9. Carnet CCXXXII « Côte de Gènes» (1838 ?)

Bandeau: Noli, sur la côte de Ligurie (photo RCourtot, mai 2008)

Caractéristiques techniques du carnet :

Finberg (1909, II, p.711), repris et traduit par Guillaud (1981, p.290) : 1828 (AET.53)

Bandeau: Noli, sur la côte de Ligurie (photo RCourtot, mai 2008)

CCXXXII: «  Coast of Genova sketch book»

Inventaire 174

Carnet de croquis, relié en carton et papier paraffiné vert

Endossement de l’exécuteur : « No. 174

(Signé)  C. Turner »

Filigrane, »

Taille de la page : 15,8 cm x 9,6 cm

Endossement de Mr. Ruskin sur l’enveloppe: « 174 . Côte de Gènes. Quelques jolies choses, mais la plupart sans soin »

Il y a des croquis de « Nice » sur l’intérieur des deux couvertures*

Porto Maurizio 1828 William Turner , la ville perchée et le port D21298 CCXXXI-17 Tate gallery Londres
Fig.1: Genova 1828 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D21298Tate

Fig.1 :Tate D21298(CCXXXII 17) : Porto Maurizio (Imperia): *la ville  perchée vue de la jetée du port, côté Est : le dôme de la cathédrale au centre et le couvent de l’Oratoire à gauche

Annexe documentaire :
https://www.tate.org.uk/art/sketchbook/coast-of-genoa-sketchbook-65863
https://www.tate.org.uk/art/sketchbook/coast-of-genoa-sketchbook-65863
Continuer la lecture de 9. Carnet CCXXXII « Côte de Gènes» (1838 ?)

8 . Carnet CCXXXI « De Marseille à Gènes » (1828)

Bandeau: Vintimille (photo RCourtot 11.2007)

Note provisoire:

Bien que les textes et les  illustrations des articles   n°6 (CCXXX) et 7 (CCXXIX) ne soient pas complets, je mets en ligne dès maintenant les annexes documentaires des deux articles suivant  qui concernent le “couple” problématique des carnets CCXXXI et CCXXXII (étudié dans l’article n°5): les éléments documentaires que j’ai pu réunir sur eux seront ainsi accessibles.

Caractéristiques techniques du carnet :

(https://www.tate.org.uk/art/sketchbook/marseilles-to-genoa-sketchbook-65862)

Finberg (1909, II, p.708), repris et traduit par Guillaud (1981, p.284) :

1828 (AET.53)

CCXXXI: «  Marseilles to Genova »

Inventaire No.324

Carnet de croquis, relié en carton et papier moucheté brun. Turner a écrit sur la couverture l’intérieur « No. 3.   Marseilles à Gènes. »

Endossement de l’exécuteur : « No. 324 Contient 69 feuilles au crayon, très léger (Signé)  C. Turner »

Filigrane, »

Taille de la page : 17,2 cm x 10,7 cm

Endossement de Mr. Ruskin sur l’enveloppe: « 324 . Côte de Gènes

Croquis légers à l’intérieur des deux couvertures

Note :

Remarque importante concerne le voyage de Turner entre Marseille et Gènes : Dans le billet qui analyse le carnet CCXXX, « De Lyon à Marseille », nous avons constaté que les dernières pages documentent le trajet de Marseille à Toulon, réalisé par la route royale qui suit le littoral. Or, sur le carnet CCXXXI analysé ici et intitulé « De Marseille à Gènes », aucun dessin ne peut être rattaché à la côte provençale à l’ouest de Toulon : les premiers croquis  reconnus sont une série de vues côtières des massifs de l’Estérel et des Maures depuis la mer. Et la suite n’est faite que de vues des villes de la côte depuis le large (Cannes, Antibes, mais pas Fréjus qui n’est pas au bord de la mer) sans qu’il y ait eu accostage : on peut donc penser que Turner, après avoir voyagé par la route jusqu’à Toulon, s’y est embarqué sur un bateau qui l’a porté d’un seul trait jusqu’à Nice, où le carnet recommence à montrer des vues « terrestres », à partir de D21147. Dans mon premier texte qui considérait en même temps ces deux carnets (colloque « Image et voyage »), je faisais commencer de façon erronée le voyage de Turner par mer en 1828 à Fréjus, alors qu’il s’agissait manifestement d’un embarquement  à Toulon..

Cette remarque vient renforcer la non coïncidence des deux carnets CCXXXI et CCXXXII sur un seul voyage de Turner : le second ne contient, comme on peut le voir dans l’annexe documentaire de l’article suivant (n°9), aucun dessin pris du large : par contre, il documente largement l’étape de Fréjus.

Eze, près de Monaco: 3 vues du village perché, en s'éloignant sur la route de Menton, 1828 environ, William TurnerD21164 CCXXXI-16a
Village on Steep Hill (?M. Eze, near Monaco) circa 1828 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D21164

Tate D21164 (TB CCXXXI 16a ) : Eze :*** 3 esquisses du village perché de plus ou moins loin (vers le S et le SE, depuis l’itinéraire de Villefranche à la Turbie 

Vintimille circa 1828 William Turner D21194 CCXXXI-32a Tate gallery Londres
Town on Rock circa 1828 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D21194

Tate D21194 (TB CCXXXI 32a ) :  Vintimille :* partie ouest de la citta alta au premier plan: le quartier de l’église San Michele et le fort San Paolo à l’arrière-plan (vers l’O)

La Forteresse Priamar à Savone

The Priamar Fortress at Savona c.1828-37 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D24705
The Priamar Fortress at Savona c.1828-37 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D24705CC-BY-NC-ND (3.0 Unported)

Joseph Mallord William Turner, La forteresse Priamar à Savone, c.1828-37, Tate D24705, Turner Bequest CCLIX 140, Image released under Creative Commons CC-BY-NC-ND (3.0 Unported)

Cette gouache/aquarelle a fait l’objet d’une publication de ma part dans le British Art Journal:

Roland Courtot. A gouache by Turner uneasy to identify.: The Priamar fortress of Savona on the ligurian Riviera. The British Art Journal, Robin Simon, 2008, IX (1), pp.81-83. <ww.britishartjournal.co.uk>. <hal-01705328>

Elle peut être consultée en version intégrale sur le site des archives ouvertes du CNRS-Aix Marseille Université : https://hal-amu.archives-ouvertes.fr/hal-01705328/document

Cette aquarelle de Ligurie, que j’ai découverte dans le catalogue de l’exposition “Turner en France” (Paris, 1981) lors de sa publication, avait attiré mon attention et ma curiosité :

« L’hypothèse selon laquelle ce dessin représente un village de la côte méditerranéenne est fondée sur la similitude de coloris avec la vue de Marseille (l’exposition comporte deux aquarelles-gouaches de Marseilles)….Il peut pourtant avoir utilisé la même palette pour travailler sur un certain nombre d’idées dans relations topographiques, à partir de dessins au crayon sur ses carnets de croquis ou de mémoire…. ; le village ici représenté pourrait cependant bien se trouver quelque part le long de la côte entre Nice et Gènes, que Turner trouvait « remarquablement sauvage et belle ».

(L. Stanton in « Guillaud, Centre culturel du Marais, 1981, Paris » p.300)

J’ai pu identifier son sujet avec la forteresse Priamar à Savone, voici comment. Du côté français de la Côte d’Azur, une seule forteresse pouvait éventuellement être comparée à celle de l’œuvre : celle de Villefranche-sur-Mer, qui protégeait l’ancien arsenal situé au fond de la baie. Mais la forme remparée est plus petite et trop éloignée du dessin de Turner. Une exploration minutieuse de la côte de Ligurie grâce aux images de Google earth, en vision verticale ou oblique aérienne, me permit de découvrir alors la formidable forteresse littorale qui défendait le port de Savone, à une soixantaine de km à l’ouest de Gènes : un ouvrage impressionnant, caractéristique de la fortification militaire piémontaise par sa massivité et sa complexité (16e-18esiècle). Mon voyage sur l’itinéraire ligurien de Turner en 2008 confirma sur place cette identification, en même temps que les libertés que Turner avait pu prendre avec la réalité de la forteresse et du cadre topographique dans lequel elle s’inscrit.

