19. Les chemins de Turner en 1828 De Lyon vers Rome Essai de cartographie

Dans les textes que j’ai publiés sur les voyages de Turner jusqu’ici, j’ai réalisé quelques cartes de certains itinéraires de 1828 et 1838 : certaines se révèlent aujourd’hui en partie fausses, et je vais essayer de les « réparer » et de les compléter, en fonction de l’évolution de mes informations sur la réalité des dates et des lieux des cheminements du peintre. Je repartirai de ce que j’ai écris dans l’article n° 5 de ce carnet d’hypotheses.org. : « Dates et itinéraires des carnets de Turner à travers le sud-est de la France ».

image anciennement publiée et modifiée/mise à jour par le texte et les images suivantes: carte du SE de la France, itinéraire de Turner de Lyon à Gènes par Nîmes, Toulon, Nice
Fig.1 : Carte de l’itinéraire de Lyon à Gènes du voyage de Turner vers Rome en 1828 (Courtot-Pentsch, source : carnets CCXXIX à CCXXXII) -1 : principales étapes reconnues -2 : localisation des dessins et aquarelles signalés dans le texte et les figures -3 : voyage par bateau -4 : voyage par la route Source :Figure n°31, p. 296 in Roland Courtot (2012) : « William Turner de Lyon à Gènes Géographie des sites, architecture et cinétique des volumes au long de l’itinéraire », Aix Marseille Université. Représentations iconographiques du voyage de la Méditerranée aux Indes orientales et occidentales, de la fin du moyen âge au XIXe siècle, Mai 2008, Aix-en-Provence, France. Presses Universitaires de Provence, Image et Voyage. De la Méditerranée aux Indes, collection Textuelles, p.125 à 131.

Cette première carte publiée (fig.1) repose sur l’idée, alors reconnue depuis l’œuvre de Finberg, que les carnets CCXXIX à CCXXXVIII étaient issus d’un seul et même voyage aller-retour entre Paris et Rome en 1828-1829. A la suite de Ian Warrell, j’ai reconnu que seuls les carnets CCXXX, CCXXXI, CCXXXIII, CCXXXIV « allaient » jusqu’à Rome, tandis que cette carte est construite avec les pages des carnets de CCXXIX à CCXXXII. Il faudrait donc remplacer cette première carte par deux cartes, une pour chacun des voyages.

1/ D’après le carnet CCXXX « De Lyon à Marseille »

Le voyage jusqu’à Lyon n’est documenté par aucun carnet, et le carnet CCXXX est mis en service à l’aval de Lyon, lorsque Turner a quitté le port fluvial de la Saône lyonnaise sur un coche d’eau. Au bout de deux jours de descente du fleuve (la « decise dans le langage des mariniers), il débarque à Avignon. A partir du château de Seyssuel ( Tate D20998, CCXXX/5, quelques km à l’amont de la ville de Vienne), j’ai pu compléter , à quelques exceptions près, l’identification des lieux dessinés : peu de dessins apparaissent déplacés dans ce carnet par rapport à la chronologie des lieux au fil de l’eau, ce qui montre que Turner avait le temps, sur le bateau, de mettre en place ses croquis.

Il se rend ensuite à Tarascon et Beaucaire en passant par Nîmes pour y visiter les monuments romains, dont le Pont du Gard. Le site de Beaucaire-Tarascon attire ses regards pour de nombreux croquis : le doublet fluvial des villes et des châteaux que l’Histoire a dressés face-à-face, le port fluvial et son activité marchande, le pont suspendu en construction… Mais la suite est moins claire :aucun dessin réalisé entre la page D21091, dessinée après Tarascon et la page D21092, dessinée à l’entrée du port de Marseille. Turner a-t-il voyagé directement par la route de Tarascon à Marseille, en passant par Arles et Salon sans aucune étape ? certainement alors un voyage rapide, en voiture de poste, en empruntant la route royale qui traverse la plaine de Crau jusqu’à Salon et gagne Marseille en traversant les chaînons des Costes et de la Nerthe. Cela peut étonner, surtout pour Arles, grande ville/port de l’Empire romain, alors qu’il avait pris le chemin de la vallée du Rhône et de la Provence précisément pour voir de nouveaux paysages et en particulier les monuments romains de cette région ?Turner a-t-il pu passer devant Arles et ses monuments sans s’arrêter et dessiner ? Je n’ai pas de réponse à cette question :  tous les dessins faits à Arles se trouvent dans le carnet CCXXIX, que j’attribue maintenant au voyage de 1838 vers Gènes par la Provence. Peut-on voir dans cet « oubli » une des raisons de ce second voyage en Provence (aller-retour vers Gènes en 1838) : un regret et le désir de combler une lacune dans un itinéraire qui a suscité assez d’intérêt pour qu’il le réemprunte une deuxième fois ?

 (voir le carnet n°6 : «  Le carnet du voyage de Turner de Lyon à Marseille (1) »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.