20. Turner et le Scoglio alto de Vintimille

Photographie du photographe anglais James Jackson (1843-1895), « Vintimille », représentant le Scoglio Alto sur la plage, prise le 28 mars 1890  
Légende manuscrite : Rocher de poudingue d’environ 18 mètres de hauteur, sculpté par les eaux, sur la plage de Vintimille. Un douanier italien, debout au pied du rocher, sert d’échelle. Cette vue est prise de l’ouest, donc en sens inverse du dessin de Turner analysé dans cet article.

La ville de Vintimille, sur la côte ligurienne du royaume de Piémont-Sardaigne, a été un terrain de dessins et d’aquarelles certainement fructueux pour William Turner, surtout si on considère le peu de temps dont il a disposé lors de ses trois passages pressés à cette étape sur l’itinéraire de deux de ses voyages vers Rome en 1828 et vers Gènes en 1838.  L’appel ” Vintimille” ne livre sur le catalogue en ligne de la Tate gallery qu’une seule occurrence :

Rock of Ventimiglia, near Mentone (D24786Turner Bequest CCLIX 221), dont voici l’image.

Rock of Ventimiglia, near Mentone circa 1830 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856
https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-rock-of-ventimiglia-near-mentone-d24786)

Note : En fait mes recherches en identification des sites et des lieux sur les carnets de voyage de Turner m’ont permis de proposer d’accorder à Vintimille  11  pages du carnet CCXXXI ( D21190-D21200 ), au moins 4 du carnet CCXCV ( D29467-D29470)  et 1 de CCCXXII (voir les articles  4/3, 8 et 9 de <carnetswt.hypoteses.org>).

Cet intérêt est certainement dû au fait que cet endroit a pu être considéré par le peintre comme un “site modèle” (sublime au sens de David Hill), un résumé des impressions paysagères de cette partie de la côte Méditerranéenne: une ville perchée, une embouchure de rivière alpine (la Roya), une marina avec des bateaux à l’ancre (tartanes) ou tirés sur le sable, une côte rocheuse, un cadre montagneux de grands versants rocheux tombant dans la mer, une végétation et des cultures méditerranéennes en terrasses…Bien qu’isolée, cette identification dans le catalogue de la Tate (notifiée par Finberg) mérite qu’on s’y arrête, car l’état de l’image sur papier bleu telle qu’apparue à l’écran de l’ordinateur, ne permet pas de voir grand-chose. C’est une « feuille volante » ( le N°259 n’est pas un carnet, mais un porte-folio rempli de ces « loose sheets » souvent mélangées : elle porte une esquisse au crayons, avec quelques reprises à la gouaches. Procédure classique pour Turner en voyage : une feuille pliée et déchirée dans un grand format, qui recevait un dessin hâtif sur le motif, lequel était complété avec de la couleur le soir à l’étape, pour être éventuellement repris ensuite, pendant le voyage ou au retour à Londres. Dans le cas présent, la suite n’a pas eu lieu et nous n’avons sous les yeux qu’une ébauche à peine lisible d’ une scène que Turner a eu sous les yeux à l’embouchure de la Roya dans la mer Méditerranée, au pied de la ville perchée de Vintimille. Par le catalogue de la Tate gallery elle est datée de 1830 environ, ce qui correspondrai au voyage de 1828 vers l’Italie : le carnet correspondant à cette partie du voyage (CCXXXII, « De Marseille à Gènes ») est celui qui contient le plus de pages concernant la ville, ce qui suppose que le peintre a pris le temps d’y dessiner sur le motif.

On peut effectivement reconnaître un  rocher historiquement célèbre à Vintimille : une forme haute et élancée, ombrée du côté de la mer, et blanchie de craie du côté de la ville, sur lequel deux personnages matérialisés en noir sont élevés jusqu’à mi-pente. Sur la plage, d’autres silhouettes sont ébauchées Au-delà, une grande bande de bleu très « turnérien » figure la mer, sur laquelle une forme allongée, d’un bleu plus sombre, surmonté de quelques vagues traces blanches pourrait figurer la coque d’un voilier d’une certaine taille, ancré à distance faute de port(?). Le peintre a pris le temps de « travailler » le bord de la bande pour figurer la houle qui se brise.. Au risque d’une surinterprétation de l’image, le lecteur est intrigué par ce qu’elle pourrait lui suggérer de la scène que le peintre avait sous les yeux : que se passe-t-il sur la plage ? que font ces trois personnages en noir, quelles autres « figures » Turner voulait-il souligner par ces quelques traits d’un rouge vif ? De quel événement était-il le témoin ? Dommage que cette reprise de l’ébauche se soit arrêtée si tôt !