Et dans une communication au colloque « Image et voyage, de la Méditerranée aux Indes » (Université de Provence à Aix, mai 2008), j’évoquais cette aquarelle/gouache en ces termes :

« Ainsi, dans la partie ligurienne de son itinéraire, il réalise à Savone une gouache qui a pour sujet principal la forteresse de Savone (D24705, Tate gallery) : il la situe dans un cadre emprunté à d’autres sites de forteresses de la Riviera qu’il a pu dessiner au passage (en particulier Castel Franco à Finale Ligure (D21251 CCXXXI) ».

(R. Courtot : « William Turner de Lyon à Gènes :géographie des sites, architecture et cinétique des volumes au long de l’itinéraire », Presses Universitaires de Provence, 2012, p.131)

https://hal-amu.archives-ouvertes.fr/hal-01715968/document

Roland Courtot. William Turner de Lyon à Gènes Géographie des sites, architecture et cinétique des volumes au long de l’itinéraire. Aix Marseille Université. Représentations iconographiques du voyage de la Méditerranée aux Indes orientales et occidentales, de la fin du moyen Age au XIXe siècle, May 2008, Aix-en-Provence, France. Presses Universitaires de Provence, Image et Voyage. De la Méditerranée aux Indes, collection Textuelles, 2012, p.125-131.

<hal-01715968>

En ce qui concerne la datation de cette œuvre, le catalogue en ligne de la Tate gallery annonce 1828-1837, couvrant ainsi la période entre les deux voyages de Turner sur la côte provençale et ligurienne (aller à Rome en 1828, aller-retour à Gènes en 1837-38 ?). Peut-on relier plus précisément cette feuille volante à l’un des deux voyages ? Si l’on veut la rapprocher de croquis de terrain sur les carnets de voyage, c’est vers le carnet CCXXXI « de Marseille à Gènes » qu’il faut se diriger, cad. vers le voyage de 1828. C’est le seul où se trouvent des croquis des forteresses littorales évoquées dans notre texte du British Art Journal : Villefranche-sur-mer, Finale Ligure (Castel Franco) et Savone (Priamar) : 3 sites qui ont chaque fois donné lieu à des croquis, et qui ont pu fournir des éléments dans la composition dont l’essentiel reste fourni par Priamar à Savone

A Villefranche-sur-mer, la citadelle est le sujet de 2 croquis, l’un lointain (Tate D21153), l’autre proche (Tate D21157) et figure sur trois autres pages centrées sur le village (Tate D21158, D21159, D21160). Le cadre de la côte ne correspond pas, mais les autres crêtes des Préalpes de Nice tombant dans la mer ont pu fournir l’arrière-plan montagneux de l’œuvre.

A Finale Ligure, Castel Franco a pu fournir les éléments caractéristiques des fortifications piémontaises, largement répandues sur la côte méditerranéenne et sur les frontières alpines des royaumes de Savoie et de Piémont  : les remparts, les échauguettes d’angle, la rampe d’accès, le pont levis et la porte, les toitures et les cheminées des bâtiments vus par dessus les courtines, etc,… (Tate D21251 TB CCXXXI  61)

Ce dessin du carnet CCXXXI n’est pas le seul de la forteresse de Castel Franco: le carnet CCXXXII “Côte de Gènes,”, dont nous pensons avec Ian Warrell qu’il a servi pour le voyage aller-retour de Turner à Gènes en 1838, contient deux pages sur Finale Ligure, lors du retour rapide du peintre: l’une d’entre elle présente un croquis très proche de D21251. Encore une fois, Turner redessine au passage un site qu’il a déjà dessiné dans un voyage précédent

William Turner La forteresse de Castel Franco à Finale Ligure, Italie, 1838 (?)
Fortifications 1828 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D21335CC-BY-NC-ND (3.0 Unported)

Nouveau titre proposé: “La forteresse de Castel Franco à Finale Ligure, vue de la façade principale au SE (Royaume de Piémont-Sardaigne, 1838 ?)”

Mais c’est surtout à Savone que Turner a dù être impressionné par l’importance et la massivité de la citadelle, dont l’accumulation et la superposition des fronts a pu décourager d’éventuels assaillants d’une place qui ne fut jamais investie. Elle apparaît sur 2 pages et 3 dessins du carnet CCXXXI (Tate D21267 et D21269) mais toujours de façon très réduite, la feuille volante ayant peut-être pris alors le pas sur le carnet dans l’esprit du peintre.

La forteresse Priamar à Savone (Italie) d'après une vue oblique aérienne de Microsoft virtual earth 2007 (dessin RCourtot)
La forteresse Priamar à Savone (Italie) d’après une vue oblique aérienne de Microsoft virtual earth 2007 (dessin RCourtot)

Source: R.Courtot: The British Art Journal, 2008, IX (1), pp.81-83

Pour ce qui est du littoral lui-même, Turner a pu trouver dans les trois cas les mêmes plages qui viennent lécher les fortifications, plages sur lesquelles sont tirées les barques des pêcheurs, et devant lesquelles sont échouées ou ancrées les tartanes si reconnaissables à leur mâture et leur grande vergue courbe (la « flèche »). En fait il a vu et dessiné ces mâtures nouvelles tout au long de la côte, depuis Marseille jusqu’à Gènes, autant dans ses carnets que sur ses feuilles volantes.

En résumé, on peut donc penser que Turner a fait une esquisse sur un papier bleuté à son passage à la fin de l’été 1828, mais il est difficile de se prononcer sur la date de l’achèvement de l’œuvre : un grand nombre de ses « feuilles volantes », juste ébauchées au crayon sur le motif, quelques fois relevées à la craie blanche, sont restées inachevées à tout jamais et dorment aujourd’hui dans les cartons du département des gravures et dessins de la Tate gallery à Londres.

Annexe documentaire:

Ce carnet peut être consulté sur le site de la Tate gallery: https://www.tate.org.uk/art/sketchbook/marseilles-to-genoa-sketchbook-65862

Continuer la lecture de 8 . Carnet CCXXXI « De Marseille à Gènes » (1828)

7. Le premier carnet d’un second voyage de Turner vers Gènes par Marseille (CCXXIX)

Bandeau: Le pont suspendu d’ Andance sur le Rhône (photo RCourtot)

Tate Gallery D20905 à D20984

Ce carnet peut être consulté intégralement sur le site internet de la Tate gallery, sous :

https://www.tate.org/art/sketchbook/orleans-to-marseilles-sketchbook-65860

Il ne bénéficie pas du contrastage possible de l’image à l écran.

Caractèristiques techniques du carnet :

Finberg (1909, II, p.702),repris partiellement et traduit par Guillaud (1981, p.259) :

1828 (AET.53)

CCXXIX.: “Orléans to Marseilles”

Inventaire No.265

Carnet de croquis, relié en carton, couvert d’un papier paraffiné. Turner écrit au crayon sur une des couvertures: 3rhone, Arles, Avig.” (Avignon); et à l’intérieur “N°1, ” et “d’ Orléans à Marseille”

Endossement des exécuteurs du leg –« No.265. 44 familles, croquis au crayon Ce Carnet contien : 68 pages de dessins au crayon, souvent sur les deux côtés

(Signé) H.S.Trimmer

Filigrane: “J.Whatman.”

Taille de la page : 17,7 cm x 12 cm

Mention de Mr. Ruskin sur l’enveloppe: “265. Sans valeur mais pour référence. Avignon et Arles, Marseille coupé.”Les feuilles ont été dispersées, mais numérotées.

Note.: La date de ce voyage est fixée par une lettre de Turner à Georges Jones, de Rome, datée du 13 Octobre, 1828? Voir thornbury, p/ 101.

Les couvertures ont été coupées en deux et les feuilles dispersées.Certaines ont été trouvées dans un dossier intitulé : « A.B.13.P.O » ; d’autres dans un dossier intitulé, « 136. Feuilles infrieures. » Les feuilles étaient numérotés.

