Sisteron, la ville, la forteresse et le pont sur la Durance dans la clue

4. Le Carnet du voyage de Turner de Gènes à Grenoble (3)

Bandeau: Sisteron (photo RCourtot)

3. LA ROUTE DE LA DURANCE VERS SISTERON ET GRENOBLE

 Cette dernière partie de l’itinéraire a  été étudiée dans mon article sur « Turner à Sisteron » (Courtot, 2004). J’ apporterai ici des compléments et la liste complète des pages du carnet CCXCV sur lesquelles j’ai pu proposer de nouvelles identifications ou compléter celles existantes

A Sisteron, des dessins nombreux et précis:
Les numéros renvoient aux points de vue des dessins dans l’ordre des pages du carnet de croquis. A1 désigne l’aquarelle depuis la Casette, A2 celle de la porte du Dauphiné. Les éléments remarquables du site sur les croquis sont désigné par des lettres : -a : donjon et église de la forteresse, -b : cathédrale, -c : prison, -d : tour des gendarmes, -e : hospice de la charité, -f : quartier des andrones, -g : pont sur la Durance, -h : couvent des dominicains, -i : tour du Dauphiné, -j : domaine et bastide de la Casette. -1 : remparts et tours -2 : escarpements rocheux
Fig.1 : Les “ points de vue ” de Turner à Sisteron (Courtot-Pentsch)

Les numéros renvoient aux points de vue des dessins dans l’ordre des pages du carnet de croquis. A1 désigne l’aquarelle depuis la Cazette, A2 celle de la porte du Dauphiné.
Les éléments remarquables du site sur les croquis sont désigné par des lettres :
-a : donjon et église de la forteresse, -b : prison, -c : cathédrale, -d : tour des gendarmes, -e : hospice de la charité, -f : quartier des andrones, -g : pont sur la Durance, -h : couvent des dominicains, -i : tour du Dauphiné, -j : domaine et bastide de la Casette.
-1 ligne de crête de la barre rocheuse, -2 : remparts et tours, -3 : escarpements rocheux, – 4 : point de vue et flèche d’orientation

Source : plan cadastral 1814 pour la ville, carte IGN 1/25000e Sisteron 3339OT 1997 pour les alentours (Courtot, 2004)

Fig.2: Sisteron circa 1835-40 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D2957

https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-sisteron-d29573

Forteresse de Sisteron, partie supérieure du dessin de la page D29572 Turner, carnet CCXCV

Associé à l'imageD29573 pour constituer un Croquis par Turner de la ville et de la forteresse de Sisteron depuis le pont sur la Durance dans la clue
Sisteron circa 1835-40 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D29572

Fig.3: Joseph Mallord William Turner, Sisteron,c.1835–40, ©Tate Gallery,Londres, ©Tate photo Legs Turner CCXCV 99a D29572  CC-BY-NC-ND (3.0 Unported)
https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-sisteron-d29572

Titre proposé pour les deux pages: Sisteron, la ville et la forteresse depuis le pont sur la Durance

Turner, après avoir traversé le pont sur la Durance vers le quartier de la Baume, en face de la ville, a ouvert son carnet dans le sens de la hauteur (« à l’Italienne »), pour avoir toute la place nécessaire pour dessiner la formidable vue en contre-plongée qu’il a de la ville, de la barre rocheuse et de la forteresse depuis l’endroit où il se trouve. Pourquoi a-t-il dessiné un second profil de la forteresse dans le ciel, et qui ne » tient » pas dans la page ? pour augmenter la hauteur du dessin jugée trop faible ? et la rattraper ainsi éventuellement sur une oeuvre à venir?

