Archives de catégorie : Miscellanées

16. Turner et la Montagne de Tarare (1829)

Bandeau: La route nationale 7 actuelle, à l’endroit où la diligence qui portait Turner fut bloquée par la neige le 22 janvier 1829, dans la montée du col du Pin Bouchain, entre Tarare et Roanne (source: Street view de Google earth, mars 2019, point de vue et orientation voisins de ceux de l’oeuvre de Turner)

Messieurs les voyageurs au retour d'Italie (par la diligence) dans une tempête de neige sur la Montagne de Tarare 22 janvier 1829 William Turner The British Museum
Messieurs les voyageurs au retour d’Italie (par la diligence) dans une tempête de neige sur la Montagne de Tarare 22 janvier 1829 exposé 1829 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 The British Museum http://www.tate.org.uk/art/work/TW0393

https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-messieurs-les-voyageurs-on-their-return-from-italy-par-la-diligence-in-a-snow-drift-tw0393

Cette aquarelle illustre la seconde mésaventure du retour de Turner en janvier 1829, après celle du Mont Cenis. Elle a ceci de particulier que la localisation géographique de cet événement est restée longtemps inconnue. Dans une lettre à Eastlake Turner écrit le 16 février 1829 :

« …Nous avons traversé le Mont Cenis en traineau, bivouaqué trois heures dans la neige sur le mont Tarrar autour d’un feu, pendant qu’on tirait la diligence – qu’un banc de neige avait empêché de se renverser. »
(Wilton,  p.146, 2006, Imprimerie Nationale, Paris, 236 p.)

Cette formulation elliptique et cette orthographe particulière ont eu pour résultat que ce mont Tarrar a été cherché par les spécialistes de Turner pendant des années sur l’itinéraire de ce voyage de retour d’Italie entre le col du Mont-Cenis et Lyon: encore dans l’édition en Français de sa somme sur « Turner » en 2006 (édition anglaise originale en 1987) Andrew Wilton relate :


« Le voyage se déroula dans de mauvaises conditions ; comme au retour d’Italie en 1820, le véhicule de Turner eut un accident dans la neige, cette fois sur le mont Tarare, près de Grenoble. Il raconta le périple dans une lettre à Eastlake datée du 16 février 1829 » (Wilton,  p.146, 2006, Imprimerie Nationale, Paris, 236 p.)

La lettre de Turner pouvait donc prêter à confusion, par l’orthographe et l’absence de localisation précise de l’accident, sur un itinéraire aussi long : il dit bien toutefois à Eastlake que «  Bref, de Foligno à 32 km de Paris, je n’ai jamais vu la route. Seulement de la neige !». Il aurait donc fallu chercher beaucoup plus loin dans l’itinéraire puisqu’ apparemment l’épisode neigeux responsable de ces chutes énormes affecta tout le nord de l’Italie et l’est de la France jusqu’à proximité de Paris.

Il a fallu attendre qu’un chercheur de l’université du Texas, Donald W. Olson, astrophysicien spécialisé dans l’étude scientifique des œuvres d’art (le « détective du ciel »), pense tout simplement à la ville de Tarare, autre étape du voyage de Turner entre Lyon et Paris, dans les monts du Beaujolais. Il a pu ainsi localiser exactement l’événement : dans la longue et sinueuse montée de la route royale à l’ouest de Tarare, et confirmer la date notée par Turner dans le titre de l’œuvre, précisément dans la nuit du 29 juin 1829, en s’appuyant sur la position de la lune et des planètes dans le ciel nocturne de l’œuvre. Une enquête sur le terrain lui a fourni les confirmations nécessaires, en particulier la lecture des archives de la presse locale, qui annonçait de grosses chutes de neige sur les monts du Beaujolais au moment du passage de Turner. L’essentiel de la documentation de cet article 16 est donc tiré du paragraphe 3 : J. M. W. Turner’s Night Sky Over a Snowy Road , p. 25-34, du chapitre 1: Monet and Turner, Masters of Sea and Sky, de la partie I : Astronomy in Art, du livre Celestial Sleuth (Using Astronomy to solve Mysteries in Art, History and Littérature),Springer, New York, 2014 . 

L’œuvre de Turner documente cette fois de façon claire l’événement ; aucune ambigüité ou dissimulation, comme dans le cas de « Tempête de neige, passage du Mont-Cenis » ( voir l’article n°15). L’énorme véhicule de la diligence Lyon-Paris (rien à voir avec les petites voitures qui franchissaient à la même époque les cols alpins) qui a versé dans le fossé du côté de la montagne (une chance !) peut-être en butant dans une congère ( Turner : «… la diligence, qu’un banc de neige avait empêchée de se renverser »), ne pouvait être sorti de cette mauvaise posture que par un attelage de bœufs, qu’il fallu aller chercher au premier village au pied de la côte. D’où l’attente dans la nuit et le froid, et le grand feu allumé par les cochers pour s’éclairer et réchauffer les voyageurs transis. 

La scène est saisie au moment où les secours arrivent : on aperçoit à gauche une paire de bœufs attelés sous le joug. Au premier plan, sur la neige, quelques colis et bagages déchargés pour diminuer le poids du véhicule, quelques outils nécessaires et certainement tirés des coffres de la voiture : des pelles pour la neige et une hache pour couper des branches (afin d’alimenter le feux ou/et peut-être affermir le passage des roues sur la neige). Au second plan, la scène centrale se partage en deux groupes : 

  • A l’avant de la voiture, une paire de bœufs accouplés sous le joug est placée devant les chevaux, qui sont eux attelés avec des colliers : un de ceux-ci est tenu à la bride par un personnage en veste d’uniforme et chapeau qui pourrait être le cocher. Autour des roues, d’autres hommes s’activent à les dégager de la neige, tandis que plusieurs tirent sur une corde tendue en oblique pour redresser la voiture.
  • Un grand feu éclaire la scène, autour duquel les passagers se pressent et se réchauffent en lui tendant les mains. A l’écart, un personnage assis coiffé d’un chapeau haut de forme est en train de dessiner : Turner lui-même ( ?). 

Les forts contrastes du clair-obscur créé par la neige, le feu et la nuit noire sont parfaitement exploités par le peintre pour dramatiser l’instant. Il transcrit en même temps avec précision l’état du ciel nocturne, en particulier la forme de la lune et la position de la constellation des Gémeaux (Castor et Pollux), de telle sorte que D. Olson pourra utiliser ces observations astronomiques indispensables dans sa détermination de la date de l’évènement. Il ira jusqu’à donner une position géodésique du lieu de l’accident :

« 45.912° north, 4.357° east, near a sweeping turn just below the summit of Mont Tarare » (Celestial Sleuth, p.31). C’est-à-dire 45° 54’ 39’’ de lattitude nord et 4° 21’ 25 ‘’ de longitude est en coordonnées géographiques.

Lieu de l’accident de la diligence deTurner en 1829, route Lyon-Paris Montagne de Tarare (Source : Géoportail-IGN-France)
Lieu de l’accident de la diligence deTurner en 1829, route Lyon-Paris Montagne de Tarare (Source : Géoportail-IGN-France)

Le lieu de l’accident de la diligence transportant Turner dans la nuit du 29 janvier 1829, sur la route royale Lyon-Paris (aujourd’hui route N7) dans la montée au col du Pin Bouchain, est indiqué par la plume rouge

(Source : vue perspective aérienne oblique 3D orientée sud-nord Géoportail-IGN-France)

Sur l’image ci-dessus, la plume rouge indique le lieu fixé par D. OLson pour l’accident de la diligence, à peu de distance du sommet du col du Pin Bouchain, à environ 700 m d’altitude : le versant gauche de la vallée remonté par la route, orienté vers l’ouest, a dù voir s’accumuler la neige sous l’effet du vent dominant d’ouest. Les «bœufs de secours» ont pu venir du village de Joux (en bas de l’image à droite) sur le territoire de la commune duquel la route passe. Cette partie de la route royale la plus courte entre Paris et Lyon, nommée “grande route de Paris à Lyon par le Bourbonnais” sur la carte de Cassini (fin 18e siècle), avait changé d’itinéraire entre Tarare et le col du Pin Bouchain, lors des grands aménagements routiers sous le Consulat et l’Empire. La route ancienne (telle qu’on peut la voir sur la carte de Cassini) montait directement sur le plateau de la Montagne de Tarare plus à l’est, tandis que le nouveau tracé montait plus progressivement par les versants gauche de la rivière Turdine et de la petite vallée où eu lieu l’accident. Apparemment cela ne supprimait pas les dangers de l’enneigement hivernal. Ajoutons que les diligences, qui à cette époque assuraient le transport des voyageurs sur les grands axes routiers comme Paris-Lyon, étaient de lourds véhicules: tirés par 4 à 6 chevaux, elles accueillaient jusqu’à 16 et 21 passagers et leur poids se mesurait en tonnes à pleine charge. On peut compter une bonne trentaine de personnes figurées par Turner autour de la voiture et du feu sur l’image. Leur poids et leur hauteur ne devait pas leur donner une bonne “tenue de route”, en particulier sur la neige.

Ce voyage de retour de Turner, déjà fortement perturbé dans sa partie italienne, le fut tout autant du côté Français, et le trajet Lyon-Paris fut certainement accomplis en plus de temps que ne l’annonçait l’horaire des Messageries Royales en 1832: 3 jours 1/4 pour les 120 lieues de l’itinéraire par Moulins ( Diethelm M.B., 2005, p.234).

(Diethelm M.B., : « Voyager avec Balzac (La route en France au début du XIXe siècle) », L’ Année balzacienne, PUF, 2005/1, n°6, p.201-240)  

14.William Turner et le passage du Mont-Cenis en 1819: un drame dans la montagne?

Bandeau:

Le col du Mont-Cenis vu du côté Italien: vue aérienne oblique vers le NO, le sommet du col se trouve à l’horizon gauche au bout N du lac.[Modifié 06.2019, à la suite du commentaire de Lucien Chevalier]. Source: géoportail IGN-France [Modifié 06.2019, à la suite du commentaire de Lucien Chevalier]

Pour ouvrir la série des carnets concernant le voyage de Turner pour son retour de Rome en Angleterre en janvier 1829, j’ai choisi d’étudier une aquarelle qui illustre un autre passage de ce col par le peintre. Lors de son voyage de retour de Rome en janvier 1819, sa voiture est renversée dans la neige. Il tire de cette mésaventure une aquarelle intitulée : « Tempête de neige, Mont-Cenis » qui décrit bien plus qu’une mésaventure. Cette œuvre est aujourd’hui conservée au Musée de Birmingham sous le n° 1953P409 (mais qui n’en donne pas les dimensions).

http://www.birminghammuseums.org.uk/explore-art/items/1953P409/snowstorm-mont-cenis?search_terms%5Bcollections%5D%5B%5D=turner+passage+of+mount+cenis

https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-snowstorm-mont-cenis-tw0034

William Turner: "Tempête de neige, Mont-Cenis", 1820, Birmingham museum and art gallery, n°1953P409 (image Wikiart)
William Turner: “Tempête de neige, Mont-Cenis”, 1820, Birmingham museum and art gallery, n°1953P409 (image Wikiart)

Fig.1 : Le passage du Mont-Cenis

Ma connaissance insuffisante de la bibliographie sur l’œuvre peinte de Turner ne m’a pas permis de trouver une analyse détaillée de cette aquarelle, mais j’imagine qu’elle doit exister quelque part, pour une œuvre aussi connue et aussi souvent publiée ; la Tate galllery, qui ne publie pas l’image de l’œuvre dans la collection de Turner en ligne, n’affiche aucune notice la concernant (TW0034 Wilton 402). Ce que je vais exposer ici est peut-être déjà publié. Je le présente quand même.