Sur l’intérieur des deux couvertures, nombreux croquis esquissés, ainsi que cette suite:

 “Paris
DimancheOrléans
LundiBriare
MardiDiligence
MercrediClermont
JeudiDiligence
VendrediLyons
Samedi“M” (?)”

Ce billet n° 7 concerne donc le carnet CCXXIX, « D’Orléans à Marseille », que je considère maintenant, après d’autres historiens de Turner, comme le début du 2evoyage de Turner vers Gènes à travers le Sud-Est de la France, et dont le retour serait décrit dans le carnet CCXCV (voir billets n° 4). Il n’a pas été utilisé en parallèle avec le carnet n° 230 « De Lyon à Marseille » comme cela a été accepté pendant longtemps : les arguments de cette nouvelle « identification » sont exposés dans le billet n°5.

La “note” de Finberg se révèle  trompeuse, car cette liste d’étapes  n’est pas datée par la lettre de Turner: celui-ci n’y parle pas d’un itinéraire par le massif Central, alors qu’ il insiste largementsur la chaleur estivale dans le sud de la vallée du Rhône. En outre, si  “M” signifie Montélimar dans sa liste d’étapes, comme le suggère Guillaud  (1981, p. 25) en suivant la datation de Finberg et en croyant que Turner a voyagé par la route sur cet itinéraire, cela peut signifie qu’il se souvient de sa première descente du Rhône en 1828, qui l’a mené jusque vers Montélimar dans sa première journée de bateau. Ce M majuscule pourrait désigner aussi Marseille  dans l’esprit d’un voyageur  pressé comme l’était Turner ( l’usage de l’ initiale est plus compréhensible pour une grande ville très connue), auquel cas cela peut signifier qu’ il pensait atteindre cette ville en une journée grâce à la nouvelle navigation fluviale (?): depuis Lyon: aucun moyen de transport de voyageurs ne pouvait accomplir cela en 1828, mais le bateau à vapeur sur le Rhône pouvait s’en approcher à partir des années 1830. Je pense donc que la lettre de Turner à Jones s’applique bien au carnet CCXXX et non au CCXXIX (voir articles n° 5 et 6)

L’itinéraire

Le carnet CCXXIX est certainement le plus compliqué et le moins lisible des  carnets que j’ai étudiés pour les itinéraires rhodaniens, provençaux et liguriens du peintre : cette complication est liée au fait que Turner a multiplié les dessins sur les pages (jusqu’à 7, dans plusieurs sens), sans se soucier de respecter l’ordre chronologique des pages par rapport à l’itinéraire ou en utilisant la même page à plusieurs moments du voyage. Elle est aussi liée au fait que, encore plus que dans son premier voyage (1828), Turner était pressé par le temps, et a choisi certainement les moyens les plus rapide : longs voyages en continu en voiture ou poste, bateau à vapeur sur le Rhône. Le tableau de son itinéraire entre Orléans et Clermont-Ferrand (voir ci-dessus) indique qu’il n’a prévu qu’une étape, Briare, et deux nuits dans les auberges de poste (« Diligence »). Ces moyens de transport lui ont laissé peu de temps pour dessiner : à part aux étapes, il a dû souvent se contenter de croquis esquissés, griffonnés, et donc difficiles à reconnaître pour le chercheur qui se penche sur eux presque deux siècles plus tard.

Si, comme on peut le penser maintenant, son but était un aller-retour rapide à Gènes, le détour qu’il programme depuis Paris par Orléans et Clermont-Ferrand pour parvenir à Lyon ne peut se comprendre que par sa soif de nouveaux paysages. Orléans ne retient son attention que pour quelques petits croquis, le voyage sur la Loire de 1826  lui ayant fourni une ample moisson de dessins et d’aquarelles (Warrell, catalogue de l’exposition « Turner, le voyage sur la Loire », RMN, Nantes, 1998). Il emprunte la route royale qui remonte la rive gauche de la Loire vers Nevers, puis par la vallée de l’Allier entre en Limagne jusqu’à Clermont-Ferrand, en égrenant les villes de Moulin, Riom, etc…A Clermont-`Ferrand, à part celui de la place de Jaude, aucun croquis n’explore le centre de la ville : seulement des esquisses panoramiques plus ou moins lointaines d’un voyageur pressé de repartir. La route vers Lyon est une voie très secondaire, qui traverse la Limagne, les monts du Forez, la vallée de l’Allier, les monts du Beaujolais et du Lyonnais: Turner chemine donc à travers  un paysage de moyennes montagnes et de larges vallées alluviales, éminemment rural, boisé, peu peuplé, villageois. A Lyon, il reprend comme en 1828 le bateau sur le Rhône pour Avignon, mais cette fois c’est un bateau à vapeur qui l’emporte, et cette descente, rapide et continue sur une journée, donne des résultats graphiques différents : les travelling et dessins multiples d’un même sujet « tournant » dans le carnet 230 sont remplacés par des esquisses ultra rapides qui s’entassent à la suite sur une même page. En 16 pages de carnet il atteint Avignon, alors qu’il lui en a fallu 75 dans le précédent voyage. Pas de détour par Nîmes cette fois, mais une halte plus longue à Beaucaire, où l’activité rhodanienne retient son attention: le pont suspendu, la batellerie. Aucun dessin entre Arles et Marseille, cette dernière ville n’ayant droit qu’à 7 pages de croquis, contre 27 au voyage précédent , mais nous verrons qu’elle sera source de nouvelles aquarelles.

Les dessins
Au bord de la Loire, un village sorti de l’ombre

A Ousson-sur-Loire, à quelques km à l’ amont de la ville de Briare la route royale n°7 a toujours évité le village en passant au large,  une auberge de poste se situant au carrefour de la petite route qui menait au bord de la Loire : la voiture de Turner a-t-elle fait un détour  au début d’une nouvelle étape? toujours est-il qu’il a consacré une page et trois croquis à ce petit village ligérien, dans laquelle on reconnaît l’ église au clocher très pointu, le donjon ancien d’une motte castrale médiévale, et le pont de bois sur la rivière Ousson. Je n’ai trouvé aucun toponyme correspondant de près ou de loin à « Gomidon » écrit de la main du peintre (et repris dans le titre de Finberg-Tate)

Landscape, ?Gomidon [Turner] 1828 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D20910
Fig.1: Landscape, ?Gomidon [Turner], 1828, Joseph Mallord William Turner 1775–1851.
Orleans to Marseilles Sketchbook. Graphite on paper, 179 x 117 mm. ©Tate Gallery, Londres, D20910 TB CCXXIX 4 ©Tate photo Legs Turner CC-BY-NC-ND (3.0 Unported). Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856. https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-landscape-gomidon-turner-d20910

Fig.1:Nouveau titre proposé : Ousson-sur-Loire (FR), église et donjon

Au bord du Rhône: Arles, une page longtemps méconnue
William Turner (1838): Arles et le Rhône vus de Trinquetaille, envers: profil transversal schématique du Rhône à Beaucaire-Tarascon Tate gallery D20969 CCXCV-34a CC-BY-NC-ND 3.0 (Unported)
Fig.2: Town, with Castle in Foreground 1828 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D20969

Fig.2:William Turner (1838): Arles et le Rhône vus de Trinquetaille, envers: profil transversal schématique du Rhône à Beaucaire-Tarascon, Tate gallery D20969 CCXCV-34a
CC-BY-NC-ND 3.0 (Unported)

détail de street view de google earth comme identification de la page D20969

Fig.3: Arles: les bords du Rhône de la ville ancienne depuis le pont sur la route de Nîmes (détail de street view-google earth 2019)

Le verso de la feuille n° 34 du carnet CCXXIX porte deux croquis non identifés : Finberg l’intitule en 1909 « ville avec château au premier plan »  , et Maurice Guillaud  en 1981 pense y voir « Marseille, le Vieux Port et l’église des Accoules » (Turner en France, p. 259). Cette page est un morceau de journal du voyage de 1828, entre Lyon et Marseille, caractéristique chez Turner par l’accumulation de notes graphiques complétées d’une phrase illisible, comme souvent. On peut y reconnaître, dans la moitié supérieure de la feuille au format paysage, une vue du Rhône et d’ Arles, dessinée depuis la rive droite, d’un point situé à l’ouest du porche de l’église de Trinquetaille (faubourg d’Arles situé en face de la ville, à la sortie du pont sur la route de Nîmes) : au premier plan, des barques sont alignées sur la rive droite, à l’endroit oû se trouvait le port romain, dans la rive concave du coude du fleuve ; sur la berge, trois personnages dont une Arlésienne au vaste chapeau et une enfant ; sur la rive gauche , en face, le profil urbain d’Arles recense sept tours et clochers d’églises.  La partie gauche (vers l’est) de ce panorama urbain est poursuivie au dessous du côté droit. Une partie du rempart de la ville sur le Rhône (qui servait aussi de digue de protection contre les crues du fleuve) est toujours visible, de part et d’autre de la porte Saint-Martin, et a pu être interprétée comme un « château » par Finberg.

