La route nationale 7 actuelle, à l'endroit où la diligence qui portait Turner fut bloquée par la neige en janvier 1829, au col du Pin Bouchain, entre Tarare et Roanne (Google earth)

16. Turner et la Montagne de Tarare (1829)

Bandeau: La route nationale 7 actuelle, à l’endroit où la diligence qui portait Turner fut bloquée par la neige le 22 janvier 1829, dans la montée du col du Pin Bouchain, entre Tarare et Roanne (source: Street view de Google earth, mars 2019, point de vue et orientation voisins de ceux de l’oeuvre de Turner)

Messieurs les voyageurs au retour d'Italie (par la diligence) dans une tempête de neige sur la Montagne de Tarare 22 janvier 1829 William Turner The British Museum
Messieurs les voyageurs au retour d’Italie (par la diligence) dans une tempête de neige sur la Montagne de Tarare 22 janvier 1829 exposé 1829 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 The British Museum http://www.tate.org.uk/art/work/TW0393

https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-messieurs-les-voyageurs-on-their-return-from-italy-par-la-diligence-in-a-snow-drift-tw0393

Cette aquarelle illustre la seconde mésaventure du retour de Turner en janvier 1829, après celle du Mont Cenis. Elle a ceci de particulier que la localisation géographique de cet événement est restée longtemps inconnue. Dans une lettre à Eastlake Turner écrit le 16 février 1829 :

« …Nous avons traversé le Mont Cenis en traineau, bivouaqué trois heures dans la neige sur le mont Tarrar autour d’un feu, pendant qu’on tirait la diligence – qu’un banc de neige avait empêché de se renverser. »
(Wilton,  p.146, 2006, Imprimerie Nationale, Paris, 236 p.)

Cette formulation elliptique et cette orthographe particulière ont eu pour résultat que ce mont Tarrar a été cherché par les spécialistes de Turner pendant des années sur l’itinéraire de ce voyage de retour d’Italie entre le col du Mont-Cenis et Lyon: encore dans l’édition en Français de sa somme sur « Turner » en 2006 (édition anglaise originale en 1987) Andrew Wilton relate :


« Le voyage se déroula dans de mauvaises conditions ; comme au retour d’Italie en 1820, le véhicule de Turner eut un accident dans la neige, cette fois sur le mont Tarare, près de Grenoble. Il raconta le périple dans une lettre à Eastlake datée du 16 février 1829 » (Wilton,  p.146, 2006, Imprimerie Nationale, Paris, 236 p.)

La lettre de Turner pouvait donc prêter à confusion, par l’orthographe et l’absence de localisation précise de l’accident, sur un itinéraire aussi long : il dit bien toutefois à Eastlake que «  Bref, de Foligno à 32 km de Paris, je n’ai jamais vu la route. Seulement de la neige !». Il aurait donc fallu chercher beaucoup plus loin dans l’itinéraire puisqu’ apparemment l’épisode neigeux responsable de ces chutes énormes affecta tout le nord de l’Italie et l’est de la France jusqu’à proximité de Paris.

Il a fallu attendre qu’un chercheur de l’université du Texas, Donald W. Olson, astrophysicien spécialisé dans l’étude scientifique des œuvres d’art (le « détective du ciel »), pense tout simplement à la ville de Tarare, autre étape du voyage de Turner entre Lyon et Paris, dans les monts du Beaujolais. Il a pu ainsi localiser exactement l’événement : dans la longue et sinueuse montée de la route royale à l’ouest de Tarare, et confirmer la date notée par Turner dans le titre de l’œuvre, précisément dans la nuit du 29 juin 1829, en s’appuyant sur la position de la lune et des planètes dans le ciel nocturne de l’œuvre. Une enquête sur le terrain lui a fourni les confirmations nécessaires, en particulier la lecture des archives de la presse locale, qui annonçait de grosses chutes de neige sur les monts du Beaujolais au moment du passage de Turner. L’essentiel de la documentation de cet article 16 est donc tiré du paragraphe 3 : J. M. W. Turner’s Night Sky Over a Snowy Road , p. 25-34, du chapitre 1: Monet and Turner, Masters of Sea and Sky, de la partie I : Astronomy in Art, du livre Celestial Sleuth (Using Astronomy to solve Mysteries in Art, History and Littérature),Springer, New York, 2014 . 

L’œuvre de Turner documente cette fois de façon claire l’événement ; aucune ambigüité ou dissimulation, comme dans le cas de « Tempête de neige, passage du Mont-Cenis » ( voir l’article n°15). L’énorme véhicule de la diligence Lyon-Paris (rien à voir avec les petites voitures qui franchissaient à la même époque les cols alpins) qui a versé dans le fossé du côté de la montagne (une chance !) peut-être en butant dans une congère ( Turner : «… la diligence, qu’un banc de neige avait empêchée de se renverser »), ne pouvait être sorti de cette mauvaise posture que par un attelage de bœufs, qu’il fallu aller chercher au premier village au pied de la côte. D’où l’attente dans la nuit et le froid, et le grand feu allumé par les cochers pour s’éclairer et réchauffer les voyageurs transis. 