Note complémentaire (06.2019)

Concernant cette aquarelle , je viens de relire à son sujet, dans le catalogue de l’exposition « Turner en France » par Maurice Guillaud (1981), deux textes qui montrent l’ intérêt que les historiens de Turner ont porté à cette œuvre. 

Dans le texte 17 de ce catalogue, « Paysage de l’imagination et intuition du site : la pratique du croquis d’étude chez Turner » (p.129-147) David Hamilton écrit, à propos de « Snowstorm : Mount Cenis » :

« L’un des chefs-d’œuvre de Turner résultant de son voyage sur le continent en 1819 est l’aquarelle du Passage of Mt Cenis , qui précisément illustre ce principe (énoncé plus haut par Ruskin : rendre non seulement les faits réels qu’il a choisis de peindre, mais également l’ impression qu’ils ont produit sur son esprit). Dans ce tableau Turner associe l’expression de toute une série d’incidents qui sont survenus lors de son voyage de retour en 1820 et que l’on retrouve dans les dessins de son carnet intitulé Return from Italy » (p.143) 

Lindsay Stanton disait la même chose à la page 89 du même catalogue, à propos de la même œuvre, « Snowstorm : passage of Mount Cenis »  dont il a rédigé la légende (Cat.31, fig.213) :

«  Un des carnets d’esquisses gardé par Turner à son retour d’Italie en 1820 (T.B.CXCII – cf. p.114) contient une esquisse au crayon sommaire de l’incident ». En même temps il ajoutait : « Par la composition (qui semble faire écho au dessin de Hannibal crossing the Alps, 1812) et ses couleurs sombres et menaçantes, le Mt Cenis est l’apogée des aquarelles alpine de la première partie de la carrière de Turner.

[Je  n’ai pas reconnu, ni dans le catalogue de Maurice Guillaud aux pages 114-125,ni dans l’ensemble du carnet CXCII (Return from Italy, 1819) dont les légendes ont été mises à jour parNicola Morby en 2013 (catalogue numérique de la Tate Gallery),  de dessin qui puisse être mis en rapport direct avec les événement décrits dans l’aquarelle].

La scène peinte par Turner à son retour à Londres est située sur les lacets de la route qui franchit le col du Chat sur le verrou glaciaire en dessous du lac du Mont-Cenis , et qui surplombe la gorge du torrent de Cenise.Le point de vue est situé en contre-bas de deux des 23 refuges construits lors de l’aménagement de celle-ci sous le Consulat et l’Empire. Si on admet qu’il s’agit des N°7 et 8 (voir cart IGN 1/50000e1951 sur « géoportail « remonter le temps »), [Modifié 06.2019, à la suite du commentaire de Lucien Chevalier]

, la scène, orientée vers le nord,  est localisée en dessous du verrou et son arrière plan est formé du grand ombilic glaciaire qui contient le lac du Mont-Cenis. Dans ce cadre, une tempête de neige se développe en arrivant par l’ouest, et son énorme nuage noir contraste violemment avec la blancheur des nuées qui occupent la dépression lacustre qui mène au sommet du col du Mont-Cenis.

Croquis schématique RCourtot d'un détail de "Temp-ete de neige, Mont-Cenis" par William Turner: l'les muletiers d'une hcarrette attaqués par des brigands
Croquis schématique RCourtot d’un détail de “Tempête de neige, Mont-Cenis” par William Turner: l’les muletiers d’une charrette attaqués par des brigands

Fig.2 : Bagarre dans la montagne, muletiers et brigands ?

Cette première dramatisation naturelle par le cadre topographique et climatique immédiatement perceptible est complétée par l’événement qui s’y déroule, et dont la signification n’est pas forcément comprise au premier coup d’œil. Il y a en fait deux évènements :

Une charrette l chargée de ballots et tirée par trois mules est en mauvaise posture, au bord du précipice, dans un virage de la montée au dessus du ravin de l’émissaire du lac: elle est vue de l’arrière, un cocher est à son poste (les rênes à la main ?) ainsi qu’un muletier qui, d’une main tire par la bride la mule de tête, et de l’autre la frappe de son bâton pour la faire avancer, et avec elle tout l’attelage, dont l’effort de traction est rendu par la courbure des échines des mules et l’inclinaison des corps vers l’avant. Mais on peut se demander si ces hommes sont bien les muletiers chargés de conduire la charrette : en effet, en même temps une rixe met aux prises, à côté du chariot,  au moins cinq personnages dans une scène d’une grande violence. A gauche un homme tombé à terre est frappé à coups de poings par un second agenouillé au dessus de lui, un troisième va asséner un coup de bâton à un quatrième qui lui fait face, et le cinquième à droite est déjà tombé assis dans le fossé. On peut imaginer une bande de brigands en train d’attaquer des muletiers pour leur prendre la charrette et son chargement, en profitant de la tempête qui gène le franchissement du col et recouvrira les traces du crime : dans ce cas, les deux hommes qui s’acharnent à faire avancer le véhicule peuvent chercher à le soustraire aux voleurs, ou bien ce sont déjà des voleurs qui s’en rendent maîtres pendant que leurs complices « éliminent » violemment les membres de l’équipe des charretiers.

Croquis schématique RCourtot d'un détail de "Tempête de neige, Mont-Cenis" par William Turner (1820): une diligence de voyageurs fait demi-tour sur place dans la montée du col du Chat pour échapper à une tempête de neige et à des bandits de grand chemin
Croquis schématique RCourtot d’un détail de “Tempête de neige, Mont-Cenis” par William Turner (1820): une diligence de voyageurs fait demi-tour sur place dans la montée du col du Chat pour échapper à une tempête de neige et à des bandits de grand chemin

Fig.3 La volte-face de la voiture de poste :

Le second évènement, en partie dépendant du premier, est une voiture de poste, au virage précédent le lieu du drame, en train de faire un demi-tour sur elle-même précipitamment. Les deux chevaux de tête au galop sont déjà en sens inverse de la berline, dont le train avant décrit son angle maximum de rotation (difficile de croire que cette manœuvre peut être effectuée au galop des chevaux…ou du moins le peintre les a-t-il saisis lorsqu’ils prennent leur élan pour relancer le véhicule ?). Curieusement, aucun cocher ne semble actif sur le véhicule, bien qu’on distingue une silhouette assise sur le siège extérieur avant, et deux têtes de voyageurs à la portière de la voiture. On peut comprendre cette volte-face devant la menace naturelle que représente la tempête de neige, mais on peut l’interpréter plutôt comme une fuite salutaire devant le risque d’une « attaque de diligence » par les malandrins qui sont déjà à l’œuvre sur la charrette et qui pourraient se tourner vers des proies plus tentantes sous la forme de voyageurs à détrousser. Plusieurs hypothèses sont permises, et celle des malandrins n’est pas la moins plausible. Il y a eu certainement des drames de ce genre dans le col du Mont-Cenis comme dans les autres grands cols alpins: les soldats et douaniers de la caserne de l’Hospice du col ne devaient pas être de trop pour maintenir la sécurité du passage, dont les risques n’étaient pas seulement naturels, mais aussi criminels. Dans une lettre , Turner évoque le caractère bagarreur des cochers et cantonniers qui se battent lors d’un accident de diligence, et du recours au tribunal et à la prison pour clore l’affaire. Le dessin de la voiture de poste ne laisse pas d’étonner : Turner y a pris, semble-t-il, beaucoup de libertés avec le réalisme perspectif. Il a représenté l’arrière et l’avant de la voiture selon des angles irréalistes puisqu’ ils sont visibles tous les deux en même temps, selon une perspective qu’on pourrait qualifier d’ « inversée », qui « déplie » l’image de l’ensemble et outrepasse l’angle que forment les axes des essieux avant et arrière. La position des chevaux et celle des deux trains de roues semblent tordre l’ensemble de l’attelage, et donnent une plus grande force au mouvement tournant du véhicule…Les formes circulaires des roues sont multipliées au delà du réel, et les corps des chevaux, la position des pattes, sont difficiles à situer : je n’ai pas réussi à distinguer le cheval de gauche de la deuxième paire de l’attelage. Qu’importe, l’impression de mouvement, de fuite n’en est que plus grande, comme la peinture en ombres chinoises de la bagarre autour de la charrette de marchandise renforce l’impression dramatique donnée par les personnages à terre face à ceux qui les frappent.

Méthodologie: N’ayant jamais eu l’occasion de voir de près l’oeuvre originale conservée au Musée de Birmingham, j’ai toujours été questionné par la manoeuvre brutale de l’attelage et de la voiture de poste dans l’aquarelle du passage du Mont-Cenis, et par son “pourquoi?”. J’ai voulu suivre les conseils donnés par Daniel Arasse dans deux ouvrages “éclairants”: “Le Détail”, (Flammarion ,1992) et “On n’y voit rien, Descriptions” (Denoêl, 2000). Les photographies imprimées sur les ouvrages d’art et les catalogues d’exposition étant trop peu lisibles dans les détails, j’ai donc analysé les images numériques disponibles au téléchargement sur le site du Musée de Birmingham et sur celui de Wikiart. En utilisant un logiciel de traitement d’images sur un ordinateur (variations du contraste, de l’exposition, de la couleur) , j’ai pu faire apparaître les détails contenus dans les groupes colorés de la charrette et de la voiture de poste, que j’ai traduits ensuite sous forme de deux dessins plus explicites.

Carte topographique et militaire du Mont-Cenis  et de la nouvelle route qui le traverse de Lans-le-Bourg à Suse par Charles Piquet e Fils d’après les Plans manuscrits et autres renseignements communiqués par Mr. Derrien Ingénieur en chef au Corps Royal des Ponts et Chaussées, Membre de l’Académie Royale de Turin, autrefois chargé des Travaux des Routes du Mont-Cenis et du Mt. Genèvre 1821. Source : BNF, Gallica
Carte topographique et militaire du Mont-Cenis et de la nouvelle route qui le traverse de Lans-le-Bourg à Suse par Charles Piquet e Fils d’après les Plans manuscrits et autres renseignements communiqués par Mr. Derrien Ingénieur en chef au Corps Royal des Ponts et Chaussées, Membre de l’Académie Royale de Turin, autrefois chargé des Travaux des Routes du Mont-Cenis et du Mt. Genèvre 1821. Source : BNF, Gallica


Carte topographique et militaire du Mont-Cenis Piquet 1821 (détail) Source : BNF, Gallica Lieu de l'aquarelle Turner "Snowstorm..."
Carte topographique et militaire du Mont-Cenis Piquet 1821 (détail) Source : BNF, Gallica
Lieu de l’aquarelle de WilliamTurner “Snowstorm…”

Le lieu présumé du drame : les lacets routiers dans la montée du verrou glaciaire en dessous de la Grande Croix vers le col du Chat. Les deux refuges figurés sur le côté occidental de la route (petits carrés grisés) pourraient correspondre aux n° 7 et 8 de l’aménagement napoléonien. [Modifié 06.2019, à la suite du commentaire de Lucien Chevalier]

Cette partie du tracé de la route du col est connue sous le nom des “Echelles” comme le passage le plus difficile de la montée du côté italien. Lors de l’aménagement napoléonien, une première route sur le flanc gauche de la plaine Saint-Nicolas a été abandonnée ensuite pour la modernisation de l’ancien tracé du chemin sarde: ligne droite dans la plaine/ombilic glaciaire de Saint-Nicolas et lacets superposés sur les pentes du verrou des Echelles. Pour des informations sur le franchissement du col à l’époque Napoléonienne, on verra par exemple: “Dans les traces d’Hercule: les voies transalpines du Mont-Cenis et du Petit-Saint-Bernard“, catalogue d’exposition, Presses de l’Ecole Nationale des Ponts et Chaussées.

