6. Le carnet du voyage de Turner de Lyon à Marseille (1)

Bandeau: Village de Glun sur la rive droite du Rhône (photo RCourtot)

Carnet CCXXX « De Lyon à Marseille » (1828)

Tate Gallery D20990 à D21132

Ce carnet peut être consulté intégralement sur le site internet de la Tate gallery, sous :
http://www.tate.org.uk/art/sketchbook/lyons-to-marseilles-sketchbook-65861

Il bénéficie du contrastage possible de l’image à l écran.

Caractéristiques techniques du carnet :

Finberg (1909, II, p.705),repris par Guillaud (1981, p.270) :

1828 (AET.53)E

Inventaire No.186

Carnet de croquis, relié en parchemin

Endossement des exécuteurs du leg –« No.186. Ce Carnet contien : 68 pages de dessins au crayon sur les deux côts.

(Signé) H.S.Trimmer

  1. Turner

Filigrane: –

Taille de la page : 14,6 cm x 9,7 cm

Les couvertures ont été coupées en deux et les feuilles dispersées.Certaines ont été trouvées dans un dossier intitulé : « A.B.13.P.O » ; d’autres dans un dossier intitulé, « 136. Feuilles infrieures. » Les feuilles étaient numérotés.

Sur l’intérieur des couvertures, il y a plusieurs croquis esquissés

Itinéraire

Ce carnet est le premier du voyage qui, à la fin de l’été 1828, a mené Turner à Rome. La première partie du voyage depuis l’Angleterre et Paris n’est pas pas connue, car aucun carnet actuellement connu ne la documente. Le carnet étudié ici commence à Lyon où Turner embarque sur un coche d’eau du Rhône, qui le dépose à Avignon après un voyage de deux jours

La première partie du carnet (74 pages) est donc celle du voyage en bateau sur le Rhône, entre Lyon et Avignon. Elle est toutefois remarquable parce que la plupart des croquis sont dessinés depuis le fleuve : ce qui d’une part donne des perspectives très larges, et d’autre part permet de belles séquences de croquis successifs, dessinés au fur et à mesure de la marche du bateau, qui descend le fleuve au fil du courant ; ainsi au passage de Rochemaure et du Pont-Saint-Esprit en particulier.

La deuxième partie de l’itinéraire (27 pages) concerne les dessins (nombreux) fait à Avignon, souvent déjà identifiés comme tels (Turner, Finberg,Tate et Guillaud) mais peu décrits dans le détail (sauf par M.Guillaud). Turner fait ensuite un détour par la route vers Nîmes pour voir au passage le fameux aqueduc du Pont du Gard et les monuments romains de la ville. Les dessins du carnet documentent un retour vers le Rhône à Beaucaire et Tarascon. Sur le chemin de Marseille, le passage à Arles n’enregistre aucun souvenir graphique dans le carnet , malgré la présence de nombreux monuments romains. La route d’Arles à Marseille n’enregistre qu’une esquisse rapide d’un profil topographique qui peut être celui de la chaine des Alpilles ( CCXXX-51a, D21091), que la route à travers la Crau longe pendant un bon moment avant de parvenir à Salon-de-Provence.

La dernière partie du carnet ( 27 pages) concerne la ville et le port de Marseille, qui ont retenu l’attention de Turner (et dont il a fait 2 aquarelles) :ces pages sont largement identifiées comme marseillaises, en particulier chez Guillaud (et beaucoup moins dans le catalogue de la Tate), mais méritent une identification plus détaillée. Il s’y ajoute quelques pages qui décrivent le début du voyage de Marseille vers l’Itallie et Rome : malgré son titre, ce carnet se termine  sur la route de Toulon et dans la rade du grand port militaire, première étape sur la côte provençale. Turner a dù y faire une promenade en bateau dans la rade, car de nombreux petits croquis sont manifestement dessinés depuis une barque (mais leur identification malaisée est proposée ici sous réserve).

Les enseignements des dessins

Ce carnet a fait l’objet d’une première étude de ma part, à l’occasion d’une communication au colloque “Image et Voyage” organisé à l’Université de Provence à Aix en 2008: j’étudiai le voyage de Turner entre Lyon et Gènes en 1828, que je croyais alors être le seul, à l’aide de tous les carnets concernés: CCXXIX, CCXXX, CCXXXI, et CCXXXII, associant étroitement les deux premiers pour le voyage entre Lyon et Marseille. Cette première étude peut être consultée dans les archives ouvertes de Hal-Amu :

Roland CourtotWilliam Turner de Lyon à Gènes Géographie des sites, architecture et cinétique des volumes au long de l’itinéraire, Aix Marseille Université. Représentations iconographiques du voyage de la Méditerranée aux Indes orientales et occidentales, de la fin du moyen âge au XIXe siècle, Mai 2008, Aix-en-Provence, France. Presses Universitaires de Provence, Image et Voyage. De la Méditerranée aux Indes, collection Textuelles, 2012. https://hal-amu.archives-ouvertes.fr/hal-01715968v1

Les dessins de Marseille ont été repris en détail dans une publication postérieure, toujours en associant les deux carnets dans un même voyage :

Roland CourtotTurner à Marseille en 1828: géographie d’un regard
Histoire de l’art : bulletin d’information de l’Institut national d’histoire de l’art publié en collaboration avec l’Association des professeurs d’archéologie et d’histoire de l’art des universités, Somogy, 2009, Paysages urbains, pp.71-80. http://hal-amu.archives-ouvertes.fr/hal-01719536v1

Je  reprendrai ici les principaux enseignements de ces premières analyses, en les complétant avec les études plus récentes suscitées par l’exposition “Turner et la couleur”, organisée à Aix-en-Provence en 2016.  L ‘article n°6 sera découpé en trois parties, au vu de la taille du carnet et de la variété des sujets traités par Turner.

(1) EN BATEAU SUR LE RHÔNE

La partie étudiée ici est celle du voyage en bateau sur le Rhône, entre Lyon et Avignon. Elle est remarquable parce que la plupart des croquis sont dessinés depuis le fleuve : ce qui d’une part donne des perspectives très larges, et d’autre part permet de belles séquences de croquis successifs, dessinés au fur et à mesure de la marche du bateau, qui descend le fleuve au fil du courant. Ainsi au passage de Rochemaure et du Pont-Saint -Esprit en particulier.  Dans ce cas, pas question d’arrêter la diligence, de la faire attendre,  ou de marcher à côté d’elle (dans les côtes, …); bien sûr, il y a les arrêts aux ports et aux embarcadères, mais surtout la possibilité d’exploiter le “travelling” continu que lui offre le bateau au fil du courant: le paysage se déroule sous les yeux du peintre comme un film, et les sujets (châteaux, villages, …) tournent devant lui en accomplissant une rotation de 180°, que le crayon de Turner saisit immédiatement d’une façon “holographique”.

Annexe documentaire

(Les notices des pages qui ne suivent pas l’ordre géographique de l’itinéraire du carnet sont rédigées en bleu)

Tate D20998 à D21065 : de Vienne à Avignon

La présentation des rubriques est la même que pour le carnet 295, avec une colonne en plus pour le code postal de la commune titre de la page, et l’indication de sa situation en rive droite ou rive gauche du fleuve les pages de dessins non clairement identifiées ne figurent pas dans le tableau

Nomenclature du catalogue :

N° du catalogue de la Tate gallery et de Finberg, code postal de la commune (sujet principal),rive du Rhône (RDroite et RGauche), légende des dessins : du haut en bas, en travers de gauche à droite, inversé (orientation de la vue entre parenthèses)

Tate, D20998 (CCXXX 5) 38200 RG : Seyssuel

*château de Seyssuel (de l’amont) (vers le SE)

*château de Seyssuel (au droit) (vers l’E)

*château de Seyssuel (de l’aval) (vers le NE)

 

Tate, D20999 (CCXXX 5 a) 38544 RG : Vienne

*la vallée du Rhône et le château de Seyssuel (de l’aval) (vers le N)

*panorama de la vallée du Rhône à l’amont de  (vers le S) : le château de la Bâtie à gauche, l’église de St Romain-en-Gal au centre, Vienne au fond.

