Itinéraire de la route N7 dite "route de la corniche entre La Turbie et Menton sur la carte de Grasse au 1/40000e de 1866, IGN < Remonter le temps>

5. Dates et itinéraires des carnets de Turner à travers le sud-est de la France

Bandeau: Détail de la Carte d’Etat-Major 1/40000eme GRASSE 1866 La Turbie Menton (IGN Remonterletemps)

Avant d’aller plus loin dans l’analyse des carnets, Je pense qu’il est nécessaire de faire le point sur les connaissances actuelles concernant ces voyages et les questions qu’ ils posent pour leurs dates et leurs trajets. Nous les connaissons à travers les carnets suivants :

 

– 229 Orleans to Marseilles  (Finberg, CCXXIX)

– 230 Lyons to Marseilles  (Finberg,  CCXXX)

– 231 Marseilles to Genoa(Finberg, CCXXXI)

– 232 Coast of Genoa (Finberg, CCXXXII/

– 295 Genoa to Grenoble(Finberg, CCXCV)

 

La chronologie fixée par Finberg pour les quatre premiers a été respectée pendant longtemps et ils ont été considérés comme utilisés par Turner au cours d’un seul et même voyage aller de Paris à Rome en 1828 (avec retour en 1829 par le Piémont et les Alpes): Maurice Guillaud en particulier est resté fidèle à cette chronologie, et John Gage, dans sa somme “Turner”, publiée en Français (Gage, 2010),  l ‘écrit encore..Le catalogue en ligne de la Tate gallery continue de l’adopter.

En fait plusieurs historiens d’art, et Ian Warrell en particulier, se sont interrogés sur le fait que

Le carnet 295 décrit un voyage de retour de Gènes vers la France dont on ignore tout du voyage d’aller. En outre, dans les carnets attribués au voyage d’aller vers Rome en 1828, par deux fois le même itinéraire est documenté dans deux carnets: le CCXXIX et le   CCXXX/230 pour Lyon-Marseille,  le CCXXXI/231 et le CCXXXII/232  pour Marseille Gènes. Or ces deux “couples” posent problème car ils sont mal “appareillés”, pour des carnets qui auraient été utilises en même temps et aux mêmes endroits par le peintre.

Remarquons enfin que les deux premiers carnets, CCXXIX/229 et CCXXX/230, ont été tous les deux dégraphés  et leurs feuillets séparés lors de l’inventaire du leg Turner par la National Gallery : on ne peut donc, malgré leur numérotation, se fier aveuglément à la succession actuelle des pages pour determiner un itinéraire du peintre.

 

Comparons CCXXIX/229 et  CCXXX/230

Le premier commence à Orléans et finit à Marseille; le second commence à Vienne et finit à Toulon. Le premier présente avant Lyon un itinéraire nouveau que Turner parcourt pour la première fois (et qu’il ne réempreintera pas) pour aller de Paris à Lyon: par Orléans et Clermont-Ferrand. L’itinéraire décrit par le second est signalé par Turner dans deux lettres: l’une au départ de Paris, l’autre à l’arrivée à Rome:

 

  • Dans la première, il ne parle pas d’un quelconque trajet vers Lyon par Clermont-Ferrand, mais évoque un voyage par Turin et Gènes (la route directe de Paris à Rome par les Alpes), ou un détour par Antibes (cad par Marseille et Nice vers Gènes):

 

Cela dit, Je ne puis vous dire quand j’arriverai à Romei, cela étant fonction de mon itinéraire qui peut être via Turin et Gènes ou encore via Antibes…(Turner à C.L. Eastlake, Paris, 23 août 1828) (Guillaud, 1982)

 

Il est pressé car il s’excuse au début de la lettre de ne pas être à la date convenue à Rome auprès de son ami Charles Eastlake, avec qui il a loué une maison pour le 1e septembre: cela ne l’empêche pas d’adopter à partir de Lyon la seconde option, par Marseille, plus longue, mais qui lui permet d’admirer de nouveaux paysages et les monuments romains de la France méditerranéenne. La date de cette lettre situe donc ce voyage à la fin de l’été 1828.

 

  • La seconde lettre, écrite de Rome à son arrivée, pour un correspondant à Londres, n’évoque en rien un trajet par le Massif central, mais se plaint de la chaleur rencontrée dans le sud, à Nîmes et Arles, en visitant justement les monuments antiques. Or le détour par Nîmes est bien décrit dans le carnet CCXXX/230, et non dans le CCXXIX/229.

