18 (1). au terme de ces voyages de turner (France du sud-est et LIGURIE): les dessins des carnets

Cet article marque en quelque sorte la fin de ce premier cycle de publications de mes recherches sur les itinéraires de traversée du Sud-Est de la France par William Turner, lors de ses voyages vers Rome en 1828-29 et vers Gènes en 1838. C‘est peut-être le moment de rappeler quelques résultats de cette aventure éditoriale commencée il y a un an, et de compléter quelques analyses ayant muri depuis la rédaction de certains de ces billets.

Nous voici parvenus, avec ce « carnet de note » (article 17 ci-dessus), à la fin de ces deux longs voyages de Turner, en 1828-29 et en 1838. Ces allers-et-retours seraient donc situés correctement de Paris à Paris :  vers Rome la première fois, vers Gènes la seconde (il n’existe actuellement aucun dessin franchement reconnu pour les trajets entre Londres et Paris de ces deux voyages). Il faut donc accepter que le carnet « d’Orléans à Marseille » (TB CCXXIX) soit le premier du second voyage, et non du premier voyage (1828).

Ces itinéraires inattendus se sont révélés riches de paysages nouveaux en France et en Italie : le Massif central, la vallée du Rhône, la côte méditerranéenne, la Provence intérieure et les Alpes du Sud, la côte Ligure, la via Cassia en Toscane et en Latium…Et riches d’œuvres nouvelles : des aquarelles dans la lumière et la couleur de la Méditerranée, des tableaux pendant le séjour à Rome dans l’hiver 1828-1829. Mais tout n’est pas dit : sur de nombreuses pages de carnet des dessins restent encore non identifiés, les incertitudes sur la chronologie précise des voyages ne sont pas complètement levées.

Les dessins des carnets

Bien que les deux voyages étudiés jusqu’ici ne représentent qu’une faible part des milliers de kilomètres parcourus par le peintre, ils contiennent un résumé de ses façons de voyager, de ses intérêts paysagers et de ses pratiques sur cette forme modeste de l’expression graphique qu’est le carnet de dessin en voyage. Sans revenir sur tout ce qui a déjà été écrit sur ces carnets, la confrontation de ces pages avec le terrain fait ressortir chez Turner l’attrait des reliefs escarpés, des falaises rocheuses, des ravins profonds, où il n’hésite pas à descendre pour voir les topographies en contre-plongée, comme il escalade des sommets pour contempler  les paysages en vues plongeantes : par exemple la promenade à Aquapendente, les paysages d’Orvieto, les ravins creusés dans les flancs du volcan à Ronciglione, la Roca dei Borgia à Nepi. En ce sens il est bien le contemporain du personnage peint par Caspar Friedrich dans son tableau « Le voyageur au dessus de la mer de nuages » (Der Wanderer über dem Nebelmeer Kunsthalle, Hambourg, 1818).

L’importance accordée par Turner à cette exagération des topographies trouve un écho intéressant ches Frédéric Ogéé, lorsqu’il évoque les rapports du peintre avec les forces naturelles :

« Avec d’un côté, les mers déchaînées et de l’autre, les montagnes vertigineuses, Turner dispose désormais de deux axes essentiels de composition (horizontal/vertical), offrant une large gamme de registres, qui vont lui permettre de rendre compte de phénomènes naturels dans ce qu’ils peuvent avoir de plus extrême, et ainsi évoquer chez le spectateur quelque perception intime de ce chaos originel qu’au delà de la géographie et de l’histoire, il ne cesse de percevoir intimement dans la nature. »

J.M.W.Turner (Les paysages absolus),p.148 (Hazan, Paris, 2010)

 Une vallée dans le Massif Central

S’il n’a pas rencontré de mer déchaînée sur les côtes méditerranéennes, il a été certainement et très souvent frappé par la vigueur des pentes et les abrupts répétés des pointements rocheux caractéristiques des paysages provençaux et italiens, lui qui n’hésitait pas à croquer au passage, dans un tout petit dessin, quelques barres rocheuses dans les Monts du Forez.