 

Tate, D21000 (CCXXX 6) 38544 RG : Vienne

*la ville vue de l’amont (vers le S) : le château de la Bâtie à gauche

* la ville en rive gauche, Ste-Colombe (tour) en rive droite vus de l’amont (vers le SW)

 

Tate, D21001 (CCXXX 6 a) 69560 RD : St-Colombe

*la tour de Ste-Colombe en rive droite, en face de la ville de Vienne

* détail d’un bâtiment de Ste Colombe

* * : deux croquis illisibles

 

Tate, D21002 (CCXXX 7) 38544 RG : Vienne

*la ville et la cathédrale vues du fleuve (vers l’E)

*Ste-Colombe, la ville et le château de la Bâtie vus de l’aval (vers le NE)

*même vue de plus loin, avec la cathédrale à droite

*le versant de rive gauche à l’aval de la ville (vers le S)

 

Tate, D21003 (CCXXX 7 a ) 38544 RG :  Vienne

*non identifié

*bateau à vapeur sur le fleuve avec cheminée repliée et roue à aubes

*la ville vue de l’aval, au loin (« Vienne » Turner) (vers le N)

*panorama non identifié

 

Tate, D21011 (CCXXX 11 a) 07340 RD : Andance (« Andance »Turner)

*village au bord du fleuve (non identifié)

*pont suspendu vu de l’aval vers l’amont : celui de Serrières-Sablons (construit en 1828) (vers le N), le Mt Pilat (Vivarais) à l’arrière-plan

*Andance et son pont suspendu en construction vus de l’amont  (vers le S)

* le même pont suspendu vu de plus près (village d’Andancette à gauche)

 

Tate, D21012 (CCXXX 12) 26240 RG : Saint-Vallier (Turner)

* panorama de rive montagneuse non identifié

* Saint-Vallier vu de l’amont (vers le S)

*barques sur le Rhône avec les voiles déployées

*(inversé) château de Serves  (cf. 21013 et 21014 )

 

Tate, D21013 (CCXXX 12 a) 26600 RG : Serves-sur-Rhône

*le château vu de l’amont (vers le S)

*le château vu par le travers (vers le SE) (Turner : « Sirve »)

c le château et le village de Serves vus de l’aval (vers le NE)

 

Tate, D21014 (CCXXX 13) 26600 RG : Serves-sur-Rhône

*panorama de rive non localisé

*le château et le village vus de l’aval (vers le NE)

Tate D21015 (CCXXX 13 a) 07370 (RD) : Arras-sur-Rhône

*le château et la gorge de l’Ozon (vu vers l’O)

*le château et le village

 

Tate, D21018 (CCXXX 15) 07800 RD La Voulte

*le château et la ville vus de l’amont (vers le S))

*la ville depuis le Rhône (« La Vioule, Veute » Turner) La Voulte ? Tate Gallery

* (inversé) détail du château

 

Tate, D21019 (CCXXX 15 a) 26000 RG : Valence (à l’amont de)

*profil topographique de rive non localisé

*profil de la rive gauche au sud de Valence : montagne de la Forêt de Saou (vers le S)

c profil topographique non identifié

d profil topographique non identifié

 

Tate, D21021 (CCXXX 16 a) 26000 RG Valence

*Valence (à gauche) et le château de Crussols (à droite) vus de l’amont (vers le S) la forêt de Saou à l’arrière plan à gauche

*(inversé) embarcadère de Valence et  tour de la cathédrale, église de Bourg-les-Valence à l’arrière plan (vue de la rive gauche vers le nord)

 

Tate, D21023 (CCXXX 17 ) RD 07130 : Chateaubourg

*le château de Châteaubourg vu de l’amont (vers leS)

*versant non identifié

*(inversé) au premier plan un bac sur le Rhône au pied d’un versant avec château

 

Tate, D21025 (CCXXX 18 a) RG 26000 : Valence

*profil topographique du rebord ouest du massif du Vercors (vu vers l’E)

*la ville au premier plan, vue de l’amont : le massif du Diois et la forêt de Saou au sud-est

 

Tate, D21026 (CCXXX 19 ) RG 07130 : Soyons

*le versant avec tour  de Soyonsvu de l’aval (vers le N)

*et c à la suite : profils topographiques du rebord ouest du massif du Vercors

*et * à la suite : profil topographique du massif du Diois (Forêt de Saou à l’E et

Roche-Colombe à l’O en ) (vu vers le SE)

*profil du Diois (forêt de Saou) vers leSE avec mat de bac à traille au premier plan.

 

Tate, D21027 (CCXXX 19 a) RD 07800 : Charmes

*le château de La Voulte(ajouté postérieurement)

*Charmes vu de l’amont ( Turner : « Charn ») (vers le SO)

*Charmes vu de l’aval (vers le NO), les monts d’Ardèche à l’arrière plan

 

Tate, D21028 (CCXXX 20) RD 07220 : Vivier

*profil de rive non localisé

*la ville et la cathédrale Ste Minerve vues vers le SO (Turner : « St Minerve », « Viveyé »)

Note : le sketchbook viewer de la Tate Gallery a interverti le titre du 21028 : « ?Lake with Moutains »  avec celui du 21040 : « Castle, Etc, on rocks, « St M ….Viveyu  (Turner)»

 

Tate, D21029 (CCXXX 20 a ) RD 07220 : Vivier

*Vivier vu du fleuve (vers le SO)

*Les deux rochers (St Paul) en rive droite à l’entrée du défilé de Donzère vus de l’amont (vers le S)

*(inversé) : Vivier, profil de la ville vue de l’aval (vers le N)

 

Tate, D21030 (CCXXX 21 ) RD 07800 :  La Voulte

*La ville vue de l’aval ( vers le N)

* La ville vue de l’aval et de plus loin

*(inversé) : une barque avec voile et passagers sous un abri

 

Tate, D21031 (CCXXX 21 a) RD 07250 :  Le Pouzin

*massif de Cruas vu de l’amont

* profil de rive non localisé

* Le Pouzin et les monts d’Ardèche vus vers le SO

Tate, D21032 (CCXXX 22 ) RD 07350 : Cruas

*village non identifié

*profil de rive non identifié

*Cruas, la ville et le château vus de l’amont (vers le S) (Turner : « Croqir, Crouir», Tate Gallery : Cruas ?)

 

Tate, D21033 (CCXXX, 22 a) 07350-07400 : Cruas/Rochemaure

*la ville de Cruas  et le château vus vers l’O

*(inversé) Cruas vu de l’aval (vers  le N, loin)

*(inversé) Rochemaure , la ville et les châteaux vus de l’amont (vers l’O)

 

Tate, D21034 (CCXXX 23) RD 07400 : Rochemaure

*les châteaux de Rochemaure vus de l’amont (vers l’O)

*(inversé) le château inférieur (Tuner : « aiguebelle »)

 

Tate, D21035 (CCXXX 23 a) RD 07400 : Rochemaure

*la ville et les châteaux vus par le travers (Turner : « Rochemaure »)(vers le NO)

Tate, D210036 (CCXXX 24) RD 07400 : Rochemaure

*les châteaux de Rochemaure vus par le travers (vers le NO)

 

Tate, D21037 (CCCXXX 25) RD 07400 : Rochemaure

*la ville et les châteaux vus de l’aval (vers le N) (« Rochemaure »,  Turner)

*la ville et les châteaux vus de l’aval (vers le N, plus loin)

 

Tate, D21038 (CCXXX 25 a) RD 07400 : Le Teil

*la ville et les châteaux : un bac à trail (mât et bateau) sur la rive du Rhône (vue vers l’O)

(la Tate indique ici « Rochemaure » : c’est une erreur)

 

Tate, D21039 (CCXXX 26) RD 07220 : Vivier

*la ville vue de l’amont (de loin, vers le S)

*la ville basse au nord du rocher

*(inversé) la ville vue de l’amont  ; Rocher St Paul à l’arrière-plan (vers le S)

 

Tate, D21041 (CCXXX 26 a) RD 07800 : La Voulte

*La Voulte vue de l’amont ( de loin,vers le SO)

*le château de La Voulte vu du NW

*l’église et le château de La Voulte vus vers l’O

 

Tate, D21042 (CCXXX 27) 26290 RD Défilé de Donzère : rochers  de St-Paul et de St-Michel et ville de Vivier au loin vus de l’aval (vers le N)

* la falaise rocheuse de la rive gauche du Défilé vue de l’amont  (vers le S)

*même falaise vue de plus près

Tate, D21043 (CCXXX 27 a) RG 26290 : Défilé de Donzère

*la falaise de rive gauche vue de l’aval (vers le N)

*la falaise de la rive gauche et le village de Donzère (château et église)

*(inversé) : les clochetons calcaires dans la falaise

 

Tate, D210044 (CCXXX 28) RG 07700 : Bourg-Saint- Andéol

*paysage de la rive gauche non identifié

*la falaise de rive gauche du défilé de Donzère (vue de l’aval) (vers le N)

*(inversé) l’église de Bourg-St-Andéol

 

Tate, D21045 (CCXXX 28 a) RD 07700 : Bourg-Saint- Andéol

*le défilé de Donzère vu de l’aval du Rhône (vers le N)

*profil de rive non identifié

*le bourg vu de l’aval (Turner “St Romagnol”) ( = la cathédrale)

 

Tate, D21047 (CCXXX 29 a) RD 07700 : Saint Montan ?