 

Enfin un troisième argument vient appuyer l’utilisation de chaque carnets sur deux voyages différents: celui qui découle de l’analyse même des pages de dessin.  Pour l’itinéraire Lyon-Avignon,  sur le carnet CCXXIX/229 les pages sont moins nombreuses, les croquis plus petits, moins détaillés, plus en désordre: cela s’explique si on fait l’hypothèse qu’il a voyagé les deux fois sur un bateau fluvial, mais de propulsion différente. En 1828, il y a toute chance pour que Turner ait embarqué à Lyon sur ce qu’on appelle alors un coche d’eau, qui descend le fleuve à la voile, et à la force du courant (et qui le remonte halé par un attelage de chevaux sur la berge): le voyage dure deux jours, et cette durée est confirmés par le fait que Turner dessine un soleil qui se couche sur une page du milieu du carne. Tandis qu’au voyage suivant il fait un trajet beaucoup plus rapide ( un jour) sur un bateau à vapeur, donc à une date forcément postérieure: après 1830, année de l’apparition du premier vapeur de voyageurs sur le Rhône entre Lyon et Avignon. On peut donc considérer comme acquis que le carnet CCXXIX/229 n’est plus le premier de la liste pour le voyage de 1828, mais qu’il décrit un aller vers la Provence et l’Italie plus tardif, dont il faut trouver la suite, le but final et le retour.

 

Pour la suite de ces deux carnets, considérons maintenant le deuxième “couple” de carnets qui concernent l’itinéraire entre Marseille et Gènes, le CCXXXI/231 et le CCXXXII/232.

Le premier est utilise après Toulon, et rempli de façon régulière jusqu’à Gènes. Le second, utilisé d’une façon plus irrégulière quant au trajet,  commence à Toulon, se poursuit jusqu’à Gènes, avant de décrire dans sa deuxième partie un trajet inverse de Gènes à Toulon.

Ces deux carnets, à l’inverse des deux précédents, n’ont pas été demembrés et si les dessins ne se succèdent pas dans l’ordre de l’itinéraire, cela peut tenir à la fantaisie de Turner: peut-on imaginer qu’il aurait utilisé le carnet CCXXXII/232 alternativement dans un sens et dans l’autre pour décrire le même itinéraire ?. Mais sinon, comment “accepter” ce retour de Gènes à Toulon dans le calendrier connu de ses voyages ?

 

Dans un premier temps, donc, le carnet CCXCV/295 était associé à un voyage tardif (entre 1835 et 1840): retour d’Italie vers la France, dont le voyage aller n’était pas connu car aucun carnet du leg Turner ne lui correspondait. Les autres carnets étaient groupés dans le voyage mieux connu de 1828, avec les difficultés d’associer les carnets que je viens de présenter. C’est ce schéma que j’ai suivi dans les premières études que j’ai consacrées à ces carnets (Courtot 2002, 2006, 2008, 2009, 2012, 2013). Or, en 2016, lorsqu’il m’a confié la rédaction d’un chapitre sur Turner en Provence dans le catalogue de l’exposition du centre d’art de l’Hôtel Caumont à Aix-en-Provence dont il était le commissaire (“Turner et la couleur”), Ian Warrell m’a proposé de considérer l’hypothèse de deux aller-et-retours de Turner en Provence, en associant les carnets CCXXX/230 et CCXXXI/231 pour l’aller du voyage de 1828, et les carnets CCXIX/229 et 232 pour un aller jusqu’à Gènes qui correspondrait au retour tel que décrit dans le CCXXIX/229 jusqu’à Grenoble, dans les années 1835-1840 (peut-être 1838). Cette hypothèse est séduisante, et je l’ai présentée dans mon texte (Courtot, 2016). Cependant, je n’ai pas réussi à lever jusqu’ici la contradiction qui empèche de considérer le carnet CCXXXII/232 comme décrivant la fin de l’aller à Gènes après le CCXXIX/229: sa deuxième partie qui décrit un retour de Gènes jusqu’à Toulon, ne peut correspondre au même itinéraire décrit par leCCXCV/295, puisque dans ce dernier Turner abandonne la côte Provençale à  Fréjus pour se diriger vers Aix-en-Provence par la route de l’intérieur. La question reste posée

 

Quoi qu’il en soit, dans les prochains billets je présenterai les lieux que j’ai pu identifier dans ces carnets “controversés”, en commençant par le premier »couple » évoqué ci-dessus,CCXXIX/229 et CCXXX/230, mais dans le nouvel ordre chronologique (230, puis 229). Le second couple, CCXXXI/231 et CCXXXII/232, viendra ensuite, ce qui permettra de poursuivre le voyage de 1828 par les carnets en Italie, jusqu’à Rome et sur le chemin du retour en France (automne 1828 et hiver 1828-29).

Bibliographie

Cage J., (2010): « Turner », Citadelles & Mazenod, Paris, 399 p.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.