Fig.1: Road over the Rocks 1828 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D20932 CC-BY-NC-ND (3.0 Unported)

https://www.tate.org.uk/art/sketchbook/orleans-to-marseilles-sketchbook-65860/31

Fig.2: Croquis d’analyse de la page 15-D20932 du carnet CCXXIX “Orléans à Marseille” de W.Turner 1838 (Tate Gallery) par RCourtot : Thiers et la vallée de la Durolle depuis la route de Noirétable

Sur la route entre Thiers et Noirétable :  dans son trajet entre Clermont-Ferrand et Lyon (voyage de 1838 de Paris à Gènes par le Massif central et la Provence) Turner emprunte une route secondaire qui passe par la ville de Thiers, perchée au débouché des gorges de la Durolle dans les Monts du Forez. La route, dès la sortie de la ville, remonte la gorge de la rivière par des lacets, et Turner profite de la faible vitesse de la voiture pour faire quelques croquis rapides en regardant vers l’arrière. Il partage sa page en quatre:

  • bas-gauche: un profil topographique de la ville sur la crête et de la gorge de la Durolle, vues de l’est (Turner: sashed = écrasé)
  • haut-gauche: un croquis de la route dans la vallée étroite, en s’éloignant de Thiers, qui n’est presque plus visible à l’horizon
  • haut-droit: une case presque vide (traits ininterprétables)
  • bas-droit: un petit croquis de barres rocheuses dans la roche granitique sur le versant gauche de la vallée, plus à l’amont

La gorge de la Durolle n’a rien d’impressionnant, mais la rivière s’enfonce brutalement avant sa sortie des Monts du Forez, pour rattraper rapidement le niveau de la plaine de la Limagne, où elle va confluer avec l’Allier. Pentes fortes et fond étroit tapissé d’ateliers de couteliers qui battent le fer et aiguisent les lames en utilisant l’énergie hydraulique, cela suffit pour lancer le crayon de Turner. Et si on prend la peine de contraster l’image de la page de carnet à l’écran de l’ordinateur, c’est un panorama très complet qui apparait jusqu’à l’horizon des Monts Dômes (à  50 km à l’ouest) sur une dizaine de centimètres de papier , saisi en quelques instants du bord de la route, tandis que la voiture s’éloigne au pas des chevaux dans la rude montée.

Il peut sembler dérisoire de s’intéresser à d’aussi petites esquisses, mais je pense qu’elles illustrent la boulimie de dessins qui s’empare de Turner en voyage, et son désir de ne pas perdre une miette des paysages nouveaux qu’il traverse, surtout lorsqu’il sait qu’il n’y reviendra pas, comme c’était forcément le cas de cette petite route du Massif central français.

Les châteaux du Rhône

Les châteaux historiques font partie de la panoplie des paysages chez Turner comme chez les aquarellistes topographes, ses contemporains. Le mouvement Romantique n’avait pas encore mis à l’honneur le Moyen âge et ses nombreuses traces paysagères, que déjà dans ses voyages britanniques le peintre ne pouvait rester indifférent à cet élément très présent dans le paysage anglais : grandes demeures seigneuriales toujours fonctionnelles dans une campagne active, ou ruines plus ou moins grandioses dans des  sites sauvages et désolés. Les sujets de ses aquarelles, les pages de ses carnets de voyage sont remplis de ces châteaux, surtout lorsqu’il s’agit des itinéraires le long des grandes vallées qui ont fixé les hommes, les puissants et la population. La descente du Rhône en bateau a été pour Turner une occasion d’autant que le bateau est un excellent point d’observation, surtout celui du voyage de 1828, qui est certainement un coche d’eau d’avant la vapeur, donc mu par le courant et laissant par sa vitesse le temps au peintre de dessiner pendant la navigation. En outre, la relative nudité des rives (la ripisylve était exploitée comme une source de bois d’œuvre et de chauffage) permettait d’observer la vallée et ses versants des deux côtés à de grandes distances. Turner ne s’est pas fait faute d’en profiter largement. En voici un exemple tiré des pages 54a (Tate D21058) à 58a (Tate D21065) du carnet CCXXX “De Lyon à Marseille” (1828).