**** profils montagneux superposés du rebord du Massif Central à l’ouest du Rhône entre bourg St   Andéol et Pont Saint Esprit : les Monts du Velay et les Cévennes.

 

Tate, D21048 (CCXXX 30) RG 26290 : Donzère

*le village et la falaise de rive gauche vus de l’aval (vers le NE)

 

Tate, D21049 (CCXXX 30 a) RD 07700 : Bourg-Saint-Andéol

*passagers sur un bateau, protégés sous un abri de toile

* profil topographique de rive non identifié

c_(inversé) Bourg-St-Andéol et moulin avec roue à aubes

 

Tate, D21050 (CCXXX 31) RD 07700 : Bourg-Saint-Andéol

*le bourg vu de l’aval (vers le N)

*(inversé) l’église et le bourg (« St Boymes du pilier » Turner)?

*(inversé) le bourg vu de l’aval (plus loin) (vers le N)

 

Tate, D21051 (CCXXX 31 a) RD 30130 : Pont-Saint-Esprit

*panorama du Rhône vers le sud, à l’amont du pont

*la ville vue de l’amont ( de loin)

*le pont  et la ville vus de l’amont (vers  le S)

 

Tate, D21052 (CCXXX 32) RD 30130 : Pont-Saint-Esprit

*le pont et l’église vus de l’amont, avant le franchissement

*la rive droite du pont

*l’église et le pont en rive droite vus de l’amont

*deux arches du pont vues de l’amont

 

Tate, D21053 (CCXXX 32 a) RD 30130 : Pont-Saint-Esprit

*deux arches du pont vues de l’aval (vers le N)

*l’église et le pont vus de l’aval

*l’église et et le pont vus de l’aval (12 piles ?)

*continuation du croquis c vers la droite (5 piles ?)

 

Tate, D21054 (CCXXX 33)RD30130 : Pont-Saint-Esprit

*paysage du Rhône vers l’aval : le rocher de Mornas à l’horizon gauche

*(inversé) une pile du pont avec son évent de crue

* (inversé) : les arches du pont vues vers la rive gauche

* (inversé) : l’église et les bâtiments à l’entrée O du pont

 

Tate, D21055 (CCXXX 33 a) RD 30130 : Pont-Saint-Esprit

*la ville et le pont vus de l’aval (vers le N)

*la ville et le pont vus de l’aval ( Turner :” Pont St Esprit”)

Interprétation erronée dans le catalogue Tate : « pont St Bénézet, à Avignon »

*la ville (profil vu de l’aval)

*(inversé) : paysage de rive non identifié

 

Tate, D210056 (CCXXX 34 ) RD 30130 : Pont-Saint-Esprit

*l’église et le pont vus de l’aval (vers le N)

*l’église et le pont vus de l’aval

*une tour non identifiée

d*(à gauche en travers) croquis du rocher de Mornas vu par le travers (vers l’E)

 

Tate, D21057 (CCXXX 34 a) RG 84550 : Mornas

*le Rocher et le château vus vers le S

*non identifié

*non identifié

*(inversé) Turner : « Ste  Ruth de » ? non identifié

*(inversé) village : Saint-Pierre-des Sorts?( à vérifier sur le terrain)

 

Tate, D21058 (CCXXX 55) RG84550 : Mornas

*le Rocher, le château et le village vus de l’amont (vers le S)

*Mondragon, le château et la ville vus de l’aval (vers le N)

*Mondragon vu de l’aval

*croquis en travers illisible

 

Tate, D21059 (CCXXX 55 a) RG 84550 : Mornas

*paysage de rive droite : château du Jonquier (commune de St Etienne-des-Sorts) vu vers l’O

*paysage de rive avec château non identifié

*le rocher de Mornas par le travers (vers l’E)

*le rocher de Mornas (idem)

*le rocher de Mornas et le village (idem)

 

Tate, D21060 (CCXXX 56) RG 84230 : Châteauneuf-du-Pape

*Dentelles de Montmirail  et Mont Ventoux (RG)depuis le Rhône

*Château de l’Hers vu du S (« Château Pille ?», « Rhône ?» Turner)

*inversé : Château Gicon ( sur la commune de  Chusclan RD)

*inversé : Mornas (village et rocher) vu vers le N

 

Tate, D21061 (CCXXX 56 a) 84230 RG : Châteauneuf-du-Pape et 30150 RD : Roquemaure

*non identifié

*non identifié

*Château de l’Hers vu vers le S

*Roquemaure (la tour) vu vers l’W et la montagne de St Geniès

Tate, D21062 (CCXXX 57) 30150 RD : Montfaucon

*la rive droite à l’amont de Roquemaure : Montagne de Saint-Geniès

*le château de Montfaucon vu de l’amont (vers le S)

*le château et le village vus depuis le fleuve (vers l’O)

*le château vu de l’aval (vers le NO)

 

Tate, D21063 (CCXXX 57 a) 84230 RG : Châteauneuf-du-Pape  et 30150 RD :   Roquemaure

*château de l’Hers (vu vers l’E ) ( Turner : « C Pirre » ?),

*château de Roquemaure (vu vers l’O)

*château de l’Hers vu vers le NE

 

Tate, D21064 (CCXXX 58) 84230 RG : Châteauneuf-du-Pape

*le château et la ville vus vers l’E (profil du mont Ventoux à l’arrière plan)

*le château et des arbres sur la  rive du Rhône

 

Tate, D21065 (CCXXX 58 a) 30400 RD : Villeneuve-lès-Avignon

*le pont d’Avignon et la tour de Philippe le bel vus de l’amont (vers l’O)

*Villeneuve –lès-Avignon vu d’Avignon (Turner : « Villa Nuvo ») (vers le N)

5. Dates et itinéraires des carnets de Turner à travers le sud-est de la France

Bandeau: Détail de la Carte d’Etat-Major 1/40000eme GRASSE 1866 La Turbie Menton (IGN Remonterletemps)

Avant d’aller plus loin dans l’analyse des carnets, Je pense qu’il est nécessaire de faire le point sur les connaissances actuelles concernant ces voyages et les questions qu’ ils posent pour leurs dates et leurs trajets. Nous les connaissons à travers les carnets suivants :

– 229 Orleans to Marseilles  (Finberg, CCXXIX)

– 230 Lyons to Marseilles  (Finberg,  CCXXX)

– 231 Marseilles to Genoa(Finberg, CCXXXI)

– 232 Coast of Genoa (Finberg, CCXXXII/

– 295 Genoa to Grenoble(Finberg, CCXCV)

La chronologie fixée par Finberg pour les quatre premiers a été respectée pendant longtemps et ils ont été considérés comme utilisés par Turner au cours d’un seul et même voyage aller de Paris à Rome en 1828 (avec retour en 1829 par le Piémont et les Alpes): Maurice Guillaud en particulier est resté fidèle à cette chronologie, et John Gage, dans sa somme “Turner”, publiée en Français (Gage, 2010),  l ‘écrit encore..Le catalogue en ligne de la Tate gallery continue de l’adopter.

En fait plusieurs historiens d’art, et Ian Warrell en particulier, se sont interrogés sur le fait que le carnet CCXCV/295 décrit un voyage de retour de Gènes vers la France dont on ignore tout du voyage d’aller. En outre, dans les carnets attribués au voyage d’aller vers Rome en 1828, par deux fois le même itinéraire est documenté dans deux carnets: CCXXIX/229 et CCXXX/230 pour Lyon-Marseille,  CCXXXI/231 et CCXXXII/232  pour Marseille-Gènes. Or ces deux “couples” posent problème car ils sont mal “appareillés”, pour des carnets qui auraient été utilises en même temps et aux mêmes endroits par le peintre.

Remarquons enfin que les deux premiers carnets, CCXXIX/229 et CCXXX/230, ont été tous les deux dégraphés  et leurs feuillets séparés lors de l’inventaire du leg Turner par la National Gallery : on ne peut donc, malgré leur numérotation, se fier aveuglément à la succession actuelle des pages pour déterminer un itinéraire du peintre.

