Croquis R. Courtot d'après Turner du dessin représentant le haut du cours Mirabeau à Aix-en-Provence (carnet CCXCV/87, D29548

4.Le Carnet du voyage de Turner de Gènes à Grenoble (2)

Bandeau: Le  haut du cours Mirabeau à Aix-en-Provence, croquis R. Courtot d’après Turner  (carnet CCXCV/87, D29548)

Le « grand chemin d’Italie » de Cannes à Aix-en-Provence

  Nous retrouvons ici Turner à Cannes (voir la page D29535 analysée dans le billet n°1 de ce carnet: « Une introduction aux carnets de voyage de William Turner ») au moment où il choisit de continuer par la route royale vers Aix-en-Provence, abandonnant le projet d’emprunter la route de Grasse à Sisteron pour rejoindre Grenoble. Bien lui en a pris au plan du confort du voyage, car s’il y gagnait en pittoresque montagnard, il y perdait beaucoup en temps, sur une route certes plus courte, mais qui était encore en travaux pour la rendre carrossable sur tout son trajet.

Je ne reprendrai pas ici la description complète de l’itinéraire : elle figure dans mon article de la Provence historique, déposé dans les archives ouvertes de HAL-AMU (Courtot, 2006). Je publie par contre la liste complète des dessins que Turner y a réalisés, avec mes propositions de nouvelles identifications : elles sont assez nombreuses car, entre Antibes et Mirabeau (dans la vallée de la Durance), Finberg et Guillaud n’ont reconnu aucun lieu.

Après le contournement de l’Estérel par les lacets de la route royale, et quelques croquis à la hâte à Fréjus, c’est toujours un voyageur pressé qui traverse la Provence par le « grand chemin d’Italie » (toujours l’antique Via Aurelia) qui coupe au plus court à travers les collines calcaires et les dépressions argileuses de l’intérieur vers Aix par Brignoles. C’est l’identification de deux pages de croquis d’Aix-en-Provence, D29547 et D29548, qui m’a donc permis (avec l’aide de mon collègue géographe André de Reparaz), de répondre à la question posée par Guillaud et restée sans réponse pour l’itinéraire de Turner entre Cagnes et Sisteron : la route directe, par l’intérieur de la Provence depuis Fréjus, était la solution la plus rapide. Elle fut certainement rapide puisque les « notes graphiques » prises depuis la voiture réapparaissent et qu’aucune étape n’est vraiment signalée par des croquis notoires, à part celle de Trans-en-Provence, où Turner a pris le temps de s’écarter du grand chemin pour dessiner les cascades de la Nartuby. Le village de Trans est en effet installé sur une curiosité naturelle, un site de ponts et de cascades qui a été très tôt signalé par les voyageurs (D29543 et D29544) :

« Cette propension de la rivière à cascader sur ses propres concrétions calcaires (les tufs) explique en partie le site et l’activité anciens de Trans à l’aval de Draguignan : l’énergie d’une rivière alimentée régulièrement par les réservoirs souterrains des plateaux calcaires, et cascadant sur des bancs de tufs, a été utilisée par de nombreux moulins à farine, à huile, des tanneries, etc… »

(Courtot, Rinaudo, 1992, p.135)

On peut se demander encore comment Turner, toujours attiré par les topographies escarpées des chaînons rocheux, a pu traverser la haute vallée de l’Arc au pied du Mont Olympe puis de la montagne Sainte-Victoire (qui culmine à plus de 1000m), sans garder un croquis de cette dernière, longue muraille emblématique de la basse Provence: son carnet n’a enregistré qu’une esquisse lointaine du village de Pourrières  (D29546), mais il est vrai que la route court ensuite au pied du plateau du Cengle, qui masque en partie la silhouette de la montagne : fatigue, mauvais temps, heure tardive ? il en fallait beaucoup pour arrêter sa boulimie de croquis.