Le coche d’eau qui porte Turner depuis la veille au départ de Lyon arrive dans la dernière partie de la navigation rhodanienne qui va le déposer à Avignon. Il entre dans une partie de la vallée où la fonction historique de frontière du fleuve entre le royaume de France et le Saint-Empire a été augmentée de la présence des Papes en Avignon et des Etats de Languedoc et de Provence, multipliant les lieux de pouvoir et les fortifications, dans un espace densément peuplé et mis en valeur. En outre cette vallée, lieu de confluences et carrefour Méditerranéen, a connu une histoire géomorphologique qui a laissé dans le lit majeur et les plaines un certain nombre de pointements rocheux calcaires plissés et de hautes terrasses alluviales qui ont été les lieux de fixation des habitats humains, villages et châteaux : ce sont eux que Turner a vus et dessinés depuis le pont du bateau sur lequel il descendit le fleuve à la fin de l’été 1828.

Après le passage sous les arches du Pont-Saint-Esprit (voir article n° ), Turner ne va plus cesser de dessiner de rapides croquis qui se multiplient par page les uns sous les autres, certain étant trop peu ébauchés pour être identifiables. Le premier site remarqué par le peintre est le château de Mornas, qui couronne une longue crête rocheuse orientée NO-SE et tournée vers la vallée,  surveillant la rive gauche du fleuve : cette muraille calcaire escarpée (jusqu’à 200m d’altitude) est esquissée 7 fois, de face (pages 54a, 55) et de profil (pages 55a, 56). La page 56 accueille aussi un croquis du Château de l’Hers (voir plus loin) « en avance » entre une silhouette lointaine du Mont Ventoux (rive gauche) et un profil du Château Gicon à l’envers (rive droite, languedocienne). Les dessins de la page 56a sont presque illisibles : on reconnait toutefois à nouveau le Château de l’Hers vu de l’aval, et son pendant de la rive droite, le château de Roquemaure vu de l’amont (D’après l’orientation des sites au moment du dessin, le premier a été dessiné en second, au dessus du second !). La page 57 nous fait « remonter » le fleuve puisqu’après un profil lointain de la barre rocheuse de la Montagne de Saint-Geniès (rive droite, entre Roquemaure et Tavel) elle aligne trois croquis du Château de Montfaucon (rive droite) qui surgit de derrière son rocher de Saint-Maur (59m d’altitude), est vu ensuite par le travers surplombant son village, pour se réduire enfin à une simple silhouette lointaine depuis l’aval.

Châteaux de L'Hers (Châteauneuf-du-Pape et de Roquemaure, William Turner, 1828,Tate D21063 CCXXX-57a
Fig.3: Castle on Rock. Pirre [Turner] 1828 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D21063 CC-BY-NC-ND (3.0 Unported)

Fig.3: Château de L’Hers (Châteauneuf-du-Pape)(rive gauche du Rhône, vu de l’amont, en haut de la page et de l’aval en bas) et château de Roquemaure (rive droite, au milieu de la page), William Turner, 1828,Tate D21063 CCXXX-57a

La page 57a est une bonne illustration de la virtuosité graphique de Turner lorsqu’il s’agissait de saisir « au vol », en quelques traits, quelque château ou village perché dans le paysage qu’il traversait. Cette page porte trois petits dessins de châteaux en ruine. Le premier et le troisième représentent le château de l’Hers sur la rive gauche au bord du Rhône sur le territoire de la commune de Châteauneuf-du-Pape. Le second est celui de Roquemaure, sur la rive droite du fleuve, en face du premier.  Ces deux châteaux se trouvent sur un alignement ouest-est parfait de part et d’autre du fleuve, voici pourquoi : ils ont été construits sur deux pointements rocheux qui percent les alluvions du plancher du lit majeur du grand fleuve et qui ont la même origine géomorphologique, une barre géologique verticale. Celle-ci est issue d’un pli faillé qui barre la vallée du Rhône d’ouest en est à la hauteur de Roquemaure (né du plissement Pyrénéo-provençale): il forme la Montagne de St Geniès sur la rive droite, et s’ennoie sous le fleuve et sous les terrasses alluviales de Châteauneuf sur la rive gauche, ne laissant apparaître en surface que des rochers de  quelques m ou dizaines de m qui trahissent l’alignement présent en profondeur sous les alluvions du Rhône. La situation géographique des deux châteaux, associée à cette coïncidence physique, explique la « prise de notes graphique » de Turner dans son carnet. Lorsque son bateau aborde la grande courbe du fleuve à l’aval de Caderousse, il voit apparaître sur bâbord le château de l’Hers sur son rocher, et il le dessine de l’amont, selon une orientation NO-SE. Il se tourne ensuite sur tribord, au moment ou le bateau arrive à la hauteur de Roquemaure et donc des ruines de son château : celui-ci est d’un trait continu présenté selon une orientation E-O, sa tour ronde (de la Reine) en avant, sa tour haute, fine et carrée, en arrière. Puis nouvelle volte-face et retour à bâbord pour dessiner à nouveau le château de l’Hers qu’il voit s’éloigner depuis l’aval, c’est-à-dire dans une orientation S-N .