Sur la route, des profils topographiques a peine esquissés:

Le cas du Pic de Crigne

Monetier-Allemont, plusieurs croquis du cadre montagneux de la vallée de la Durance, en particulier vers le nord

Fig.4:  « Mountains », circa 1835-40, Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 ©Tate Gallery,Londres, ©Tate photo Legs Turner CCXCV 100a D29574 
CC-BY-NC-ND (3.0 Unported)
https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-mountains-d29574

Titre proposé: Vallée de la Durance à l’amont de Sisteron

Cette page est la première utilisée par Turner dans l’étape entre Sisteron et Gap: elle est ici présentée à l’envers pour montrer dans le bon sens les deux croquis identifiés qui sont des profils topographiques. Le premier présente une simple superposition de profils topographiques  dans le panorama largement ouvert de la vallée au nord de Sisteron jusqu’au massif du haut Champsaur qui ferme l’horizon nord. Le second est un croquis du pic de Crigne (1263m), qui est la terminaison est en forme de proue du synclinal perché de la Montagne des Selles: Turner l’a dessiné au moment où il est passé en voiture sur la route à son pied: l’épaisseur des marnes noires qui forment les pentes rend impressionnants les crêts calcaires qui dominent la Durance de plus de 700 m et ont créé des éboulis mégalithiques.

Fig.5:

Terminaison orientale du synclinal perché de Barcillonnette (04) au nord de Ventavon, vue oblique aérienne 3D du Géoportail IGN-France capture d’écran 2018-07-23
La montagne de Selles et le Pic de Crines
Terminaison orientale du synclinal perché de Barcillonnette (04) au nord de Ventavon
Vue oblique aérienne 3D du Géoportail IGN-France
capture d’écran 2018-07-23
Les aquarelles et gouaches de Sisteron

Avec Marseille, Sisteron est la seule ville dont Turner a rapporté des aquarelles et gouaches en nombre remarquable. A l’époque de ma première études (Courtot , 2002) je n’en ai présenté que deux , car je ne connaissais tout simplement pas les autres, faute d’un catalogue raisonné des aquarelles et gouaches de Turner. Depuis ma connaissance s’est élargie grâce aux remarques de Ian Warrell et aux billets du blog de David Hill (« Sublime sites »). Je vais tout d’abord revenir sur l’une des deux aquarelles analysées en 2004 car mon analyse contient quelques inexactitudes que je voudrais corriger ici.

La première, intitulée « Sisteron, France », fait partie des collections de la Withworth Art Gallery de l’Université de Manchester, où elle figure sous ce titre  et le numéro D.1892.115. Je n’ai pas trouvé d’étude de cette image antérieure à la mienne, mais ce n’est pas une raison pour qu’il n’en existe pas de plus perspicaces, car cette oeuvres est bien connue depuis longtemps, et souvent exposée: en France par exemple elle a fait partie de deux expositions sur Turner et figure donc dans deux catalogues:

  • « Turner en France », par Jacqueline et Maurice Guillaud, Centre culturel du Marais, Paris, 1981; Cette exposition a présenté les croquis des nombreux carnets des voyages de Turner à travers la France, et les gouaches et aquarelles qui en sont résultées.
  • « Turner et la couleur » par Yan Warrell, Caumont centre d’art, Aix-en-Provence, 2016 : « Sisteron » a permis à Y. Warrell d’illustrer la marche de Turner vers la couleur dans la section de l’exposition « La lumière de Gènes » et dans le chapitre  « Turner en Provence » du catalogue.

Une visite récente et plus complète du domaine m’a permis de corriger certaines affirmations de mon premier texte, en ce qui concerne la disposition des éléments du paysage visible sur l’œuvre en comparaison avec leur situation dans la réalité du terrain .

Fig.6:

La citadelle et la clue de Sisteron vues de la Cazette, William Turner, 1838. Courtesy of the Whitworth, The University of Manchester
La citadelle et la clue de Sisteron vues de la Cazette, William Turner, 1838. Courtesy of the Whitworth, The University of Manchester

Fig.7:

a) Croquis résumé de l'oeuvre (Roland Courtot) conservée à la Withworth art gallery de l'Université de Manchester (D.1892.115) b) Photographie du même panorama prise de la Casette (Sisteron, à la confluence de la Durance et du Buech)
a) Croquis résumé de l’oeuvre (Roland Courtot) conservée à la Withworth art gallery de l’Université de Manchester (D.1892.115)
b) Photographie du même panorama prise de la Casette (Sisteron, à la confluence de la Durance et du Buech)

Source : Revue Méditerranée, n° 102 (1), 2004, p.161  https://hal-amu.archives-ouvertes.fr/hal-01716308/document

