Carte postale ancienne de Villeneuve-lez-Avignon prise selon un point de vue et une orientation très proches de ceux de William Tuner

2. Les “feuilles volantes”

Bandeau: Carte postale ancienne de Villeneuve-lez-Avignon
(Archives départementales du Gard, Nîmes, ref : 11 Fi 3355)

Après une page de carnet de voyage (voir article n°1 : Une introduction aux carnets de voyage de William Turner), c’est un autre type d’ œuvre sur papier que je voudrais vous présenter maintenant : une feuille isolée travaillée au crayon, à la craie, à la plume, ou au pinceau, à l’encre, au lavis, à l’aquarelle ou à la gouache, selon des techniques souvent mixtes (pour reprendre une expression fréquemment utilisée maintenant en art contemporain sur les cartels de nos musées) . Le legs du peintre à la National Gallery a comporté un grand nombre de ces œuvres de petit format sur papiers souvent teintés, ou que Turner a parfois teintés lui-même. Elles ont été plus ou moins bien classées et réunies par thèmes, styles ou voyages dans des dossiers et numérotées en même temps que les carnets. Beaucoup ont accompagné les carnets de voyage dans les poches et les sacoches du peintre : Turner pliait de nombreuses fois de grandes feuilles de papier à dessin ou aquarelle jusqu’à obtenir des petits formats, voisins de 14x20cm, qu’il déchirait au fur et à mesure de ses besoins au cours du voyage (Les teintes différentes du papier et les irrégularités des bordures, plus souvent déchirées que coupées, ont pu servir à réunir des familles  d’oeuvres lors du classement du legs Turner par la National Gallery). Au gré de ses choix, il y esquissait au crayon des paysages, des sujets plus ou moins poussés en fonction du temps dont il disposait, se réservant de les reprendre au lavis, à l’aquarelle ou à la gouache le soir aux étapes (plus ou moins longues) ou à son retour en atelier à Londres. Beaucoup de ces feuilles volantes (« loose sheets », selon l’expression de Finberg) donnèrent lieu à quantité d’aquarelles qui sont aujourd’hui universellement admirées, mais beaucoup aussi n’ont jamais été reprises, et ont fini dans les dossiers intitulés « miscellaneous » dans le catalogue de la Tate, et dont je vous reparlerai plus loin. Voyons ici des exemples de ces deux cas : une feuille volante qui a « réussi » sous la forme d’une aquarelle-gouache, et une série de dessins « stériles », c’est-à-dire qui n’ont pas abouti et sont restés au stade du croquis.

Une gouache peu connue 

Waterside Buildings, ? South of France or Italy c.1834 Joseph Mallord William Turner 1775-1851, Gouache, encre and aquarelle sur papier bistre, 143 x 193 mm. ©Tate Gallery, Londres, D 28958 TB CCXCII 11©Tate photo Legs Turner Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856, http://www.tate.org.uk/art/work/D28958
Fig 1 : Waterside Buildings, ? South of France or Italy, c.1834, Joseph Mallord William Turner 1775-1851. Gouache, encre and aquarelle sur papier bistre, 143 x 193 mm. ©Tate Gallery, Londres, D 28958 TB CCXCII 11©Tate photo Legs Turner CC-BY-NC-ND (3.0 Unported). Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856. http://www.tate.org.uk/art/work/D28958

Titre proposé pour Tate, D28958 (CCXCII 11 ): Le Rhône à Avignon : la tour Philippe-le-Bel et le fort St-André à Villeneuve-lez-Avignon.