Les châteaux de Roquemaure et de l' Hers (Châteauneuf-du-Pape) Extrait de la Carte d'Etat Major 1/40000e hachures couleurs Avignon NE 1858
Fig.4: Les châteaux de Roquemaure et de l’ Hers (Châteauneuf-du-Pape) Extrait de la Carte d’Etat Major 1/40000e hachures couleurs Avignon NE 1858 (les 2 châteaux sont localisés par des carrés bleus de part et d’autre du Rhône)
Situation des ilots rocheux (calcaire crétacé) supportant le château de Roquemaure et celui de l'Hers (Châteauneuf-du-Pape) sur la carte géologique de France au ::50000e Avignon BRGM
Fig.5: Situation des ilots rocheux (calcaire crétacé) supportant le château de Roquemaure et celui de l’Hers (Châteauneuf-du-Pape) sur la carte géologique de France au 1/50000e Avignon BRGM
(le château des Papes se situe légèrement à l’est de l’extrait de carte)

Deux pages précèdent encore l’arrivée de Turner à Avignon : la 58 porte le château des Papes à Châteauneuf, et la 58a arrive au but : une vue  par le travers du Fort Saint-André, l’énorme forteresse du roi de France, sur la rive droite, en face d’Avignon, et le premier croquis par Turner du pont Saint-Benezet et de la Tour Philippe-le-Bel.

Les panoramas de la côte Méditerranéenne

 

D29491 CCIXCV-58a La Turbie-Bordighera

William Turner 1838 circa: la côte méditerranéenne des Alpes maritimes entre la Turbie (Comté de Nice) et Bordighera (Ligurie) Tate gallery, D29491, CCXCV-58a
Fig. 6: Coast Scene circa 1835-40 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D29491CC-BY-NC-ND (3.0 Unported)

Fig 6: William Turner 1838 circa: la côte méditerranéenne des Alpes maritimes entre la Turbie (Comté de Nice) et Bordighera (Ligurie)
Tate gallery, D29491, CCXCV-58a

Croquis explicatif de la page D29591 58a du carnet CCXCV de William Turner: la côte du Comté de Nice entre la Turbie et Bordhigera
Fig.7: Croquis explicatif de la page D29591 58a du carnet CCXCV de William Turner: la côte du Comté de Nice entre la Turbie et Bordhigera (Source: Tate gallery, Londres)

Ce panorama de la côte entre Monte-Carlo et Bordhigera figure sur une page du carnet XXCXV, lors du retour de Gènes à Grenoble en 1838. L’arrêt de la voiture de Turner à la Turbie a dû être suffisamment long pour que le peintre puisse couvrir quelques pages de son carnet : il s’est même avancé sur le chemin de crête qui mène à la Tête de Chien, qui se trouve à l’aplomb ( 574m d’altitude) du cap d’Ail et de la principauté de Monaco. Vers le nord-est, la vue s’étend par temps clair jusqu’à Bordhigera, et c’est de cette vue plongeante, depuis ce balcon à plus de 500 m au dessus de la Méditerranée, que Turner a pu enregistrer ainsi plus de 22 km du littoral qu’il venait de parcourir. Sur la gauche on aperçoit les lacets de la route de la corniche, qui descend vers Roquebrune et le cap Martin. Des terrasses de cultures sont figurées sur les pentes raides de la masse calcaire des Préalpes qui tombent ici littéralement dans la mer : il s’agit d’un grand front de chevauchement, sur la fosse marine du golfe de Gènes, dont un replat apparaît sur l’angle supérieur gauche de la page. Est-ce le plateau de Sainte-Marie ou le Mont Gros, qui à plus de 750m semble dominer le site du village de Roquebrune ? le figuré graphique de celui-ci, malaisé à déterminer, se trouve à un emplacement qui cadre mal avec la réalité topographique des lieux. Et la position des différents éléments du paysage (par ailleurs difficiles à identifier précisément) semble montrer des variations d’échelle de la part de Turner entre le proche et le lointain. Sur la ligne de côte, le dessin égrène les pointes du littoral qui ont fourni des repères au dessinateur : le cap de Menton, la point de la Mortolla, le cap de Vintimille et celui de San Ampeglio, (ces deux derniers en Ligurie). 