Note complémentaire (21.02.2019)

La relecture de l’ouvrage de Danielle Arasse, « Le Détail » (pour une histoire rapprochée de la peinture, Flammarion, Champs arts,1996), dans lequel il prend à trois reprises des exemples chez Turner pour cette « histoire rapprochée », relance mon interrogation sur ce que j’ai découvert autour de la carriole des muletiers du Mont-Cenis dans deux directions.

La première question serait : « Turner a-t-il été témoin de l’ « événement » tel qu’il le peint ?

Il me semble que la réponse a peu de chances d’être « oui » car alors on peut se demander pourquoi il ne l’aurait pas rapporté dans les lettres qu’il a pu rédiger à ses amis lors de ses voyages, comme celle qu’il a adressée  à son ami Eastlake pour lui raconter son voyage de retour par le Mont-Cenis en janvier 1829 (citée in Wilton, Turner, p.146).

Si la réponse est non, il serait alors en contradiction avec lui-même si on se rapporte à ce que Daniel Arasse rappelle à la page 193 de son ouvrage. Turner lui-même, défendant sa conception du détail, dit : « Mon affaire est dessiner ce que je vois, non ce que je sais ». Dans ce cas il est plausible qu’il ait entendu pendant son voyage, et peut-être dans les conversations des voyageurs ou des gens de la route au passage des Alpes, le récit d’une attaque de ce genre, et qu’il s’en soit saisi pour l’introduire dans son œuvre sur papier. Il n’aura donc pas peint ce qu’il a vu, mais ce qu’il a su.

La deuxième question serait : pourquoi Turner a-t-il « caché » le sens exact de son œuvre de deux façons ? : 

  • Sous un titre apparemment « anodin », Snowstorm, Mount-Cenis , alors qu’il allait pour d’autres œuvres rédiger des titres beaucoup plus évocateurs, même s’ils ont souvent donné lieu à interprétations : par exemple, le titre très explicite de l’œuvre retraçant la chute de la diligence portant Turner dans la neige de la Montagne de Tarare à son retour d’Italie en janvier 1829 (le Mont Tarrar Messieurs les voyageurs on their Return from Italy (par la diligence) in a Snow Drift upon Mount Tarrar – 22nd of January, 1829, British Museum, TW0393)
  • Par un dessin et une peinture, en particulier pour l’attaque de la carriole des muletiers, qui rendaient les détails très difficiles à percevoir pour les spectateurs qui n’auraient pas l’original sous les yeux. A mon sens cette œuvre justifierait ainsien partie les titres des deux ouvrages de Daniel Arasse qui m’ont, en quelque sorte , “ouvert les yeux” . Je dois dire que jusqu’ici, devant les tableaux de Turner, j’ai souvent été étonné par le fait que les détails se dissolvent lorsque je m’approche de la toile, croyant trouver dans ce mouvement une réponse à mes questions concernant les objets ou les personnages que je voudrais regarder « de près » : par exemple les deux cavaliers dans le tableau « Vue d’Orvieto » (Tate gallery, N00511) tels qu’aperçus dans l’article 11 de ce carnet d’hypothèses.org. Pour cette fois, le sens de l’œuvre a été dévoilé par cette vision rapprochée grâce aux moyens techniques du numérique.

Là encore on pourrait trouver une réponse dans l’ouvrage de Daniel Arasse qui, à la page 264, à propos du dispositif de la représentation dans le tableau, et du rapport entre le spectateur et l’œuvre, renverse la formule du peintre : « Turner demande à son spectateur de voir ce qu’il peint et non ce qu’il sait ». Formule qui est en fait la règle d’or de l’analyse d’image : regarder ce qui est présenté, et non ce qu’on sait. Encore fallait-il ici pouvoir « s’approcher » suffisamment de cette « tempête de neige » afin de voir tout ce qu’elle cache et contient à la fois. 

Suite (06.03.2019)

Dans cette analyse des détails de l’image, je suis obligé de revenir sur mes pas, car la relecture du catalogue de l’exposition « Turner en France » par Maurice Guillaud (1981) a mis sous mes yeux l’excellente image de Snowstorm : Mount Cenisqui s’y trouve publiée à la page 119. En fait la photographie analogique bien imprimée est nettement plus précise qu’une image numérique de faible densité, comme celles que j’ai pu consulter auparavant. Le drame qui se joue autour de la carriole des muletiers y est beaucoup plus visible, et les silhouettes des combattants sont suffisamment détachées pour qu’on comprenne bien ce qui se passe. Par contre, si le demi tour sur place de la diligence en devient aussi plus précis, il est en même temps moins déchiffrable. L’attelage serait à trois chevaux, dont un de pointe (le blanc) suivi de deux limoniers derrière, de couleur brune. A la fenêtre du portillon, une femme apeurée se penche en sortant le buste et les bras hors de la voiture. Mais où est l’équipage du véhicule ? le cocher qui devrait être assis sur le banc avant, entre les toiles qui flottent de chaque côté, ou le postillon qui chevauche habituellement le cheval arrière gauche dans ce genre de voiture, ne sont nulle part visibles. Personne, et l’attelage semble abandonné à lui-même dans une manœuvre particulièrement périlleuse, sur une route de montagne étroite longeant un ravin profond. Que se passe-t-il exactement ? Qu’a dessiné Turner sous le train avant du véhicule : on ne distingue ,derrière l’ enchevêtrement des pattes des chevaux, qu’’un train avant tourné au maximum, dont la roue droite est invisible, et une tache sombre non identifiée au dessous. L’image est celle d’une sorte de diligence en perdition, « infernale », fuyant les fureurs naturelles et humaines de la montagne.

William Turner: Tempête de neige : Traversée du Mont Cenis. Cat.31 In Turner en France, Maurice Guillaud, 1981, p.119, Fig.213  Détail de la charrette et des muletiers attaqués par des brigands ©Birmingham City Museum and Art Gallery 409-53
William Turner: Tempête de neige : Traversée du Mont Cenis. Cat.31 In Turner en France, Maurice Guillaud, 1981, p.119, Fig.213  Détail de la charrette et des muletiers attaqués par des brigands Birmingham City Museum and Art Gallery 409-53
William Turner: Tempête de neige : Traversée du Mont Cenis. Cat.31 In Turner en France, Maurice Guillaud, 1981, p.119, Fig.213  Détail de la diligence faisant demi tour sur place ©Birmingham City Museum and Art Gallery 409-53
William Turner: Tempête de neige : Traversée du Mont Cenis. Cat.31 In Turner en France, Maurice Guillaud, 1981, p.119, Fig.213  Détail de la diligence faisant demi tour sur place ©Birmingham Birmingham City Museum and Art Gallery 409-53

Turner n’a donc pas « caché » totalement l’événement, qui donne son sens à cette image, et qui lui confère le statut de « paysage de l’imagination » selon David Hill , ou de « paysage-catastrophe »  selon Pierre Wat  : il nous a fourni des indices suffisants, comme pour une devinette. Alors comment ce fait-il qu’elle n’a pas été devinée, alors qu’elle a été vue par de nombreux critiques dans de nombreuses expositions : cette œuvre, qualifiée par David Hill d’« un des chefs-d’œuvre de Turner résultant de son voyage sur le continent en 1819 » (Turner en France, p. 143 ) a été présentée, de 1839 à 1981, dans douze expositions, dont 4 à la Royal Académie, 1 au Louvre, 1 à la Tate Gallery…(ibidem, p.89).

Au fond, quelle réussite! Dans un décor montagnard de tempête de neige cataclysmique, mais qui n’est pas un décor au sens théâtral du terme puisque le site est clairement localisé, au bord d’un ravin qu’on devine vertigineux (cette roue de charrette qui ne demande qu’à glisser dans le vide!), un drame se joue sous les yeux de qui veut le voir. Un groupe de bandits de grands chemins (le col du Mont-Cenis est bien alors le passage d’un grand chemin) assaillent impitoyablement, à quelques pas du vide, les muletiers d’une charrette de marchandises allant de Piémont en Savoie. Une diligence qui arrive sur les lieux du drame est lancée dans une manoeuvre échappatoire désespérée: sous le pinceau de Turner elle devient une sorte de voiture en perdition, sans cocher ni postillon, passagers affolés, chevaux et mécanique aux limites de l’effort dans la fuite. Il est peut-être vain dans ce cas de vouloir chercher plus loin dans la reconnaissance des détails du dessin, si tant est que Turner les ait dessinés pour qu’on les reconnaisse: l’accumulation emmêlée formée par l’attelage, les pattes des chevaux, les roues de la voiture est destinée à créer un extraordinaire mouvement tournant, qui imprime un sentiment de peur, renforcé par l’absence apparente de l’équipage et l’affolement de la seule passagère visible. Qu’importe si on ne comprend pas cette forme sombre sous le train avant du véhicule, qui se prolonge en tache grise dans la neige, ou cette curieuse perspective qui semble ployer la voiture dans le mouvement giratoire. Peut-on la comparer à la perspective “circulaire”, ou à celle “inversée” employée par le peintre contemporain David Hockney dans certains de ses paysages californiens? Quoiqu’il en soit, Turner a atteint son but en créant, sur une aussi petite surface (29,2 x 40 cm), une oeuvre aussi impressionnante pour celui qui la regarde..

13. Lyon retrouvé


Bandeau : Le Pont du Change à Lyon, image numérique réalisée par le laboratoire MAP-Aria UMR –CNRS 694, Ecole d’Architecture de Lyon

Une belle surprise ! Dans les pages des carnets de voyage de Turner qui documentent son passage à Lyon lors de deux de ses voyages vers l’Italie ( voir les articles N° 6 pour le passage en 1828 et n° 7pour celui de 1838), j’ai toujours été étonné de trouver si peu de dessins concernant Lyon, la grande ville du Rhône : seulement deux dans le carnet CCXXIX, et rien sur le carnet CCXXX. Encore que, pour ce dernier cas, je n’ai pu jusqu’à maintenant identifier les premiers dessins, au début du voyage sur le Rhône, . Or ma récente découverte dans le carnet CCXXXVI de deux dessins de Lyon égarés entre Viterbe et Ronciglione (voir l’article N°12) les a ajoutés à ma liste ; et mieux encore, des recherches sur les feuilles volantes consacrées à Avignon (voir article n°2) dans le carnet/dossier n°CCCXLI (Miscellaneous), ont remis sous mes yeux, grâce au menu « You might like » du catalogue en ligne de la Tate gallery, des dessins où j’ai reconnu sans difficulté le Pont au Change sur plusieurs d’entre eux, et donc la ville de Lyon. J’avais « repéré » depuis longtemps, dans ce carnet, un ensemble de dessins d’une ville dense et traversée par une rivière, française avec une forte probabilité, Turner ayant écrit « Caffe du terrace » sur le quai animé de la rivière sur la page D34066). Lyon perdu était retrouvé, et j’avais sous les yeux un ensemble fourni de dessins glanés sur les bords de la Saône dans sa traversée de la ville,entre le centre médiéval au pied de la colline de Fourvière, et le centre moderne sur la Presqu’île. S’il y avait si peu de dessins sur les carnets, c’est tout simplement parce que le peintre avait choisi de faire provision de croquis séparés destinés à devenir des œuvres peintes de petite taille ( ) et qui seraient traitées de façon souvent mixte : aquarelle, gouache, encre, pinceau, plume, crayon….. Mais qui , en l’occurence, ne seraient jamais advenues.