Cette image est tirée du dossier n° CCXCII intitulé « Dessins à l’aquarelle en relation avec l’itinéraire de la Meuse, de la Moselle et du Rhin, et autres ». Finberg l’a daté de 1834*, qui est la date retenue par lui pour un voyage dans le bassin Rhénan (l’astérisque signifie pour lui que cette date n’est pas confirmée, Finberg, 1909, vol.2, p.938). Il a précisé en outre : « Presque tous ces dessins sont faits sur papier gris. La gouache est utilisée librement ». Le titre actuel sur le site de la Tate Gallery, « Constructions au bord de l’eau, Sud de la France ou Italie ? » a été donné par John Chu dans une publication liée au nouveau catalogue de Turner, mais la date proposée est restée celle de Finberg qui parlait simplement de « Château sur une montagne ». Maurice Guillaud n’avait pas retenu le dossier CCXCII dans sa revue pourtant très complète des voyages de Turner en France (Guillaud, 1981) et n’a donc pas cité cette œuvre dans son catalogue : apparemment celle-ci n’a pas été identifiée jusqu’ici. En fait, et pour celui ou celle qui a parcouru les carnets de voyage CCXXIX et CCXXX qui ont trait aux itinéraires de Turner dans la vallée du Rhône, il est facile de reconnaître ici le Rhône en face d’Avignon, la tour Philippe-le-Bel au centre et la forteresse Saint-André de Villeneuve-lez-Avignon à l’arrière plan droit (peut-être cette identification a-t-elle été faite et énoncée dans une publication antérieure dont je n’ai pas connaissance). Quoiqu’il en soit, il est étonnant que cette œuvre n’ait pas été localisée jusqu’ici (ou du moins cela n’apparaît pas sur le catalogue en ligne de la Tate Gallery), car elle est en rapport facile avec quelques dessins des deux carnets cités plus haut qui permettent de retrouver aisément tous les éléments du paysage sous le crayon de Turner :

  • au premier plan, le Rhône : celui-ci est divisé en deux bras au droit d’Avignon par la grande île de la Barthelasse et nous en voyons le bras ouest, celui de Villeneuve, sur la rive gauche duquel Turner s’est installé pour son point de vue vers le nord-nord-est, en face de la Tour du pont. Au milieu du fleuve se dresse ce qui ressemble au reste d’une charpente d’un pilier de pont en bois ; plus à droite, dans le courant, un massif de pierre résiduel est le témoin d’un pilier du fameux « pont d’Avignon », partiellement détruit par une crue catastrophique en 1669 (et jamais reconstruit). Enfin, la plume acérée de Turner a bien repéré contre la rive droite du fleuve deux moulins à bateau, avec leur roue à aube bien visible : ces moulins montés sur de grandes barques équipées de roues à aube mues par la force motrice du courant étaient alors très présents sur les deux bras du Rhône entre Avignon et Villeneuve, d’ailleurs plus nombreux sur la rive d’Avignon, pour des raisons évidentes de taille de la ville. Les deux ici présents sont amarrés à hauteur d’une grande maison qui a toutes chances d’être « le vieux moulin », si on en croit une gravure ancienne du Musée Calvet d’Avignon, publiée par l’historien Sylvain Gaignière dans une étude très détaillée sur les moulins à bateau sur le Rhône à Avignon et dans ses environs (Gaignière, 1950). Dans le même article, une autre gravure de même origine présente un autre moulin à bateau au pied de la Tour du pont (Il reste aujourd’hui une « auberge du Moulin » en terrasse sur le bord du fleuve, à l’aval de la Tour, qui rappelle ce passé de meunerie fluviale) ;
  • au second plan à gauche la tour, construite sous Philippe le Bel (1303), qui lui a donné son nom (connue plus familièrement comme « Tour du pont »), contrôlait l’entrée occidentale du pont St-Bénézet. Construite sur la pente rocheuse qui avait servi d’ancrage au pont historique, elle dominait un « chatelet du pont », qui renforçait sa protection militaire, en face de la ville d’Avignon, sur la rive droite du Rhône : ce dernier a été démoli et Turner n’a pu dessiner que les soubassements restant du chatelet et du massif d’ancrage du pont historique. Derrière la tour on aperçoit le « hameau du pont » qui a été développé à ce point de passage obligé sur la route qui menait de Villeneuve à Avignon ;
  • à l’arrière plan la forteresse Saint-André, reconnaissable aux deux énormes tours rondes qui encadrent sa porte principale au sud, domine à l’est le bourg de Villeneuve qui n’est pas visible parce que caché par la colline derrière la tour. On peut apercevoir le profil bleuté des Dentelles de Montmirail dans le lointain horizon, à droite de la forteresse. Ces barres calcaires qui culminent à 600 m environ se trouvent à 35 km dans le nord-nord-est, au pied du Mont Ventoux.
Carte postale ancienne de Villeneuve-lez-Avignon prise selon un point de vue et une orientation très proches de ceux de William Turner
Fig. 2 : Carte postale ancienne de Villeneuve-lez-Avignon prise selon un point de vue et une orientation très proches de ceux de William Turner
Source : Archives départementales du Gard, Nîmes, ref : 11 Fi 3355