Une arrivée tardive à l’étape d’Aix-en-Provence expliquerai les quelques croquis qu’il aurait fait le lendemain matin dans les rues de la ville avant d’entreprendre le voyage vers Sisteron où il était peut-être attendu. Ces croquis trop rapides permettent de suivre sa rapide incursion dans le quartier du palais de Justice et de l’église St-Jean-de-Malte.

L’analyse de ces deux pages figure déjà dans l’article de la Provence historiquesignalé en bibliographie (Courtot, 2006) accessible sur le site de la Revue et dans les archives ouvertes de Hal-Amu (hal-amu.archives-ouvertes.fr), je ne la reprendrai donc succintement ici.

Aix-en-Provence: plusieurs croquis dans la ville, dont le clocher de l'église de Saint-Jean-de-Malte et une porte du rempart du 17e siècle (quartier Mazarin)
Buildings in a Town circa 1835-40 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D29547       CC-BY-NC-ND (3.0 Unported)

Titre proposé:  Aix-en-Provence: quelques croquis dans le quartier Mazarin (17e siècle), dont le clocher de l’église Saint-Jean-de-Malte et une porte du rempart du 17e siècle

Aix-en-Provence: le haut du cours Mirabeau et la statue du roi René, la rue Emeric David vue depuis la place des Prêcheurs
Street Scene, Etc. circa 1835-40 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D29548          CC-BY-NC-ND (3.0 Unported)

Titre proposé: Aix-en-Provence : le haut du cours Mirabeau, la statue du roi René et l’hôtel du Poët, la rue Emeric David vue de la place des Prêcheurs

Annexe documentaire

Le carnet peut être consulté sur le site de la Tate gallery:

http://www.tate.org.uk/art/sketchbook/genoa-to-grenoble-sketchbook-65923

(chaque * introduit un ou plusieurs croquis sur la même page)

Tate D29523(CCXCV-74a) : Antibes : le port, le fort Saint-André  (ou « fort Carré ») et les Alpes maritimes (à l’arrière-plan), vus depuis la ville

Tate D29524(CCXCV-75) : Antibes (Guillaud, p.495) : le port et le fort Saint-André vus vers le N, les Alpes maritimes à l’arrière-plan

Tate D29525(CCXCV-75a) : Antibes (Guillaud, p.495) : la ville vue de la plage devant la digue du port (vue vers l’O) ; peut-être le phare de la Garoupe à l’arrière plan gauche

Tate D29526(CCXCV-76) : Antibes (Guillaud, p.495) : la ville vue du port (prolongement du croquis vers le N au dessus), * le fort Saint André

Tate D29527(CCXCV-76a) : Antibes (Guillaud p.495) : l’intérieur du port vu vers la terre : la ville à gauche, le fort St André, continuation du croquis vers la droite au dessus

Tate D29528(CCXCV-77) : Antibes (Turner, Finberg, Tate, Guillaud : fort Carré p.494) : Le phare du port et le fort Saint-André vus de la ville (vers le NE)

Tate D29529(CCXCV-77a) : Cagnes-sur-mer : le village vu du Cros (bord de mer)

D29530(CCXCV-78) : Cagnes-sur-mer (Guillaud, ) : le village (Turner : « Cannes », Finberg, Tate : exemple de confusion possible à partir de la transcription phonétique de Turner sur son croquis il a écris « Cannes » pour Cagnes, et cette erreur, reprise par Finberg, figure encore dans le catalogue en ligne de la Tate gallery :Cannes (Turner))

Tate D29531(CCXCV-78a) :Antibes : * les Alpes et la côte de Nice vus de l’Ouest, * le fort St-André et le phare de la Garoupe vus de la mer (de l’E)

Tate D29532(CCXCV-79) : Antibes : le fort St André et le phare de la Garoupe (2 profils inversés)

Tate D29533(CCXCV-79a) :Antibes : le fort St André et le port : 4 croquis superposés, 2 croquis inversés : le fort St-André, la ville et le phare de la Garoupe, la tour du beffroi de la ville

Tate D29534(CCXCV-80) : Antibes :la ville vue de l’O

Tate D29535(CCXCV-80a) : Cannes : *le château et l’église vus de l’E, * la ville et le mont Chevalier (Suquet) vus de l’E, * (vertical à gauche) l’église et le château vus de l’O, * (vertical à droite) le versant est de la ville vu du port, * (à l’envers) le massif de l’Estérel vu de Cannes (voir l’analyse détaillée de cette page dans le billet n°1 : « Une introduction aux carnets de voyage de William Turner »)

Tate D29536(CCXCV-81) : Antibes ? : le fort St André et la ville ?

