Village de Glun sur la rive droite du Rhône, coteaux viticoles à l'arrière plan (vu de la rive gauche)

6. Le carnet du voyage de Turner de Lyon à Marseille (CCXXX) (1)

Bandeau: Village de Glun sur la rive droite du Rhône (photo RCourtot)

Carnet CCXXX « De Lyon à Marseille » (1828)

Tate Gallery D20990 à D21132

Ce carnet peut être consulté intégralement sur le site internet de la Tate gallery, sous :
http://www.tate.org.uk/art/sketchbook/lyons-to-marseilles-sketchbook-65861

Il bénéficie du contrastage possible de l’image à l écran.

Caractéristiques techniques du carnet :

Finberg (1909, II, p.705),repris par Guillaud (1981, p.270) :

1828 (AET.53)E

Inventaire No.186

Carnet de croquis, relié en parchemin

Endossement des exécuteurs du leg –« No.186. Ce Carnet contien : 68 pages de dessins au crayon sur les deux côts.

(Signé) H.S.Trimmer

  1. Turner

Filigrane: –

Taille de la page : 14,6 cm x 9,7 cm

Les couvertures ont été coupées en deux et les feuilles dispersées.Certaines ont été trouvées dans un dossier intitulé : « A.B.13.P.O » ; d’autres dans un dossier intitulé, « 136. Feuilles infrieures. » Les feuilles étaient numérotés.

Sur l’intérieur des couvertures, il y a plusieurs croquis esquissés

Itinéraire

Ce carnet est le premier du voyage qui, à la fin de l’été 1828, a mené Turner à Rome. La première partie du voyage depuis l’Angleterre et Paris n’est pas pas connue, car aucun carnet actuellement connu ne la documente. Le carnet étudié ici commence à Lyon où Turner embarque sur un coche d’eau du Rhône, qui le dépose à Avignon après un voyage de deux jours

La première partie du carnet (74 pages) est donc celle du voyage en bateau sur le Rhône, entre Lyon et Avignon. Elle est toutefois remarquable parce que la plupart des croquis sont dessinés depuis le fleuve : ce qui d’une part donne des perspectives très larges, et d’autre part permet de belles séquences de croquis successifs, dessinés au fur et à mesure de la marche du bateau, qui descend le fleuve au fil du courant ; ainsi au passage de Rochemaure et du Pont-Saint-Esprit en particulier.

La deuxième partie de l’itinéraire (27 pages) concerne les dessins (nombreux) fait à Avignon, souvent déjà identifiés comme tels (Turner, Finberg,Tate et Guillaud) mais peu décrits dans le détail (sauf par M.Guillaud). Turner fait ensuite un détour par la route vers Nîmes pour voir au passage le fameux aqueduc du Pont du Gard et les monuments romains de la ville. Les dessins du carnet documentent un retour vers le Rhône à Beaucaire et Tarascon. Sur le chemin de Marseille, le passage à Arles n’enregistre aucun souvenir graphique dans le carnet , malgré la présence de nombreux monuments romains. La route d’Arles à Marseille n’enregistre qu’une esquisse rapide d’un profil topographique qui peut être celui de la chaine des Alpilles ( CCXXX-51a, D21091), que la route à travers la Crau longe pendant un bon moment avant de parvenir à Salon-de-Provence.

La dernière partie du carnet ( 27 pages) concerne la ville et le port de Marseille, qui ont retenu l’attention de Turner (et dont il a fait 2 aquarelles) :ces pages sont largement identifiées comme marseillaises, en particulier chez Guillaud (et beaucoup moins dans le catalogue de la Tate), mais méritent une identification plus détaillée. Il s’y ajoute quelques pages qui décrivent le début du voyage de Marseille vers l’Itallie et Rome : malgré son titre, ce carnet se termine  sur la route de Toulon et dans la rade du grand port militaire, première étape sur la côte provençale. Turner a dù y faire une promenade en bateau dans la rade, car de nombreux petits croquis sont manifestement dessinés depuis une barque (mais leur identification malaisée est proposée ici sous réserve).