A mon avis tout le paragraphe serait à reprendre :

« L’aquarelle se lit au moins à deux niveaux. Un niveau de détail, pas toujours aisé à observer, mais souvent d’une grande richesse, et d’une grande exactitude (du moins quant on peut la corroborer) , en particulier dans les premiers plans. Ceux-ci sont animés par des scènes de vie rurale. A gauche des personnages descendent les escaliers d’une terrasse vers une sorte de clos où d’autres personnages s’activent autour de seaux et de cuveaux , devant ce qui ressemble à une vigne à l’automne (les feuilles sont jaunes, les ceps apparents), dominant la rivière (vers laquelle un petit portique de pierre permettrait de descendre): s’agit-il d’une scène de vendange ? le lieu, la terrasse fluviale dominant la rivière, et la saison rendent cette hypothèse plausible ; l’année exacte de ce voyage de Turner est inconnue, mais pas la saison, car une page du carnet, utilisée antérieurement sur cet itinéraire, indique la date du 10 septembre, sur un dessin de Nice (Guillaud, 1981, p.496). A droite, séparé du clos par un muret et une haie, c’est un jardin en terrasse que nous apercevons : deux murs de soutènement, soulignés par les arbres et arbustes qui les flanquent et les couronnent, rythment la descente d’une allée vers la rivière. Une dame bien mise, avec un enfant, la remonte et s’approche d’une vasque surmontée d’un fronton de pierre décoré, adossé à la pente, comme on peut en voir dans les jardins des bastides en Provence. La place qu’il accorde à ces personnages au premier plan traduit bien le fait que “ l’intérêt pour l’humanité est tel qu’il prend souvent une place majeure dans les aquarelles que Turner réalise plus tard, après le voyage(…) l’aquarelle le met en bonne place, comme élément d’un dialogue vital entre l’homme et le paysage (Guillaud, 1981, p.14).  (Courtot, 2002, p.162)

A gauche au premier plan, l’escalier que deux personnages descendent ne procède pas d’un éventuel rocher au bord de la Durance : aucun affleurement rocheux ne figure à la confluence avec le Buech, la Cazette étant construite sur une terrasse fluvio-glaciaire, et le substrat est fait de marnes jurassiques. Il existait une maison à cet endroit, dont il ne reste qu’un pan de mur avec une ouverture de fenêtre, à l’aplomb de la rive verticale actuelle. Cette maison a étémanifestement emportée par l’érosion latérale de la Durance, mais la date de cet écroulement est inconnue, en tout cas antérieure au cadastre napoléonien (1808), oû elle ne figure pas, et donc antérieure au passage de Turner. Cette partie du site apparaît sur un des derniers dessins de Turner à Sisteron : « Pont et forteresse sur un rocher », D29579 Turner Bequest CCXCV 103 (1835, Tate), réalisé depuis la rive gauche de la Durance à l’amont du quartier de la Baume:

Turner, regardant vers le sud, présente la clue, le pont de Sisteron et la forteresse : le croquis est une simple esquisse, le trait est pâle et peu lisible, mais on distingue dans l’angle de la confluence avec le Buech, en contrastant l’image, un coin de la Cazette posée sur les terrasses dominant la rivière. Celles-ci sont soutenues par des voutes de pierres sur deux niveaux qui regardent à l’est. Ce dispositif explique donc la terrasse d’où descendent les personnages. En outre, sur la photographie de la figure n°6, prise en hiver, les détails du site de la Cazette sont bien visibles dans cette vue oblique quasi « aérienne » (prise depuis la forteresse qui surplombe la confluence) : on y aperçoit, à l’angle SE du château, une descente courbe de la terrasse au jardin, qui rappelle « l’escalier aux personnages ». Turner a pu y ajouter un escalier dont il a trouvé l’exemple dans celui qui relie la terrasse de la bastide au jardin inférieur au bord du Buech. Les éléments de paysage mobilisés par Turner seraient bien là, mais rassemblés dans une disposition nouvelle qui ne correspondrait pas exactement à la « réalité-terrain » : elle conviendrait à sa composition de l’œuvre.  Cette intervention du peintre sur la « géométrie » du paysage se traduit ici de deux façons, comme souvent ailleurs chez Turner: un refermement de l’éventail de l’angle de vue (voir Carnet n°3, le cas de Viviers) et une exagération des reliefs, comme si le paysage gagnait en hauteur ce qu’il perd en largeur.