Comparons CCXXIX/229 et  CCXXX/230

Le premier commence à Orléans et finit à Marseille; le second commence à Vienne et finit à Toulon. Le premier présente avant Lyon un itinéraire nouveau que Turner parcourt pour la première fois (et qu’il ne réempreintera pas) pour aller de Paris à Lyon: par Orléans et Clermont-Ferrand. L’itinéraire décrit par le second est signalé par Turner dans deux lettres: l’une au départ de Paris, l’autre à l’arrivée à Rome:

  • Dans la première lettre, il ne parle pas d’un quelconque trajet vers Lyon par Clermont-Ferrand, mais évoque un voyage par Turin et Gènes (la route directe de Paris à Rome par les Alpes), ou un détour par Antibes (c.a.d. par Marseille et Nice vers Gènes):

Cela dit, Je ne puis vous dire quand j’arriverai à Romei, cela étant fonction de mon itinéraire qui peut être via Turin et Gènes ou encore via Antibes…(Turner à C.L. Eastlake, Paris, 23 août 1828) (Guillaud, 1982)

Il est pressé car il s’excuse au début de la lettre de ne pas être à la date convenue à Rome auprès de son ami Charles Eastlake, avec qui il a loué une maison pour le 1e septembre: cela ne l’empêche pas d’adopter à partir de Lyon la seconde option, par Marseille, plus longue, mais qui lui permet d’admirer de nouveaux paysages et les monuments romains de la France méditerranéenne. La date de cette lettre situe donc ce voyage à la fin de l’été 1828.

  • La seconde lettre, écrite de Rome à son arrivée, pour un correspondant à Londres, n’évoque en rien un trajet par le Massif central, mais se plaint de la chaleur rencontrée dans le sud, à Nîmes et Arles, en visitant justement les monuments antiques. Or le détour par Nîmes est bien décrit dans le carnet CCXXX/230, et non dans CCXXIX/229.

Enfin un troisième argument vient appuyer l’utilisation de chaque carnet sur deux voyages différents: celui qui découle de l’analyse même des pages de dessin.  Pour l’itinéraire Lyon-Avignon,  sur le carnet CCXXIX/229 les pages sont moins nombreuses, les croquis plus petits, moins détaillés, plus en désordre: cela s’explique si on fait l’hypothèse qu’il a voyagé les deux fois sur un bateau fluvial, mais de propulsion différente. En 1828, il y a toute chance pour que Turner ait embarqué à Lyon sur ce qu’on appelle alors un coche d’eau, qui descend le fleuve à la voile, et à la force du courant (et qui le remonte halé par un attelage de chevaux sur la berge): le voyage dure deux jours, et cette durée est confirmés par le fait que Turner dessine un soleil qui se couche sur une page du milieu du carnet. Tandis qu’au voyage suivant il fait un trajet beaucoup plus rapide (un jour) sur un bateau à vapeur, donc à une date forcément postérieure à 1830, année de l’apparition du premier vapeur de voyageurs sur le Rhône entre Lyon et Avignon. On peut donc considérer comme acquis que le carnet CCXXIX/229 n’est plus le premier de la liste pour le voyage de 1828, mais qu’il décrit un aller vers la Provence et l’Italie plus tardif, dont il faut trouver la suite, le but final et le retour.

Pour la suite de ces deux carnets, considérons maintenant le deuxième “couple” de carnets qui concernent l’itinéraire entre Marseille et Gènes, CCXXXI/231 et CCXXXII/232.

Le premier est utilisé après Toulon, et rempli de façon régulière jusqu’à Gènes. Le second, utilisé d’une façon plus irrégulière quant au trajet,  commence à Toulon, se poursuit jusqu’à Gènes, avant de décrire dans sa deuxième partie un trajet inverse de Gènes à Toulon.

Ces deux carnets, à l’inverse des deux précédents, n’ont pas été demembrés et si les dessins ne se succèdent pas dans l’ordre de l’itinéraire, cela peut tenir à la fantaisie de Turner: peut-on imaginer qu’il aurait utilisé le carnet CCXXXII/232 alternativement dans un sens et dans l’autre pour décrire le même itinéraire ?. Mais sinon, comment “accepter” ce retour de Gènes à Toulon dans le calendrier connu de ses voyages ?

Dans un premier temps donc, le carnet CCXCV/295 était associé à un voyage tardif (entre 1835 et 1840): retour d’Italie vers la France, dont le voyage aller n’était pas connu car aucun carnet du leg Turner ne lui correspondait. Les autres carnets étaient groupés dans le voyage mieux connu de 1828, avec les difficultés d’associer les carnets que je viens de présenter. C’est ce schéma que j’ai suivi dans les premières études que j’ai consacrées à ces carnets (Courtot 2002, 2006, 2008, 2009, 2012, 2013). Or, en 2016, lorsqu’il m’a confié la rédaction d’un chapitre sur Turner en Provence dans le catalogue de l’exposition du centre d’art de l’Hôtel Caumont à Aix-en-Provence dont il était le commissaire (“Turner et la couleur”), Ian Warrell m’a proposé de considérer l’hypothèse de deux aller-et-retours de Turner en Provence, en associant les carnets CCXXX/230 et CCXXXI/231 pour l’aller du voyage de 1828, et les carnets CCXIX/229 et CCXXXII/232 pour un aller jusqu’à Gènes qui correspondrait au retour tel que décrit dans le CCXCV/295 jusqu’à Grenoble, dans les années 1835-1840 (peut-être 1838). Cette hypothèse est séduisante, et je l’ai présentée dans mon texte (Courtot, 2016). Cependant, je n’ai pas réussi à lever jusqu’ici la contradiction qui empèche de considérer le carnet CCXXXII/232 comme décrivant la fin de l’aller à Gènes après le CCXXIX/229: sa deuxième partie qui décrit un retour de Gènes jusqu’à Toulon, ne peut correspondre au même itinéraire décrit par leCCXCV/295, puisque dans ce dernier Turner abandonne la côte Provençale à  Fréjus pour se diriger vers Aix-en-Provence par la route de l’intérieur. La question reste posée

Quoi qu’il en soit, dans les prochains billets je présenterai les lieux que j’ai pu identifier dans ces carnets “controversés”, en commençant par le premier”couple” évoqué ci-dessus,CCXXIX/229 et CCXXX/230, mais dans le nouvel ordre chronologique (230, puis 229). Le second couple, CCXXXI/231 et CCXXXII/232, viendra ensuite, ce qui permettra de poursuivre le voyage de 1828 par les carnets en Italie, jusqu’à Rome et sur le chemin du retour en France (automne 1828 et hiver 1828-29).

Bibliographie

Cage J., (2010): « Turner », Citadelles & Mazenod, Paris, 399 p.

4. Le Carnet du voyage de Turner de Gènes à Grenoble (3)

Bandeau: Sisteron (photo RCourtot)

3. LA ROUTE DE LA DURANCE VERS SISTERON ET GRENOBLE

 Cette dernière partie de l’itinéraire a  été étudiée dans mon article sur « Turner à Sisteron » (Courtot, 2004). J’ apporterai ici des compléments et la liste complète des pages du carnet CCXCV sur lesquelles j’ai pu proposer de nouvelles identifications ou compléter celles existantes

A Sisteron, des dessins nombreux et précis:
Les numéros renvoient aux points de vue des dessins dans l’ordre des pages du carnet de croquis. A1 désigne l’aquarelle depuis la Casette, A2 celle de la porte du Dauphiné. Les éléments remarquables du site sur les croquis sont désigné par des lettres : -a : donjon et église de la forteresse, -b : cathédrale, -c : prison, -d : tour des gendarmes, -e : hospice de la charité, -f : quartier des andrones, -g : pont sur la Durance, -h : couvent des dominicains, -i : tour du Dauphiné, -j : domaine et bastide de la Casette. -1 : remparts et tours -2 : escarpements rocheux
Fig.1 : Les “ points de vue ” de Turner à Sisteron (Courtot-Pentsch)

Les numéros renvoient aux points de vue des dessins dans l’ordre des pages du carnet de croquis. A1 désigne l’aquarelle depuis la Cazette, A2 celle de la porte du Dauphiné.
Les éléments remarquables du site sur les croquis sont désigné par des lettres :
-a : donjon et église de la forteresse, -b : prison, -c : cathédrale, -d : tour des gendarmes, -e : hospice de la charité, -f : quartier des andrones, -g : pont sur la Durance, -h : couvent des dominicains, -i : tour du Dauphiné, -j : domaine et bastide de la Casette.
-1 ligne de crête de la barre rocheuse, -2 : remparts et tours, -3 : escarpements rocheux, – 4 : point de vue et flèche d’orientation

