l’Association des cafés géographiques en 2011 : Carte postale de Radicofani (Italie) : dans les pas de William Turner. Il est le fruit d’une excursion de terrain au printemps 2011, où les pages du carnet de voyage de Turner à Radicofani ont été suivies et reconnues pas à pas. Le relais de poste étant propriété privée n’a pas pu être visité)

 

Le relais de poste médicéen à Radicofani, au bord de la route nationale 478. Turner a dessiné la page 24a du carnet CCXXXIV depuis la galerie du 1er étage (Photo RCourtot 2011)
Le relais de poste médicéen à Radicofani, au bord de la route nationale 478. Turner a dessiné la page 24a du carnet CCXXXIV depuis la galerie du 1er étage (Photo RCourtot 2011)

Photo 1 : La façade Est de la poste médicéenne à Radicofani au bord de la SP 478, antique Via Cassia, ancienne via Francigena © RCourtot 2011

Lorsqu’on emprunte aujourd’hui la route nationale 2 entre Sienne et Rome, on est sur le même chemin d’aller que William Turner lors de son voyage de 1828 en Italie, à condition d’éviter le raccourci qui, dans la vallée du rio Paglia, évite Radicofani . La SS 478 suit l’ancien tracé et mène le pèlerin au pied de l’antique bourg surmonté de sa forteresse. Une étape du peintre l’y attend : Radicofani, gros bourg perché surmonté d’un rocher et d’une forteresse (il s’agit d’un neck volcanique pléistocène dont le sommet est à plus de 900m d’altitude). Sur le bord de la route, qui passe au large du bourg : d’un côté une grande bâtisse ancienne à arcades et galerie (photo 1), et de l’autre une fontaine de pierre dont les deux canons à sec sont surmontés du blason des Médicis (couronne et six boules), soutenu par deux statues féminines encadrantes (photo 2).

La fontaine aux chevaux du relais de poste médicéen de Radicofani et la forteresse des Aldobrandi (Photo RCourtot 2011)
La fontaine aux chevaux du relais de poste médicéen de Radicofani et la forteresse des Aldobrandi (Photo RCourtot 2011)

Photo 2 : La fontaine de la poste médicéenne et la forteresse de Radicofani © RCourtot 2011

 

Un panneau dressé par les services touristiques du Val d’Orcia apprend au visiteur, en italien et en anglais, qu’il s’agit d’un édifice de la poste médicéenne :

 

«Antica locanda di posta fatta costruire fra il 1587 e il 1589 da Fernando I dei Medici lungo il tracciato della antica via Cassia, utilizando in parte la casa di caccia che Francesco I aveva fatto costruire. Situata in prossimità del confine fra il Granducato di Toscana e lo Stato Pontifici, faceva parte del vasto sistema di edifici costruiti per la sosta dei viaggiatori ed il cambio dei cavalli, lungo questa strada importante di collegamento fra Roma e l’Italia settentrionale

 

« Ancien relais de poste construit en 1587-89 par Ferdinand 1erde Médicis sur le tracé de l’antique via Cassia, en utilisant partiellement le pavillon de chasse que François 1eravait fait construire. Situé à proximité de la frontière entre le Grand Duché de Toscane et l’Etat pontifical, il faisait partie du vaste système d’édifices construits pour l’accueil des voyageurs et le relais des chevaux, sur cette route importante pour les relations entre Rome et l’Italie septentrionale »

 

Une page internet du site Archeospot (auquel participe le laboratoire d’Archéologie des Paysages et du Télérelèvement de l’Université de Sienne) décrit ce « monument historique » et nous révèle que le relais de poste a vu passer des voyageurs célèbres :

« Nominata per secoli come “Osteria Grossa” ha ospitato moltissimi personaggi importanti tra i quali: i Papi Pio VI e Pio VII, i Granduchi Ferdinando I, Cosimo II, Leopoldo II, lo scrittore Thomas Gray, l’imperatore Giuseppe II d’Austria, Giacomo Casanova, Il marchese De Sade, Stendhal, François René de Chateaubriand, John Ruskin, Charles Dickens e altri ».

(http://www.archeospot.it/?q=it/node/55)

 

« Connu pendant des siècles comme « Grande Auberge », il a accueilli de très nombreux personnages importants, parmi lesquels : les papes Pie VI et Pie VII, les Grands ducs Ferdinand 1er, Côme II, Léopold II, l ‘écrivain Thomas Gray, l’empereur Joseph II d’Autriche, Giacomo Casanova, le Marquis de Sade, Stendhal, François René de Chateaubriand, John Ruskin, Charles Dickens et d’autres ».