Les enseignements des dessins

Ce carnet a fait l’objet d’une première étude de ma part, à l’occasion d’une communication au colloque “Image et Voyage” organisé à l’Université de Provence à Aix en 2008: j’étudiai le voyage de Turner entre Lyon et Gènes en 1828, que je croyais alors être le seul, à l’aide de tous les carnets concernés: CCXXIX, CCXXX, CCXXXI, et CCXXXII, associant étroitement les deux premiers pour le voyage entre Lyon et Marseille. Cette première étude peut être consultée dans les archives ouvertes de Hal-Amu :

Roland CourtotWilliam Turner de Lyon à Gènes Géographie des sites, architecture et cinétique des volumes au long de l’itinéraire, Aix Marseille Université. Représentations iconographiques du voyage de la Méditerranée aux Indes orientales et occidentales, de la fin du moyen âge au XIXe siècle, Mai 2008, Aix-en-Provence, France. Presses Universitaires de Provence, Image et Voyage. De la Méditerranée aux Indes, collection Textuelles, 2012. https://hal-amu.archives-ouvertes.fr/hal-01715968v1

Les dessins de Marseille ont été repris en détail dans une publication postérieure, toujours en associant les deux carnets dans un même voyage :

Roland CourtotTurner à Marseille en 1828: géographie d’un regard
Histoire de l’art : bulletin d’information de l’Institut national d’histoire de l’art publié en collaboration avec l’Association des professeurs d’archéologie et d’histoire de l’art des universités, Somogy, 2009, Paysages urbains, pp.71-80. http://hal-amu.archives-ouvertes.fr/hal-01719536v1

Je  reprendrai ici les principaux enseignements de ces premières analyses, en les complétant avec les études plus récentes suscitées par l’exposition “Turner et la couleur”, organisée à Aix-en-Provence en 2016.  L ‘article n°6 sera découpé en trois parties, au vu de la taille du carnet et de la variété des sujets traités par Turner.

(1) EN BATEAU SUR LE RHÔNE

La partie étudiée ici est celle du voyage en bateau sur le Rhône, entre Lyon et Avignon. Elle est remarquable parce que la plupart des croquis sont dessinés depuis le fleuve : ce qui d’une part donne des perspectives très larges, et d’autre part permet de belles séquences de croquis successifs, dessinés au fur et à mesure de la marche du bateau, qui descend le fleuve au fil du courant. Ainsi au passage de Rochemaure et du Pont-Saint -Esprit en particulier.  Dans ce cas, pas question d’arrêter la diligence, de la faire attendre,  ou de marcher à côté d’elle (dans les côtes, …); bien sûr, il y a les arrêts aux ports et aux embarcadères, mais surtout la possibilité d’exploiter le “travelling” continu que lui offre le bateau au fil du courant: le paysage se déroule sous les yeux du peintre comme un film, et les sujets (châteaux, villages, …) tournent devant lui en accomplissant une rotation de 180°, que le crayon de Turner saisit immédiatement d’une façon “holographique”.

Rochemaure: le château tournant

William Turner : Rochemaure, la ville au bord du Rhône et le château sur la crête vus depuis le fleuve
Fig.1: Rochemaure [Turner] 1828 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 Tate D21035 CCXXX-23a http://www.tate.org.uk/art/work/D21035 CC-BY-NC-ND 3.0 (Unported) La vue est prise du bateau sur le Rhône, à l’amont de Rochemaure en arrivant (vers le SO)

 

William Turner : Rochemaure, la ville au bord du Rhône et le château sur la crête vus depuis le fleuve
Fig.2: Rochemaure [Turner] 1828 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 Tate D21035 CCXXX-24a
http://www.tate.org.uk/art/work/D21037 CC-BY-NC-ND 3.0 (Unported)  

2 vues prises en s’éloignant vers l’aval et en regardant vers le nord

Rochemaure: l'ensemble fortifié et le village IGN Geoportail Capture d’écran 2020-03-24 RCourtot
Fig.3: Rochemaure IGN France Geoportail 3D Capture d’écran 2020-03-24 RCourtot

Ian Warrell l’a montré à propos du voyage en bateau sur la Loire, Chaque fois qu’il voit apparaître un sujet intéressant, il le dessine au fur et à mesure de la marche du bateau, enregistrant de l’amont à l’aval les différentes perspectives du site au large duquel il passe : l’ouverture du paysage due à la position du dessinateur sur le bateau au milieu du fleuve permet alors ce que ne permet pas le voyage terrestre en voiture. L’observateur se déplace comme lors d’un « travelling » et le dessinateur, immobile sur le pont du bateau, voit le sujet « tourner » devant ses yeux au fil du courant.