Source : plan cadastral 1814 pour la ville, carte IGN 1/25000e Sisteron 3339OT 1997 pour les alentours (Courtot, 2004)

Fig.2: Sisteron circa 1835-40 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D2957

https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-sisteron-d29573

Forteresse de Sisteron, partie supérieure du dessin de la page D29572 Turner, carnet CCXCV

Associé à l'imageD29573 pour constituer un Croquis par Turner de la ville et de la forteresse de Sisteron depuis le pont sur la Durance dans la clue
Sisteron circa 1835-40 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D29572

Fig.3: Joseph Mallord William Turner, Sisteron,c.1835–40, ©Tate Gallery,Londres, ©Tate photo Legs Turner CCXCV 99a D29572  CC-BY-NC-ND (3.0 Unported)
https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-sisteron-d29572

Titre proposé pour les deux pages: Sisteron, la ville et la forteresse depuis le pont sur la Durance

Turner, après avoir traversé le pont sur la Durance vers le quartier de la Baume, en face de la ville, a ouvert son carnet dans le sens de la hauteur (“à l’Italienne”), pour avoir toute la place nécessaire pour dessiner la formidable vue en contre-plongée qu’il a de la ville, de la barre rocheuse et de la forteresse depuis l’endroit où il se trouve. Pourquoi a-t-il dessiné un second profil de la forteresse dans le ciel, et qui ne” tient” pas dans la page ? pour augmenter la hauteur du dessin jugée trop faible ? et la rattraper ainsi éventuellement sur une oeuvre à venir?

Sur la route, des profils topographiques a peine esquissés:

Le cas du Pic de Crigne

Monetier-Allemont, plusieurs croquis du cadre montagneux de la vallée de la Durance, en particulier vers le nord

Fig.4:  “Mountains”, circa 1835-40, Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 ©Tate Gallery,Londres, ©Tate photo Legs Turner CCXCV 100a D29574 
CC-BY-NC-ND (3.0 Unported)
https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-mountains-d29574

Titre proposé: Vallée de la Durance à l’amont de Sisteron

Cette page est la première utilisée par Turner dans l’étape entre Sisteron et Gap: elle est ici présentée à l’envers pour montrer dans le bon sens les deux croquis identifiés qui sont des profils topographiques. Le premier présente une simple superposition de profils topographiques  dans le panorama largement ouvert de la vallée au nord de Sisteron jusqu’au massif du haut Champsaur qui ferme l’horizon nord. Le second est un croquis du pic de Crigne (1263m), qui est la terminaison est en forme de proue du synclinal perché de la Montagne des Selles: Turner l’a dessiné au moment où il est passé en voiture sur la route à son pied: l’épaisseur des marnes noires qui forment les pentes rend impressionnants les crêts calcaires qui dominent la Durance de plus de 700 m et ont créé des éboulis mégalithiques.

Fig.5:

Terminaison orientale du synclinal perché de Barcillonnette (04) au nord de Ventavon, vue oblique aérienne 3D du Géoportail IGN-France capture d’écran 2018-07-23
La montagne de Selles et le Pic de Crines
Terminaison orientale du synclinal perché de Barcillonnette (04) au nord de Ventavon
Vue oblique aérienne 3D du Géoportail IGN-France
capture d’écran 2018-07-23
Les aquarelles et gouaches de Sisteron

Avec Marseille, Sisteron est la seule ville dont Turner a rapporté des aquarelles et gouaches en nombre remarquable. A l’époque de ma première études (Courtot , 2002) je n’en ai présenté que deux , car je ne connaissais tout simplement pas les autres, faute d’un catalogue raisonné des aquarelles et gouaches de Turner. Depuis ma connaissance s’est élargie grâce aux remarques de Ian Warrell et aux billets du blog de David Hill (« Sublime sites »). Je vais tout d’abord revenir sur l’une des deux aquarelles analysées en 2004 car mon analyse contient quelques inexactitudes que je voudrais corriger ici.

La première, intitulée « Sisteron, France », fait partie des collections de la Withworth Art Gallery de l’Université de Manchester, où elle figure sous ce titre  et le numéro D.1892.115. Je n’ai pas trouvé d’étude de cette image antérieure à la mienne, mais ce n’est pas une raison pour qu’il n’en existe pas de plus perspicaces, car cette oeuvres est bien connue depuis longtemps, et souvent exposée: en France par exemple elle a fait partie de deux expositions sur Turner et figure donc dans deux catalogues:

  • “Turner en France”, par Jacqueline et Maurice Guillaud, Centre culturel du Marais, Paris, 1981; Cette exposition a présenté les croquis des nombreux carnets des voyages de Turner à travers la France, et les gouaches et aquarelles qui en sont résultées.
  • “Turner et la couleur” par Yan Warrell, Caumont centre d’art, Aix-en-Provence, 2016 : “Sisteron” a permis à Y. Warrell d’illustrer la marche de Turner vers la couleur dans la section de l’exposition “La lumière de Gènes” et dans le chapitre  “Turner en Provence” du catalogue.

Une visite récente et plus complète du domaine m’a permis de corriger certaines affirmations de mon premier texte, en ce qui concerne la disposition des éléments du paysage visible sur l’œuvre en comparaison avec leur situation dans la réalité du terrain .

Fig.6:

La citadelle et la clue de Sisteron vues de la Cazette, William Turner, 1838. Courtesy of the Whitworth, The University of Manchester
La citadelle et la clue de Sisteron vues de la Cazette, William Turner, 1838. Courtesy of the Whitworth, The University of Manchester

Fig.7:

a) Croquis résumé de l'oeuvre (Roland Courtot) conservée à la Withworth art gallery de l'Université de Manchester (D.1892.115) b) Photographie du même panorama prise de la Casette (Sisteron, à la confluence de la Durance et du Buech)
a) Croquis résumé de l’oeuvre (Roland Courtot) conservée à la Withworth art gallery de l’Université de Manchester (D.1892.115)
b) Photographie du même panorama prise de la Casette (Sisteron, à la confluence de la Durance et du Buech)

Source : Revue Méditerranée, n° 102 (1), 2004, p.161  https://hal-amu.archives-ouvertes.fr/hal-01716308/document

A mon avis tout le paragraphe serait à reprendre :

L’aquarelle se lit au moins à deux niveaux. Un niveau de détail, pas toujours aisé à observer, mais souvent d’une grande richesse, et d’une grande exactitude (du moins quant on peut la corroborer) , en particulier dans les premiers plans. Ceux-ci sont animés par des scènes de vie rurale. A gauche des personnages descendent les escaliers d’une terrasse vers une sorte de clos où d’autres personnages s’activent autour de seaux et de cuveaux , devant ce qui ressemble à une vigne à l’automne (les feuilles sont jaunes, les ceps apparents), dominant la rivière (vers laquelle un petit portique de pierre permettrait de descendre): s’agit-il d’une scène de vendange ? le lieu, la terrasse fluviale dominant la rivière, et la saison rendent cette hypothèse plausible ; l’année exacte de ce voyage de Turner est inconnue, mais pas la saison, car une page du carnet, utilisée antérieurement sur cet itinéraire, indique la date du 10 septembre, sur un dessin de Nice (Guillaud, 1981, p.496). A droite, séparé du clos par un muret et une haie, c’est un jardin en terrasse que nous apercevons : deux murs de soutènement, soulignés par les arbres et arbustes qui les flanquent et les couronnent, rythment la descente d’une allée vers la rivière. Une dame bien mise, avec un enfant, la remonte et s’approche d’une vasque surmontée d’un fronton de pierre décoré, adossé à la pente, comme on peut en voir dans les jardins des bastides en Provence. La place qu’il accorde à ces personnages au premier plan traduit bien le fait que “ l’intérêt pour l’humanité est tel qu’il prend souvent une place majeure dans les aquarelles que Turner réalise plus tard, après le voyage(…) l’aquarelle le met en bonne place, comme élément d’un dialogue vital entre l’homme et le paysage (Guillaud, 1981, p.14).  (Courtot, 2002, p.162)