La moitié inférieure de la page est remplie à l’envers par une phrase énigmatique surmontée d’un schéma transversal du Rhône entre Beaucaire et Tarascon : rarement croquis a été aussi difficile à identifier, car les deux villes ne sont figurées que par leur château, de même que les portiques du pont suspendu en construction et le clocher de Tarascon ne sont qu’un alignement de traits verticaux. C’est pour le dessinateur un véritable tour de force, par la précision du panorama urbain d’Arles et la schématisation extrême du profil transversal de Beaucaire-tarascon… le tout sur une feuille de 14 x 17,7 cm.

Des Aquarelles à Marseille

En 1981, dans l’exposition “Turner en France” au Centre culturel du Marais, à Paris, Maurice Guillaud faisait figurer deux aquarelles réalisées par Turner à partir de sites marseillais. En 2018, à l’exposition “Turner et la couleur”, au Centre d’art de l’hôtel de Caumont Aix-en-Provence, Ian Warrell en présentait quatre de plus. Si j’ajoute celle qui m’a été indiquée par J. Bishop quelques temps après (Tate, D29025), j’arrive à la liste suivante, ordonnée selon les index et avec les titres du catalogue de la Tate gallery (d’autres aquarelles viendront-elles s’ajouter à cette liste, dans la mesure où certaines d’entre elles ne sont pas encore localisées dans l’immense production de William Turner ?).

J’ai choisi de présenter ces « feuilles volantes » à propos du carnet concernant le deuxième passage de Turner à Marseille (second voyage à Gènes par la Provence en 1838), car c’est dans le carnet qui lui est rattaché (TB CCXXIX, « D’Orléans à Marseille ») que j’ai retrouvé le plus de croquis correspondant aux sites représentés dans ces aquarelles. Ainsi le folio 36 esquisse ce qui deviendra ensuite la composition de la fameuse aquarelle des Tours vermillon (TB CCXCII 18, Tate D28965), le folio 45 est la base de l’aquarelle de la vieille Major (TB CCXCII 18, Tate D28962), et les folio 44a,45a et 46 contiennent en germes les aquarelles TB CCXCII 30, Tate D28977, TB CCXCII 74, Tate D29025 et TB CCXCII 80, Tate D29031. Le folio 20979 documente une promenade en bateau dans la rade, qui a permis la réalisation de l’aquarelle TB CCLIX 139, Tate D24704, une vue de l’entrée du port depuis la mer, et qui permet de dater cette dernière de ce voyage de 1838 (ou de ses prolongements), et par contrecoup de dater celles qui sont de la même « veine » picturale. En effet, si on considère la technique picturale, la composition de plus en plus libérée, et l’exaucement des couleurs, il apparaît que toutes ces aquarelles sont de la même période : c’est la conclusion stimulante de Ian Warrell, curateur de l’exposition « Turner et la couleur (Aix-en-Provence, 2016) qui a classé ces œuvres dans la section « La lumière de Gènes », et les date de ce voyage de 1838. Elles illustrent tout à fait la montée de la couleur chez Turner, et la liberté de la composition vis-à-vis de la réalité-terrain (pour parler comme les sciences de l’analyse spatiale).

Illustration du texte de l'article n° 7 (figure )
Fig.4: Carte des points de vue des aquarelles-gouaches de William Turner autour du port de Marseille en 1828 et 1838 (figurés rouges, chaque carré porte le numéro d’indexation de l’oeuvre dans le catalogue numérisé de la Tate gallery D xxxxx))

Ces œuvres sont nettement localisées dans un périmètre restreint autour de l’entrée du port de Marseille: l’endroit le plus fréquenté par Turner lors de ses deux étapes marseillaises. Comme ces œuvres de petites dimensions sont soit commencées sur le motif avec des feuilles volantes, soit créées ensuite à partir des croquis des carnets, on retrouve là les sujets les plus dessinés dans les carnets CCXXX et CCXXIX: l’entrée du port et ses alentours immédiats, depuis la cathédrale au nord jusqu’au fort Notre-Dame de la Garde au sud, avec le fort Saint-Jean, son fanal et sa tour au milieu, le sujet le plus représenté sous le crayon et le pinceau du peintre.

Ces aquarelles sont des œuvres dont la localisation exacte a progressé récemment, grâce à leur sélection par Ian Warrell pour cette exposition  à Aix-en-Provence en 2016. Il leur a fait une large place,  et si dans le catalogue de l’exposition les aquarelles de Marseille illustrent le chapitre « Turner en Provence », le texte qu’il a lui-même rédigé pour les aquarelles de Gènes et de Ligurie convient tout aussi bien pour celles de ce qu’on pourrait inscrire aussi  dans la « Lumière de Marseille » :

« C’est lors de ce dernier voyage (le voyage de 1838 de Paris à Gènes avec retour par Aix-en-Provence et Grenoble) que Turner exécute une série d’études aux couleurs extravagantes, qui représentent les falaises déchiquetées et les petits ports du bord de mer. Dans ce déploiement de couleurs, on découvre des rouges vifs audacieux, des roses pastel, des ombres bleu lilas dans les tons de fumée, un riche violet qui contraste avec un vert qui ressemble à du viridien et, naturellement, l’opulente palette de jaunes qui a la préférence du peintre »  (Ian Warrell, catalogue de l’exposition “Turner et la couleur”, p.109).

On remarquera en outre que seules deux de ces œuvres étaient jusqu’ici correctement localisées à Marseille, et que toutes ont été classées par les exécuteurs testamentaires du legs Turner dans des « carnets-dossiers » dont les titres n’ont rien à voir avec la région méditerranéenne :

-TB CCLIX : Aquarelles sur papier bleu : la plupart en relation avec les séries des « Rivières de France » (1830)

-TB CCXCII : Voyage de Meuse, Moselle et Rhin (1834)

The Lighthouse at Marseilles from the Sea circa 1828 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D24704

 Fig.5: The Lighthouse at Marseilles from the Sea circa 1828 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 CC-BY-NC-ND (3.0 Unported) http://www.tate.org.uk/art/work/D24704

  • D24704

https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-the-lighthouse-at-marseilles-from-the-sea-d24704

Turner Bequest CCLIX 139 D24704

Finberg : Marseilles

Tate : The Lighthouse at Marseilles from the Sea, c.1828

Warrell I., et al. : Le phare de Marseille depuis la mer , vers 1838 (“Turner et la couleur”, 2016, p.98)