 

Turner aurait donc pu figurer dans cette liste, car son carnet de voyage « De  Florence à Orvieto » (TB CCXXXIV) en fourni la preuve incontestable avec la page 24a, malencontreusement toujours inscrite sur le catalogue de la Tate sous le titre donné par Finberg : « Orvieto »

 

Titre proposé : Radicofani : la fontaine du relais de poste médicéen et une voiture attelée, le bourg et la forteresse des Aldobrandi au second plan.
Orvieto 1828 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D21635

Fig.1 : Carnet CCXXXIV (24a, D21635)  © Turner, Tate London

https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-orvieto-d21635

Titre proposé : Radicofani : la fontaine du relais de poste médicéen et une voiture attelée, le bourg et la forteresse des Aldobrandi au second plan.

La voiture du peintre a fait une courte halte, certainement pour changer les chevaux, car Radicofani se trouvait encore loin de son but, à 70 km d’Orvieto. Turner s’est installé à la galerie du 1eétage du relais, et a dessiné rapidement la scène d’étape qui se déroulait sous ses yeux . Une petite voiture attelée de deux chevaux vient d’arriver à hauteur de la fontaine médicéenne : des personnages s’agitent autour, dont l’un aide une dame à chapeau à en descendre, en lui montrant d’un geste du bras l’endroit où elle se trouve, le bourg de Radicofani, qui apparaît au second plan, surmonté de la forteresse au troisième plan. Un tel paysage doublement perché et remparé, avec portes, tours et donjon, est bien fait pour retenir le crayon de Turner, mais la halte a dû être bien courte, car les pages de son carnet ne contiennent que des croquis hâtifs de l’ensemble du site, vu progressivement du nord-ouest (en arrivant vers le relais) puis en s’éloignant vers le sud. Il n’aura même pas le temps d’aller jusqu’au village, encore moins jusqu’à la forteresse des Aldobrandi, qui était pourtant une ruine grandiose lorsque Turner l’a vue et dessinée. La terrasse de sa tour, à 960m d’altitude, est toujours un pôle d’attraction touristique, car elle offre un panorama de 360° sur les collines méridionales de la province de Sienne et le massif volcanique du monte Amiata.

Quant à la posta medicea, je l’ai vue fermée, ouvertures de l’arrière du bâtiment murées, arcades, voûtes et galerie silencieuses. Mais elle conserve, vue de l’extérieur, tous les signes d’un grand relais : la porte des écuries est décorée d’une tête de cheval sculptée dans le bois, et les ferronneries anciennes (anneaux d’attache des chevaux, supports des torchères et autres quinquets) sont toujours en place.

« Il ne manque que d’imaginer le roulement des voitures de poste sur la via Francigena et la bousculade des chevaux buvant à la fontaine Médicis pour faire revivre le passage du peintre voyageur il y aura bientôt deux siècles ».

(Roland Courtot , <cafés-geo.net>, 2011)

Le relais de poste de Radicofani: la porte de l'écurie et sa tête de cheval (photo RCourtot 2011)
Le relais de poste de Radicofani: la porte de l’écurie et sa tête de cheval (photo RCourtot 2011)

 

Le relais de poste de Radicofan: un anneau en fer forgé pour les chevaux (Photo RCourtot 2011)
Le relais de poste de Radicofan: un anneau en fer forgé pour les chevaux (Photo RCourtot 2011)

 

Le relais de poste de Radicofani vu depuis le bourg (Photo RCourtot 2011)
Le relais de poste de Radicofani vu depuis le bourg (Photo RCourtot 2011)

Annexe documentaire :

https://www.tate.org.uk/art/sketchbook/florence-to-orvieto-sketchbook-65865

Pour ce carnet CCXXXIV l’annexe documentaire concerne seulement la deuxième partie de l’itinéraire, de Radicofani à Orvieto, qui est la seule que j’ai parcouru sur les pas de Turner au printemps de l’année 2011, et reconnu les sites dessinés par Turner. Certains on été nommés par Turner, d’autres par Finberg (et figurant sur le catalogue de la Tate), d’autres enfin ont été identifiés par Cecilia Powell dans ses recherches de these (voir l’exemplaire de soutenance et “Turner in the South”).