A gauche au premier plan, l’escalier que deux personnages descendent ne procède pas d’un éventuel rocher au bord de la Durance : aucun affleurement rocheux ne figure à la confluence avec le Buech, la Cazette étant construite sur une terrasse fluvio-glaciaire, et le substrat est fait de marnes jurassiques. Il existait une maison à cet endroit, dont il ne reste qu’un pan de mur avec une ouverture de fenêtre, à l’aplomb de la rive verticale actuelle. Cette maison a étémanifestement emportée par l’érosion latérale de la Durance, mais la date de cet écroulement est inconnue, en tout cas antérieure au cadastre napoléonien (1808), oû elle ne figure pas, et donc antérieure au passage de Turner. Cette partie du site apparaît sur un des derniers dessins de Turner à Sisteron : « Pont et forteresse sur un rocher », D29579 Turner Bequest CCXCV 103 (1835, Tate), réalisé depuis la rive gauche de la Durance à l’amont du quartier de la Baume:

Turner, regardant vers le sud, présente la clue, le pont de Sisteron et la forteresse : le croquis est une simple esquisse, le trait est pâle et peu lisible, mais on distingue dans l’angle de la confluence avec le Buech, en contrastant l’image, un coin de la Cazette posée sur les terrasses dominant la rivière. Celles-ci sont soutenues par des voutes de pierres sur deux niveaux qui regardent à l’est. Ce dispositif explique donc la terrasse d’où descendent les personnages. En outre, sur la photographie de la figure n°6, prise en hiver, les détails du site de la Cazette sont bien visibles dans cette vue oblique quasi « aérienne » (prise depuis la forteresse qui surplombe la confluence) : on y aperçoit, à l’angle SE du château, une descente courbe de la terrasse au jardin, qui rappelle « l’escalier aux personnages ». Turner a pu y ajouter un escalier dont il a trouvé l’exemple dans celui qui relie la terrasse de la bastide au jardin inférieur au bord du Buech. Les éléments de paysage mobilisés par Turner seraient bien là, mais rassemblés dans une disposition nouvelle qui ne correspondrait pas exactement à la « réalité-terrain » : elle conviendrait à sa composition de l’œuvre.  Cette intervention du peintre sur la “géométrie” du paysage se traduit ici de deux façons, comme souvent ailleurs chez Turner: un refermement de l’éventail de l’angle de vue (voir Carnet n°3, le cas de Viviers) et une exagération des reliefs, comme si le paysage gagnait en hauteur ce qu’il perd en largeur.

Fig.8: La Cazette, entre Buech et Durance à Sisteron (photo RCourtot)

Bastide-Château située dans l'angle de la confluence du Buech (en bas de l'image) avec la Durance (a droite), à l'amont de la clue de Sisteron (photographie RCourtot prise de la forteresse de Sisteron vers le nord en janvier 2004)
La Casette: Bastide-Château située dans l’angle de la confluence du Buech (en bas de l’image) avec la Durance (a droite), à l’amont de la clue de Sisteron (photographie RCourtot prise de la forteresse de Sisteron vers le nord en janvier 2004)

La vasque et le fronton devant lesquels la dame bien mise, avec un enfant ,» se promène , sur le côté droit de l’aquarelle au premier plan, ne peut se trouver à cet endroit par rapport à la réalité du paysage : la terrasse sud de la bastide donne frontalement sur une prairie humide bordière du Buech. Par contre, Turner a pu voir des murs de soutènement qui rythment la descente du terrain vers la rivières, avec arbres et arbustes, et dans le parc des fontaines associées au système de distribution hydraulique à partir des sources.

Enfin et surtout la vigne et la vendange,  vues dans mon premier texte comme très plausible, ne peuvent se situer à cet endroit, comme en fait foi le cadastre napoléonien (1808), qui ne mentionne aucune parcelle de vigne , pas plus que la carte de l’Etat-major au 1/40000 ème (  géoportail IGN “Remonterletemps”, carte en hachures et en couleurs, Digne, n° 212, 1860). On peut  penser à un oubli des officiers du cadastre, car il peut s’agir de ceps de vigne inclus dans un jardin, mais aussi  à une création de l’imagination du peintre, qui aurait transposé là une scène de vendange observée à un autre endroit de son itinéraire provençal… Dans cette première moitié du 19esiècle, l’économie agricole est encore fortement locale et régionale, et la vigne est très présente partout où les conditions édaphiques le permettent : dans la vallée de la Durance, et jusque très amont dans la montagne, la vigne est intégrée dans la polyculture locale, et Turner a cotoyé des vignes tout au long de sa traversée de la Provence. A Sisteron même, au sud de la clue,  les parcelles de ceps parsemaient le pied des versants et les pentes de la vallée, tandis qu’elles étaient absentes au nord de la clue, ou dominait la culture des céréales: la clue a toujours été considérée comme une frontière climatique entre les influences méditerranéennes et alpines.

Les moulins qui se trouvent sur la rive droite du Buech (avant la confluence) et sur celle de la Durance (après la confluence) sont tous vus sous le même angle, la roue à aube tournant dans un plan perpendiculaire à l’axe de la vue du peintre. Cela devait être vrai pour le « moulin à poudre » du Buech, dont l’existence est attestée par les gravures et les cartes anciennes. Mais cela ne correspond pas à la réalité pour les deux autres qui apparaissent sur la rive droite de la Durance àl’amont de la porte du Dauphiné : avec leur roue perpendiculaire au courant de la Durance, ils auraient risqué d’être emportés par des crues en fait ils ne figurent nul part et sont né de l’imaginaire de Turner, qui a vu plusieurs moulins à farine de part et d’autre du Buech à l’amont de la Cazette.

Cette différence entre le dessin du paysage par Turner et la réalité qu’il avait sous les yeux peut donc être interprétée, à partir de ce que nous voyons aujourd’hui et ce que nous connaissons par les archives graphiques, cartographiques et documentaires, par l’effet de la composition du « tableau » paysager par le peintre. Comme dans le cas de Viviers (analysé dans le carnet n°3), Turner a placé et déplacé à loisir des éléments du paysage pour construire sa propre vision de Sisteron, une nouvelle présentation de ce lieu, en particulier des premiers plans. Cela évoque pour moi les paroles de Gilles Deleuze qui, dans ses cours universitaires d’avril 1981, définit la création artistique comme une nouvelle « présentation » (et non une « représentation »), une nouvelle image issue de « choix et d’élagages », un nouvel objet en soi. On trouvera son analyse dans «La voix de Gilles Deleuze », sur le site web de l’Université Paris 8 : http://www2.univ-paris8.fr/deleuze/article.php3?id_article=40: « La peinture et la question des concepts ». Il cite d’ailleurs Turner dans sa démonstration, mais plus à propos de la couleur qu’à propos des formes (cours du 7 avril 1981).

Annexe documentaire :

Carnet CCXCV : de Gènes à Grenoble, pages D29549/87a à D29593/114

Le carnet peut être consulté sur le site de la Tate gallery:

http://www.tate.org.uk/art/sketchbook/genoa-to-grenoble-sketchbook-65923

Tate D29549 (CCXCV 87a) : Meyrargues : le château perché vu du village

Tate D29550(CCXCV 88) : Peyrolles-en-Provence ? (Turner : “Perol” ?) : * profil de la clue de Mirabeau depuis le village de Peyrolles, * bâtiment avec tour non identifié, peut-être le château de Peyrolles

Tate D29551 (CCXCV 89) : la route de la vallée de la Durance

D29553 (CCXCV 90) : Clue de Mirabeau (Turner : « Mirabeau », Finberg,Tate) : * le portique nord du pont suspendu et la chapelle Ste-Marie-Madeleine-du-Pont vus de la rive sud de la Durance, * la clue et le pont suspendu construit en 1831 vus du côté aval (O)

Tate D29554 (CCXCV 90a) :  Clue de Mirabeau : * la chapelle (rive nord) vue de la rive sud, * la Durance vers l’amont de la clue ( ?)

Tate D29555 (CCXCV 91) : non identifié

Tate D29556 (CCXCV 91a) : non identifié : château ( ?) et rivière au premier plan (Durance ?)

Tate D29557 (CCXCV 92) : Sainte-Tulle : (Turner : « St.Etue », Finberg-Tate) le village depuis la route royale (E) : * la tour de l’horloge et l’église Notre-Dame de Beauvoir, * le village sur le rebord du val d’un petit affluent de la Durance,  * Manosque (Turner) : la ville et le Mont d’Or depuis la route (de loin en arrivant par le sud

Tate D29558 (CCXCV  92a) : Manosque : * la ville et le Mont d’Or, ***(vertical) : 3 croquis dont seul le premier est identifié comme représentant la ville de Manosque de loin, depuis le nord (manifestement, la voiture de Turner ne s’est pas arrêtée à Manosque, donc une voiture privée, puisque Manosque était une étape des diligences publiques,  et Turner n’a fait que des petits dessins à la hâte en passant au large de la ville, pendant que la voiture roulait)

Tate D29559 (CCXCV 93) : Volx : (Turner : « Volx », Finberg-Tate) : * le village et la clue de la rivière Laye à travers la terminaison orientale du Lubéron, * (inversé) : Volx et la Laye à la sortie de sa clue ( ?)