Fig.8: La Cazette, entre Buech et Durance à Sisteron (photo RCourtot)

Bastide-Château située dans l'angle de la confluence du Buech (en bas de l'image) avec la Durance (a droite), à l'amont de la clue de Sisteron (photographie RCourtot prise de la forteresse de Sisteron vers le nord en janvier 2004)
La Casette: Bastide-Château située dans l’angle de la confluence du Buech (en bas de l’image) avec la Durance (a droite), à l’amont de la clue de Sisteron (photographie RCourtot prise de la forteresse de Sisteron vers le nord en janvier 2004)

La vasque et le fronton devant lesquels la dame bien mise, avec un enfant ,» se promène , sur le côté droit de l’aquarelle au premier plan, ne peut se trouver à cet endroit par rapport à la réalité du paysage : la terrasse sud de la bastide donne frontalement sur une prairie humide bordière du Buech. Par contre, Turner a pu voir des murs de soutènement qui rythment la descente du terrain vers la rivières, avec arbres et arbustes, et dans le parc des fontaines associées au système de distribution hydraulique à partir des sources.

Enfin et surtout la vigne et la vendange,  vues dans mon premier texte comme très plausible, ne peuvent se situer à cet endroit, comme en fait foi le cadastre napoléonien (1808), qui ne mentionne aucune parcelle de vigne , pas plus que la carte de l’Etat-major au 1/40000 ème (  géoportail IGN « Remonterletemps », carte en hachures et en couleurs, Digne, n° 212, 1860). On peut  penser à un oubli des officiers du cadastre, car il peut s’agir de ceps de vigne inclus dans un jardin, mais aussi  à une création de l’imagination du peintre, qui aurait transposé là une scène de vendange observée à un autre endroit de son itinéraire provençal… Dans cette première moitié du 19esiècle, l’économie agricole est encore fortement locale et régionale, et la vigne est très présente partout où les conditions édaphiques le permettent : dans la vallée de la Durance, et jusque très amont dans la montagne, la vigne est intégrée dans la polyculture locale, et Turner a cotoyé des vignes tout au long de sa traversée de la Provence. A Sisteron même, au sud de la clue,  les parcelles de ceps parsemaient le pied des versants et les pentes de la vallée, tandis qu’elles étaient absentes au nord de la clue, ou dominait la culture des céréales: la clue a toujours été considérée comme une frontière climatique entre les influences méditerranéennes et alpines.

Les moulins qui se trouvent sur la rive droite du Buech (avant la confluence) et sur celle de la Durance (après la confluence) sont tous vus sous le même angle, la roue à aube tournant dans un plan perpendiculaire à l’axe de la vue du peintre. Cela devait être vrai pour le « moulin à poudre » du Buech, dont l’existence est attestée par les gravures et les cartes anciennes. Mais cela ne correspond pas à la réalité pour les deux autres qui apparaissent sur la rive droite de la Durance àl’amont de la porte du Dauphiné : avec leur roue perpendiculaire au courant de la Durance, ils auraient risqué d’être emportés par des crues en fait ils ne figurent nul part et sont né de l’imaginaire de Turner, qui a vu plusieurs moulins à farine de part et d’autre du Buech à l’amont de la Cazette.

Cette différence entre le dessin du paysage par Turner et la réalité qu’il avait sous les yeux peut donc être interprétée, à partir de ce que nous voyons aujourd’hui et ce que nous connaissons par les archives graphiques, cartographiques et documentaires, par l’effet de la composition du « tableau » paysager par le peintre. Comme dans le cas de Viviers (analysé dans le carnet n°3), Turner a placé et déplacé à loisir des éléments du paysage pour construire sa propre vision de Sisteron, une nouvelle présentation de ce lieu, en particulier des premiers plans. Cela évoque pour moi les paroles de Gilles Deleuze qui, dans ses cours universitaires d’avril 1981, définit la création artistique comme une nouvelle « présentation » (et non une « représentation »), une nouvelle image issue de « choix et d’élagages », un nouvel objet en soi. On trouvera son analyse dans «La voix de Gilles Deleuze », sur le site web de l’Université Paris 8 : http://www2.univ-paris8.fr/deleuze/article.php3?id_article=40: « La peinture et la question des concepts ». Il cite d’ailleurs Turner dans sa démonstration, mais plus à propos de la couleur qu’à propos des formes (cours du 7 avril 1981).