Ignorant si ces œuvres ont été déjà par ailleurs reconnues et publiées, je propose des titres pour chacune d’elles, en fonction des éléments remarquables du paysage urbain que j’y ai reconnus. Voici donc les feuilles que je pense avoir identifiées,  selon le degré de certitude de ma reconnaissance. En outre, je présente de façon plus détaillée quelques exemplaires de ce corpus, qui m’ont semblé remarquables.

En revenant sur ces images dans le catalogue en ligne de la Tate gallery, je suis revenu aussi sur les fiches rédigées par les membres de l’équipe de recherche pour le nouveau catalogue de Turner : j’ai trouvé dans celle de Matthew Imms pour le dessin An ?Italian Town on the Banks of a River ( c.1828–43 D34051) une référence et des notes concernant l’ouvrage de Finberg dans laquelle celui-ci proposait pour toutes ces pages la ville de Lyon, mais avec un point d’interrogation. Il suggérait, par des notes manuscrites dans un exemplaire de son inventaire (1909, p.1084) conservé dans le département des Gravures et des Dessins de la Tate Britain, que les feuilles Tate D34052–D34061 :

«  sont, excepté la dernière,  toutes du même endroit, Lyon ?…. ». 

Matthew Imms, ‘An ?Italian Town on the Banks of a River c.1828–43 by Joseph Mallord William Turner’, catalogue entry, January 2016, in David Blayney Brown (ed.), J.M.W. Turner: Sketchbooks, Drawings and Watercolours, Tate Research Publication, November 2016, https://www.tate.org.uk/art/research-publications/jmw-turner/joseph-mallord-william-turner-an-italian-town-on-the-banks-of-a-river-r1183038, accessed 08 November 2018.

En fait, la « dernière » (D34061) concerne aussi Lyon, comme d’autres  dans le même dossier CCCXLI. Je viens donc confirmer ci-dessous cette intuition déjà ancienne.

Town beside River, with Buildings on High River-Banks circa 1830-41 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D34061
Town beside River, with Buildings on High River-Banks circa 1830-41 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D34061

Ville au bord d’une rivière, avec des bâtiments sur des quais élevés, c.1830–41, D34061 Legs Turner  CCCXLI 341

Titre et légende  proposés : Le pont du Change sur la Saône à  Lyon. Vue vers l’amont (N) entre la ville ancienne sur la rive droite au pied de la colline de Fourrière ( à gauche) , et le centre moderne de la Presqu’île sur la rive gauche (à  droite); la colline de la Croix Rousse à l’arrière plan

Autour du pont du Change

*Tate D33985 TB CCCXLI 269 : View of Town, with Bridge and Figures c.1830–41

https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-view-of-town-with-bridge-and-figures-d33985

Titre proposé : Lyon : le quai de rive gauche de la Saône à l’entrée ouest du pont du Change

*Tate D34055 CCCXLI 335 : Bridge and Houses, from Landing Stage

https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-bridge-and-houses-from-landing-stage-d34055

Titre proposé :Lyon : quai de la rive gauche de la Saône, à l’amont du pont du Change

*TateD34056 CCCXLI 336 : Embankment and Bridge c.1830–41

https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-embankment-and-bridge-d34056

Titre proposé :Lyon : le quai de la rive droite de la Saône (ville ancienne) et le pont du Change vu de l’aval (la colline des Chartreux à l’arrière-plan)

*Tate D34060 CCCXLI 340 : Quay and Bridge. ?Bamberg [Turner]

https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-quay-and-bridge-bamberg-turner-d34060

Titre proposé : Lyon : le pont du Change sur la Saône, vu de l’amont sur la rive gauche (La Presqu’île) de la rivière

Au premier plan gauche, de nombreuses barques sont accostées ; plusieurs tas de matériaux masquent quelques arches du pont

Vers l’aval du pont du Change

*Tate D33682 TB CCCXLI 7 :Town beside River c.1830–41

https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-town-beside-river-d33682

Titre proposé : Lyon : la Saône, le pont de bois, la cathédrale Saint-Jean et le versant de la colline de Fourvière vus de l’amont de la rivière en rive gauche (de la Presqu’île)

*Tate D33736 TB CCCXLI 57 : Bridge, with Town and Castle on Hill Beyond c.1830–41

https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-bridge-with-town-and-castle-on-hill-beyond-d33736

Titre proposé : Lyon : la Saône, la cathédrale Saint-Jean, le pont de bois et le versant de la colline de Fourvière vus de l’aval de la rivière en rive gauche (depuis la Presqu’île)

*Tate D34052 TB CCCXLI 332 : Riverside Town, ?South of France or Italy c.1830–41

https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-riverside-town-south-of-france-or-italy-d34052

Titre proposé : Lyon : le pont de  bois sur la Saône, vu de la rive droite près de la cathédrale Saint-Jean

*Tate D33757 TB CCCXLI 78 : Town, with Buildings on Rock Above c.1830–41

https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-town-with-buildings-on-rock-above-d33757

Titre proposé : Lyon : la Saône, le pont de bois, la cathédrale Saint-Jean et le versant de la colline de Fourvière vus de l’amont de la rivière en rive gauche (de la Presqu’île)

*Tate D33977 TB CCCXLI 262 :Buildings on Steep River-Banks c.1830–41

https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-buildings-on-steep-river-banks-d33977

Titre proposé : non encore identifié

*Tate D34051 TB CCCXLI 331 : An ?Italian Town on the Banks of a River c.1828–43

https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-an-italian-town-on-the-banks-of-a-river-d34051

Titre proposé : Lyon : la Saône vue vers l’amont (N) depuis le pont d’Ainay; le pont Bonaparte et la cathédrale Saint-Jean au loin 

*Tate D34059 TB CCCXLI 339 : Buildings on High River-Banks c.1830–41

https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-buildings-on-high-river-banks-d34059

Titre proposé : Lyon : la rive droite de la Saône sous la colline de Fourvière (vue vers l’aval)

Point de vue exact non encore identifié

*Tate D34062 CCCXLI 342 : Town on High River-Banks, from River c.1830–41

https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-town-on-high-river-banks-from-river-d34062

Titre proposé : Lyon : la Saône dans la gorge au nord de la ville (vue de la hauteur du plateau en rive gauche)

Vue prise depuis la hauteur du plateau de la Croix-Rousse (rive gauche) vers l’amont (O) : sur la rive droite le quartier de Saint-Paul, à l’horizon le Mont d’Or. La rivière est encaissée de 70-80 m dans un petit massif cristallin, terminaison orientale des Monts du Lyonnais

*Tate D34063 TB CCCXLI 343 : View of River c.1830–41

https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-view-of-river-d34063

Titre proposé : Lyon : la Saône à la sortie de sa gorge au nord de la ville (vue du bord de la rive gauche vers l’amont)

Ces deux vues de la même partie du cours de la Saône au nord de la ville ont été prises de deux endroits assez proches, mais  interprétés de façon inexact par Finberg :  la première (D34062) n’est pas dessinée depuis le bord de l’eau, mais du haut de la pente de la gorge, tandis que la seconde (D34063 ) l’est depuis le bord de l’eau

*Tate D34064 TB CCCXLI 344 : Town, with Bridge, from River c.1830–41

https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-town-with-bridge-from-river-d34064

Titre proposé : Lyon : le pont du Change sur la Saône, vu de l’aval sur la rive droite (la ville ancienne). Au fond vers l’amont,  le coude de la rivière et la colline de la Croix-Rousse 

*Tate D34066 TB CCCXLI 345 : A Riverside Town, with Bridge and Figures. Caffe du Terrace [Turner] c.1830–41

https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-a-riverside-town-with-bridge-and-figures-caffe-du-terrace-turner-d34066

Titre proposé : Lyon : la Saône et le pont Bonaparte au loin, vus vers l’aval (S) depuis la rive droite.

Nombreuses barques contre la rive de la ville ancienne, dans cette partie aval du port fluvial de Lyon. Turner se serait-il arrêté au “Café de la Terrasse” pour prendre un rafraîchissement et en aurait-il profité pour faire plus à l’aise le croquis de cette rive animée de la Saône?

 *Tate : Town beside River, with Castle on Hill Above c.1830–41

https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-town-beside-river-with-castle-on-hill-above-d34067

Titre proposé : Lyon : la Saône et la ville vues de la rive gauche à l’aval de la Presqu’île. 

Le pont Bonaparte et la cathédrale sont reconnaissables, ainsi que les pentes tournées vers l’E de la colline de Fourvière  

Trois dessins vers la ville depuis l’aval de la Saône

Les dessins ci-dessous sont associés à un cheminement de Turner sur la rive gauche de la Saône, vers l’aval au delà du dernier pont, celui d’Ainay, qui joint le quartier portant ce même nom à celui de Saint-Georges (en rive droite).

*Tate D34057 Turner Bequest CCCXLI 337

https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-view-of-town-and-river-with-buildings-on-high-river-banks-d34057

Titre proposé :Lyon : la Saône et le pont d’Ainay vus de l’aval, en rive droite de la rivière, du côté de la Presqu’île

Le pont d’Ainay (reconstruit en 1818) est reconnaissable à ses arches de bois sur des piles de pierre. Les tours de la cathédrale sont visibles au pied du versant pentu de la colline de Fourvière, surmontée de la chapelle de ; au premier plan, le bord de l’eau est animé par de nombreuses barques et mariniers

*Tate D34058 Turner Bequest CCCXLI 338 : View of Town and Bridge, from Quay c.1830–41

https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-view-of-town-and-bridge-from-quay-d34058

Titre proposé : Lyon : la Saône et la ville vues de l’aval de la rivière en rive gauche, sur la Presqu’île

L’angle de vue du peintre est le même que pour le dessin précédent, il est simplement plus à l’aval sur la même rive de la Saône, toujours aussi active et encombrée.

Tate D34053 TB CCCXLI 333: Riverside Town, ?South of France or Italy c.1830–41

https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-riverside-town-south-of-france-or-italy-d34053

Titre proposé : Lyon : la Saône et la ville vues de l’aval de la rivière en rive gauche, sur la Presqu’île

L’angle de vue du peintre est le même que pour le dessin précédent, il est simplement plus à l’aval sur la même rive de la Saône, de moins en moins active et encombrée.