Si je suis incapable d’imaginer ce que font ces personnes sur  la plage, tout en sachant qu’ils sont proches de la marina où les pêcheurs tirent leurs barques sur le sable (il n’y a pas de port en eau profonde à Vintimille à l’embouchure de la rivière Roya), je constate que Turner a bien dessiné au moins une fois ce fameux rocher qui était une curiosité du cap de Vintimille : le scoglio , qui signifie rocher ou écueil en Italien était son nom propre :  rocher élancé d’une quinzaine de mètres de haut, il  se dressait au milieu de la plage en avant du cap qui porte la ville, comme une preuve (avec plusieurs autres rochers de taille moindre) du recul de cette falaise sous l’effet de l’érosion marine . La roche qui constitue le cap est un conglomérat de roches détritiques (un poudingue de galets et de sables dans un ciment calcaire) plus ou moins résistant aux coups de boutoir de la Méditerranée : il s’est effondré le 17 février 1919, lors d’une tempête du sud-est particulièrement forte, et ses blocs fracturés sont restés longtemps au travers de la plage. Les derniers à résister à l’érosion marine postérieure ont pratiquement disparu, comme les autres rochers plus petits,  lors des aménagements contemporains de la plage et du front de mer de Vintimille : seul un rocher arrondi de bonne taille, voisin du Scoglio, la Pria Margunaira,  affleure encore aujourd’hui, en grande partie enfoui dans le sable.

Note: La photographie de James Jackson montre que les strates du poudingue sédimentaire sont quasi verticales, ce qui pourrait signifier que ce monolithe n’était plus en place, mais qu’il était simplement resté “fiché” dans la couche de sable inférieure, d’où son écroulement en masse, et non son érosion progressive par la mer. Ce que notait déjà Paul Jouanne dans son guide “Stations d’hiver de la Méditerranée” (:

Au pied de la citadelle, deux de ces rochers éboulés se dressent au dessus des sables; de loin on dirait deux obélisques élevés par la main de l’homme. (Hachette, Paris, 1887, p.309)

Les quelques lettres griffonnées à la hâte par Turner ont été interprétées dans le catalogue de la Tate gallery comme « Bordighera » possible : en fait je pense que Turner venait de passer à Bordighera au moment où il a dessiné cette page, et le paysage correspond au site de Vintimille vu de l’Est par plusieurs détails reconnaissables, malgré la faible lisibilité du croquis : la forme du cap, le fanal, le Scoglio, le clocher de l’église San Michele et le fort San Paolo ; sur le côté droit, le figuré de rochers peut correspondre aux versants rocheux verticaux du mont bordant la vallée de la Roya à l’est.

Une nouvelle recherche dans les carnets de Turner pour la côte ligurienne n’a pas fait apparaître de bons croquis où figurerait  le Scoglio. Tous ne sont pas de la même lisibilité, et le caractère très hâtif de beaucoup d’entre eux a pu empêcher la prise en compte par le dessinateur de ce détail topographique.  Mais si nous revenons sur les pages concernant Vintimille dans le carnet TB CCXCV (« From Genoa to Grenoble »), nous constatons qu’elles forment une sorte de bande dessinée à la hâte de la séquence du voyage entre San Remo et la frontière de la Ligurie : les pages ne contiennent que des dessins griffonnés et quelques-uns portent des traits qui, à la pointe de la falaise de Vintimille, peuvent amener à penser queTurner a figuré le Scoglio : en D29466, Turner voit depuis Bordighera la côte vers l’ouest jusqu’à la falaise de la pointe Garavan, frontière entre le Piémont et le Comté de Nice, et Vintimille n’est qu’un point dans le panorama ; 3 pages jalonnent l’arrivée sur la ville, dont le site perché est juste ébauché de près en D29464. Après 4 pages sur la ville elle-même, les croquis se succèdent en regardant en arrière au fur et à mesure que la voiture qui porte le peintre s’éloigne vers l’ouest par la route de Nice. De toutes ces pages, deux méritent d’ètre retenues pour la notation possible du Scoglio : D29467 (p.46a) et D29475 (p.50a)