Tate D29560 (CCXCV 93a) : Volx (Finberg-Tate) Villeneuve :le village et la clue de la rivière Laye (Turner : « Volx »),  *  inversé : le village de Villeneuve  (Turner : « Villeneuve »)

Tate D29561 (CCXCV 94) : Peyruis (?) :  vallée de la Durance vue vers le nord, terrasse de Saint-Auban à gauche et bac à traille des Mées à droite

Tate D29562 (CCXCV 94a) : Sisteron  (Finberg-Tate) :  vue d’ensemble de la ville, la forteresse et la clue depuis l’arrivée sud par la route royal

Tate D29563 (CCXCV 95)  : Sisteron  (Guillaud) : la vallée de la Durance vers l’aval, vue depuis le château de Sisteron (la chapelle et les tours du château au premier plan)

Tate D29564 (CCXCV 95a) : Sisteron (Finberg-Tate) *la ville, le château et la clue depuis le sud, petit croquis de loin , * idem , grand croquis détaillé rapproché

Tate D29565 (CCXCV 96) : Sisteron (Finberg-Tate) : la ville, le château et la clue vus de l’extérieur de la Porte de Château-Arnoux, les remparts sud au premier plan

Tate D29566 (CCXCV 96a) : Sisteron (Finberg-Tate) : le château vu de l’Ouest, sur la crête qui le porte (la Cazette en bas à gauche, à la confluence du Buech et de la Durance)

Tate D29567 (CCXCV 97) : Sisteron (Turner : « Sisteron » , Finberg-Tate) : la ville, le château et la clue vus de l’extérieur de la Porte de Château-Arnoux, les remparts sud au premier plan

Tate D29568 (CCXCV 97a) : Sisteron (Finberg-Tate) : * la forteresse depuis la ville, la cathédrale Saint- au premier plan à droite, * petit croquis des rempart en bas à gauche

Tate D29569 (CCXCV 98) : Sisteron (Finberg-Tate) : la ville et le château, angle SE des remparts ( tour de la Gendarmerie au premier plan, cathédrale Notre-Dame des Pommiers au second plan à droite)

Tate D29570 (CCXCV 98a) : Sisteron (Finberg-Tate) ; la ville, la forteresse, le pont de la clue et le quartier de la Balme, vus de l’aval de la rive droite de la Durance

Tate D29571 (CCXCV 99) : Sisteron (Finberg-Tate) : la ville basse, le pont sur la Durance et le quartier de la Balme, vus de l’aval

Tate D29572 (CCXCV 99a) et D29573 (CCXCV 100) : Sisteron (Finberg-Tate) : ces deux pages sont associées pour un même croquis : une vue du château et de la ville depuis le faubourg de la Balme , de l’autre côté du pont sur la Durance (voir texte du billet)

Tate D29574 (CCXCV 100a) : Monetier-Allemont : la vallée de la Durance vue vers l’amont à Ventavon, * le Pic de Crigne et la Crête des Selles,  (inversé) * le plan de Vitrolles et la Petite Ceüse (?), *  non identifié

Tate D29575 (CCXCV 101) : La Saulce (Turner :  « Sauce »), * (en travers) : vue du village depuis la route d’arrivée (O), ** non identifiés

Tate D29576 (CCXCV 101a) : Gap (Turner : « Gap », Finberg) la ville vue du NE,  église St-Augustin des Cordeliers et clocher roman de la cathédrale (Notre-Dame et St-Arnoux)

Tate D29577 (CCXCV 102) : Gap (Guillaud) : la porte Colombe (une des portes de l’enceinte de la ville)

Tate D29578 (CCXCV 102a) : Sisteron (Guillaud) : la clue, la ville et le château vus du Nord-Est (couvent des Dominicains au 1° plan)

Tate D29579 CCXCV 103) : Sisteron (Guillaud) : le rocher de la citadelle et la clue, vus de la Cazette (1erplan à droite) : esquisse pour l’aquarelle “Sisteron, France”, The Whitworth art gallery Manchester

Tate D29586 (CCXCV 110):  Route de Gap à Grenoble  :   non identifié

Tate D29588 (CCXCV 111) : Route de Gap à Grenoble : non identifié

Tate D29589 (CCXCV 112) : Itinéraire du voyage de Gènes à Nice (Finberg-Tate) suites des noms des localités traversées entre Gènes et Nice, inscrits selon leur position géographique ( plus le début de la route de Cannes à Grenoble par les Préalpes,  de Grasse à Castellane, non empruntée) : voir figure du billet n°4 (2)

Tate D29590 (CCXCV 112a) : Route de Gap à Grenoble :   non identifié

Tate D29591 (CCXCV 113) : Route de Gap à Grenoble :      non identifié

Tate D29592 (CCXCV 113a) : Route de Gap à Grenoble :    non identifié

Tate D29593 (CCXCV 114) : Route de Gap à Grenoble :      non identifié

Bibliographie

Courtot, R., (2004) « Turner à Sisteron », Méditerranée, n°1-2, Aix-en-Provence, p.157-164. hal-amu.archives-ouvertes.fr/hal-01716308/document

Hill, D., “Sublimes sites, explorations in the footsteps of Turner”

4.Le Carnet du voyage de Turner de Gènes à Grenoble (2)

Bandeau: Le  haut du cours Mirabeau à Aix-en-Provence, croquis R. Courtot d’après Turner  (carnet CCXCV/87, D29548)

Le « grand chemin d’Italie » de Cannes à Aix-en-Provence

  Nous retrouvons ici Turner à Cannes (voir la page D29535 analysée dans le billet n°1 de ce carnet: « Une introduction aux carnets de voyage de William Turner ») au moment où il choisit de continuer par la route royale vers Aix-en-Provence, abandonnant le projet d’emprunter la route de Grasse à Sisteron pour rejoindre Grenoble. Bien lui en a pris au plan du confort du voyage, car s’il y gagnait en pittoresque montagnard, il y perdait beaucoup en temps, sur une route certes plus courte, mais qui était encore en travaux pour la rendre carrossable sur tout son trajet.

Je ne reprendrai pas ici la description complète de l’itinéraire : elle figure dans mon article de la Provence historique, déposé dans les archives ouvertes de HAL-AMU (Courtot, 2006). Je publie par contre la liste complète des dessins que Turner y a réalisés, avec mes propositions de nouvelles identifications : elles sont assez nombreuses car, entre Antibes et Mirabeau (dans la vallée de la Durance), Finberg et Guillaud n’ont reconnu aucun lieu.

Après le contournement de l’Estérel par les lacets de la route royale, et quelques croquis à la hâte à Fréjus, c’est toujours un voyageur pressé qui traverse la Provence par le « grand chemin d’Italie » (toujours l’antique Via Aurelia) qui coupe au plus court à travers les collines calcaires et les dépressions argileuses de l’intérieur vers Aix par Brignoles. C’est l’identification de deux pages de croquis d’Aix-en-Provence, D29547 et D29548, qui m’a donc permis (avec l’aide de mon collègue géographe André de Reparaz), de répondre à la question posée par Guillaud et restée sans réponse pour l’itinéraire de Turner entre Cagnes et Sisteron : la route directe, par l’intérieur de la Provence depuis Fréjus, était la solution la plus rapide. Elle fut certainement rapide puisque les « notes graphiques » prises depuis la voiture réapparaissent et qu’aucune étape n’est vraiment signalée par des croquis notoires, à part celle de Trans-en-Provence, où Turner a pris le temps de s’écarter du grand chemin pour dessiner les cascades de la Nartuby. Le village de Trans est en effet installé sur une curiosité naturelle, un site de ponts et de cascades qui a été très tôt signalé par les voyageurs (D29543 et D29544) :

« Cette propension de la rivière à cascader sur ses propres concrétions calcaires (les tufs) explique en partie le site et l’activité anciens de Trans à l’aval de Draguignan : l’énergie d’une rivière alimentée régulièrement par les réservoirs souterrains des plateaux calcaires, et cascadant sur des bancs de tufs, a été utilisée par de nombreux moulins à farine, à huile, des tanneries, etc… »

(Courtot, Rinaudo, 1992, p.135)

On peut se demander encore comment Turner, toujours attiré par les topographies escarpées des chaînons rocheux, a pu traverser la haute vallée de l’Arc au pied du Mont Olympe puis de la montagne Sainte-Victoire (qui culmine à plus de 1000m), sans garder un croquis de cette dernière, longue muraille emblématique de la basse Provence: son carnet n’a enregistré qu’une esquisse lointaine du village de Pourrières  (D29546), mais il est vrai que la route court ensuite au pied du plateau du Cengle, qui masque en partie la silhouette de la montagne : fatigue, mauvais temps, heure tardive ? il en fallait beaucoup pour arrêter sa boulimie de croquis.