” Le phare à Marseille (fig.5) pourrait aussi bien s’intituler « L’entrée du port de Marseille par temps de mistral » : on reconnaît sans difficulté la tour du Fanal à gauche et le fort Saint- Nicolas à droite : entre les deux, le goulet n’est matérialisé que par les bateaux qui s’y engouffrent poussés par le vent. Au premier plan, la mer est d’un bleu profond, griffée par les bourrasques qui poussent les vagues, les écrêtent et les blanchissent d’écume : c’est la mer sous le mistral.
Au centre de la scène, un groupe de barques se hâte vers la passe, en s’épaulant les unes les autres : voile blanche encore gonflée pour l’une, voile rouge à demi affalée pour l’autre. Devant, une curieuse barge noire, portant une grande roue dentelée ou à godets, (une drague peut-être ?). Déjà dans la passe, une felouque à deux mâts a serré toutes ses voiles pour entrer dans le port ; deux voiles blanches ont été à demi effacées, mais une troisième pointe encore derrière la base de la tour du Fanal, peut-être plus pour la tache de couleur que pour la réalité marine, car la violence du mistral n’autorise pas de garder tant de toile larguée dans ce passage étroit et difficile.
Ce bleu profond et ce blanc du premier plan tranchent vigoureusement d’avec les seconds plans, le Fanal et le fort St-Nicolas, dont les murailles réfléchissent toute la palette de la lumière éclatante, du rouge au blanc, sur un ciel d’un bleu diaphane : le rouge est sur le phare, sur les remparts, sur les rochers, et provient de l’ocre des pierres exalté par l’éclairage écrasant du soleil de l’après-midi. En toile de fond à droite le fort Notre-Dame est à peine suggéré, comme perché dans le ciel. Manifestement, même s’il n’est pas sorti en mer par un jour de mistral, Turner s’est embarqué à Marseille pour une promenade dans la rade, comme l’atteste une page du carnet CCXXIX (Orléans à Marseille, D20979), couverte de petits croquis qui semblent bien avoir été dessinés depuis une embarcation : la ville depuis le large, les îles du Frioul, dont deux silhouettes rapprochées du château d’If, à l’allure caractéristique de « cuirassé à l’ancre ».
L’atmosphère de cette entrée de port ventée est à rapprocher d’une autre aquarelle de même taille faite par Turner au cours du même voyage, un peu plus tard, devant le port de Gênes : Genoa, (CCLIX-213, D24778, 14,1 x 19 cm, gouache sur papier gris, Tate Gallery, Londres). Dans les deux cas, Turner s’est trouvé sur un bateau à l’entrée d’un grand port méditerranéen. A Marseille, la justesse des notations de l’aquarelle nous laisser penser qu’il a pu être témoin de cette scène de retour précipité des bateaux vers l’abri du port sous le coup de vent : nous savons qu’il n’hésitait pas à prendre des risques pour saisir les scènes qui l’intéressaient.

Courtot R.(2009), «Turner à Marseille : géographie d’un regard», https://hal-amu.archives-ouvertes.fr/hal-01719536

Waterside Buildings and Mountains, ?South of France or Italy c.1834 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D28962

 Fig.6: Waterside Buildings and Mountains, ?South of France or Italy c.1834 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 CC-BY-NC-ND (3.0 Unported) http://www.tate.org.uk/art/work/D28962

CC-BY-NC-ND 3.0 (Unported)

  • D28962:

https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-waterside-buildings-and-mountains-south-of-france-or-italy-d28962

TB CCXCII 15 D28962

Finberg : Ruins on rock

Tate : Waterside Buildings and Mountains, ?South of France or Italy?c.1834

Warrell I., et al. : Marseille: la Vieille Major , vers 1838 (“Turner et la couleur”, 2016, p.107)

Marseille : la vieille Major vue de la place de la Tourette et la chaîne de l’Etoile à l’arrière-plan (localisation par l’auteur)

Bien qu’on parle généralement des « aquarelles » de Turner, il s’agit de ce qu’on appellerait aujourd’hui une « technique mixte » puisqu’il a utilisé, ici comme souvent, de l’aquarelle et de la gouache sur un papier teinté (bleu gris) de faible dimension (13,7 x 19 cm)v. Sur le catalogue en ligne de la Tate Gallery, l’œuvre est intitulée «Waterside Buildings and Mountains, ?South of France or Italy, circa 1834 » : en fait, elle représente la cathédrale de Marseille en 1838 (cette date est toujours en débat) peinte sur une partie de grande feuille de papier déchirée selon des pliures. Le dessin a pu être commencé sur le terrain, ou en relation directe avec une page du carnet de voyage que Turner a utilisé sur un itinéraire d’Orléans à Marseille (Legs Turner, carnet n° CCXXIX-45 D20986), où j’ai pu reconnaître un croquis dont l’aquarelle ci-dessus est directement inspirée…

Le peintre a peut-être esquissé très légèrement au crayon la mise en place à partir de la page de carnet, et composé le paysage selon une diagonale qui sépare deux grandes tâches de couleur, l’une à dominante bleue pour la mer (le littoral) et l’arrière-plan montagneux, l’autre à dominante rouge pour la Major et le premier plan urbain (les murs dominant le littoral et les maisons alignées à l’est de la place de la Tourette)….

La chaine de montagnes qui ferme l’horizon de l’image ressemble plus à l’Apennin ligure ou aux Préalpes de Nice qu’à la chaîne de l’Etoile telle qu’elle apparaît sur le croquis du carnet. Ceci peut expliquer l’identification toute récente de cette œuvre : qui aurait reconnu, sans l’aide du carnet de voyage, la vieille Major, la baie de l’Estaque et la chaîne de l’Etoile dans cette image ?”

Courtot R., (2016) : Deux aquarelles de William Turner à Marseille https://hal-amu.archives-ouvertes.fr/hal-01702499

Fig.7: Coastal Terrain and Buildings, ?South of France or Italy c.1834 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 CC-BY-NC-ND (3.0 Unported) http://www.tate.org.uk/art/work/D28965

CC-BY-NC-ND 3.0 (Unported)

* D28965:

https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-coastal-terrain-and-buildings-south-of-france-or-italy-d28965

TB CCXCII 18 D28965 
Finberg : Vermillon towers

Tate :Coastal Terrain and Buildings, ?South of France or Italy? c.1834

Warrell I., et al. : Les tours vermillon: étude à Marseille , vers 1838 (“Turner et la couleur”, 2016, p.121)

“Des tours flamboyantes difficiles à croire”

“Jones aurait été certainement aussi très étonné s’il avait vu le n° 97 de cette même exposition, « Les Tours vermillon » : qui aurait identifié, au premier coup d’œil, ces « tours » d’un rouge vif, intense, comme une vue de l’entrée du port de Marseille ? Lors de sa relecture de la série des aquarelles issues du voyage de 1838 (dont deux étaient déjà identifiées depuis longtemps les n° 74 et 77) pour construire la section « La lumière de Gènes » de l’exposition, Ian Warrell a proposé « Antibes » comme identification basée sur une certaine ressemblance. Je lui ai proposé en contrepoint l’entrée du port de Marseille, que j’ai pu confirmer  par un croquis sur ce même carnet du voyage d’Orléans à Marseille (TB CCXXIX)” .

Courtot R., (2016) : Deux aquarelles de William Turner à Marseille 

https://hal-amu.archives-ouvertes.fr/hal-01702499

Illustration du texte de l'article n° 7 (figure )
Fig.8: Croquis RCourtot, désignant les éléments du panorama de l’entrée du port tel que présenté par William Turner sur l’oeuvre aquarelle-gouache D28965 (Tate gallery, Londres)
Illustration du texte de l'article n° 7 (figure )
Fig.9: Croquis RCourtot désignant les éléments du panorama de l’entrée du port tel que présenté par William Turner sur l’oeuvre aquarelle-gouache D28965 (Tate gallery, Londres)

Cette oeuvre illustre deux artifices de composition topographique fréquemment utilisés par le peintre: une exagération des reliefs et des monuments (ici fortifications), un resserrement de l’angle de vue pour comprimer un horizon trop vaste dans une petite feuille de papier . Dans le cas présent, le panorama dont l’angle de vue est de 120° est comprimé de plus de la moitié (voir figure 8 ci-dessus)

 Fig.10: Coastal Terrain and Buildings, ?South of France or Italy c.1834 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 CC-BY-NC-ND (3.0 Unported) http://www.tate.org.uk/art/work/D28977

CC-BY-NC-ND 3.0 (Unported)

  • D28977:

https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-coastal-terrain-and-buildings-south-of-france-or-italy-d28977

TB CCXCII 30 D28977

Finberg: Red ruins and blue rocks

Tate: Coastal Terrain and Buildings, ?South of France or Italy  c.1834

Warrell I., et al. : Ruines rouges et rochers bleus: étude à Marseille , vers 1838 (“Turner et la couleur”, 2016, p.101)