Tate D21633 CCXXXIV23a à Tate D21663CCXXXIV38a

Tate D21633 CCXXXIV 23a :Radicofani: deux vues du village et de la forteresse, en arrivant par le nord-ouest, sur la via Cassia :

a proche

b lointaine

Tate D21634 CCXXXIV24: Radicofani: deux vues du village et de la forteresse, de l’O ( de la via Cassia),

une proche (a) une lointaine (b : avec l’église Santa Agatha sur la gauche)

Tate D21635 CCXXXIV24a: Radicofani : voiture  devant la fontaine de la poste des Médicis (blason aux 6 boules) et la forteresse dominant la ville à l’arrière plan (vue de la galerie du relais de poste vers le N)

Tate D21636 CCXXXIV25: Radicofani : le couvent de Santa Agata et le Monte Amiata à l’arrière plan ; vue depuis la via Cassia vers l’E

Tate D21637 CCXXXIV25a : Radicofani :

a la ville et le château vus en arrivant par le nord

b détail : la poste médicéenne vue de loin ( ?)

c le château, les remparts, les tours et l’église de Radicofani vus de la via Cassia, (du NO)

Tate D21638 CCXXXIV26: Radicofani :

a La ville et le château vus du Sud-ouest (en partant) : la poste médicéenne à gauche

b La ville et le château vus du Sud-ouest (en partant)

c petit croquis pano à droite en travers : non identifié

Tate D21639 CCXXXIV26a : Acquapendente :

a la ville sur le rocher du côté nord : l’église San Giuseppe et le château

b en travers : vue lointaine de Radicofani (en partant)

c en travers :  panorama encore plus lointain, Radicofani (en partant)

d inversé : panorama lointain sur Radicofani

Tate D21640 CCXXXIV27 : Porceno :

a village de Porceno, monte Amiata et volcan de Radicofani vus du sud( via Cassia au nord de San Lorenzo Novo)

b inversé : Monte Amiata (à gauche)  et rocher de Radicofani (idem)

Tate D21641 CCXXXIV27a: Aquapendente : la ville vue de la vía Cassia (du NO): porte della Ripa, citadelle, etc….

Tate D21642 CCXXXIV28: Aquapendente : la ville vue de la via Cassia (du NO): porte della Ripa, citadelle esquissée au 1e plan à droite

Tate D 21643 CCXXXIV28a: Aquapendente:

a profil de Aquapendente vu de loin, en arribant du nord par la Cassia

b La ville derrière la citadelle, vue du côté O

c non identifié

d inversé : non identifié

Tate D21644 CCXXXIV29: Aquapendente:

a la porte San Leonardo au NE de la ville

b détail non identifié

c porte San Leonardo et église San Giuseppe : NE de la ville posée sur l’escarpement rocheux

d même vue plus lointaine

e Inversé : la tour de Barberousse

Tate D21645 CCXXXIV29a: Lac de Bolsena:

a profil topographique lointain: non identifié

b lac de Bolsena vu de San Lorenzo Novo (via Cassia)

c panorama: non identifié

Tate D21646CCXXXIV30: Orvieto : Série de croquis pano en arrivant par la route de San Lorenzo novo, au fur et à mesure que la ville apparait à l’ est :

a le groupe de la cathédrale au milieu d’un vaste paysage (prolongé en haut à droite)

b la ville plus proche, avec le cimetière au premier plan (église San Lorenzo)

c même sujet que b

d inversé : la ville vue de loin  (cf. le tableau de Turner « Vue d’Orvieto » )

Tate D21647 CCXXXIV 30a : Orvieto : série de petits croquis pano en arrivant par la route de San Lorenzo novo, au fur et à mesure que la ville apparait à l’ est :

a deux vues lointaines (de l’ouest) d’Orvieto sur son rocher (cf le tableau « Vue d’Orvieto »)

b la ville au fond, le cimetière (église San Lorenzo au 1eplan gauche)

c la ville, le cimetière (église San Lorenzo) au 1eplan droite (Turner : « San Loren »)

d inversé : vue très lointaine de la ville sur son rocher ( vers l’E, cf. le tableau « Vue d’Orvieto »)

e inversé : vue de la ville au loin, depuis la route ancienne de San Lorenzo (via Cassia)

Tate D21648 CCXXXIV31: Orvieto : (page en hauteur, selon numérotation du carnet)

a note écrite + petit croquis : silhouette lointaine de la ville

b profil d’Orvieto vu de l’Ouest : personnage féminin, tour et église de San Lorenzo (cimetière)

c inversé : plusieurs  profils d’Orvieto superposés + un personnage à gauche

d profil d’Orvieto vu de l’Ouest (pont au 1eplan)

e en travers à gauche : panorama  de gauche à droite : Rocca Ripesena, cimetière, Orvieto (Turner Orvi)