Tate D29537(CCXCV-81a) : Cannes : D29537 et D29538 sont deux pages associées qui portent plusieurs profils superposés  du château et de l’Eglise (le Suquet) et de la côte vue vers l’E (voir le billet n°1 « Une introduction aux carnets de voyage de William Turner », figures 4 et 5)

Tate D29538(CCXCV-82) : Cannes : voir D29537

Tate D29539(CCXCV-82a) :Cannes : * le château et la côte à l’ouest de la ville vers le massif de l’Estérel, * non identifié, * (à droite) le château, l’église et la chapelle St-Pierre vus de l’O, ** (inversés) croquis du Mont Chevalier en s’éloignant vers l’O.

Tate D29540(CCXCV-83) :Fréjus : (Turner : « Le Bourg ») * la ville vue de l’E, le massif des Maures à l’arrière-plan, ** 2 paysages non identifiés, ** (à gauche et à droite) non identifiés.

Tate D29541(CCXCV-83a) :Fréjus (Turner : Aux…) : ** 2 paysages non identifiés, * (à l’envers) plusieurs profils superposés de la ville vue de l’O, le massif de l’Estérel l’arrière-plan.

Cette page ne peut être comprise que si on accepte que les paysages non identifiés font encore partie de la traversée de l’Estérel, comme les non identifiés de la page précédente, et que la série de curieuses ébauches du profil de la ville de Fréjus sont dessinées au fur et à mesure que la voiture s’éloigne sur la route d’Aix-en-Provence

Tate D29542(CCXCV-84) :Roquebrune- sur-Argens : * non identifié, * le village et le rocher de Roquebrune à l’arrière-plan, * (inversé) non identifié * (vertical à droite) : Fréjus, le groupe de la cathédrale vu de l’O

Tate D29543(CCXCV-84a) :Trans-en-Provence      : * la rivière Nartuby et le pont Bertrand, *(à gauche)  paysage non identifié, *  le pont Vieux et le village vus de l’amont de la rivière

Tate D29544(CCXCV-85 ):Trans-en-Provence : * le pont Bertrand et le moulin à huile souterrain sur la rivière Nartuby vus de la Mairie, * ( à droite) le village des Arcs et le massif des Maures à l’arrière-plan ?

Tate D29545(CCXCV-85a) : Les Arcs ? : * Les Arcs vus de l’Est ? * (à droite)  le rocher des Arcs ?

Tate D29546(CCXCV-86) :Pourrières: * le village vu du sud ( Turner :« Pays de Aix » ?), * non identifié,  * inversé : non identifié, * (à droite vertical)  non identifé

Tate D29547(CCXCV-86a) :Aix-en-Provence : * une tour de l’enceinte de la ville * le clocher de l’église St-Jean-de-Malte

Tate D29548(CCXCV-87) :Aix-en-Provence : * la rue Emeric David vue de la place du palais de justice * le haut du cours Mirabeau: la statue du Roi René et l’hôtel du Poët

Bibliographie

Courtot R., Rinaudo Y., (1992) « Le Guide du Var », La Manufacture, Besançon, 260p.

Courtot, R., (2006) « Un itinéraire méconnu de Turner en Provence », Provence Historique, n°223, p.93-104.

http://provence-historique.mmsh.univ-aix.fr/Pdf/PH-1994-44-176_03.pdf

https://hal-amu.archives-ouvertes.fr/hal-01728697


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.