"Fig

Cette aquarelle, traitée en lavis de bleu et de sépia, avec quelques rehauts de gouache blanche, a été surlignée d’un dessin à la plume d’encre sépia qui a permis à l’auteur de croquer avec précision les détails du site qu’il avait sous les yeux et a pu lui donner un caractère documentaire intéressant : ainsi apparaissent toute une série de traces historiques dans le paysage dessiné, concernant la question du franchissement du fleuve avec les restes de pont, son rôle de passage, de frontière gardée par tour et forteresse, jusqu’à une utilisation de la force hydraulique du courant pour la meunerie flottante. C’est peut-être ce caractère « topographique » et naturaliste qui a fait que cette image a été retenue, comme l’indique Finberg, parmi les « Exhibited Drawings, No. 753, N.G. About 5£ » (Finberg, 1909, vol.2, p.938), en indiquant même le prix auquel elle était estimée ! C’est-à-dire une des œuvres sur papier qui ont été choisies par les curateurs du legs Turner pour être exposées au public par la National Gallery (N.G.) à Londres, après l’inventaire complet du legs. Cette aquarelle est peinte dans une manière très différente de celles qui ont résulté des voyages de Turner en Provence (Warrell, Courtot, 2016) : cette façon de faire rappelle plus les œuvres de la première manière de Turner, celle qui le rapproche de ses collègues anglais et de ses premiers voyages dans la campagne et dans les villes britanniques. Je pencherais donc pour la date de 1828, qui correspond à son premier voyage dans la vallée du Rhône et en Provence, et relierait cette image au carnet CCXXX. Or ce n’est pas ce carnet qui présente les dessins de la rive droite du Rhône les plus en rapport avec la gouache : les études de la ville-même, les panoramas depuis le rocher des Doms sont nombreux, mais c’est bien le carnet CCXXIX qui a servi à Turner sur l’île de la Barthelasse, à la Tour Philippe-le-Bel, à Villeneuve et au Fort St-André…Or ce carnet serait lié à un voyage plus tardif : entre 1835 et 1840, celui auquel Ian Warrell associe les aquarelles très « impressionnistes » et colorées de Marseille et de Gènes qu’il a présentées à l’exposition « Turner et la Couleur » en 2016 à Aix-en-Provence. Je suis donc incapable de soutenir franchement mon hypothèse de datation et je renvoie ce débat à plus tard, lorsque j’aborderai l’étude de ces deux carnets.

Une série sans avenir pour le Pont du Gard

Ce deuxième paragraphe des “Feuilles volantes” aurait pu s’intituler:
“Esquisses et aquarelles chez Turner : des occasions manquées”
ou encore:
“Une mine d’inédits, le « carnet » CCCXLI de Turner sur le site de la Tate Gallery”