Au passage devant Rochemaure ll fait 6 croquis successifs (D21033 à D21038) sur le carnet CCXXX, chaque fois d’une orientation différente: de l’amont, au droit, et de l’aval. L’ensemble complexe du château perché à 150 m au dessus de la vallée du Rhône, les deux remparts (courtines) qui dévalent parallèlement vers le bourg au pied de la pente, les tours intermédiaires, tout cela tourne sur les pages du carnet, et l’arrière-plan montagneux du Massif Central avec, comme si nous étions sur le bateau à côté de Turner.

Manifestement, Turner utilise son carnet comme on utiliserait aujourd’hui un appareil photo ou une caméra : il dessine une succession de vues, de clichés, qui lui permettent d’enregistrer, par leurs angles de vue (j’allais dire « de prise de vue ») différents, les volumes des formes construites et topographiques qu’il a sous les yeux. Il s’agit d’un enregistrement graphique qui introduit la troisième dimension, même si on est sur les deux dimensions de la surface du papier. C’est une vue presque holographique, et ces dessins fonctionnent alors comme une éventuelle préparation à la mise en place des volumes et des formes qu’il représentera sur un tableau, et entre lesquels il pourra faire circuler à sa guise l’air, c’est-à-dire la lumière et la couleur. Ces recherches supposent qu’il ait au préalable une vision claire des dimensions volumétriques et spatiales de ses sujets, comme le sculpteur tourne autour de son modèle pour en mesurer les volumes : nous formulons l’hypothèse que cette « débauche » de croquis sous des angles différents, est la préparation obligée d’une gymnastique mentale avant la « mise en peinture » d’un tableau…On pourrait d’ailleurs trouve aisément d’autres exemples de cette gymnastique graphique dans ce même carnet. La plupart des sites de château ou de bourg perché font l’objet d’une série de trois croquis « profils » : de l’amont, de face, de l’aval :. Ainsi, le château de Serves-sur-Rhône (au nord de Tain-l’Hermitage) est gratifié de 4 croquis successifs (D21013 et 21014), le bourg et le château de la Voulte de trois (D21041).

Remarque : en 1838, lorsqu’il descend une nouvelle fois le Rhône, mais sur un bateau à vapeur, il n’a que le temps de dessiner 3 petits croquis de Rochemaure à la file sur une seule page (D20956-28) du carnet CCXXIX.

Le Pont-Saint-Esprit  de part en part

William Turner (1828) : Le Pont-Saint-Esprit; la cathédrale et le pont sur le Rhône vus depuis l'amont du fleuve (croquis en série depuis un bateau de plus en plus proche)Tate D21052 CCXXX-32
Fig.4: Bridge, with Ruins 1828 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 Tate D21052 CCXXX-32 CC-BY-NC-ND 3.0 (Unported) http://www.tate.org.uk/art/work/D21052                                                                                        

William Turner (1828) : Le Pont-Saint-Esprit; la cathédrale et le pont sur le Rhône vus depuis l'amont du fleuve (croquis en série depuis un bateau de plus en plus proche)Tate D21052 CCXXX-32 Fig.5: Bridge, with Ruins 1828 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 Tate D21052 CCXXX-32 http://www.tate.org.uk/art/work/D21053
CC-BY-NC-ND 3.0 (Unported)

Fig.4:Le Pont-Saint-Esprit sur le Rhône, William Turner (1828): 4 croquis à la suite (de l’amont en s’approchant) du pont et de l’église Saint-Saturnin,Tate D21052 CCXXX-32