La côte ligurienne à Vintimille, vue de l'est (Bordighera
?Bordighera [Turner] circa 1835-40 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D29467
Croquis explicatif de D29467 TB CCXCV (RCourtot): William Turner a dessiné une forme de tour de garde (comme il en a vu de nombreuses autres sur son itinéraire de la côte ligurienne) à l’endroit où se trouvait le Scoglio; la forme plus élancée et verticale à sa droite correspond au fanal de la marina de Vintimille, à l’embouchure de la Roya (Les principaux détails de repère sont dessinés en rouge)

La première  présente un dessin très hâtif du cap de Vintimille en arrivant par la route de Gènes (dont le tracé suit l’antique via Aurelia romaine,  SS1 dans la nomenclature routière italienne moderne). Les quelques lettres griffonnées à la hâte par Turner ont été interprétées dans le catalogue de la Tate gallery comme « Bordighera » possible : en fait je pense que Turner venait de passer à Bordighera au moment où il a dessiné cette page, et le paysage correspond au site de Vintimille vu de l’Est. Plusieurs détails sont reconnaissables, malgré la faible lisibilité du croquis : la forme du cap, le fanal, le Scoglio, la tour de l’église San Michele et le fort San Paolo ; sur le côté droit, le figuré de rochers peut correspondre aux versants rocheux verticaux du mont bordant la vallée de la Roya. A l’est, en avant de la pointe, deux formes sont dessinées : l’une mince et droite peut présenter le fanal marin qui marquait l’embouchure de la Roya et la marina de Vintimille ( voir, dans le carnet 18/2, « Turner à Vintimille » la figure 8 où ce fanal est clairement dessiné). L’ autre plus massive peut figurer une tour ou un rocher : serait-ce une libre interprétation par  le crayon de Turner du Scoglio vu de loin, qui serait accompagnée sur sa gauche de quelques rochers dans l’eau?

Coast Scene circa 1835-40 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D29475
Croquis explicatif de D29475 TBCCXCV (RCourtot: Le Scoglio est dessiné à sa place et, à ce qu’il semble, accompagné du petit rocher Pia Margunaira. Ce croquis fait partie d’une série réalisée au fur et à mesure que le peintre s’éloigne sur la route du Comté de Nice et de la France (il quitte donc la ville par la “Porte de Nice”). Son point de vue peut être situé à la hauteur du Fort de l’Annonciation, qui protégeait l’accès occidental de la ville, et d’où la vue porte vers l’est jusquà la pointe de San Ampeglio/Bordighera.

La seconde porte un panorama plus large, mais sur un croquis plus petit qui ne l’occupe qu’en partie: la vue est prise depuis la route de Nice, à la sortie de la ville dont la « porte de Nice » est bien visible, et la falaise derrière laquelle s’appuie la ville (dont le clocher de la cathédrale dépasse au-dessus de la crête) est nettement dessinée en enfilade jusqu’à l’embouchure de la Roya. La mer arrive jusqu’à ses pieds et Turner y a dessiné clairement le Scoglio dans sa forme penchée comme un grand doigt de pierre et son petit rocher voisin la Pria Margunaira; à la point du cap, deux petits bateaux à voile sont à l’amarre (ou tirés sur la plage).

Note: Ajoutons que Turner a bien situé le Scoglio et ses rochers compagnons sur l’aquarelle D24827 : le grand rocher et les plus petits qui l’accompagnaient sont visibles au bord de la mer, en avant du cap (voir dans le carnet 18/2 la fig.6: « La ville de Vintimille perchée sur la mer Méditerranée et la côte de Ligurie entre le fort de l’Annonciade et Bordighera, William Turner, Tate gallery D24827, Londres »).



Citer ce billet
Roland Courtot (2023, 5 juin). 20. Turner et le Scoglio alto de Vintimille. Carnets de voyage de Turner. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mah7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.