La visualisation des dessins de Turner enregistrés sur le site de la Tate gallery sous la rubrique du Legs Turner n° CCCXLI est effectivement instructive. Un ami « turnérien » a attiré mon attention, connaissant mes recherches en identification des dessins de Turner sur quelques carnets de ses voyages en France, sur un fonds de dessins non localisés dans le legs Turner, sous l’indexation de Finberg « CCCXLI, sans titre ». On y trouve plusieurs centaines de feuilles séparées, de papier bistre, bleu ou gris, manifestement découpées au même format dans de grandes feuilles de papier à dessin et aquarelle, sur lesquelles le peintre a esquissé chaque fois un seul dessin (alors que sur ses carnets, il multipliait souvent les croquis sur la même page) d’une façon souvent sommaire, et aujourd’hui très pâlie et peu lisible. Ces dessins concernent essentiellement des sites rencontrés dans ses voyages sur le continent européen, et devaient certainement être repris plus tard par le peintre pour produire des aquarelles et/ou des gouaches destinées à la vente.
Ces feuilles auraient été réunies par Ruskin, lorsqu’il a inventorié le legs Turner, comme des œuvres sans intérêt et sans valeur et peut-être rangées par thèmes, par traitement technique (médium, papier) ou par style graphique, mais en tout cas détachées d’un ordre chronologique d’itinéraires : elles ne portent aucune date et la plupart du temps aucune indication écrite de localisation géographique.Plusieurs dossiers de ce genre portent le titre de « miscellaneous » (miscellané, mélangé) et Maurice Guillaud a publié dans “Turner en France” quelques exemples de dessins tirés des autres fonds de même type (TB CCCXLII et CCCXLIII): on est donc devant ce qui s’apparente à des laissés-pour-compte du tri réalisé par John Ruskin. En fait, un examen plus approfondi de ces esquisses (possible sur le site de la Tate) permet de reconnaître un certain nombre de sites, de retrouver un certain nombre d’itinéraires, et de vérifier un certain nombre de connaissances sur les méthodes de travail de Turner sur le terrain.

Faute d’un vrai « classement », l’identification des paysages et des villes dessinés se révèle difficile car ces feuilles, à l’inverse des carnets, portent rarement des indications géographiques. Le chercheur n’a pas l’appui des dates et de l’ordre chronologique des carnets pour retrouver des itinéraires et donc des lieux. Mais des groupes de feuilles sont repérables par la nature et la couleur du papier (parfois même la forme des bordures issue du découpage), le médium graphique utilisé (crayon, plume, craie), l’identité ou la ressemblance des paysages dessinés.
J’ai pu ainsi reconnaître, après une analyse complète du corpus que forme le dossier CCCXLI, un certain nombre de dessins concernant des sites visités sur l’itinéraire Rhodanien des deux voyages entre Lyon et Marseille : le viaduc de St Foy près de Lyon, le Pont du Gard à Remoulins (12 dessins), la Tour Magne (4) et la Maison carrée (1) à Nîmes, la ville de Fréjus, le port et la ville de Gènes. Les dessins concernant le Pont du Gard et la ville de Nîmes ont été manifestement réalisés par Turner au cours de son voyage vers Rome en 1828, lorsqu’il fait un « crochet » par Nîmes entre ses étapes d’Avignon et d’Arles, avant de gagner Marseille et la Ligurie. Cette partie du voyage est documentée par le carnet TB CCXXX «  de Lyon à Marseille », dans lequel on peut admirer plusieurs pages consacrées aux Jardins de la Fontaine à Nîmes (D21080 à D21083 du catalogue en ligne de la Tate Gallery)

Le Pont du Gard est pris de divers angles, mais essentiellement de face et de l’aval depuis la rive gauche de la rivière : il est alors dessiné dans une vue panoramique frontale qui montre, selon une composition triangulaire, le rythme architectural majestueux des piliers et des arches romains superposés sur trois niveaux, et le creux de la rivière du Gardon qui passe au dessous. Quelques dessins recherchent des effets de perspective latérale en contre-plongée pour valoriser l’exhaussement et l’envolée monumentale du pont.