Fig.5: Le Pont-Saint-Esprit sur le Rhône, William Turner (1828): 4 croquis à la suite (de l’aval en s’éloignant) du pont et de l’église Saint-Saturnin,Tate D21053 CCXXX-32a

le Pont-Saint-Esprit  fait, l’objet d’un véritable « reportage ». En effet, c’est le passage du Pont-Saint-Esprit qui provoque la plus belle avalanche de croquis de tout le voyage : peut-être Turner est-il impressionné par un passage particulièrement dangereux et souligné comme tel par tous les voyageurs de l’époque ( cf. fig. : D21056). En outre, il traverse au sens propre le sujet qu’il dessine : il en profite donc pour crayonner rapidement des croquis en série, d’abord de l’amont, au fur et à mesure que le pont se rapproche, puis de l’aval, lorsque le bateau s’éloigne après être passé sous l’arche centrale. Cela donne un résultat saisissant, comme une série de photos ou un film au ralenti : le lecteur est sur le bateau, au côté de Turner, au moment où celui-ci passe sous le pont. Le champ de vision du peintre et la dimension des croquis se rétrécissent, puis s’élargissent de l’amont vers l’aval: cela donne 6 dessins depuis l’amont, de plus en plus rapprochés (D21051 et D21052), puis 4 dessins de plus en plus éloignés (D21053). Les croquis s’enchaînent les unes au dessous des autres sur la même page, dans une frénésie qui ne laisse pas échapper les détails de la construction : les formes particulières des arches en « anse de panier », les volumes des piles, les dégorgeoirs à travers les tympans destinés à faciliter le passage des eaux de crue.

Ce franchissement est un moment important du voyage, dangereux quant on sait l’éventualité d’aller heurter une des piles des arches qui accélèrent le courant déjà fort du Rhône. Dans un mémoire peu connu, un curé franc-comtois décrit ainsi le franchissement du pont à la descente par le coche d’eau qui le porte en 1776, 50 ans avant Turner :

« Nous approchions du Pont Saint-Esprit, dont le passage est réputé dangereux (…) Des bateliers montent sur le coche à deux lieues et le conduisent après le passage. On nous fit tous rentrer dans le coche. Il y régnait un silence profond y régnait et les nouveaux bateliers tenant le gouvernail et les rames, étaient extrêmement attentifs à diriger la nef flottante vers l’arcade sous laquelle il fallait passer : je l’observais moi-même ; elle et très élevée puisque le coche y passe avec ses voiles et mâts qui ont plus de vingt pieds de haut ; J’eus peine à m’apercevoir du passage qui se fit avec presque autant de vitesse que le vol d’un oiseau (…) Le coche fuit vers le port qui n’est pas éloigné de là avec la même rapidité, et si la même adresse qui l’a dirigé vers l’arcade ne le dirigeait vers le port, il s’y briserait infailliblement. Tout ce trajet périlleux se fait en moins de temps que je n’en ai mis à le décrire. »

« Journal d’un voyage, 1772-1776 » Duranton H., Lauvergnat-Gagnière Ch. Dir., Centre d’Etude du 18esiècle, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 1993, 204 p.,

Stendhal, qui voyage sur le Rhône de Lyon à Avignon en juin 1837 (c’est-à-dire sur un bateau à vapeur, qui fait alors le voyage en moins d’un jour, de 5heures à 15 heures, en 10 heures, c’est-à-dire plus de 6 lieues à l’heure, pour un total de 250 km) le décrit ainsi :

« Nous avons eu l’honneur de passer sous le pont Saint Esprit, qui a a une mauvaise réputation. Notre bateau a passé fort rapidement sous ce terrible…il est certain que le Rhône en cet endroit court fort vite. Le mouvement du bateau est rapide, et l’on voit très clairement la mort inévitable, si le bateau vient à heurter le moins du monde la pile ou le banc de sable… »

Mémoires d’un touriste, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1992, p .154

Enfin Bernard Clavel fait du franchissement du Pont St Esprit le passage final et dramatique de son roman sur la batellerie du Rhône, dont l’action se déroule dans la première moitié du 19esiècle (« Le seigneur du fleuve »,1972, Éditions Robert Laffont)

Annexe documentaire

(Les notices des pages qui ne suivent pas l’ordre géographique de l’itinéraire du carnet sont rédigées en bleu)