La gorge de Saône et la Croix Rousse

*TateD34065 TB CCCXLI 344v : Landscape, with Buildings and Figures on Hill c.1830–41

https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-landscape-with-buildings-and-figures-on-hill-d34065

Titre proposé : Lyon : la vallée de la Saône à la sortie de sa gorge à l’amont de la ville (vue prise depuis la colline des Chartreux)

Cette vue est identifiée grâce à la grande tour fanal de la colline des chartreux qui apparaît tout à fait à gauche du dessin. Elle vient à la suite des deux dessins réalisés à l’entrée de la gorge (D34062 et D34063). Il semble bien que les arbres dessinés sur le bord du chemin au premier plan se retrouvent sur le dessin qui a dù suivre, sur le terrain : D34071 (voir ci-dessous)

*Tate D34027 TB CCCXLI 308 : ? Wurzburg c.1830–41

https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-wurzburg-d34027

Titre proposé : Lyon : le quartier des Chartreux, la colline de Fourvière et le panorama de la Saône et de la ville dans la plaine vers le SE (vue prise depuis la colline des Chartreux)

*Tate :D34071 TB CCCXLI 350 : View of Town, with Bridges and Castle on Hill c.1830–41

https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-view-of-town-with-bridges-and-castle-on-hill-d34071

Titre proposé : Lyon : le site urbain vu de la colline de la Croix-Rousse, au dessus de la Saône à la sortie de sa gorge, vers la confluence avec le Rhône dans la plaine de Lyon (vers le SE)

Le quartier au premier plan se situe entre les Chartreux à droite et l’Eglise Notre Dame et Saint-Vincent à gauche . Les principaux repaires du site urbain sont bien repérés : la Saône et ses ponts (en particulier le pont de bois), la colline de Fourvière et la chapelle Sainte-Marie,  les deux tours de la Cathédrale, plus loin la tour de Bellecour et la coupole de l’Hôtel-Dieu.

*Tate D34070 TB CCCXLI 349 : View of Town, with Castle, Etc., on Hill c.1830–41 

https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-view-of-town-with-castle-etc-on-hill-d34070

Titre proposé ? : bien que glissée au milieu d’un lot de dessins faits à Lyon, cette feuille volante représente un tout autre site, peut-être la ville de Luxembourg : la tour semblable à celle qu’on voit sur la colline de la Croix-Rousse est peut-être à l’origine de cette confusion

Nouveau plan de la ville de Lyon (1825, détail) Gallica D2819
Nouveau plan de la ville de Lyon (1825, détail) Gallica D2819 ( le nord de la carte est à droite)

La ville de Lyon au moment du premier passage de Turner en 1828. La ville médiévale, sur la rive droite de la Saône, au pied de la colline de Fourrière, est déjà totalement dépassée en taille, en population et en économie par la ville moderne qui s’étale sur le site de la Presqu’île, entre Saône et Rhône. Les croquis de Turner ne prêtent aucune attention à cette dernière: par contre, les rives de la Saône, plus animées que celles du Rhône, car le port fluvial se trouve là et la batellerie y est beaucoup plus développée, le captivent. Il y dessine en vue de ses projets de gravures sur les “fleuves de France”.

Plan de Lyon (1825, détail) : le centre de part et d'autre de la Saône
Plan de Lyon (1825, détail) : le centre de la ville de part et d’autre de la Saône
(le nord est à droite de la carte)

La majeure partie des dessins présentés ci-dessus trouvent leur point de vue dans l’espace de cette carte, qui présente la Saône dans sa traversée de la ville, entre la partie médiévale en rive gauche  et la partie moderne en rive droite. Les ponts qui apparaissent sur les dessins sont ( de droite à gauche, et de l’amont vers l’aval): le pont Saint-Vincent (non dessiné par Turner) :  le pont du Change (aujourd’hui disparu), le pont Volant (en bois, disparu), le pont de l’Archevêché (aujourd’hui Bonaparte), le pont d’Ainay (aujourd’hui disparu). Ils m’ont beaucoup aidé dans l’identification des différents points de vue des dessins de Turner

Un petit mystère à demi éclairci : Turner et la Tour Pitrat

Dans les feuilles volantes de Lyon, Turner a dessiné à plusieurs reprises sur la colline de la Croix-Rousse une curieuse tour que je n’arrivais pas à identifier pour la bonne raison qu’elle n’existe plus. En outre, sa forme curieuse, deux cylindres superposés emboités et allant en s’amincissant, ne correspondait pas à la seul tour ayant existé à cet endroit, et dont il existe des photographies qui la montrent telle qu’elle s’ est dressée de 1829 à 1875. Celle-ci était ronde et de diamètre régulier du bas en haut . Des recherches sur internet m’ont raconté l’histoire de cette tour, appelée à Lyon la Tour Priorat, du nom de son constructeur, un entrepreneur en bâtiments d’origine marseillaise. Il se lança dans la construction, à proximité du rempart nord de la ville, d’une tour-observatoire qu’il voulait très haute ( elle devait atteindre 100m, “pour apercevoir le port de Marseille par beau temps” !!!). Commencée en 1827, cette tour élancée, dont la forme rappelait celle du fanal qui se dresse encore aujourd’hui à l’entrée du vieux port de Marseille (est-ce une coïncidence?), fut trop aventurée et s’écroula pendant sa construction le 27 aôut 1828, au moment où Turner se trouvait à Lyon en partance pour Marseille et Rome. Elle fut alors reconstruite avec une forme plus massive et une hauteur plus modeste (25m). On peut donc formuler l’hypothèse que Turner a dessiné la tour en cours de construction (mais pourquoi sans échafaudages ?) juste avant qu’elle ne s’effondre et ne soit reconstruite pour durer jusqu’en 1874.

Tour d'observation dite Tour-Pitrat (détruite) - 27 avril 1863. Tour-Pitrat à la Croix-Rousse / Paul Saint-Olive. 1863. 1 dessin : crayon. (BM Lyon, Res Est 152 769, T1 f°102 pl 194)
Tour d’observation dite Tour-Pitrat (détruite) – 27 avril 1863. Tour-Pitrat à la Croix-Rousse / Paul Saint-Olive. 1863. 1 dessin : crayon. (BM Lyon, Res Est 152 769, T1 f°102 pl 194)
Source: Patrimoine Région Auvergne-Rhône-Alpes, Bibliothèque Municipale de Lyon

11. Vers Rome : de Florence à Orvieto (carnet CCXXXIV)

Bandeau:  Orvieto: la ville dresse ses clochers sur sa table de lave au dessus des brumes matinales (photo RCourtot 8 juin 2010)
Caractéristiques techniques du carnet :

Finberg (1909, II, p.718)

CCXXXIV: «  Florence to Orvieto sketch book»

Inventaire 182

Carnet de croquis, relié en avec un dos de cuir vert sombre.

Endossement de l’exécuteur : « No. 182. Ce carnet contient 38 pages de dessins au crayon. Beaucoup de pages sont utilisées des deux côtés.

(Signé)  H.S.C. Trimmer  C. Turner »

Filigrane, »

Taille de la page : 5 1/1 3/6 x 4

Il y a de légers croquis sur l’intérieur des deux couvertures : l’un de « Shop. Orvieto ».

“Vue d’Orvieto”

Pour cette fois, je vais m’éloigner du carnet et des feuilles volantes qui pourraient s’y rapporter à propos de cet itinéraire de Florence à Orvieto, dont je n’ai étudié sur place que la partie entre Radicofani et Orvieto (carnet « De Florence à Orvieto » TB CCXXXIV). Cette partie du voyage est illustrée par une œuvre autrement importante, « Vue d’Orvieto », tableau peint à l’huile par Turner après son arrivée à Rome, et exposé sur place pendant son séjour hivernal de 1828-29. Cette œuvre a été largement étudiée, analysée, commentée par les historiens d’art spécialistes de Turner. Pour aller rapidement à mon propos, je partirai de l’étude de cette œuvre publiée par Cecilia Powell dans son ouvrage « Turner in the South », tiré de sa thèse d’histoire de l’art. Comme cet ouvrage n’a pas été traduit et publié en Français, je donnerai ici la traduction des passages qui concernent cette œuvre, en particulier ceux qui intéressent la géographie de la composition et les rapports entre l’œuvre et les croquis du carnet CCXXXIV qui ont pu servir de point de départ au « grand œuvre ».

« Les trois tableaux de Turner demandent un examen séparé, car chacun reflète ses pensées et ses expériences d’une façon qui lui est propre. Le plus apprécié des trois est certainement la Vue d’Orvieto (planche 149), un paysage brillant quoique placide, avec une scène de genre au premier plan. Des paysannes en habits traditionnels à une fontaine faite d’un sarcophage romain : une scène habituelle dans l’Italie du 19e siècle, mais aussi un motif pictural qui resserrait les liens entre la vie moderne et l’ancien monde que les visiteurs étrangers de l’Italie trouvaient si fascinant (planche couleur 26). La simplicité du titre de l’œuvre est riche de sens en elle-même. Il est impossible d’étudier les aquarelles de Turner sans observer que beaucoup d’entre elles étaient gravées et publiées dans des ouvrages intitulés « Vues pittoresques de l’Angleterre et du Pays de Galles » ou « Vues pittoresques de la côte méridionale de l’Angleterre ». Ce qui n’est pas généralement relevé, c’est l’extrême rareté avec laquelle Turner utilisait le mot « vue » pour intituler les peintures à l’huile qu’il exposait. Je pense que la poignée d’huiles qu’il désignait ainsi étaient basées directement sur des croquis précis réalisés sur le motif par un autre artiste(…)

La Vue d’Orvieto se proclame elle-même comme un tableau dans lequel l’imagination joue comparativement (à d’autres œuvres précédemment citées) un rôle mineur, et cela est confirmé par les carnets de croquis de Turner lui-même. Il avait fait de nombreux croquis d’Orvieto sur sa colline, comme on la voit depuis la plaine, en l’étudiant avidement depuis sa première apparition au loin, comme il en approchait par le nord-ouest, jusqu’à ce qu’il s’en éloigne et qu’elle disparaisse de sa vue. Plusieurs de ces petits croquis précipités incluent des sujets qui apparaissent dans le tableau final. Plusieurs montrent des ponts à mi distance, tandis que d’autres, une structure au premier plan appelée
« fontaine » (planche 148). Le développement suivant du motif de la fontaine par Turner peut être dû à une influence additionnelle (ou des influences) sur son esprit, qui sera discutée plus loin. Cependant la présence réelle d’une fontaine dans ses croquis « sur le motif » révèle la réalité qui a servi de tremplin à un tel développement. Il est également signifiant que le tout premier croquis de Turner montre un pont à deux arches entre le spectateur et la ville perchée, presqu’exactement comme dans le tableau (voir planche 146). La Vue d’Orvieto était étroitement basée sur ce que Turner avait vu récemment, et il était clairement entendu qu’il avait l’intention de recréer les propres impressions de sa Prima visa d’Orvieto. Même si la fontaine et le pont n’étaient pas vus du même endroit, ils avaient tous les deux une réalité, et le titre choisi par Turner pour le tableau à l’Académie royale en 1830, « Vue d’Orvieto, peinte à Rome », ne laissait aucun doute au spectateur sur le fait qu’il avait été peint alors que la scène était encore fraîche dans l’esprit de l’artiste.
La composition de la Vue d’Orvieto est fondamentalement Claudienne dans son approche et dans ses retours vers le paysage italien précédent de Turner, La baie de Baïse, cinq années plus tôt (planche en couleur,

20). Mais la Vue d’Orvieto est notablement moins complexe sur tous les plans : les collines sont moins nombreuses et leur profil plus simple ; un arbre, pas deux, s’intercale dans le ciel, les lointains du paysage s’élèvent dans l’air plus qu’ils ne s’y découpent, l’éventail des tons est plus resserré, dans le premier plan et à mi-distance, et ils se mêlent les uns aux autres dans une progression continue, à l’inverse des lumières et des ombres interchangeant sans cesse dans la Baie de Baïes.