Annexe documentaire :

Carnet CCXCV : de Gènes à Grenoble, pages D29549/87a à D29593/114

Le carnet peut être consulté sur le site de la Tate gallery:

http://www.tate.org.uk/art/sketchbook/genoa-to-grenoble-sketchbook-65923

Tate D29549 (CCXCV 87a) : Meyrargues : le château perché vu du village

Tate D29550(CCXCV 88) : Peyrolles-en-Provence ? (Turner : “Perol” ?) : * profil de la clue de Mirabeau depuis le village de Peyrolles, * bâtiment avec tour non identifié, peut-être le château de Peyrolles

Tate D29551 (CCXCV 89) : la route de la vallée de la Durance

D29553 (CCXCV 90) : Clue de Mirabeau (Turner : « Mirabeau », Finberg,Tate) : * le portique nord du pont suspendu et la chapelle Ste-Marie-Madeleine-du-Pont vus de la rive sud de la Durance, * la clue et le pont suspendu construit en 1831 vus du côté aval (O)

Tate D29554 (CCXCV 90a) :  Clue de Mirabeau : * la chapelle (rive nord) vue de la rive sud, * la Durance vers l’amont de la clue ( ?)

Tate D29555 (CCXCV 91) : non identifié

Tate D29556 (CCXCV 91a) : non identifié : château ( ?) et rivière au premier plan (Durance ?)

Tate D29557 (CCXCV 92) : Sainte-Tulle : (Turner : « St.Etue », Finberg-Tate) le village depuis la route royale (E) : * la tour de l’horloge et l’église Notre-Dame de Beauvoir, * le village sur le rebord du val d’un petit affluent de la Durance,  * Manosque (Turner) : la ville et le Mont d’Or depuis la route (de loin en arrivant par le sud

Tate D29558 (CCXCV  92a) : Manosque : * la ville et le Mont d’Or, ***(vertical) : 3 croquis dont seul le premier est identifié comme représentant la ville de Manosque de loin, depuis le nord (manifestement, la voiture de Turner ne s’est pas arrêtée à Manosque, donc une voiture privée, puisque Manosque était une étape des diligences publiques,  et Turner n’a fait que des petits dessins à la hâte en passant au large de la ville, pendant que la voiture roulait)

Tate D29559 (CCXCV 93) : Volx : (Turner : « Volx », Finberg-Tate) : * le village et la clue de la rivière Laye à travers la terminaison orientale du Lubéron, * (inversé) : Volx et la Laye à la sortie de sa clue ( ?)

Tate D29560 (CCXCV 93a) : Volx (Finberg-Tate) Villeneuve :le village et la clue de la rivière Laye (Turner : « Volx »),  *  inversé : le village de Villeneuve  (Turner : « Villeneuve »)

Tate D29561 (CCXCV 94) : Peyruis (?) :  vallée de la Durance vue vers le nord, terrasse de Saint-Auban à gauche et bac à traille des Mées à droite

Tate D29562 (CCXCV 94a) : Sisteron  (Finberg-Tate) :  vue d’ensemble de la ville, la forteresse et la clue depuis l’arrivée sud par la route royal

Tate D29563 (CCXCV 95)  : Sisteron  (Guillaud) : la vallée de la Durance vers l’aval, vue depuis le château de Sisteron (la chapelle et les tours du château au premier plan)

Tate D29564 (CCXCV 95a) : Sisteron (Finberg-Tate) *la ville, le château et la clue depuis le sud, petit croquis de loin , * idem , grand croquis détaillé rapproché