Fig. 4 : William Turner, Le Pont du Gard, vue de face depuis l’aval de la rive droite du Gardon, crayon sur papier, 154 x 231 mm. Tate, Aqueduct, a row of double arches, 1830-1841, D33987 , Turner Bequest CCCXLI 271.
Fig. 4 : William Turner, Le Pont du Gard, vue de face depuis l’aval de la rive droite du Gardon, crayon sur papier, 154 x 231 mm. Tate, Aqueduct, a row of double arches, 1830-1841, D33987 , Turner Bequest CCCXLI 271. Creative Commons CC-BY-NC-ND (3.0 Unported). http://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-aqueduct-a-row-of-double-arches-d33987
William Turner, Le Pont du Gard, vue oblique du côté NE, rive gauche du Gardon crayon sur papier, 154 x 224 mm Tate, Ruined arches of aqueduct, 1830-1841, D34029 , Turner Bequest CCCXLI 310 http://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-landscape-with-bridge-and-mountains-d34029 CC-BY-NC-ND http://www.tate.org.uk/art/images/work/enhanced_images/D340/D34029_E.jpg
Fig. 5 : William Turner, Le Pont du Gard, vue oblique du côté NE, rive gauche du Gardon crayon sur papier, 154 x 224 mm. Tate, Ruined arches of aqueduct, 1830-1841, D34029 , Turner Bequest CCCXLI 310 . Creative Commons CC-BY-NC-ND (3.0 Unported). http://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-landscape-with-bridge-and-mountains-d34029
Fig. : William Turner, Le Pont du Gard, vue partielle de face depuis l’aval, crayon sur papier, 153 x 224 mm Tate, Ruined arches of aqueduct, 1830-1841, D34007 , Turner Bequest CCCXLI 289 http://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-ruined-arches-of-aqueduct-d34007, CC-BY-NC-ND
Fig. 6 : William Turner, Le Pont du Gard, vue partielle de face depuis l’aval, crayon sur papier, 153 x 224 mm Tate, Ruined arches of aqueduct, 1830-1841, D34007 , Turner Bequest CCCXLI 289, Creative Commons CC-BY-NC-ND (3.0 Unported). http://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-ruined-arches-of-aqueduct-d34007
Fig.7 : William Turner, Le Pont du Gard, vue de face depuis l’aval de la rive droite du Gardon, crayon sur papier, 153 x 222 mm Tate, Ruined Arches, 1830-1841, D34008 , Turner Bequest CCCXLI 290, Creative Commons CC-BY-NC-ND (3.0 Unported). http://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-ruined-arches-of-aqueduct-d34008
Ruined Arches circa 1830-41 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D34008

Titre proposé pour Tate, D34008 TB CCCXLI 290 : ” Le Pont du Gard (vue de face depuis l’aval de la rive droite du Gardon)”

Fig. 8 : Turner, la Maison Carrée, Nîmes, CCCXLI 322, D34041 / Two Roman Temples, circa 1830-41, Joseph Mallord William Turner 1775-1851
Fig. 7 : Turner, la Maison Carrée, Nîmes, CCCXLI 322, D34041 /
Two Roman Temples, circa 1830-41, Joseph Mallord William Turner 1775-1851. 151 x 227 mm Tate D34041. Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856. http://www.tate.org.uk/art/work/D34041.
Creative Commons CC-BY-NC-ND (3.0 Unported).
Fig. 9 : Turner, la Tour Magne, Nîmes, CCCXLI 313 / Ruined Tower, circa 1830-41, Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D34032
Fig. 8 : Turner, la Tour Magne, Nîmes, CCCXLI 313 / Ruined Tower, circa 1830-41, Joseph Mallord William Turner 1775-1851. Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856. http://www.tate.org.uk/art/work/D34032.
Creative Commons CC-BY-NC-ND (3.0 Unported).