Il reprend un dessin de 1828 sur le même itinéraire, mais dont le point de vue était situé plus au nord de la Turbie, dans la descente de la route de la corniche vers Menton (carnet CCXXXI 21a, De Marseille à Gènes, D21174  )

 CCXCV-54a, D21367  Mont-Boron/Massif de l’Estérel

William Turner 1828: panorama de Nice et de la côte Méditerranéenne entre le Mont Boron et le massif de l'Estérel (Tate gallery carnet CCXCV-54a, D21367)
Fig. 8: Town on Coast 1828 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D21367 CC-BY-NC-ND (3.0 Unported)

William Turner 1828: panorama  de Nice et de la côte Méditerranéenne entre le Mont Gros et le massif de l’Estérel (Tate gallery carnet CCXCV-54a, D21367)

Croquis explicatif de la page D21367 du carnet de William Turner: Nice et la côte méditerranéenne du Mont Gros au Massif de l'Estérel
Fig.9: Croquis explicatif de la page D21367-54a du carnet CCXCV de William Turner: panorama de Nice et de la côte méditerranéenne du Mont Gros au Massif de l’Estérel (dessin RCourtot)

Lors d’un voyage de retour Turner emprunte à nouveau la route de la  Corniche entre Menton et Nice.  depuis la Turbie, point haut de ce balcon sur la mer Méditerranée, la route descend vers Nice en contournant l’obstacle du  Mont Albanet du Mont Gros par le  nord, pour parvenir à Nice par la vallée du Paillon, C’est au début de la descente sur la rive gauche de cette vallée que Turner réalise sur cette page deux esquisses très rapides, un panorama et un détail. Le premier, sans avoir une ouverture angulaire très grande, a une très grande portée: vers l’ouest, il s’étend du port de Nice au massif de l’Estérel (soit près de 40 km) : il égraine ainsi de gauche à droite la colline trapézoïdale du château, la ville de Nice, le cours du Paillon et le pont vers a colline de Cimiez, la baie des Anges et la flèche deltaïque de l’embouchure du Var, le cap d’Antibes et le phare de la Garoupe, enfin le massif dentelé de l’Estérel au delà de la baie de Cannes. Ce ne sont que des simplifications graphiques extrêmes, mais parfaitement reconnaissables . Pour faire bonne mesure et malgré le peu de temps que le peintre a eu pour jeter ces traits de crayon sur le papier, il ajoute en haut et à gauche de la page tenue à l’italienne un petit croquis qui détaille, en approchant de la ville, ce qu’il en aperçoit plus précisément : le lit de la rivière, le pont, les nombreux  clochers de ce qui est aujourd’hui le « vieux Nice ».

Vue de la ville de Nice et du du littoral de la Baie des Anges vers 1865 depuis le Mont Boron (vue vers l'ouest) (source: La Riviera de Charles Nègre, Edisud, 1991)
Fig. 10: Charles Nègre, photographie prise depuis le versant occidental du Mont Alban (c. 1865 détail : le port, la colline du château, la ville et la Baie des Anges (à l’arrière-plan)  Source:  “La Riviera de Charles Nègre, Edisud, 1991)

 

Le crayon de William Turner voit et dessine plus loin que l’appareil photographique de Charles Nègre qui est victime de ses contraintes optiques: le point de vue de l’opérateur est situé plus au nord que celui du peintre, avec une orientation ouest/est et un ciel moins clair. Turner a pu profiter, à l’automne, d’un horizon beaucoup plus dégagé (jusqu’au cap Roux et au pic de l’Ours dans l’Estérel)

Cite this article as: Roland Courtot, "18 (1). au terme de ces voyages de turner (France du sud-est et LIGURIE): les dessins des carnets," in Carnets de voyage de Turner, 31/07/2019, https://carnetswt.hypotheses.org/4545.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.