(…)
Bien que ses collines brumeuses et ses vallées broussailleuses présentent un air de magie et de mystère, la Vue d’Orvieto participe d’une vision terre-à-terre. Au premier plan deux paysannes italiennes lavent du linge et remplissent des cruches à une fontaine faite d’un sarcophage romain (planche couleur 26). Pour développer cette scène, Turner a tiré ses propres expériences dans plusieurs directions. Premièrement comme il est mentionné au chapitre 4, il invente une frise marine pour le bassin de la fontaine, en la reprenant de sa récolte de croquis faits dans les musées de Rome en 1819. On a pu suggérer aussi que la peinture rappelle un passage de l’Italie de Roger. Le poème « La Fontaine », qui fut alors illustré par Stothard, et non par Turner, commence ainsi :

C’était un puits
Du marbre le plus blanc, blanc comme dans la carrière, Et richement sculpté d’un haut relief
Sculpture Grecque- de quelques jours plus tôt peut-être Une tombe, honorée des cendres d’un héros
L’eau du rocher l’emplissait, et débordait,
Puis éclaboussait au loin, jouant la prodigue
Et tôt se perdait

Il n’est pas impossible que Turner se soit souvenu de ces vers en peignant la Vue d’Orvieto, même si Roger ne mentionne rien d’aussi que lessive et, en tout cas, décrit une fontaine particulière et bien connue, près de Mola de Gaeta, sur la route entre Rome et Naples. Mais il avait probablement un stimulus plus fort et plus proche sous la main. Les lettres de Turner depuis Rome à l’automne 1828 montrent qu’il fréquentait les nombreux peintres et sculpteurs britanniques qui s’y trouvaient en train de travailler. Parmi eux, un ami de Keats, Joseph Severn, était justement en train de terminer le tableau d’une scène de genre italienne, « La Fontaine », accueillie très favorablement par ses amis et compatriotes présents en Italie (Pl 150). Cette œuvre montre un groupe de Contadine venues chercher de l’eau à une fontaine dont le bassin, comme celui de l’œuvre de Turner, est un sarcophage romain, et Severn associe emphatiquement l’ancien et le moderne. L’une de ses contadines se tient exactement comme une des servantes du sarcophage, tandis que les cruches portées par les vraies femmes et les femmes sculptées sont identiques. Une autre similitude existe entre les deux tableaux : les femmes de Severn écoutent un jeune garçon jouant de la musique avec un pipeau (flûte), Turner introduit une référence musicale sous la forme d’un luth posé sur l’emmarchement de la fontaine au premier plan droit. Au total, la fontaine de Severn pourrait avoir contribué pour une bonne part à la rapide transformation par Turner de ses croquis bruts en un un tableau tout à fait exposable ».

Cecilia Powell, « Turner in the South (Rome, Naples, Florence) », p.143-145, Paul Mellon Center for Studies in British Art,  Yale University Press, 1987)

Traduction Roland Courtot , décembre 2018

https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-view-of-orvieto-painted-in-rome-n00511

View of Orvieto, Painted in Rome 1828, reworked 1830 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856© Tate gallery London, Photo © Tate CC-BY-NC-ND3.0(Unported).http://www.tate.org.uk/art/work/N00511

N’ayant pas les compétences requises pour aller au delà de cette analyse très fine de Cecilia Powell, je ferai simplement deux remarques concernant les éléments et le point de vue du tableau.

La première remarque concerne les croquis qui ont servi à fournir des sujets entrant dans la composition du paysage où Turner situe la scène de la fontaine. La via Francigena ne passant pas par Orvieto, il fallait la quitter après Aquapendente et par un détour de plusieurs dizaines de km, le voyageur traversait un plateau sec pour découvrir, du haut de son rebord, la ville perchée sur sa galette de basalte au milieu d’un vaste panorama, au bout d’une longue descente : perchée telle que Turner l’a peinte dans cette toile curieusement composée : la scène principale au premier plan est un groupe de personnages autour d’une fontaine, des  femmes puisant de l’eau, lavant du linge, tandis que la ville est reléguée tout à fait à l’arrière plan, telle que le peintre a pu la découvrir du haut de la longue descente qui y mène, n’occupe qu’une place tout à fait secondaire dans la composition. On peut reconnaître à gauche, sur la pente, ce qui ressemblerait à première vue à un monastère mais qui est semble-t-il le cimetière de la ville autour d’une chapelle de Saint Laurent « in vincis » (aux liens). Cet ensemble monumental, qui fait face au côté ouest la ville, apparaît effectivement sur plusieurs des croquis du carnet CCXXXIV (en particulier D21647 CCXXXIV 30a), 4ecroquis en partant du haut de la page, expressément désigné par Turner, selon Finberg).  La descente vers la ville est en effet enregistrée sous la forme d’une superposition de nombreux petits profils paysagers difficilement identifiables. Il est remarquable que les « gribouillis » de ces « séquences paysagères » en mouvement aient servi de mémoire graphique pour la réalisation du tableau par Turner dès son arrivée à Rome à la fin de ce voyage, comme le souligne C.Powell dans son analyse ci-dessus.

 

Orvieto: la route par laquelle Turner arriva descend du plateau de lave dans la vallée à l'ouest de la ville; le cimetière et la chapelle de Saint Laurent aux liens sur la droite de l'image (photo RCourtot juin 2010)
Orvieto: la route par laquelle Turner arriva descend du plateau de lave dans la vallée à l’ouest de la ville; le cimetière et la chapelle de Saint Laurent aux liens sur la droite de l’image (photo RCourtot juin 2010)

Les pages du carnet consacrées à cette arrivée-descente vers la ville sont curieusement distribuées dans le carnet. Après un suivi à peu près continu de l’itinéraire depuis Sienne jusqu’à la vue du lac de Bolsena (D21645 CCXXXIV 29a), trois pages décrivent cette arrivée vers la ville, (avec une adresse -d’hébergement ? – près de la porte Romaine sur l’une d’entre elles, D21648 CCXXXIV 31). Deux pages de croquis concernant la partie est de la ville sont intercalées avant une nouvelle série de quatre pages décrivant toujours l’arrivée sur Orvieto, parmi lesquelles se trouvent deux croquis d’un pont semblable à celui du tableau (D21651 CCXXXIV 32a) et un croquis de quelques centimètres qui présente beaucoup d’analogies avec la composition générale du tableau lui-même (D21652 CCXXXIV 33). De D21654 à D21659 nous somme devant la ville et dans la cathédrale ; les dernières pages du carnet décrivent la porte de la Rocca (forteresse) à l’est et quelques vues de la ville et de la vallée du fiume Paglia.

On peut inclure aussi dans cette liste des détails existant dans le tableau un autre pont, celui qui porte la route descendant sous la ville au sud-ouest, lorsqu’elle traverse le fond plat de la vallée au pied d’Orvieto : il n’y a pas de pont à cet endroit qui pourrait correspondre dans la réalité actuelle au dessin du tableau, mais Turner a pu voir un pont semblable dans la vallée du, qui se trouve à l’est de la ville, au delà de la porta della Rocca (voir dessin D CCXXXIII)

La seconde remarque concerne deux cavaliers éloignés qui passent sur un chemin ou une route qui, sur la gauche de la composition, domine le terre plein de la fontaine. Le premier est assez nettement peint, mais il est difficile de savoir si c’est un cavalier ou un paysan sur une mule ou un âne, et le second, situé en arrière et plus bas (dans la côte), est si peu dessiné qu’il est encore moins reconnaissable. La route en question peut être celle qui, sortant d’Orvieto, s’élève sur la pente montante à l’ouest de la ville, et va rejoindre la route Cassia-Francigena qui mène à Aquapendente vers le nord, et à Bolsena vers le sud.

 

Croquis explicatif de la "Vue d'Orvieto" de William Turner, dessin par RCourtot: les éléments de la composition de l'oeuvre, tirés du carnet de voyage TB CCXXXIV sont indexés par leur numéro du catalogue de la Tate gallery (D...)
Croquis explicatif de la “Vue d’Orvieto” de William Turner, dessin par RCourtot: les éléments de la composition de l’oeuvre, tirés du carnet de voyage TB CCXXXIV sont indexés par leur numéro du catalogue de la Tate gallery (D…)

En considérant le cadre topographique générale et la position géographique réelle des sujets dessinés (et reconnus sur le terrain), surtout la ville et la chapelle Saint-Laurent du cimetière, je pense que Turner a conçut son tableau comme une vue imaginée depuis le haut du vallon qui se situe au dessous du rebord du plateau volcanique qui domine la ville à l’ouest, là ou la route qui vient de la via Cassia (carrefour à San Lorenzo nuovo) fait un grand virage et descend en biais dans la pente avant la grande ligne droite vers Orvieto. Cette vieille route d’arrivée à Orvieto est une longue ligne droite pavée en basalte noire depuis le pied de l’escarpement du plateau dans les tufs volcaniques jusqu’au pied de la ville, en passant à côté du cimetière et de sa chapelle dédiée à Saint Laurent. Aujourd’hui abandonnée pour la nouvelle route qui déroule ses grands virages à l’écart (pour absorber plus facilement la pente) elle ne subsiste vers le haut que sous la forme d’un chemin charretier qui se raccorde à la route au premier virage sur le rebord du plateau. Turner aurait donc situé son point de vue près d’une hypothétique fontaine établie sous la rupture de pente du rebord des tufs volcaniques, dont la perméabilité pourrait expliquer la présence d’une ligne de sources.

La scène du tableau "vue d'Orvieto" de William Turner: croquis panoramique aérien SO/NE embrassant le paysage du plateau volcanique, de la mesa de la ville d'Orvieto (Italie) et de la vallée du rio Paglia -dessin RCourtot
La scène du tableau “vue d’Orvieto” de William Turner: croquis panoramique aérien SO/NE embrassant le paysage du plateau volcanique, de la mesa de la ville d’Orvieto (Italie) et de la vallée du rio Paglia -dessin RCourtot

Le carré ? situe le point de vue supposé du tableau (la fontaine?) et les deux flèches forment l’angle de vue du paysage embrassé du sud-ouest vers le nord-est. La route ancienne (empruntée par Turner ?) est aujourd’hui sous le plateau un chemin de terre (pointillé rouge) puis une ancienne route pavée de basalte noire (tiret rouge) et enfin une route goudronnée qui monte jusqu’à la porta maggiore de la ville.

 

Turner à Radicofani : la poste médicéenne

(Ce paragraphe reprend partiellement une carte postale publiée sur le site internet de l’Association des cafés géographiques en 2011 : Carte postale de Radicofani (Italie) : dans les pas de William Turner. Il est le fruit d’une excursion de terrain au printemps 2011, où les pages du carnet de voyage de Turner à Radicofani ont été suivies et reconnues pas à pas. Le relais de poste étant propriété privée n’a pas pu être visité)

 

Le relais de poste médicéen à Radicofani, au bord de la route nationale 478. Turner a dessiné la page 24a du carnet CCXXXIV depuis la galerie du 1er étage (Photo RCourtot 2011)
Le relais de poste médicéen à Radicofani, au bord de la route nationale 478. Turner a dessiné la page 24a du carnet CCXXXIV depuis la galerie du 1er étage (Photo RCourtot 2011)

Photo 1 : La façade Est de la poste médicéenne à Radicofani au bord de la SP 478, antique Via Cassia, ancienne via Francigena © RCourtot 2011

Lorsqu’on emprunte aujourd’hui la route nationale 2 entre Sienne et Rome, on est sur le même chemin d’aller que William Turner lors de son voyage de 1828 en Italie, à condition d’éviter le raccourci qui, dans la vallée du rio Paglia, évite Radicofani . La SS 478 suit l’ancien tracé et mène le pèlerin au pied de l’antique bourg surmonté de sa forteresse. Une étape du peintre l’y attend : Radicofani, gros bourg perché surmonté d’un rocher et d’une forteresse (il s’agit d’un neck volcanique pléistocène dont le sommet est à plus de 900m d’altitude). Sur le bord de la route, qui passe au large du bourg : d’un côté une grande bâtisse ancienne à arcades et galerie (photo 1), et de l’autre une fontaine de pierre dont les deux canons à sec sont surmontés du blason des Médicis (couronne et six boules), soutenu par deux statues féminines encadrantes (photo 2).

