illustration du texte de l'article 19

19. Turner au Col du Mont Cenis en 1820 : une relecture de l’article 14

Bandeau:

Le col du Grand Mont Cenis aujourd’hui: la route nationale n°6 (de Paris à Turin) vue  dans les virages de la montée finale du versant sud. (vue oblique aérienne sud-nord Géoportail IGN France – voir croquis explicatif de la fig.1).

Dans son blog « Sublimes sites », l’historien d’art britannique David Hill a publié en février 2021 une analyse critique de mon billet n°14 « William Turner et le passage du col du Mont Cenis en 1820: un drame dans la montagne? » sous le titre :Turner’s Mont Cenis revisited .

(https://sublimesites.co/2021/02/07/mont-cenis-revisited/)

Ce texte, que j’invite à lire car il est d’une grande richesse documentaire et pédagogique, m’ a obligé à me relire à mon tour et à apporter corrections et remarques concernant mon premier texte.

(https://carnetswt.hypotheses.org/4204)

Avec juste raison Hill signale en premier une erreur dans la localisation de l’œuvre. Lorsque j’ai rédigé et publié dans ce carnet d’hypotheses.org ce billet n°14, mon attention a été trop attirée  par ce que j’avais découvert dans cette gouache aquarelle de Turner, une stupéfiante scène d’attaque de bandits de grands chemins, au point que j’en ai oublié quelques précautions élémentaires, comme celle de regarder  de près les détails de l’œuvre, « tous » les détails, en particulier ce numéro 16 inscrit par le peintre à côté de la porte du refuge cantonnier situé à gauche sur l’image, et bien visible. C’est d’évidence un détail important, car il situe la scène décrite sur le versant sud du col, juste au-dessous du sommet avant la descente dans la vallée de l’Arc (la Maurienne), à la frontière entre le Piémont et la Savoie (dans le même royaume au temps de Turner).

  • La localisation de l’œuvre près du sommet de la montée des Échelles , au sud de Grand-Croix, comme je l’ai  située et argumentée dans le billet 14 est une erreur que je viens corriger ici, et qui explique pourquoi je n’ai pas insisté sur la fameuse lettre à , puisque dès le départ de mon analyse, l’identification de l’attaque des brigands transformait l’accident décrit épistolairement par Turner en un drame peint comme un « paysage-catastrophe » (cf. Pierre Wat, Turner, menteur magnifique ).
illustration du texte de l'article n°19 (figure 1)
Fig.1: Croquis explicatif de l’image du bandeau en tête de l’article 19: la route nationale n°6 suivie par William Turner au col du Grand Mont Cenis lors de son voyage de retour d’Italie en Janvier 1820 (Dessin RCourtot d’après les images aériennes  en 3D du géoportail IGN France) Les numéros des refuges-cantonniers (petits triangles noirs et rouges) sont copiés de la carte au 1/50 000eme présentée sur la figure 2
Illustration de l'article 19 figure 1
illustration du texte de l'article n°19 (figure 2)
Fig.2: Détail de la carteau 1/50 000ème Bonneval 34-36 type 1922 montrant le col du grand Mont Cenis entre le lac au sud et la Ramasse au nord dominant la vallée de l’Arc à Lanslebourg: les refuges-cantonniers n° 16 et 17 figurant sur l’aquarelle de William Turner sont cartographiés au bord de la route N6 dans la dernière partie de la montée sud avant le sommet du col.