Tate D29565 (CCXCV 96) : Sisteron (Finberg-Tate) : la ville, le château et la clue vus de l’extérieur de la Porte de Château-Arnoux, les remparts sud au premier plan

Tate D29566 (CCXCV 96a) : Sisteron (Finberg-Tate) : le château vu de l’Ouest, sur la crête qui le porte (la Cazette en bas à gauche, à la confluence du Buech et de la Durance)

Tate D29567 (CCXCV 97) : Sisteron (Turner : « Sisteron » , Finberg-Tate) : la ville, le château et la clue vus de l’extérieur de la Porte de Château-Arnoux, les remparts sud au premier plan

Tate D29568 (CCXCV 97a) : Sisteron (Finberg-Tate) : * la forteresse depuis la ville, la cathédrale Saint- au premier plan à droite, * petit croquis des rempart en bas à gauche

Tate D29569 (CCXCV 98) : Sisteron (Finberg-Tate) : la ville et le château, angle SE des remparts ( tour de la Gendarmerie au premier plan, cathédrale Notre-Dame des Pommiers au second plan à droite)

Tate D29570 (CCXCV 98a) : Sisteron (Finberg-Tate) ; la ville, la forteresse, le pont de la clue et le quartier de la Balme, vus de l’aval de la rive droite de la Durance

Tate D29571 (CCXCV 99) : Sisteron (Finberg-Tate) : la ville basse, le pont sur la Durance et le quartier de la Balme, vus de l’aval

Tate D29572 (CCXCV 99a) et D29573 (CCXCV 100) : Sisteron (Finberg-Tate) : ces deux pages sont associées pour un même croquis : une vue du château et de la ville depuis le faubourg de la Balme , de l’autre côté du pont sur la Durance (voir texte du billet)

Tate D29574 (CCXCV 100a) : Monetier-Allemont : la vallée de la Durance vue vers l’amont à Ventavon, * le Pic de Crigne et la Crête des Selles,  (inversé) * le plan de Vitrolles et la Petite Ceüse (?), *  non identifié

Tate D29575 (CCXCV 101) : La Saulce (Turner :  « Sauce »), * (en travers) : vue du village depuis la route d’arrivée (O), ** non identifiés

Tate D29576 (CCXCV 101a) : Gap (Turner : « Gap », Finberg) la ville vue du NE,  église St-Augustin des Cordeliers et clocher roman de la cathédrale (Notre-Dame et St-Arnoux)

Tate D29577 (CCXCV 102) : Gap (Guillaud) : la porte Colombe (une des portes de l’enceinte de la ville)

Tate D29578 (CCXCV 102a) : Sisteron (Guillaud) : la clue, la ville et le château vus du Nord-Est (couvent des Dominicains au 1° plan)

Tate D29579 CCXCV 103) : Sisteron (Guillaud) : le rocher de la citadelle et la clue, vus de la Cazette (1erplan à droite) : esquisse pour l’aquarelle « Sisteron, France », The Whitworth art gallery Manchester

Tate D29586 (CCXCV 110):  Route de Gap à Grenoble  :   non identifié

Tate D29588 (CCXCV 111) : Route de Gap à Grenoble : non identifié

Tate D29589 (CCXCV 112) : Itinéraire du voyage de Gènes à Nice (Finberg-Tate) suites des noms des localités traversées entre Gènes et Nice, inscrits selon leur position géographique ( plus le début de la route de Cannes à Grenoble par les Préalpes,  de Grasse à Castellane, non empruntée) : voir figure du billet n°4 (2)

Tate D29590 (CCXCV 112a) : Route de Gap à Grenoble :   non identifié

Tate D29591 (CCXCV 113) : Route de Gap à Grenoble :      non identifié

Tate D29592 (CCXCV 113a) : Route de Gap à Grenoble :    non identifié

Tate D29593 (CCXCV 114) : Route de Gap à Grenoble :      non identifié

Bibliographie

Courtot, R., (2004) « Turner à Sisteron », Méditerranée, n°1-2, Aix-en-Provence, p.157-164. hal-amu.archives-ouvertes.fr/hal-01716308/document

Hill, D., « Sublimes sites, explorations in the footsteps of Turner »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.