Tate D20998 à D21065 : de Vienne à Avignon

La présentation des rubriques est la même que pour le carnet 295, avec une colonne en plus pour le code postal de la commune titre de la page, et l’indication de sa situation en rive droite ou rive gauche du fleuve les pages de dessins non clairement identifiées ne figurent pas dans le tableau

Nomenclature du catalogue :

N° du catalogue de la Tate gallery et de Finberg, code postal de la commune (sujet principal),rive du Rhône (RDroite et RGauche), légende des dessins : du haut en bas, en travers de gauche à droite, inversé (orientation de la vue entre parenthèses)

Tate, D20998 (CCXXX 5) 38200 RG : Seyssuel

*château de Seyssuel (de l’amont) (vers le SE)

*château de Seyssuel (au droit) (vers l’E)

*château de Seyssuel (de l’aval) (vers le NE)

Tate, D20999 (CCXXX 5 a) 38544 RG : Vienne

*la vallée du Rhône et le château de Seyssuel (de l’aval) (vers le N)

*panorama de la vallée du Rhône à l’amont de  (vers le S) : le château de la Bâtie à gauche, l’église de St Romain-en-Gal au centre, Vienne au fond.

Tate, D21000 (CCXXX 6) 38544 RG : Vienne

*la ville vue de l’amont (vers le S) : le château de la Bâtie à gauche

* la ville en rive gauche, Ste-Colombe (tour) en rive droite vus de l’amont (vers le SW)

Tate, D21001 (CCXXX 6 a) 69560 RD : St-Colombe

*la tour de Ste-Colombe en rive droite, en face de la ville de Vienne

* détail d’un bâtiment de Ste Colombe

* * : deux croquis illisibles

Tate, D21002 (CCXXX 7) 38544 RG : Vienne

*la ville et la cathédrale vues du fleuve (vers l’E)

*Ste-Colombe, la ville et le château de la Bâtie vus de l’aval (vers le NE)

*même vue de plus loin, avec la cathédrale à droite

*le versant de rive gauche à l’aval de la ville (vers le S)

Tate, D21003 (CCXXX 7 a ) 38544 RG :  Vienne

*non identifié

*bateau à vapeur sur le fleuve avec cheminée repliée et roue à aubes

*la ville vue de l’aval, au loin (« Vienne » Turner) (vers le N)

*panorama non identifié

Tate, D21011 (CCXXX 11 a) 07340 RD : Andance (« Andance »Turner)

*village au bord du fleuve (non identifié)

*pont suspendu vu de l’aval vers l’amont : celui de Serrières-Sablons (construit en 1828) (vers le N), le Mt Pilat (Vivarais) à l’arrière-plan

*Andance et son pont suspendu en construction vus de l’amont  (vers le S)

* le même pont suspendu vu de plus près (village d’Andancette à gauche)

Tate, D21012 (CCXXX 12) 26240 RG : Saint-Vallier (Turner)

* panorama de rive montagneuse non identifié

* Saint-Vallier vu de l’amont (vers le S)

*barques sur le Rhône avec les voiles déployées

*(inversé) château de Serves  (cf. 21013 et 21014 )

Tate, D21013 (CCXXX 12 a) 26600 RG : Serves-sur-Rhône

*le château vu de l’amont (vers le S)

*le château vu par le travers (vers le SE) (Turner : « Sirve »)

c le château et le village de Serves vus de l’aval (vers le NE)

Tate, D21014 (CCXXX 13) 26600 RG : Serves-sur-Rhône

*panorama de rive non localisé

*le château et le village vus de l’aval (vers le NE)

Tate D21015 (CCXXX 13 a) 07370 (RD) : Arras-sur-Rhône

*le château et la gorge de l’Ozon (vu vers l’O)

*le château et le village

Tate, D21018 (CCXXX 15) 07800 RD La Voulte

*le château et la ville vus de l’amont (vers le S))

*la ville depuis le Rhône (« La Vioule, Veute » Turner) La Voulte ? Tate Gallery

* (inversé) détail du château

Tate, D21019 (CCXXX 15 a) 26000 RG : Valence (à l’amont de)