Pour cette aquarelle enfin accordée à Marseille, j’ajouterai volontiers, pour qu’il soit plus explicite, le nom du fort Saint-Jean, qui occupe à mon sens le centre de la composition. On peut en effet y voir une schématisation du fort , réduit à la tour du Roi René et à une fortification massive rectangulaire. Cette oeuvre a été réalisée depuis le même endroit que l’aquarelle/gouache TB CCXCII 80 D29031 (la place de la Tourette) dont elle forme comme un prolongement vers l’ouest: Ian Warrell a eu tout à fait raison de présenter ces deux oeuvres ( étaient-elles côte à côte sur les murs de l’exposition? je n’en ai pas gardé le souvenir) face à face dans le catalogue  (p.100-101). Leur correspondance saute alors aux yeux: les mêmes éléments de la partie droite de D29031 se retrouvent dans D28977. De la gauche vers la droite: le mur qui borde la place de la Tourette sur la mer, en arrière le fort d’Entrecasteaux réduit à une masse orangée, la tour du Roi René et la masse du fort surplombant l’anse qui sépare le fort Saint-Jean de l’église Saint-Laurent, anse  dont les eaux sombres méritent plus que les rochers le qualificatif de “bleues” .. S’y ajoute à droite une vue lointaine sur la rade, dont l’horizon est barré par une silhouette qui peut-être celle de la plus septentrionale des îles du Frioul, l’île Ratonneau. Le terme d'”étude” est  approprié pour ce titre, car Turner a repris le même sujet, avec un point de vue décalé vers l’ouest (la droite puisqu’il regardait vers le sud), mais en  ne peignant le paysage que par grandes masses colorées ; tandis que la vue du port en D29031 fourmille de détails repris à la plume et l’encre rouge sur la couleur, en particulier pour les fortifications, dans une manière  caractéristique des aquarelles antérieures du peintre.

 Fig.11: City, with Port (?Moselle or Meuse) circa 1834 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D29025 CC-BY-NC-ND (3.0 Unported)

  • D29025:

https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-city-with-port-moselle-or-meuse-d29025

TB CCXCII 74 D29025

Finberg : City, with Port (?Moselle or Meuse), c.1834

Tate : idem,   et Jo Gracey, 2001: Harbour at Marseilles

Lumby J. (2016, non publié):Le port et le phare de Marseille, vers 1838

Cette aquarelle, qui m’a été signalée par John Lumby avec un titre plus complet et une nouvelle datation, porte toujours un titre et une date erronés dans le catalogue de la Tate gallery, hérités  du dossier dans lequel elle a été enregistrée après le legs Turner: TB CCXCII, Voyage de Meuse, Moselle et Rhin (1834). Cependant  la fiche technique rédigée en juin 2001 par Jo Gracey  pour le catalogue en ligne de la Tate signale un titre correcte, qui devait être connu bien avant, mais dont il ne signale pas la source: Harbour at Marseilles.  Elle  présente effectivememnt   deux éléments emblématiques du paysage portuaire de Marseille, les plus présents dans les carnets et les aquarelles de Turner: la tour du roi René et le Fanal  du fort Saint-Jean, qui dominent le côté nord de l’entrée du port . Elle fait manifestement partie de la série des aquarelles associées au voyage de 1838, mais elle n’ a pas le caractère « flamboyant » de celles qui ont présenté les forts sous la lumière solaire directe, c’est-à-dire venant de l’ouest, de la mer. Cette fois Turner a quité la place de la Tourette, qui lui donnait des vues plus générales sur le port et sur le fort Saint-Jean vu du nord-est, et il est descendu sur le quai entre la Mairie et le fort : il a donc dessiné sur sa « feuille volante » depuis ce quai, en regardant vers le goulet de sortie, et dans une lumière de contre jour, celle d’une fin d’après-midi. Les tours et fortifications encore éclairées par les rayons obliques du soleil deviennent presque « transparentes », tandis que le goulet et l’intérieur du port sont déjà dans l’ombre : on reconnaît cependant, au tout premier plan droit, quelques vagues silhouettes de barques à la proue pointue, puis deux bateaux vus de l’arrière, dont les cabines ont des formes curieuses (celle de droite est-elle vraiment une cabine de bateau ou un portique sur un bateau de travail ?). Au delà, c’est le bâtiment des anciennes douanes, puis le fort Saint-Jean avec sa tour carrée et le Fanal (qui se dresse dans le ciel comme la Lanterne du port de Gènes). Au centre de l’image le goulet ouvre sur un court horizon marin de la rade, tout en étant encombré, comme l’anse du Roi qui s’ouvre au sud, par des bateaux amarrés. A gauche on peut reconnaître les escarpes colorées par le soleil sur la « pierre de La Couronne » du fort Saint-Nicolas (premier plan) surmontées de celles du fort d’Entrecasteaux (second plan). En deux endroits, des formes blanches deux par deux peuvent être interprétées comme des personnages qui, dans la partie inférieure plus sombre de l’image, font office de « punctum ». Rapportée à la topographie réelle de ce panorama portuaire, cette image n’échappe pas à la fermeture de l’angle de vue souvent pratiquée par Turner (voir les « Tours vermillon »), qui rassemble dans un horizon rétréci des éléments de paysage trop éloignés à son goût, ce qui a pour conséquence, dans ce cas, de faire disparaître la pointe du Pharo derrière le fort Saint-Jean. Un titre plus explicite de cette oeuvre pourrait être:     Marseille: le fort Saint-Jean et l’entrée du port vus du quai de la Mairie.

Note : Régis Bertrand, historien de la ville et du port de Marseille, me propose plusieurs remarques à propos de cette œuvre :

  • La citadelle de Marseille, qui garde au sud l’entrée du port, ne porte q’un seul nom à l’époque où Turner la dessine : c’est le fort Saint-Nicolas, où on distingue un haut et un bas-fort ; le haut-fort sera appelé « d’Entrecasteaux » (amiral fraçais, ) à partir du moment où il sera séparé du bas-fort, qui deviendra le fort Ganteaume (autre amiral français), par le percement de l’avenue Charles Livon (1862).
  • Le bâtiment qui se trouve sur la droite devant le fort Saint-Jean n’est pas encore la Douane, mais la Consigne sanitaire qui recevait les déclarations apportées par chaloupe des bateaux qui demandaient l’accès au port.

 Fig.8: Marseilles: In the Port circa 1828 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D29031 CC-BY-NC-ND (3.0 Unported)

  • D29031

https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-marseilles-in-the-port-d29031

TB CCXCII 80 D29031

Finberg : A fortress

Tate : Marseilles: in the Port, c.1834

Warrell I., et al. : Marseille: le Vieux port avec la tour Saint-Jean, en direction de la citadelle et du fort Notre-Dame-de-la-Garde , vers 1838 (“Turner et la couleur”, 2016, p.103)

” Marseille, dans le port (…) est une vision quasi terrienne, difficile à comprendre pour qui ne connaît pas la topographie portuaire de Marseille. La mer n’apparaît que dans l’angle inférieur droit, pour donner tout son relief au rocher sur lequel est accroché le fort Saint-Jean, dont la tour domine la scène : il s’agit de l’anse de la Joliette et du fossé creusé au XVIIème siècle à l’initiative de Vauban entre le fort et la butte de Saint-Laurent. Derrière les remparts du premier plan, qui sont sur la corniche entre la Major et Saint-Laurent et participent peut-être de l’ouvrage en demi-lune qui protège l’entrée du fort du côté de la ville, on devine à gauche la tour de l’Eglise romane. La présence du port n’est attestée que par quelques voiles carrées d’un grand vaisseau dont les mâts sont assez hauts pour dépasser les murs. Une curieuse lumière s’élève de ce « creuset », renforcée par les ombres des murailles du fort Saint-Jean éclairé de l’ouest en fin de journée (c’est-à-dire ici de la droite). Au second plan, la rive sud du port est dominée par les empilements massifs des fronts et des bastions du fort Saint-Nicolas, dominé à son tour par le fort de Notre-Dame qui semble escalader le ciel et presque y disparaître. Ici la prédominance de la couleur rouge, qui tient donc autant à la nature de la pierre qu’à la lumière de la fin d’après-midi, donne à cette aquarelle une atmosphère curieuse, à la fois lumineuse et exotique, qui est certainement celle qui a souvent frappé les voyageurs et les peintres en abordant les grands sites portuaires de la Méditerranée (Gênes, Alger, La Valette…) et le nom du Lorrain vient immédiatement à l’esprit. Le titre est donc trompeur, car on devine le port plus qu’on ne le voit, et Turner prend délibérément ici le contrepied des peintres que l’ont précédé (ou qui le suivront) quant au point de vue adopté.: il fait fi de la vue « classique » du port en enfilade depuis la pointe du Pharo. Mais en outre, il lui aurait suffit de se déplacer de quelques mètres pour nous donner la vue sur le port lui-même: une toile à peine postérieure du peintre marseillais Marin, La Tourette (1832, Musée de la Chambre de Commerce de Marseille), présente un paysage presqu’identique, sauf que sur celle-ci le port est visible car le peintre s’est installé à la pointe sud de la place de la Tourette pour bien le dominer. Turner a donc volontairement voulu nous donner, non la vue, mais « l’impression » du port : celle qu’il a reçue de cette calanque, de ce « creuset » d’ombres et de lumières, enserré dans des topographies naturelles ou militaires exacerbées, rehaussées par le soleil et le ciel méditerranéens “.

