3. Géographie, histoire, cinématique : une aquarelle de William Turner à Viviers ?

Bandeau: Viviers vu du bord du Rhône (RCourtot, 04.2018)

Fig. 1 : Lake Scene, with Mountains, circa 1834 Joseph Mallord William Turner 1775-1851. Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856, Gouache and watercolour on paper,140 x 185 mm © Tate gallery London, Photo © Tate CC-BY-NC-ND 3.0 (Unported). http://www.tate.org.uk/art/work/D28996
Fig. 1 : Lake Scene, with Mountains, circa 1834 Joseph Mallord William Turner 1775-1851. Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856, Gouache and watercolour on paper,140 x 185 mm © Tate gallery London, Photo © Tate CC-BY-NC-ND 3.0 (Unported). http://www.tate.org.uk/art/work/D28996

Nouveaux titres proposés pour  ” Tate, D28996 (CCXCII 48 )”

  • “Viviers (Ardèche) et ses falaises rocheuses sur le Rhône”
    “Viviers (Ardèche, France) and the rocky cliffs besides the Rhône river”
    ou
  • “Falaises rocheuses sur le Rhône : étude à Viviers (Ardèche)”
    “Rocky cliffs besides the Rhône river: study at Viviers (Ardèche, France)”

J’avais prévu de présenter successivement les travaux de Turner sur papier associés à ses voyages : une page de carnet, des feuilles volantes, les carnets… Mais les carnets attendront un peu, car je ne résiste pas à l’envie de vous présenter une autre « feuille volante », et pour cela à bouleverser mon plan : en voici la raison. En consultant le blog « Sublime sites » de David Hill, j’ai pu lire son identification réussie d’une aquarelle qui figurait au catalogue de l’exposition de « Turner et la couleur », dirigée par Ian Warrell, à Aix-en-Provence en 2016 (Hill, 2017). Or ce catalogue, qui avait déjà été l’occasion de plusieurs nouvelles identifications parmi les superbes aquarelles de Marseille et de Gènes présentées par Ian Warrell (Courtot, 2017), contenait d’autres œuvres non localisées. J’ai donc regardé à nouveau ces inconnues, et en particulier le numéro 93, que Ian Warrell a intitulé : « Ruines au dessus de falaises escarpées avec navire à vapeur (peut-être sur la côte ligure ou sur le Rhône) » (Culturespace, Hôtel de Caumont, Aix-en-Provence) (Warrell et al., 2016). Voici donc ce que je propose pour la résolution de l’inconnue de cette équation géographico-picturale. Continuer la lecture de 3. Géographie, histoire, cinématique : une aquarelle de William Turner à Viviers ?

2. Les “feuilles volantes”

Bandeau: Carte postale ancienne de Villeneuve-lez-Avignon
(Archives départementales du Gard, Nîmes, ref : 11 Fi 3355)

Après une page de carnet de voyage (voir article n°1 : Une introduction aux carnets de voyage de William Turner), c’est un autre type d’ œuvre sur papier que je voudrais vous présenter maintenant : une feuille isolée travaillée au crayon, à la craie, à la plume, ou au pinceau, à l’encre, au lavis, à l’aquarelle ou à la gouache, selon des techniques souvent mixtes (pour reprendre une expression fréquemment utilisée maintenant en art contemporain sur les cartels de nos musées) . Le legs du peintre à la National Gallery a comporté un grand nombre de ces œuvres de petit format sur papiers souvent teintés, ou que Turner a parfois teintés lui-même. Elles ont été plus ou moins bien classées et réunies par thèmes, styles ou voyages dans des dossiers et numérotées en même temps que les carnets. Beaucoup ont accompagné les carnets de voyage dans les poches et les sacoches du peintre : Turner pliait de nombreuses fois de grandes feuilles de papier à dessin ou aquarelle jusqu’à obtenir des petits formats, voisins de 14x20cm, qu’il déchirait au fur et à mesure de ses besoins au cours du voyage (Les teintes différentes du papier et les irrégularités des bordures, plus souvent déchirées que coupées, ont pu servir à réunir des familles  d’oeuvres lors du classement du legs Turner par la National Gallery). Au gré de ses choix, il y esquissait au crayon des paysages, des sujets plus ou moins poussés en fonction du temps dont il disposait, se réservant de les reprendre au lavis, à l’aquarelle ou à la gouache le soir aux étapes (plus ou moins longues) ou à son retour en atelier à Londres. Beaucoup de ces feuilles volantes (« loose sheets », selon l’expression de Finberg) donnèrent lieu à quantité d’aquarelles qui sont aujourd’hui universellement admirées, mais beaucoup aussi n’ont jamais été reprises, et ont fini dans les dossiers intitulés « miscellaneous » dans le catalogue de la Tate, et dont je vous reparlerai plus loin. Voyons ici des exemples de ces deux cas : une feuille volante qui a « réussi » sous la forme d’une aquarelle-gouache, et une série de dessins « stériles », c’est-à-dire qui n’ont pas abouti et sont restés au stade du croquis.

Une gouache peu connue 

Waterside Buildings, ? South of France or Italy c.1834 Joseph Mallord William Turner 1775-1851, Gouache, encre and aquarelle sur papier bistre, 143 x 193 mm. ©Tate Gallery, Londres, D 28958 TB CCXCII 11©Tate photo Legs Turner Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856, http://www.tate.org.uk/art/work/D28958
Fig 1 : Waterside Buildings, ? South of France or Italy, c.1834, Joseph Mallord William Turner 1775-1851. Gouache, encre and aquarelle sur papier bistre, 143 x 193 mm. ©Tate Gallery, Londres, D 28958 TB CCXCII 11©Tate photo Legs Turner CC-BY-NC-ND (3.0 Unported). Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856. http://www.tate.org.uk/art/work/D28958

Titre proposé pour Tate, D28958 (CCXCII 11 ): Le Rhône à Avignon : la tour Philippe-le-Bel et le fort St-André à Villeneuve-lez-Avignon. Continuer la lecture de 2. Les “feuilles volantes”

1. Une introduction aux carnets de voyage de William Turner

Bandeau: Croquis de Turner à Cannes, dessin  RCourtot d’après Turner (D29535 CCXCV-80a, voir  figure 1 ci dessous)

Pour entrer dans le monde des carnets de voyage de William Turner, le plus simple est de regarder une page d’un de ses carnets, et de l’analyser ensemble.  J’ai choisi une page du carnet CCXCV « De Gènes à Grenoble » que Turner a utilisé lors d’un voyage de retour d’Italie vers la France et l’Angleterre, à l’automne d’une année située entre 1835 et 1840 (la date exacte pose problème, et nous en discuterons plus loin). Cette œuvre est visible sur internet : http://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-on-coast-d29535, car la Tate Gallery, dépositaire du legs que le peintre Turner a fait de son œuvre, à sa mort, au « peuple britannique », l’a numérisé et mis en ligne sur son site internet.

Joseph Mallord William Turner, On Coast, c.1835–40, ©Tate Gallery, Londres, ©Tate photo Legs Turner CC-BY-NC-ND (3.0 Unported)
Joseph Mallord William Turner, On Coast, c.1835–40, ©Tate Gallery, Londres, ©Tate photo Legs Turner CC-BY-NC-ND (3.0 Unported). http://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-on-coast-d29535

Fig.1 : L’image est accompagnée de l’indexation suivante  : Continuer la lecture de 1. Une introduction aux carnets de voyage de William Turner