  • Turner a utilisé, pour peindre cet événement, les souvenirs et les impressions de l’accident qu’il a connu lors de son passage du col en janvier 1820, lorsque la diligence qui le transportait s’est retournée sur le toit et qu’il lui a fallu terminer l’étape en descendant à pied dans la neige jusqu’à Lanslebourg. Il a rendu compte de cet événement dans une lettre à  son ami  James Holworthy en janvier 1826    : le temps de neige détestable dans ce retour d’ Italie par les Alpes, la diligence couchée dans le fossé, le cocher et le cantonnier qui en viennent aux main (le premier finira en prison), les voyageurs qui rejoignent Lanslebourg à pied dans la neige. Le lieu est bien le même, mais Turner sur son œuvre peinte transforme un peu la géographie, et beaucoup l’histoire. La topographie est basée sur des souvenirs plus visuels que graphiques :  l’excellent travail de Nicola Morby sur l’analyse du carnet utilisé pendant le voyage de 1820 (« Retour d’Italie », CXCII, Turner Bequest), rappelé à juste titre par Hill, montre qu’il il n’y a pratiquement aucun croquis « de terrain » qui rappelle cet endroit, sauf peut-être celui qui silhouette deux maisons accrochées à la pente ( et qui ont pu inspirer le dessin et le contrepoint sombre des deux refuges de l’aquarelle, pour suivre une remarque de Cecilia Powell dans “ Turner in the South “ 1987, p.205, note 50) . En outre, les notes griffonnées par Turner et retraduites par Nicola Moorby, suggèrent l’ambiance d’une traversée du col malgré un temps de neige particulièrement abondante et dangereuse.

(Two Sketches Among the Mountains near ?Mont Cenis; and an Inscription by Turner 1820 by Joseph Mallord William Turner’, catalogue entry, April 2013, in David Blayney Brown (ed.), J.M.W. Turner: Sketchbooks, Drawings and Watercolours, Tate Research Publication, August 2013,

https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-two-sketches-among-the-mountains-near-mont-cenis-and-an-inscription-by-turner-d16644))

Rien d’étonnant donc à ce que Turner, privé de ses appuis graphiques habituels, ait pris des libertés avec une topographie parcourue « sous » et même « dans » la neige : les deux refuges semblent se trouver sur la rive droite du ravin (à gauche, côté ouest de la feuille), et le ravin est bien plus encaissé que dans la réalité du terrain ; de même, à l’arrière-plan droit, les grands versants rocheux et pentus évoquent plus l’horizon nord du verrou de Grand-Croix, avec le massif de Ronce, que celui du col du Montcenis, où le creux profond de la vallée de l’ Arc repousse cet horizon jusqu’aux sommets plus lointains du massif de la Vanoise.

Une autre question d’importance est revisitée par Hill : l’affaire des brigands donne une dimension dramatique à l’événement et fournit une explication compréhensible au demi-tour « en catastrophe » de la diligence des voyageurs. Est-elle suffisante pour fournir l’idée et l’intention de base du peintre ? Turner a-t-il pu avoir des informations sur la réalité de ce scénario-catastrophe à son époque sur la route du col du Montcenis ? Je n’ai pas jusqu’ici trouvé de référence historique à une insécurité particulière concernant cette grande voie de passage des Alpes. La construction de la nouvelle route sous l’Empire napoléonien, l’installation des cantonniers dans les refuges, des douaniers dans l’hospice du col ont pu au contraire aller contre l’insécurité, si insécurité il y avait. Faut-il suivre pour autant, , pour comprendre cet aspect dramatique de l’évènement décrit,  la proposition de Hill qui évoque une référence aux grèves populaires et au massacre de Peterloo en Angleterre (1819)? Je n’en débattrai pas, car sa connaissance de l’histoire sociale de l’Angleterre et de la pensée de Turner est certainement bien meilleure que la mienne, qui reste sur ce plan trop sommaire.

Enfin, et ce n’est pas le moindre intérêt du texte de Hill, le professeur d’histoire de l’art qu’il a été s’appuie  sur la lecture de mon texte pour rappeler et revivifier ses méthodes pédagogiques et ses souvenirs didactiques « de terrain », qui sont nombreux  et fructueux. Les pratiques de l’historien d’art dans les musées et sur le terrain ont, sur le plan graphique et visuel, beaucoup de points communs avec celles du géographe dans ses recherches paysagères. De ce point de vue,  il permet donc au géographe et à la géographie de trouver leur place aux côtés de l’histoire d’art, et de participer (avec une erreur de débutant en ce qui me concerne pour cette fois, hélas!) à l’approfondissement de l’analyse d’œuvres d’art, parfois depuis longtemps connues. Cette interdisciplinarité bienvenue doit être soulignée et encouragée : les blogs scientifiques peuvent en être un véhicule tout indiqué sur internet.