Courtot R.(2009), «Turner à Marseille : géographie d’un regard», https://hal-amu.archives-ouvertes.fr/hal-01719536

  • D29018

https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-waterside-buildings-south-of-france-or-italy-d29018

Waterside Buildings, ?South of France or Italy c.1834 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D29018
Fig.9: Waterside Buildings, ?South of France or Italy c.1834 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D29018 CC-BY-NC-ND 3.0 (Unported)CC-BY-NC-ND 3.0 (Unported)

Fig.9:Marseille, le fort Saint-Jean et le fanal vus du Pharo ( variations colorées) William Turner, Tate D29018 TB CCXCII 67

Selon Ian Warrell, cette aquarelle peut être considérée comme faisant partie de la série des études réalisées lors du second voyage de Turner à Marseille (1838). C’est une « variation » sur le thème des couleurs que le peintre a utilisées pour les œuvres « marseillaises » précédemment analysées : jaune, orange, rouge, bleu, violet, … Son caractère plus épuré et même inachevé (la partie inférieure droite ne porte aucun pigment) ne facilite pas la reconnaissance de formes du réel observé (ou du souvenir visuel conservé par le peintre) ayant servi de point de départ à la composition colorée que nous avons maintenant sous les yeux.

Cependant, et si nous revenons à ce fort Saint-Jean qui a servi de « ligne mélodique » (pour emprunter le langage de la composition musicale) aux études précédemment étudiées,  une certaine correspondance peut être relevée avec les façades du fort orientées au sud et dominant le goulet de sortie du port. De gauche à droite : le grand mur jaune à l’angle ouest duquel se dresse le fanal, puis les murailles rouges de part et d’autre de la tour du Roi René : celle-ci est-elle encore  dans la composition?  il ne semble pas, mais deux excroissances au sommet du rempart rouge rappellent celles qu’on aperçoit à cet endroit  sur la muraille orientale du fort dans l’œuvre D 29025 (voir ci-dessus). En tenant compte de l’absence (?) de la tour, ce serait à peu près ce que Turner a pu voir du Fanal et du fort Saint-Jean lorsqu’il se tenait sur le côté sud du goulet, au pied du fort Saint-Nicolas (Ganteaume), un endroit qu’il a certainement fréquenté, si on en croit ses carnets marseillais.

Complément (24.11.2018) :

La preuve existe que cette aquarelle est bien dessinée à partir du Fort Saint-Jean de Marseille, car la forme peinte est semblable à un dessin de la page 36 du carnet CCXXIX (« d’Orléans à Marseille », 1838 ?).

Turner carnet CCXXIX 36 D20972  Marseille le Fort Saint-Jean vu de la rive sud de l'entrée du port (Pharo)
Fig.10 Turner carnet CCXXIX 36 D20972 
Marseille le Fort Saint-Jean vu de la rive sud de l’entrée du port (Pharo) CC-BY-NC-ND (3.0 Unported)

Voir : https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-fortress-d20972

Le petit dessin supérieur, qui est une interprétation rapide du Fanal et du fort Saint-Jean vus depuis la rive sud de l’entrée du port de Marseille (côté Pharo), et qui présente les mêmes formes que cette aquarelle. Seule la petite tour dessinée à la pointe gauche des remparts ne correspond à aucun détail connu de la forteresse.

Remarquons que le deuxième croquis de cette page, pris du même endroit par Turner, a servi de base à une autre aquarelle fameuse de cette série marseillaise : « Les tours vermillons » ( Tate TB CCXCII 18 D28965) identifiée à l’occasion de l’exposition « Turner et la couleur » de Culture-Espace (Aix-en-Provence, 2016).

Cela vient me contredire en partie, lorsque j’écrivais, à propos de Turner en Provence :

« On peut regretter qu’il n’ait pas fait plus d’aquarelles et que de nombreuses feuilles séparées esquissées sur le terrain n’aient pas été plus « abouties » ». (in Warrell et al. « Turner et la couleur », Hazan, Paris, 2016, p.97)

L’avenir nous réserve peut-être encore quelques surprises du même genre parmi les aquarelles du peintre non encore géographiquement référencées.

Cette variation continue de l’œuvre picturale à partir d’un réel observé, et qui s’en éloigne de plus en plus au fur et à mesure des études et des compositions que la main trace sur le papier,  nous ramène en quelque sorte à l’ expression « menteur magnifique » attachée à Turner par son contemporain et ami le peintre George Jones. Celle-ci a été reprise par Pierre Wat pour intituler son ouvrage sur Turner ( Turner, menteur magnifique ) et je l’ai rappelée moi-même à l’occasion de mon étude sur les deux aquarelles de la Vieille Major et des Tours vermillon (voir plus haut dans ce carnet).

Annexe documentaire

(Les notices des pages qui ne suivent pas l’ordre géographique de l’itinéraire du carnet sont rédigées en bleu)

Ce carnet peut être consulté sur le catalogue en ligne de la Tate gallery :

https://www.tate.org.uk/art/sketchbook/orleans-to-marseilles-sketchbook-65860/26

Continuer la lecture de 7. Le premier carnet d’un second voyage de Turner vers Gènes par Marseille (CCXXIX)

6. Le carnet du voyage de Turner de Lyon à Marseille ( ccXXX)(3)

Bandeau (photo RCourtot): Le fort Saint-Jean, la tour du Roi René et le Fanal à l’entrée du Vieux-port de Marseille, un site très dessiné par W. Turner

MARSEILLE  ET TOULON

Illustration du texte de l'article n° 7 (figure )
Fig.1 Points de vue des croquis de Turner autour du port de Marseille: carnet CCXXX en 1828 (figurés rouges) et CCXXIX en 1838 (figurés bleus)

Les croquis du carnet CCXXIX sont beaucoup moins nombreux que ceux du CCXXX, car la deuxième étape du peintre à Marseille a dû être plus courte que la première (sans qu’on connaisse la durée réelle de chaque étape). Ils montrent dans les deux cas un attrait essentiel pour la zone portuaire. Deux raisons peuvent être invoquées pour expliquer cette attraction évidente.