La fontaine aux chevaux du relais de poste médicéen de Radicofani et la forteresse des Aldobrandi (Photo RCourtot 2011)
La fontaine aux chevaux du relais de poste médicéen de Radicofani et la forteresse des Aldobrandi (Photo RCourtot 2011)

Photo 2 : La fontaine de la poste médicéenne et la forteresse de Radicofani © RCourtot 2011

 

Un panneau dressé par les services touristiques du Val d’Orcia apprend au visiteur, en italien et en anglais, qu’il s’agit d’un édifice de la poste médicéenne :

 

«Antica locanda di posta fatta costruire fra il 1587 e il 1589 da Fernando I dei Medici lungo il tracciato della antica via Cassia, utilizando in parte la casa di caccia che Francesco I aveva fatto costruire. Situata in prossimità del confine fra il Granducato di Toscana e lo Stato Pontifici, faceva parte del vasto sistema di edifici costruiti per la sosta dei viaggiatori ed il cambio dei cavalli, lungo questa strada importante di collegamento fra Roma e l’Italia settentrionale

 

« Ancien relais de poste construit en 1587-89 par Ferdinand 1erde Médicis sur le tracé de l’antique via Cassia, en utilisant partiellement le pavillon de chasse que François 1eravait fait construire. Situé à proximité de la frontière entre le Grand Duché de Toscane et l’Etat pontifical, il faisait partie du vaste système d’édifices construits pour l’accueil des voyageurs et le relais des chevaux, sur cette route importante pour les relations entre Rome et l’Italie septentrionale »

 

Une page internet du site Archeospot (auquel participe le laboratoire d’Archéologie des Paysages et du Télérelèvement de l’Université de Sienne) décrit ce « monument historique » et nous révèle que le relais de poste a vu passer des voyageurs célèbres :

« Nominata per secoli come “Osteria Grossa” ha ospitato moltissimi personaggi importanti tra i quali: i Papi Pio VI e Pio VII, i Granduchi Ferdinando I, Cosimo II, Leopoldo II, lo scrittore Thomas Gray, l’imperatore Giuseppe II d’Austria, Giacomo Casanova, Il marchese De Sade, Stendhal, François René de Chateaubriand, John Ruskin, Charles Dickens e altri ».

(http://www.archeospot.it/?q=it/node/55)

 

« Connu pendant des siècles comme « Grande Auberge », il a accueilli de très nombreux personnages importants, parmi lesquels : les papes Pie VI et Pie VII, les Grands ducs Ferdinand 1er, Côme II, Léopold II, l ‘écrivain Thomas Gray, l’empereur Joseph II d’Autriche, Giacomo Casanova, le Marquis de Sade, Stendhal, François René de Chateaubriand, John Ruskin, Charles Dickens et d’autres ».

 

Turner aurait donc pu figurer dans cette liste, car son carnet de voyage « De  Florence à Orvieto » (TB CCXXXIV) en fourni la preuve incontestable avec la page 24a, malencontreusement toujours inscrite sur le catalogue de la Tate sous le titre donné par Finberg : « Orvieto »

 

Titre proposé : Radicofani : la fontaine du relais de poste médicéen et une voiture attelée, le bourg et la forteresse des Aldobrandi au second plan.
Orvieto 1828 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D21635

Fig.1 : Carnet CCXXXIV (24a, D21635)  © Turner, Tate London

https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-orvieto-d21635

Titre proposé : Radicofani : la fontaine du relais de poste médicéen et une voiture attelée, le bourg et la forteresse des Aldobrandi au second plan.

La voiture du peintre a fait une courte halte, certainement pour changer les chevaux, car Radicofani se trouvait encore loin de son but, à 70 km d’Orvieto. Turner s’est installé à la galerie du 1eétage du relais, et a dessiné rapidement la scène d’étape qui se déroulait sous ses yeux . Une petite voiture attelée de deux chevaux vient d’arriver à hauteur de la fontaine médicéenne : des personnages s’agitent autour, dont l’un aide une dame à chapeau à en descendre, en lui montrant d’un geste du bras l’endroit où elle se trouve, le bourg de Radicofani, qui apparaît au second plan, surmonté de la forteresse au troisième plan. Un tel paysage doublement perché et remparé, avec portes, tours et donjon, est bien fait pour retenir le crayon de Turner, mais la halte a dû être bien courte, car les pages de son carnet ne contiennent que des croquis hâtifs de l’ensemble du site, vu progressivement du nord-ouest (en arrivant vers le relais) puis en s’éloignant vers le sud. Il n’aura même pas le temps d’aller jusqu’au village, encore moins jusqu’à la forteresse des Aldobrandi, qui était pourtant une ruine grandiose lorsque Turner l’a vue et dessinée. La terrasse de sa tour, à 960m d’altitude, est toujours un pôle d’attraction touristique, car elle offre un panorama de 360° sur les collines méridionales de la province de Sienne et le massif volcanique du monte Amiata.

Quant à la posta medicea, je l’ai vue fermée, ouvertures de l’arrière du bâtiment murées, arcades, voûtes et galerie silencieuses. Mais elle conserve, vue de l’extérieur, tous les signes d’un grand relais : la porte des écuries est décorée d’une tête de cheval sculptée dans le bois, et les ferronneries anciennes (anneaux d’attache des chevaux, supports des torchères et autres quinquets) sont toujours en place.

« Il ne manque que d’imaginer le roulement des voitures de poste sur la via Francigena et la bousculade des chevaux buvant à la fontaine Médicis pour faire revivre le passage du peintre voyageur il y aura bientôt deux siècles ».

(Roland Courtot , <cafés-geo.net>, 2011)

Le relais de poste de Radicofani: la porte de l'écurie et sa tête de cheval (photo RCourtot 2011)
Le relais de poste de Radicofani: la porte de l’écurie et sa tête de cheval (photo RCourtot 2011)

 

Le relais de poste de Radicofan: un anneau en fer forgé pour les chevaux (Photo RCourtot 2011)
Le relais de poste de Radicofan: un anneau en fer forgé pour les chevaux (Photo RCourtot 2011)

 

Le relais de poste de Radicofani vu depuis le bourg (Photo RCourtot 2011)
Le relais de poste de Radicofani vu depuis le bourg (Photo RCourtot 2011)

Annexe documentaire :

https://www.tate.org.uk/art/sketchbook/florence-to-orvieto-sketchbook-65865

Pour ce carnet CCXXXIV l’annexe documentaire concerne seulement la deuxième partie de l’itinéraire, de Radicofani à Orvieto, qui est la seule que j’ai parcouru sur les pas de Turner au printemps de l’année 2011, et reconnu les sites dessinés par Turner. Certains on été nommés par Turner, d’autres par Finberg (et figurant sur le catalogue de la Tate), d’autres enfin ont été identifiés par Cecilia Powell dans ses recherches de these (voir l’exemplaire de soutenance et “Turner in the South”).

Tate D21633 CCXXXIV23a à Tate D21663CCXXXIV38a

Tate D21633 CCXXXIV 23a :Radicofani: deux vues du village et de la forteresse, en arrivant par le nord-ouest, sur la via Cassia :

a proche

b lointaine

Tate D21634 CCXXXIV24: Radicofani: deux vues du village et de la forteresse, de l’O ( de la via Cassia),

une proche (a) une lointaine (b : avec l’église Santa Agatha sur la gauche)

Tate D21635 CCXXXIV24a: Radicofani : voiture  devant la fontaine de la poste des Médicis (blason aux 6 boules) et la forteresse dominant la ville à l’arrière plan (vue de la galerie du relais de poste vers le N)

Tate D21636 CCXXXIV25: Radicofani : le couvent de Santa Agata et le Monte Amiata à l’arrière plan ; vue depuis la via Cassia vers l’E

Tate D21637 CCXXXIV25a : Radicofani :

a la ville et le château vus en arrivant par le nord

b détail : la poste médicéenne vue de loin ( ?)

c le château, les remparts, les tours et l’église de Radicofani vus de la via Cassia, (du NO)

Tate D21638 CCXXXIV26: Radicofani :

a La ville et le château vus du Sud-ouest (en partant) : la poste médicéenne à gauche

b La ville et le château vus du Sud-ouest (en partant)

c petit croquis pano à droite en travers : non identifié

Tate D21639 CCXXXIV26a : Acquapendente :

a la ville sur le rocher du côté nord : l’église San Giuseppe et le château

b en travers : vue lointaine de Radicofani (en partant)

c en travers :  panorama encore plus lointain, Radicofani (en partant)

d inversé : panorama lointain sur Radicofani

Tate D21640 CCXXXIV27 : Porceno :

a village de Porceno, monte Amiata et volcan de Radicofani vus du sud( via Cassia au nord de San Lorenzo Novo)

b inversé : Monte Amiata (à gauche)  et rocher de Radicofani (idem)

Tate D21641 CCXXXIV27a: Aquapendente : la ville vue de la vía Cassia (du NO): porte della Ripa, citadelle, etc….

Tate D21642 CCXXXIV28: Aquapendente : la ville vue de la via Cassia (du NO): porte della Ripa, citadelle esquissée au 1e plan à droite

Tate D 21643 CCXXXIV28a: Aquapendente:

a profil de Aquapendente vu de loin, en arribant du nord par la Cassia

b La ville derrière la citadelle, vue du côté O

c non identifié

d inversé : non identifié

Tate D21644 CCXXXIV29: Aquapendente:

a la porte San Leonardo au NE de la ville

b détail non identifié

c porte San Leonardo et église San Giuseppe : NE de la ville posée sur l’escarpement rocheux

d même vue plus lointaine

e Inversé : la tour de Barberousse

Tate D21645 CCXXXIV29a: Lac de Bolsena:

a profil topographique lointain: non identifié

b lac de Bolsena vu de San Lorenzo Novo (via Cassia)

c panorama: non identifié

Tate D21646CCXXXIV30: Orvieto : Série de croquis pano en arrivant par la route de San Lorenzo novo, au fur et à mesure que la ville apparait à l’ est :

a le groupe de la cathédrale au milieu d’un vaste paysage (prolongé en haut à droite)

b la ville plus proche, avec le cimetière au premier plan (église San Lorenzo)

c même sujet que b

d inversé : la ville vue de loin  (cf. le tableau de Turner « Vue d’Orvieto » )

Tate D21647 CCXXXIV 30a : Orvieto : série de petits croquis pano en arrivant par la route de San Lorenzo novo, au fur et à mesure que la ville apparait à l’ est :

a deux vues lointaines (de l’ouest) d’Orvieto sur son rocher (cf le tableau « Vue d’Orvieto »)

b la ville au fond, le cimetière (église San Lorenzo au 1eplan gauche)

c la ville, le cimetière (église San Lorenzo) au 1eplan droite (Turner : « San Loren »)

d inversé : vue très lointaine de la ville sur son rocher ( vers l’E, cf. le tableau « Vue d’Orvieto »)

e inversé : vue de la ville au loin, depuis la route ancienne de San Lorenzo (via Cassia)