Tate D21649 CCXXXIV 31a : Orvieto :

a porte Romana vue du rempart ouest

b: la forteresse Albornoz et la porte della Rocca( entrée est de la ville)

c inversé: profil de la ville sur son rocher, vue du SO

d inversé: même vue, seulement le quartier de la cathédrale

Tate D21650 CCXXXIV 32: Orvieto : (une page mal identifiée)

a La forteresse d’Orvieto : forteresse  Albornoz, partie E de la ville, vue de la vallée de la rivière Pagia

b la vallée de la rivière Pagia vue de la forteresse Albornoz, vers le sud

c inversé : profil de la partie ouest de la ville, entre la porta Maggiore et la porte Romana, église San Giovanni au centre

Tate D21651CCXXXIV32a: Orvieto:

a paysage avec pont: non identifié , qui semble être une vue en orientation inverse de la suivante

b paysage avec pont, Orvieto à l’arrière plan (panorama identique au tableau « Vue d’Orvieto », mais ce pont n’a pas été localisé.)

c inversé : croquis superposés, scène intérieur d’église, petit profil d’Orvieto en haut à gauche

Tate D21652 CCXXXIV33:  Orvieto :

a travers droit : Orvieto sur son rocher, côté Ouest (porte Maggiore)

b travers gauche : panorama plus lointain d’Orvieto sur son rocher, depuis la vieille route de San Lorenzo, le cimetière au 1eplan

c envers haut : Orvieto vu du SO

d envers milieu :   Orvieto vu du SO, plus lointain

(de plus en plus loin, ou de plus en plus près, selon qu’il part ou qu’il arrive : il semble qu’il arrive, car les pages suivantes concernent la ville de près)

Tate D21653 CCXXXIV33a: Orvieto :

a Orvieto vu côté ouest : panorama général

b fortifications à l’entrée ouest de la ville

c la ville côté ouest  vue depuis la route de San Lorenzo : église San Lorenzo du cimetière 1eplan à gauche + personnage

d inversé : église San Lorenzo au 1eplan gauche, Orvieto à l’arrière plan vers l’E

e inversé : idem, d’un peu plus loin

 Morny Laconder Locanda (Turner)

Tate D 21654 CCXXXIV34: Orvieto :

a la ville vue du côté ouest : vieux quartier de San Gionvenale, chapelle, et porte Maggiore

b remparts et tours protégeant la porte Maggiore

c profil de la ville débordant sur la page précédente : vieux quartier de San Gionvenale

Tate D21655 CCXXXIV34a: Orvieto :

a partie est de la ville : le groupe San Giovani et la porte Romana vus depuis le rempart près de la porte Maggiore vers l’est

b personnages sous une voûte

c inversé : entrée ouest dans la ville (peut-être continuation de D21654)

Tate D21656 CCXXXIV35: Orvieto : ces deux croquis sont faits à peu près du même endroit, simplement en changeant d’orientation à 180°:

a porte Maggiore (chapelle) et vieux quartier vus vers le N depuis le rempart est

b quartier vieux et porte Romana vus vers le NO, la Rocca Ripisena à l’arrière-plan gauche (butte témoin de tufs volcaniques)

Tate D21657CCXXXIV35a: Orvieto : la cathédrale vue du parvis ; la façade et les immeubles de l’angle SE de la place

Tate D21658 CCXXXIV36: Orvieto : dans la cathédrale, la nef et le chœur vus du bas côté gauche (la chaire au centre)

Tate D21659 CCXXXIV36a : Orvieto: dans la cathédrale : le bas coté droit et la nef vus de l’arrière droit de l’église

Tate D21660 CCXXXIV37 : Orvieto : côté est de la ville (forteresse Albornoz et porte della Rocca), vu depuis la rive gauche de la rivière Paglia, avec le pont de la route d’Arezzo au premier plan

Tate D21661CCXXXIV37a: Orvieto:

a Le côté est de la ville ( forteresse Albornoz et porte della Rocca),vus de l’est, du bord de la rivière Paglia

b moulin avec sa roue à aube au premier plan

c côté est de la ville( forteresse Albornoz et porte della Rocca)

d croquis non identifié

e côté est de la ville, vu de l’aval de la vallée de la Paglia

Tate D21662 CCXXXIV 38 : Orvieto:

a forteresse Albornoz et la porte della Rocca(entrée est de la ville) depuis le pied du rocher (vue vers le nord)

b forteresse Albornoz, vue de plus loin, même orientation

Tate D21663CCXXXIV38a: Orvieto :

a porte della Rocca, vue depuis l’intérieur de la citadelle (vers le nord)

b porte della Rocca, vue de l’extérieur de la ville, avec le rempart de la citadelle (vu de bas en haut)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.