On peut donc penser que ces esquisses étaient destinées à devenir ensuite des aquarelles qui seraient vendues à son retour en Angleterre aux amateurs de ce genre d’œuvres « pittoresques » : de nombreux auteurs ont déjà signalé cette façon de faire du peintre. Un sujet comme le Pont du Gard était tout trouvé pour ce genre de peinture ; romain, monumental, majestueux, de couleur ocre clair sur le bleu du ciel languedocien, accroché aux rochers calcaires blanc-bleuté de la Garrigue de Nîmes couverte de la végétation méditerranéenne sèche, tandis que les bords de la rivière étaient encadrés de feuillages bien verts, il avait tout pour séduire l’œil du grand peintre. Celui-ci avait donc dans sa poche ou son sac, outre ses carnets de croquis, des feuilles volantes prêtes à être utilisées comme premières étapes d’aquarelles à venir. Les croquis plus petits mais parfois plus détaillés du carnet pouvaient lui permettre de compléter et d’achever plus tard les aquarelles, aux étapes pendant les voyages, ou dans son atelier à Londres lorsqu’il y revenait. Mais pour ce qui est du Pont du Gard, je n’ai trouvé qu’une lointaine esquisse, sur une page du carnet CCXXX, D21073, où on aperçoit une vague silhouette du pont vu de loin, et l’indication « Lédenon » (un village voisin) par Turner. A Nîmes on trouve la Maison carrée sur deux pages, D21078 et D21079, tandis que la Tour Magne n’apparait qu’à l’arrière plan des jardins de la Fontaine de Nîmes, en D21083. Voilà donc bien des feuilles qui n’ont jamais dépassé le stade d’esquisses : on ne connait pas chez Turner d’aquarelles (non plus que de tableaux à l’huile) du Pont du Gard, de la tour Magne, ou de la Maison carrée.

Annexe documentaire

Des pages du carnet CCCXLI concernant le Pont du Gard et la ville Nîmes, je n’en ai présenté que 5 dans le corps de l’article : voici la liste des 15 autres, dont 10 concernent le Pont, 3 la Tour Magne, et 1 la Maison Carrée (dans l’ordre du catalogue en ligne de la Tate Gallery), accompagnée d’une légende proposée. Finberg n’évoquait dans son catalogue qu’un acqueduc, une tour ruinée, un temple romain… sans plus de précision : la Tate Gallery a repris les mêmes titres.

Tate D33986 (CCCXLI 270) : Le Pont du Gard (près de Remoulins)

Tate D33987 ( CCCXLI 271) : Le Pont du Gard (près de Remoulins)

Tate D34988   (CCCXLI 272) : Le Pont du Gard (près de Remoulins)

Tate D34989 (CCCXLI 273) : Le Pont du Gard (près de Remoulins)

Tate D34990  (CCCXLI 273v) : Le Pont du Gard (près de Remoulins)

Tate D34006 (CCCXLI 288) : Le Pont du Gard (près de Remoulins)
Tate D34023 (CCCXLI 304) : Le Pont du Gard (près de Remoulins)
Tate D34024 (CCCXLI 305) : Le Pont du Gard (près de Remoulins)
Tate D34029 (CCCXLI 310) : Pont du Gard (près de Remoulins)
Tate D34030 (CCCXLI 311) : La Tour Magne (Nîmes)
Tate D34031 (CCCXLI 312) : Le Pont du Gard (près de Remoulins)
Tate D34032 (CCCXLI 313) : La Tour Magne (Nîmes)
Tate D34033 (CCCXLI 314) : La Tour Magne (Nîmes)
Tate D34034 (CCCXLI 315) : Le Pont du Gard (près de Remoulins)
Tate D34036 (CCCXLI 317) : La Tour Magne (Nîmes)
Tate D34041 (CCCXLI 322) : La Maison Carrée et le Théâtre (Nîmes)

Bibliographie :

Chu J. (2015), ‘?South of France and Italy c.1820–41’, June 2015, in David Blayney Brown (ed.), J.M.W. Turner: Sketchbooks, Drawings and Watercolours, Tate Research Publication, November 2016.

Gagnière S. (1950), « Les moulins à bateaux sur le Rhône à Avignon et dans les environs », Provence Historique, Tome 1, fasc. 1, p.75-87.

Warrell I. (2016), « Turner et la couleur », Ian Warrell dir., Hazan, Hôtel de Caumont, Centre d’art, Aix-en-Provence, 191p.

Roland Courtot, UMR TELEMMe, MMSH Aix en Provence
29 avril 2018


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.