*profil topographique de rive non localisé

*profil de la rive gauche au sud de Valence : montagne de la Forêt de Saou (vers le S)

c profil topographique non identifié

d profil topographique non identifié

Tate, D21021 (CCXXX 16 a) 26000 RG Valence

*Valence (à gauche) et le château de Crussols (à droite) vus de l’amont (vers le S) la forêt de Saou à l’arrière plan à gauche

*(inversé) embarcadère de Valence et  tour de la cathédrale, église de Bourg-les-Valence à l’arrière plan (vue de la rive gauche vers le nord)

Tate, D21023 (CCXXX 17 ) RD 07130 : Chateaubourg

*le château de Châteaubourg vu de l’amont (vers leS)

*versant non identifié

*(inversé) au premier plan un bac sur le Rhône au pied d’un versant avec château

Tate, D21025 (CCXXX 18 a) RG 26000 : Valence

*profil topographique du rebord ouest du massif du Vercors (vu vers l’E)

*la ville au premier plan, vue de l’amont : le massif du Diois et la forêt de Saou au sud-est

Tate, D21026 (CCXXX 19 ) RG 07130 : Soyons

*le versant avec tour  de Soyonsvu de l’aval (vers le N)

*et c à la suite : profils topographiques du rebord ouest du massif du Vercors

*et * à la suite : profil topographique du massif du Diois (Forêt de Saou à l’E et

Roche-Colombe à l’O en ) (vu vers le SE)

*profil du Diois (forêt de Saou) vers leSE avec mat de bac à traille au premier plan.

Tate, D21027 (CCXXX 19 a) RD 07800 : Charmes

*le château de La Voulte(ajouté postérieurement)

*Charmes vu de l’amont ( Turner : « Charn ») (vers le SO)

*Charmes vu de l’aval (vers le NO), les monts d’Ardèche à l’arrière plan

Tate, D21028 (CCXXX 20) RD 07220 : Vivier

*profil de rive non localisé

*la ville et la cathédrale Ste Minerve vues vers le SO (Turner : « St Minerve », « Viveyé »)

Note : le sketchbook viewer de la Tate Gallery a interverti le titre du 21028 : « ?Lake with Moutains »  avec celui du 21040 : « Castle, Etc, on rocks, « St M ….Viveyu  (Turner)»

Tate, D21029 (CCXXX 20 a ) RD 07220 : Vivier

*Vivier vu du fleuve (vers le SO)

*Les deux rochers (St Paul) en rive droite à l’entrée du défilé de Donzère vus de l’amont (vers le S)

*(inversé) : Vivier, profil de la ville vue de l’aval (vers le N)

Tate, D21030 (CCXXX 21 ) RD 07800 :  La Voulte

*La ville vue de l’aval ( vers le N)

* La ville vue de l’aval et de plus loin

*(inversé) : une barque avec voile et passagers sous un abri

Tate, D21031 (CCXXX 21 a) RD 07250 :  Le Pouzin

*massif de Cruas vu de l’amont

* profil de rive non localisé

* Le Pouzin et les monts d’Ardèche vus vers le SO

Tate, D21032 (CCXXX 22 ) RD 07350 : Cruas

*village non identifié

*profil de rive non identifié

*Cruas, la ville et le château vus de l’amont (vers le S) (Turner : « Croqir, Crouir», Tate Gallery : Cruas ?)

Tate, D21033 (CCXXX, 22 a) 07350-07400 : Cruas/Rochemaure

*la ville de Cruas  et le château vus vers l’O

*(inversé) Cruas vu de l’aval (vers  le N, loin)

*(inversé) Rochemaure , la ville et les châteaux vus de l’amont (vers l’O)

Tate, D21034 (CCXXX 23) RD 07400 : Rochemaure

*les châteaux de Rochemaure vus de l’amont (vers l’O)

*(inversé) le château inférieur (Tuner : « aiguebelle »)

Tate, D21035 (CCXXX 23 a) RD 07400 : Rochemaure

*la ville et les châteaux vus par le travers (Turner : « Rochemaure »)(vers le NO)

