Carnets de voyage de Turner

Le champ d’étude des dessins et des voyages du peintre William Turner est déjà bien exploré, mais de nombreuses pages de carnets et feuilles isolées ne sont pas précisément identifiées, même si ses itinéraires sont connus dans leurs grandes lignes. Une première thématique «pratique » est celle de la géolocalisation précise des croquis et dessins des carnets de ses voyages dans la France du sud-est (et leurs prolongements dans l’Italie du nord-ouest) : elle permettra de dresser, là où elle n’a pas encore été faite, une cartographie des itinéraires qu’il y a parcourus. L’identification des paysages urbains et ruraux servira de point de départ à une seconde thématique concernant l’analyse des formes du dessin et des caractéristiques du regard du peintre voyageur. Le travail d’identification repose sur une comparaison entre les dessins du peintre, les images mentales (les hypothèses plausibles) que le chercheur construit pour chaque site à partir de ses outils d’investigation, cartes, photographies, gravures, vues directes du terrain, etc… , et la réalité physique du site concerné: or cette comparaison mesure les décalages qui peuvent exister entre ces trois « images », distances d’autant plus importantes chez Turner que ses croquis de voyage ont été réutilisés dans des aquarelles et des tableaux dont le résultat a pu être qualifié de « menteur ». Cette recherche se situe à la croisée de la géographie et de l’histoire de l’art. Le corpus d’étude (les pages des carnets de voyage) est accessible directement en ligne sur le site de la Tate gallery, complété par la consultation des carnets originaux au département des dessins et gravures de la Tate gallery à Londres et par des voyages de recherche sur le terrain des itinéraires en question.