Tate D21648 CCXXXIV31: Orvieto : (page en hauteur, selon numérotation du carnet)

a note écrite + petit croquis : silhouette lointaine de la ville

b profil d’Orvieto vu de l’Ouest : personnage féminin, tour et église de San Lorenzo (cimetière)

c inversé : plusieurs  profils d’Orvieto superposés + un personnage à gauche

d profil d’Orvieto vu de l’Ouest (pont au 1eplan)

e en travers à gauche : panorama  de gauche à droite : Rocca Ripesena, cimetière, Orvieto (Turner Orvi)

Tate D21649 CCXXXIV 31a : Orvieto :

a porte Romana vue du rempart ouest

b: la forteresse Albornoz et la porte della Rocca( entrée est de la ville)

c inversé: profil de la ville sur son rocher, vue du SO

d inversé: même vue, seulement le quartier de la cathédrale

Tate D21650 CCXXXIV 32: Orvieto : (une page mal identifiée)

a La forteresse d’Orvieto : forteresse  Albornoz, partie E de la ville, vue de la vallée de la rivière Pagia

b la vallée de la rivière Pagia vue de la forteresse Albornoz, vers le sud

c inversé : profil de la partie ouest de la ville, entre la porta Maggiore et la porte Romana, église San Giovanni au centre

Tate D21651CCXXXIV32a: Orvieto:

a paysage avec pont: non identifié , qui semble être une vue en orientation inverse de la suivante

b paysage avec pont, Orvieto à l’arrière plan (panorama identique au tableau « Vue d’Orvieto », mais ce pont n’a pas été localisé.)

c inversé : croquis superposés, scène intérieur d’église, petit profil d’Orvieto en haut à gauche

Tate D21652 CCXXXIV33:  Orvieto :

a travers droit : Orvieto sur son rocher, côté Ouest (porte Maggiore)

b travers gauche : panorama plus lointain d’Orvieto sur son rocher, depuis la vieille route de San Lorenzo, le cimetière au 1eplan

c envers haut : Orvieto vu du SO

d envers milieu :   Orvieto vu du SO, plus lointain

(de plus en plus loin, ou de plus en plus près, selon qu’il part ou qu’il arrive : il semble qu’il arrive, car les pages suivantes concernent la ville de près)

Tate D21653 CCXXXIV33a: Orvieto :

a Orvieto vu côté ouest : panorama général

b fortifications à l’entrée ouest de la ville

c la ville côté ouest  vue depuis la route de San Lorenzo : église San Lorenzo du cimetière 1eplan à gauche + personnage

d inversé : église San Lorenzo au 1eplan gauche, Orvieto à l’arrière plan vers l’E

e inversé : idem, d’un peu plus loin

 Morny Laconder Locanda (Turner)

Tate D 21654 CCXXXIV34: Orvieto :

a la ville vue du côté ouest : vieux quartier de San Gionvenale, chapelle, et porte Maggiore

b remparts et tours protégeant la porte Maggiore

c profil de la ville débordant sur la page précédente : vieux quartier de San Gionvenale

Tate D21655 CCXXXIV34a: Orvieto :

a partie est de la ville : le groupe San Giovani et la porte Romana vus depuis le rempart près de la porte Maggiore vers l’est

b personnages sous une voûte

c inversé : entrée ouest dans la ville (peut-être continuation de D21654)

Tate D21656 CCXXXIV35: Orvieto : ces deux croquis sont faits à peu près du même endroit, simplement en changeant d’orientation à 180°:

a porte Maggiore (chapelle) et vieux quartier vus vers le N depuis le rempart est

b quartier vieux et porte Romana vus vers le NO, la Rocca Ripisena à l’arrière-plan gauche (butte témoin de tufs volcaniques)

Tate D21657CCXXXIV35a: Orvieto : la cathédrale vue du parvis ; la façade et les immeubles de l’angle SE de la place

Tate D21658 CCXXXIV36: Orvieto : dans la cathédrale, la nef et le chœur vus du bas côté gauche (la chaire au centre)

Tate D21659 CCXXXIV36a : Orvieto: dans la cathédrale : le bas coté droit et la nef vus de l’arrière droit de l’église

Tate D21660 CCXXXIV37 : Orvieto : côté est de la ville (forteresse Albornoz et porte della Rocca), vu depuis la rive gauche de la rivière Paglia, avec le pont de la route d’Arezzo au premier plan

Tate D21661CCXXXIV37a: Orvieto:

a Le côté est de la ville ( forteresse Albornoz et porte della Rocca),vus de l’est, du bord de la rivière Paglia

b moulin avec sa roue à aube au premier plan

c côté est de la ville( forteresse Albornoz et porte della Rocca)

d croquis non identifié

e côté est de la ville, vu de l’aval de la vallée de la Paglia

Tate D21662 CCXXXIV 38 : Orvieto:

a forteresse Albornoz et la porte della Rocca(entrée est de la ville) depuis le pied du rocher (vue vers le nord)

b forteresse Albornoz, vue de plus loin, même orientation

Tate D21663CCXXXIV38a: Orvieto :

a porte della Rocca, vue depuis l’intérieur de la citadelle (vers le nord)

b porte della Rocca, vue de l’extérieur de la ville, avec le rempart de la citadelle (vu de bas en haut)

3. Géographie, histoire, cinématique : une aquarelle de William Turner à Viviers ?

Bandeau: Viviers vu du bord du Rhône (RCourtot, 04.2018)

Fig. 1 : Lake Scene, with Mountains, circa 1834 Joseph Mallord William Turner 1775-1851. Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856, Gouache and watercolour on paper,140 x 185 mm © Tate gallery London, Photo © Tate CC-BY-NC-ND 3.0 (Unported). http://www.tate.org.uk/art/work/D28996
Fig. 1 : Lake Scene, with Mountains, circa 1834 Joseph Mallord William Turner 1775-1851. Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856, Gouache and watercolour on paper,140 x 185 mm © Tate gallery London, Photo © Tate CC-BY-NC-ND 3.0 (Unported). http://www.tate.org.uk/art/work/D28996

Nouveaux titres proposés pour  ” Tate, D28996 (CCXCII 48 )”

  • “Viviers (Ardèche) et ses falaises rocheuses sur le Rhône”
    “Viviers (Ardèche, France) and the rocky cliffs besides the Rhône river”
    ou
  • “Falaises rocheuses sur le Rhône : étude à Viviers (Ardèche)”
    “Rocky cliffs besides the Rhône river: study at Viviers (Ardèche, France)”

J’avais prévu de présenter successivement les travaux de Turner sur papier associés à ses voyages : une page de carnet, des feuilles volantes, les carnets… Mais les carnets attendront un peu, car je ne résiste pas à l’envie de vous présenter une autre « feuille volante », et pour cela à bouleverser mon plan : en voici la raison. En consultant le blog « Sublime sites » de David Hill, j’ai pu lire son identification réussie d’une aquarelle qui figurait au catalogue de l’exposition de « Turner et la couleur », dirigée par Ian Warrell, à Aix-en-Provence en 2016 (Hill, 2017). Or ce catalogue, qui avait déjà été l’occasion de plusieurs nouvelles identifications parmi les superbes aquarelles de Marseille et de Gènes présentées par Ian Warrell (Courtot, 2017), contenait d’autres œuvres non localisées. J’ai donc regardé à nouveau ces inconnues, et en particulier le numéro 93, que Ian Warrell a intitulé : « Ruines au dessus de falaises escarpées avec navire à vapeur (peut-être sur la côte ligure ou sur le Rhône) » (Culturespace, Hôtel de Caumont, Aix-en-Provence) (Warrell et al., 2016). Voici donc ce que je vous propose pour la résolution de l’inconnue de cette équation géographico-picturale. Continuer la lecture de 3. Géographie, histoire, cinématique : une aquarelle de William Turner à Viviers ?

2. Les “feuilles volantes”

Bandeau: Carte postale ancienne de Villeneuve-lez-Avignon
(Archives départementales du Gard, Nîmes, ref : 11 Fi 3355)

 

Après une page de carnet de voyage (voir article n°1 : Une introduction aux carnets de voyage de William Turner), c’est un autre type d’ œuvre sur papier que je voudrais vous présenter maintenant : une feuille isolée travaillée au crayon, à la craie, à la plume, ou au pinceau, à l’encre, au lavis, à l’aquarelle ou à la gouache, selon des techniques souvent mixtes (pour reprendre une expression fréquemment utilisée maintenant en art contemporain sur les cartels de nos musées) . Le legs du peintre à la National Gallery a comporté un grand nombre de ces œuvres de petit format sur papiers souvent teintés, ou que Turner a parfois teintés lui-même. Elles ont été plus ou moins bien classées et réunies par thèmes, styles ou voyages dans des dossiers et numérotées en même temps que les carnets. Beaucoup ont accompagné les carnets de voyage dans les poches et les sacoches du peintre : Turner pliait de nombreuses fois de grandes feuilles de papier à dessin ou aquarelle jusqu’à obtenir des petits formats, voisins de 14x20cm, qu’il déchirait au fur et à mesure de ses besoins au cours du voyage (Les teintes différentes du papier et les irrégularités des bordures, plus souvent déchirées que coupées, ont pu servir à réunir des familles lors du classement du legs Turner par la National Gallery). Au gré de ses choix, il y esquissait au crayon des paysages, des sujets, plus ou moins poussés en fonction du temps dont il disposait, se réservant de les reprendre au lavis, à l’aquarelle ou à la gouache le soir aux étapes (plus ou moins longues) ou à son retour en atelier à Londres. Beaucoup de ces feuilles volantes (« Loose sheets », selon l’expression de Finberg) donnèrent lieu à quantité d’aquarelles qui sont aujourd’hui universellement admirées, mais beaucoup aussi n’ont jamais été reprises, et ont fini dans les dossiers intitulés « miscellaneous » dans le catalogue de la Tate, et dont je vous reparlerai plus loin. Voyons ici des exemples de ces deux cas : une feuille volante qui a « réussi » sous la forme d’une aquarelle-gouache, et une série de dessins « stériles », c’est-à-dire qui n’ont pas abouti et sont restés au stade du croquis.

Une gouache peu connue 

Waterside Buildings, ? South of France or Italy c.1834 Joseph Mallord William Turner 1775-1851, Gouache, encre and aquarelle sur papier bistre, 143 x 193 mm. ©Tate Gallery, Londres, D 28958 TB CCXCII 11©Tate photo Legs Turner Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856, http://www.tate.org.uk/art/work/D28958
Fig 1 : Waterside Buildings, ? South of France or Italy, c.1834, Joseph Mallord William Turner 1775-1851. Gouache, encre and aquarelle sur papier bistre, 143 x 193 mm. ©Tate Gallery, Londres, D 28958 TB CCXCII 11©Tate photo Legs Turner CC-BY-NC-ND (3.0 Unported). Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856. http://www.tate.org.uk/art/work/D28958

Titre proposé pour Tate, D28958 (CCXCII 11 ): Le Rhône à Avignon : la tour Philippe-le-Bel et le fort St-André à Villeneuve-lez-Avignon. Continuer la lecture de 2. Les “feuilles volantes”