Tate, D210036 (CCXXX 24) RD 07400 : Rochemaure

*les châteaux de Rochemaure vus par le travers (vers le NO)

Tate, D21037 (CCCXXX 25) RD 07400 : Rochemaure

*la ville et les châteaux vus de l’aval (vers le N) (« Rochemaure »,  Turner)

*la ville et les châteaux vus de l’aval (vers le N, plus loin)

Tate, D21038 (CCXXX 25 a) RD 07400 : Le Teil

*la ville et les châteaux : un bac à trail (mât et bateau) sur la rive du Rhône (vue vers l’O)

(la Tate indique ici « Rochemaure » : c’est une erreur)

Tate, D21039 (CCXXX 26) RD 07220 : Vivier

*la ville vue de l’amont (de loin, vers le S)

*la ville basse au nord du rocher

*(inversé) la ville vue de l’amont  ; Rocher St Paul à l’arrière-plan (vers le S)

Tate, D21041 (CCXXX 26 a) RD 07800 : La Voulte

*La Voulte vue de l’amont ( de loin,vers le SO)

*le château de La Voulte vu du NW

*l’église et le château de La Voulte vus vers l’O

Tate, D21042 (CCXXX 27) 26290 RD Défilé de Donzère : rochers  de St-Paul et de St-Michel et ville de Vivier au loin vus de l’aval (vers le N)

* la falaise rocheuse de la rive gauche du Défilé vue de l’amont  (vers le S)

*même falaise vue de plus près

Tate, D21043 (CCXXX 27 a) RG 26290 : Défilé de Donzère

*la falaise de rive gauche vue de l’aval (vers le N)

*la falaise de la rive gauche et le village de Donzère (château et église)

*(inversé) : les clochetons calcaires dans la falaise

Tate, D210044 (CCXXX 28) RG 07700 : Bourg-Saint- Andéol

*paysage de la rive gauche non identifié

*la falaise de rive gauche du défilé de Donzère (vue de l’aval) (vers le N)

*(inversé) l’église de Bourg-St-Andéol

Tate, D21045 (CCXXX 28 a) RD 07700 : Bourg-Saint- Andéol

*le défilé de Donzère vu de l’aval du Rhône (vers le N)

*profil de rive non identifié

*le bourg vu de l’aval (Turner “St Romagnol”) ( = la cathédrale)

Tate, D21047 (CCXXX 29 a) RD 07700 : Saint Montan ?

**** profils montagneux superposés du rebord du Massif Central à l’ouest du Rhône entre bourg St   Andéol et Pont Saint Esprit : les Monts du Velay et les Cévennes.

Tate, D21048 (CCXXX 30) RG 26290 : Donzère

*le village et la falaise de rive gauche vus de l’aval (vers le NE)

Tate, D21049 (CCXXX 30 a) RD 07700 : Bourg-Saint-Andéol

*passagers sur un bateau, protégés sous un abri de toile

* profil topographique de rive non identifié

c_(inversé) Bourg-St-Andéol et moulin avec roue à aubes

Tate, D21050 (CCXXX 31) RD 07700 : Bourg-Saint-Andéol

*le bourg vu de l’aval (vers le N)

*(inversé) l’église et le bourg (« St Boymes du pilier » Turner)?

*(inversé) le bourg vu de l’aval (plus loin) (vers le N)

Tate, D21051 (CCXXX 31 a) RD 30130 : Pont-Saint-Esprit

*panorama du Rhône vers le sud, à l’amont du pont

*la ville vue de l’amont ( de loin)

*le pont  et la ville vus de l’amont (vers  le S)

Tate, D21052 (CCXXX 32) RD 30130 : Pont-Saint-Esprit

*le pont et l’église vus de l’amont, avant le franchissement

*la rive droite du pont

*l’église et le pont en rive droite vus de l’amont

*deux arches du pont vues de l’amont

Tate, D21053 (CCXXX 32 a) RD 30130 : Pont-Saint-Esprit

*deux arches du pont vues de l’aval (vers le N)

*l’église et le pont vus de l’aval

*l’église et et le pont vus de l’aval (12 piles ?)

*continuation du croquis c vers la droite (5 piles ?)