Une arrivée tardive à l’étape d’Aix-en-Provence expliquerai les quelques croquis qu’il aurait fait le lendemain matin dans les rues de la ville avant d’entreprendre le voyage vers Sisteron où il était peut-être attendu. Ces croquis trop rapides permettent de suivre sa rapide incursion dans le quartier du palais de Justice et de l’église St-Jean-de-Malte.

L’analyse de ces deux pages figure déjà dans l’article de la Provence historiquesignalé en bibliographie (Courtot, 2006) accessible sur le site de la Revue et dans les archives ouvertes de Hal-Amu (hal-amu.archives-ouvertes.fr), je ne la reprendrai donc succintement ici.

Aix-en-Provence: plusieurs croquis dans la ville, dont le clocher de l'église de Saint-Jean-de-Malte et une porte du rempart du 17e siècle (quartier Mazarin)
Buildings in a Town circa 1835-40 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D29547       CC-BY-NC-ND (3.0 Unported)

Titre proposé:  Aix-en-Provence: quelques croquis dans le quartier Mazarin (17e siècle), dont le clocher de l’église Saint-Jean-de-Malte et une porte du rempart du 17e siècle

Aix-en-Provence: le haut du cours Mirabeau et la statue du roi René, la rue Emeric David vue depuis la place des Prêcheurs
Street Scene, Etc. circa 1835-40 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D29548          CC-BY-NC-ND (3.0 Unported)

Titre proposé: Aix-en-Provence : le haut du cours Mirabeau, la statue du roi René et l’hôtel du Poët, la rue Emeric David vue de la place des Prêcheurs

Annexe documentaire

Le carnet peut être consulté sur le site de la Tate gallery:

http://www.tate.org.uk/art/sketchbook/genoa-to-grenoble-sketchbook-65923

(chaque * introduit un ou plusieurs croquis sur la même page)

Tate D29523(CCXCV-74a) : Antibes : le port, le fort Saint-André  (ou « fort Carré ») et les Alpes maritimes (à l’arrière-plan), vus depuis la ville

Tate D29524(CCXCV-75) : Antibes (Guillaud, p.495) : le port et le fort Saint-André vus vers le N, les Alpes maritimes à l’arrière-plan

Tate D29525(CCXCV-75a) : Antibes (Guillaud, p.495) : la ville vue de la plage devant la digue du port (vue vers l’O) ; peut-être le phare de la Garoupe à l’arrière plan gauche

Tate D29526(CCXCV-76) : Antibes (Guillaud, p.495) : la ville vue du port (prolongement du croquis vers le N au dessus), * le fort Saint André

Tate D29527(CCXCV-76a) : Antibes (Guillaud p.495) : l’intérieur du port vu vers la terre : la ville à gauche, le fort St André, continuation du croquis vers la droite au dessus

Tate D29528(CCXCV-77) : Antibes (Turner, Finberg, Tate, Guillaud : fort Carré p.494) : Le phare du port et le fort Saint-André vus de la ville (vers le NE)

Tate D29529(CCXCV-77a) : Cagnes-sur-mer : le village vu du Cros (bord de mer)

D29530(CCXCV-78) : Cagnes-sur-mer (Guillaud, ) : le village (Turner : « Cannes », Finberg, Tate : exemple de confusion possible à partir de la transcription phonétique de Turner sur son croquis il a écris « Cannes » pour Cagnes, et cette erreur, reprise par Finberg, figure encore dans le catalogue en ligne de la Tate gallery :Cannes (Turner))

Tate D29531(CCXCV-78a) :Antibes : * les Alpes et la côte de Nice vus de l’Ouest, * le fort St-André et le phare de la Garoupe vus de la mer (de l’E)

Tate D29532(CCXCV-79) : Antibes : le fort St André et le phare de la Garoupe (2 profils inversés)

Tate D29533(CCXCV-79a) :Antibes : le fort St André et le port : 4 croquis superposés, 2 croquis inversés : le fort St-André, la ville et le phare de la Garoupe, la tour du beffroi de la ville

Tate D29534(CCXCV-80) : Antibes :la ville vue de l’O

Tate D29535(CCXCV-80a) : Cannes : *le château et l’église vus de l’E, * la ville et le mont Chevalier (Suquet) vus de l’E, * (vertical à gauche) l’église et le château vus de l’O, * (vertical à droite) le versant est de la ville vu du port, * (à l’envers) le massif de l’Estérel vu de Cannes (voir l’analyse détaillée de cette page dans le billet n°1 : « Une introduction aux carnets de voyage de William Turner »)

Tate D29536(CCXCV-81) : Antibes ? : le fort St André et la ville ?

Tate D29537(CCXCV-81a) : Cannes : D29537 et D29538 sont deux pages associées qui portent plusieurs profils superposés  du château et de l’Eglise (le Suquet) et de la côte vue vers l’E (voir le billet n°1 « Une introduction aux carnets de voyage de William Turner », figures 4 et 5)

Tate D29538(CCXCV-82) : Cannes : voir D29537

Tate D29539(CCXCV-82a) :Cannes : * le château et la côte à l’ouest de la ville vers le massif de l’Estérel, * non identifié, * (à droite) le château, l’église et la chapelle St-Pierre vus de l’O, ** (inversés) croquis du Mont Chevalier en s’éloignant vers l’O.

Tate D29540(CCXCV-83) :Fréjus : (Turner : « Le Bourg ») * la ville vue de l’E, le massif des Maures à l’arrière-plan, ** 2 paysages non identifiés, ** (à gauche et à droite) non identifiés.

Tate D29541(CCXCV-83a) :Fréjus (Turner : Aux…) : ** 2 paysages non identifiés, * (à l’envers) plusieurs profils superposés de la ville vue de l’O, le massif de l’Estérel l’arrière-plan.

Cette page ne peut être comprise que si on accepte que les paysages non identifiés font encore partie de la traversée de l’Estérel, comme les non identifiés de la page précédente, et que la série de curieuses ébauches du profil de la ville de Fréjus sont dessinées au fur et à mesure que la voiture s’éloigne sur la route d’Aix-en-Provence

Tate D29542(CCXCV-84) :Roquebrune- sur-Argens : * non identifié, * le village et le rocher de Roquebrune à l’arrière-plan, * (inversé) non identifié * (vertical à droite) : Fréjus, le groupe de la cathédrale vu de l’O

Tate D29543(CCXCV-84a) :Trans-en-Provence      : * la rivière Nartuby et le pont Bertrand, *(à gauche)  paysage non identifié, *  le pont Vieux et le village vus de l’amont de la rivière

Tate D29544(CCXCV-85 ):Trans-en-Provence : * le pont Bertrand et le moulin à huile souterrain sur la rivière Nartuby vus de la Mairie, * ( à droite) le village des Arcs et le massif des Maures à l’arrière-plan ?

Tate D29545(CCXCV-85a) : Les Arcs ? : * Les Arcs vus de l’Est ? * (à droite)  le rocher des Arcs ?

Tate D29546(CCXCV-86) :Pourrières: * le village vu du sud ( Turner :« Pays de Aix » ?), * non identifié,  * inversé : non identifié, * (à droite vertical)  non identifé

Tate D29547(CCXCV-86a) :Aix-en-Provence : * une tour de l’enceinte de la ville * le clocher de l’église St-Jean-de-Malte

Tate D29548(CCXCV-87) :Aix-en-Provence : * la rue Emeric David vue de la place du palais de justice * le haut du cours Mirabeau: la statue du Roi René et l’hôtel du Poët

Bibliographie

Courtot R., Rinaudo Y., (1992) « Le Guide du Var », La Manufacture, Besançon, 260p.

Courtot, R., (2006) « Un itinéraire méconnu de Turner en Provence », Provence Historique, n°223, p.93-104.

http://provence-historique.mmsh.univ-aix.fr/Pdf/PH-1994-44-176_03.pdf

https://hal-amu.archives-ouvertes.fr/hal-01728697