Annexe documentaire

Le col du Mont Cenis, où a eu lieu l’accident de la voiture qui portait William Turner lors de son voyage de retour d’Italie en janvier 1820, est en fait le col du « grand » Mont Cenis, qui a été adopté historiquement comme passage cheminot puis routier, succédant au col du « petit » Mont Cenis, entre la vallée de l’Arc (région de la Maurienne, bassin hydrographique de l’Isère) et celle de la Cenese (affluent de la Doire Ripaire, bassin hydrographique du Pô) : il est devenu, avant l’arrivée du chemin de fer, le premier passage de transit  de population et de marchandises des Alpes entre la Savoie et le Piémont, entre Lyon  et Turin, entre la France et l’Italie.

Topographiquement, c’est une longue déchirure de plusieurs kilomètres aux environs de 2000m d’altitude (2083 m au col côté N,  1870m au sommet du verrou des Échelles côté S) : aménagée par la tectonique des failles et des chevauchements dans les nappes de charriage des schistes lustrés et par l’érosion dans les roches tendres (gypses), elle a été parcourue par un courant de glace diffluent du glacier de vallée de l’Arc qui a surcreusé la partie centrale du couloir en y laissant un lac après le retrait de la glace.

Envisagé depuis le côté italien, le parcours de la route impériale n°6 (de Paris à Turin), emprunté dans ce sens par Turner lors de ses deux passages (1820 et 1829) se présentait alors comme suit :

  • Depuis Suze, elle remontait la vallée en auge glaciaire de la Cenese jusqu’à la plaine St-Nicolas. Le verrou glaciaire des Échelles était franchi par une série de lacets superposés. Dans l’ombilic glaciaire centrale, l’Hospice du Mont-Cenis abritait auberge de poste et caserne de douaniers et de carabiniers.
  • Le franchissement du col de diffluence glaciaire était relativement aisé de ce côté sud, mais la descente au nord sur Lanslebourg se faisait sur le versant de l’auge glaciaire de l’Arc, dont la dénivelée de près de 600 m était franchie par 5 grands virages en lacets. C’est la pente que Turner a dû descendre à pied dans la neige après l’accident de sa voiture en janvier 1820.
  • Avant l’aménagement de la route impériale, et lorsque en hiver les voitures de poste étaient démontées et transportées sur des traineaux pour franchir le col, les voyageurs descendaient cette pente selon la technique de la “ramasse ».  Ce nom est resté comme toponyme au replat nord du col qui domine Lanslebourg, là où commençait la descente, qui pouvait être une épreuve : un petit traineau rudimentaire, guidé de l’avant grâce à deux brancards tenus par un montagnard à pied, accueillait le passager qui dévalait ainsi la pente enneigée à grande vitesse, celle  de son guide qui glissait autant qu’il faisait de grandes enjambées (cette technique du traineau-brancard est toujours utilisée de nos jours dans la montagne en hiver par les brancardiers lorsqu’il faut évacuer un blessé sur des pentes enneigées).
Illustration photographique du texte de l'article n°19 : figure 3
Photographie ancienne du refuge n°13 de la route impériale n°6 dans la montée sud du col du Mont Cenis
  • Source: Ce refuge XIII a été photographié par  Marc de Lavis-Trafford (DR, date de l’image et publication inconnues, nombreuses publications de l’auteur sur la voie du Mont Cenis dans les Travaux de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Maurienne, voir la bibliothèque Sabaudia) alors qu’il était à l’abandon et menaçait ruine: situé au nord de l’Hospice du Mont Cenis, au pied de la montée sud vers le col, il a été détruit lors de l’extension du lac par le barrage en 1968, lorsque l’ancienne route nationale 6 a été submergée, de même que l’Hospice.

 

Cite this article as: Roland Courtot, "19. Turner au Col du Mont Cenis en 1820 : une relecture de l’article 14," in Carnets de voyage de Turner, 22/06/2021, https://carnetswt.hypotheses.org/5795.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.