Tate, D21054 (CCXXX 33)RD30130 : Pont-Saint-Esprit

*paysage du Rhône vers l’aval : le rocher de Mornas à l’horizon gauche

*(inversé) une pile du pont avec son évent de crue

* (inversé) : les arches du pont vues vers la rive gauche

* (inversé) : l’église et les bâtiments à l’entrée O du pont

Tate, D21055 (CCXXX 33 a) RD 30130 : Pont-Saint-Esprit

*la ville et le pont vus de l’aval (vers le N)

*la ville et le pont vus de l’aval ( Turner :” Pont St Esprit”)

Interprétation erronée dans le catalogue Tate : « pont St Bénézet, à Avignon »

*la ville (profil vu de l’aval)

*(inversé) : paysage de rive non identifié

Tate, D210056 (CCXXX 34 ) RD 30130 : Pont-Saint-Esprit

*l’église et le pont vus de l’aval (vers le N)

*l’église et le pont vus de l’aval

*une tour non identifiée

d*(à gauche en travers) croquis du rocher de Mornas vu par le travers (vers l’E)

Tate, D21057 (CCXXX 34 a) RG 84550 : Mornas

*le Rocher et le château vus vers le S

*non identifié

*non identifié

*(inversé) Turner : « Ste  Ruth de » ? non identifié

*(inversé) village : Saint-Pierre-des Sorts?( à vérifier sur le terrain)

Tate, D21058 (CCXXX 55) RG84550 : Mornas

*le Rocher, le château et le village vus de l’amont (vers le S)

*Mondragon, le château et la ville vus de l’aval (vers le N)

*Mondragon vu de l’aval

*croquis en travers illisible

Tate, D21059 (CCXXX 55 a) RG 84550 : Mornas

*paysage de rive droite : château du Jonquier (commune de St Etienne-des-Sorts) vu vers l’O

*paysage de rive avec château non identifié

*le rocher de Mornas par le travers (vers l’E)

*le rocher de Mornas (idem)

*le rocher de Mornas et le village (idem)

Tate, D21060 (CCXXX 56) RG 84230 : Châteauneuf-du-Pape

*Dentelles de Montmirail  et Mont Ventoux (RG)depuis le Rhône

*Château de l’Hers vu du S (« Château Pille ?», « Rhône ?» Turner)

*inversé : Château Gicon ( sur la commune de  Chusclan RD)

*inversé : Mornas (village et rocher) vu vers le N

Tate, D21061 (CCXXX 56 a) 84230 RG : Châteauneuf-du-Pape et 30150 RD : Roquemaure

*non identifié

*non identifié

*Château de l’Hers vu vers le S

*Roquemaure (la tour) vu vers l’W et la montagne de St Geniès

Tate, D21062 (CCXXX 57) 30150 RD : Montfaucon

*la rive droite à l’amont de Roquemaure : Montagne de Saint-Geniès

*le château de Montfaucon vu de l’amont (vers le S)

*le château et le village vus depuis le fleuve (vers l’O)

*le château vu de l’aval (vers le NO)

Tate, D21063 (CCXXX 57 a) 84230 RG : Châteauneuf-du-Pape  et 30150 RD :   Roquemaure

*château de l’Hers (vu vers l’E ) ( Turner : « C Pirre » ?),

*château de Roquemaure (vu vers l’O)

*château de l’Hers vu vers le NE

Tate, D21064 (CCXXX 58) 84230 RG : Châteauneuf-du-Pape

*le château et la ville vus vers l’E (profil du mont Ventoux à l’arrière plan)

*le château et des arbres sur la  rive du Rhône

Tate, D21065 (CCXXX 58 a) 30400 RD : Villeneuve-lès-Avignon

*le pont d’Avignon et la tour de Philippe le bel vus de l’amont (vers l’O)

*Villeneuve –lès-Avignon vu d’Avignon (Turner : « Villa Nuvo ») (vers le N)

Cite this article as: Roland Courtot, "6. Le carnet du voyage de Turner de Lyon à Marseille (CCXXX) (1)," in Carnets de voyage de Turner, 31/07/2018, https://carnetswt.hypotheses.org/463.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.