La scène est saisie au moment où les secours arrivent : on aperçoit à gauche une paire de bœufs attelés sous le joug. Au premier plan, sur la neige, quelques colis et bagages déchargés pour diminuer le poids du véhicule, quelques outils nécessaires et certainement tirés des coffres de la voiture : des pelles pour la neige et une hache pour couper des branches (afin d’alimenter le feux ou/et peut-être affermir le passage des roues sur la neige). Au second plan, la scène centrale se partage en deux groupes : 

  • A l’avant de la voiture, une paire de bœufs accouplés sous le joug est placée devant les chevaux, qui sont eux attelés avec des colliers : un de ceux-ci est tenu à la bride par un personnage en veste d’uniforme et chapeau qui pourrait être le cocher. Autour des roues, d’autres hommes s’activent à les dégager de la neige, tandis que plusieurs tirent sur une corde tendue en oblique pour redresser la voiture.
  • Un grand feu éclaire la scène, autour duquel les passagers se pressent et se réchauffent en lui tendant les mains. A l’écart, un personnage assis coiffé d’un chapeau haut de forme est en train de dessiner : Turner lui-même ( ?). 

Les forts contrastes du clair-obscur créé par la neige, le feu et la nuit noire sont parfaitement exploités par le peintre pour dramatiser l’instant. Il transcrit en même temps avec précision l’état du ciel nocturne, en particulier la forme de la lune et la position de la constellation des Gémeaux (Castor et Pollux), de telle sorte que D. Olson pourra utiliser ces observations astronomiques indispensables dans sa détermination de la date de l’évènement. Il ira jusqu’à donner une position géodésique du lieu de l’accident :

« 45.912° north, 4.357° east, near a sweeping turn just below the summit of Mont Tarare » (Celestial Sleuth, p.31). C’est-à-dire 45° 54’ 39’’ de lattitude nord et 4° 21’ 25 ‘’ de longitude est en coordonnées géographiques.

Lieu de l’accident de la diligence deTurner en 1829, route Lyon-Paris Montagne de Tarare (Source : Géoportail-IGN-France)
Lieu de l’accident de la diligence deTurner en 1829, route Lyon-Paris Montagne de Tarare (Source : Géoportail-IGN-France)

Le lieu de l’accident de la diligence transportant Turner dans la nuit du 29 janvier 1829, sur la route royale Lyon-Paris (aujourd’hui route N7) dans la montée au col du Pin Bouchain, est indiqué par la plume rouge

(Source : vue perspective aérienne oblique 3D orientée sud-nord Géoportail-IGN-France)

Sur l’image ci-dessus, la plume rouge indique le lieu fixé par D. OLson pour l’accident de la diligence, à peu de distance du sommet du col du Pin Bouchain, à environ 700 m d’altitude : le versant gauche de la vallée remonté par la route, orienté vers l’ouest, a dù voir s’accumuler la neige sous l’effet du vent dominant d’ouest. Les «bœufs de secours» ont pu venir du village de Joux (en bas de l’image à droite) sur le territoire de la commune duquel la route passe. Cette partie de la route royale la plus courte entre Paris et Lyon, nommée “grande route de Paris à Lyon par le Bourbonnais” sur la carte de Cassini (fin 18e siècle), avait changé d’itinéraire entre Tarare et le col du Pin Bouchain, lors des grands aménagements routiers sous le Consulat et l’Empire. La route ancienne (telle qu’on peut la voir sur la carte de Cassini) montait directement sur le plateau de la Montagne de Tarare plus à l’est, tandis que le nouveau tracé montait plus progressivement par les versants gauche de la rivière Turdine et de la petite vallée où eu lieu l’accident. Apparemment cela ne supprimait pas les dangers de l’enneigement hivernal. Ajoutons que les diligences, qui à cette époque assuraient le transport des voyageurs sur les grands axes routiers comme Paris-Lyon, étaient de lourds véhicules: tirés par 4 à 6 chevaux, elles accueillaient jusqu’à 16 et 21 passagers et leur poids se mesurait en tonnes à pleine charge. On peut compter une bonne trentaine de personnes figurées par Turner autour de la voiture et du feu sur l’image. Leur poids et leur hauteur ne devait pas leur donner une bonne “tenue de route”, en particulier sur la neige.

Ce voyage de retour de Turner, déjà fortement perturbé dans sa partie italienne, le fut tout autant du côté Français, et le trajet Lyon-Paris fut certainement accomplis en plus de temps que ne l’annonçait l’horaire des Messageries Royales en 1832: 3 jours 1/4 pour les 120 lieues de l’itinéraire par Moulins ( Diethelm M.B., 2005, p.234).

(Diethelm M.B., : « Voyager avec Balzac (La route en France au début du XIXe siècle) », L’ Année balzacienne, PUF, 2005/1, n°6, p.201-240)  


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.