  • Le port est alors le poumon économique de la ville, en pleine reprise d’activité sous la Restauration, après la fin de l’Empire napoléonien et son Blocus continental si néfaste au commerce maritime.
  • Turner y trouve des thèmes et des sujets qui  lui sont chers : le contact avec la mer, les fortifications côtières, les mouvements de bateaux dont les formes lui sont jusque-là inconnues, tout ce qui fait la peinture de marine, dans laquelle il entend exceller. Ajoutons-y l’ambiance et l’atmosphère méditerranéennes, celles d’une mer nouvelle pour lui, dans laquelle il n’hésite pas à se plonger comme pour mieux la connaître.
Bateau à voile (Felouque) dans le port de Marseille, avec personnages, William Turner D21097 CCXXX-54a, Tate gallery, Londres

Sailing Vessel (Felucca) in Harbour, with Figures 1828 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D21097 CC-BY-NC-ND 3.0 (Unported)

Il s’attarde parfois à détailler les bateaux, différents de ceux auxquels il est accoutumé en Angleterre, en Manche et en Mer du Nord : les voiles latines, les flèches des tartanes et des felouques font l’objet de nombreuses notations. La tartane en D21097 (fig.4) est dessinée dans ses moindres détails, de la proue à la poupe : le bout-dehors, la guibre à échelle cambrée et la boule de capian, le mât et ses étais garnis de poulies, la flèche de la voile latine, le safran et la barre franche du gouvernail[1]. Parfois la vivacité des croquis tourne à la fébrilité : sur la page D21113, trois images du port se succèdent depuis le quai de la Mairie,  et les bateaux sont réduits à des hachures de mâts et de flèches latines. 

[1]                 Le titre du catalogue de la Tate : sailing vessel (felucca) in harbour, with figures , semble erroné : ce n’est pas une felouque, mais plutôt une tartane, comme la majeure partie des barques marseillaises.

in Courtot R. : « Turner à Marseille en 1828: géographie d’un regard » revue Histoire de l’art, Institut National d’Histoire de l’Art, Paris, n°65 « Paysages urbains », avril 2009, p.75-82.

Vues du port de Marseille 1828 William Turner D21113 CCXXX-62a Tate gallery Londres
Views in Harbour 1828 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D21113 CC-BY-NC-ND 3.0 (Unported)

Tate D21113 (CCXXX 62 a) : Marseille; *quai de Rive neuve et fort Notre-Dame *dans le port : les mâts des bateaux *quai du Port et fort Notre-Dame

Turner a dessiné ces croquis au cours d’une promenade circulaire autour du bassin du port (aujourd’hui le”vieux port”) depuis le quai de Rive Neuve (S) jusqu’au quai de la Ville (N): les bateaux sont réduits à leur mâture en traits verticaux et en hachures, le fort Notre Dame sur sa colline est un simple profil, un  petit schéma situe un bâtiment des anciens arsenaux (aujourd’hui “ilot Thiard”): rapidité, simplicité évocatrice,  détail révélateur, le dessin de voyage du peintre est moderne et d’une grande efficacité.

Ce dépassement de la réalité documentaire est déjà sensible dans les croquis de terrain, lorsque Turner abandonne le dessin « d’architecte », celui qui donne la préférence à la ligne en suivant tous les détails du réel, pour donner la préférence aux structures et  ne retient que les lignes évocatrices du paysage portuaire : ainsi les croquis des pages D21103 , 21113 et 21114 (des  vues depuis le quai Impérial et le quai du Port, fig.7), où celui-ci est réduit à un entrelacement de traits figurant les mats et les flèches des bateaux, mais qui prend en quelques coups de crayons une valeur étonnamment évocatrice .

in Courtot R. : « Turner à Marseille en 1828: géographie d’un regard»

 Annexe documentaire

(Les notices des pages qui ne suivent pas l’ordre géographique de l’itinéraire du carnet sont rédigées en bleu)

http://www.tate.org.uk/art/sketchbook/lyons-to-marseilles-sketchbook-65861

Continuer la lecture de 6. Le carnet du voyage de Turner de Lyon à Marseille ( ccXXX)(3)

6. Le carnet du voyage de Turner de Lyon à Marseille (CCXXX) (2)

[]Bandeau: Le pont Saint-Bénézet sur le Rhône à Avignon (photo RCourtot 07.2008)

2. AVIGNON ET LE BAS-RHÔNE

 
 
Avignon 1828 WilliamTurner: le palais des Papes, la ville et le Rhône (vue vers l'Est depuis le fleuve) Tate Londres D21066 TBCCXXX-39
Avignon 1828, Joseph Mallord William Turner, 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D21066 CC-BY-NC-ND 3.0 (Unported)

Tate D21066 (CCXXX 39) 84000 RG : Avignon: *le palais des Papes, le rempart nord de la ville et le rocher  des Doms vus de l’île de la Barthelasse (gens du fleuve au premier plan) (vers l’O)

Nîmes, les jardins de la Fontaine (vus de la Tour Magne) 1828 William Turner, D21082 CCXXX-47 Tate gallery, Londres
River, with Town 1828 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D21082 CC-BY-NC-ND 3.0 (Unported)

Tate D21082 (CCXXX 47) 30000 : Nîmes: *les jardins de la Fontaine vus de la colline au dessus de la source : la ville à l’arrière-plan et les arènes romaines (vers le SE)

Annexe documentaire

http://www.tate.org.uk/art/sketchbook/lyons-to-marseilles-sketchbook-65861

Tate D21066 (CCXXX 39) 84000 RG : Avignon

*le palais des Papes, le rempart nord de la ville et le rocher  des Doms vus de l’île de la Barthelasse (gens du fleuve au premier plan) (vers l’O)

Tate D21067 (CCXXX 39 a) 84000 RG : Avignon le palais des Papes vu de l’amont du Rhône (vers le Sw) ( Turner : « Avignon »)

Tate D21068 (CCXXX 40) 84000 RG : Avignon le palais des Papes vu du rocher  des Doms (l’église au premier plan) (vers le S)

Tate D21069 (CCXXX 40 a) 84000  RG : Avignon

*le fort Saint André (Villeneuve-les-Avignon) vu du rocher des Doms vers le N (tour du télégraphe à gauche au premier plan) ,

*panorama de la vallée du Rhône vers le nord de la ville, depuis le rocher (le rempart au premier plan et l’île de la Barthelasse)

Tate D21070 (CCXXX 41) 84000 RG : Avignon

*la ville vue du Rocher, vers l’est (quartier de Carreterie au premier plan, clocher  de l’église des Carmes au centre),

* la ville vue du Rocher vers le sud ; la chaîne les Alpilles au fond (vers l’E)

Tate D21071 (CCXXX 41 a) 84000  RG : Avignon

*vue de la vallée du Rhône vers l’amont (vers le NE) depuis l’intérieur du fort Saint André. (eglise et remparts au premier plan)

* la rive droite du Rhône vue du rocher desDoms vers l’aval  (vers l’W): le pont de bois et la tour de Philippe le Bel (Villeneuve-les-Avignon)

Tate D21072 (CCXXX 42) 84000 RG : Avignon

*même point de vue que pour 21071a : au premier plan le Chatelet  le pont St Bénézet et le Rhône depuis le Rocher (vers l’W)

* profil dans la ville : le palais des Papes et la tour de l’Horloge (mairie) (vers l’E)

Tate D21073 (CCXXX 42 a) 3021 :  Ledenon

* le château et le village ( Turner : « château », « Ledenon »)

* aqueduc romain  à Remoulins (Pont du Gard)

* détail du Pont du Gard

Tate D21074 (CCXXX 43) : non localisé  Turner : « Fontaine St Beuronais »?

Tate D21075 (CCXXX 43 a) 30000 : Nîmes

*la porte d’Auguste à l’entrée est de la ville romaine ( Turner : « Nîmes »)

Tate D21076 (CCXXX 44) 30000 : Nîmes

*les Arènes romaines

Tate D21077 (CCXXX 44a) 30000 Nîmes

*les Arènes romaines

Tate D21078 (CCXXX 45) 30000 Nîmes

*la Maison carrée (temple romain) et le thêatre à l’arrière plan à gauche

Tate D21079 (CCXXX 45 a) 30000 : Nîmes

*la Maison carrée (détail)

*(inversé) : le port de Marseille vu du quai du fond du port : bateaux au premier plan et tour du Fort Saintt-Jean à l’entrée du port.

Tate D21080 (CCXXX 46) 30000 : Nîmes les jardins de la Fontaine : les terrasses et le pont sur le canal sortant de la source résurgente.

Tate D21081 (CCXXX 46 a)  30000 : Nîmes les jardins de la Fontaine

Tate D21082 (CCXXX 47) 30000 : Nîmes

*les jardins de la Fontaine vus de la pente au dessus de la source : la ville à l’arrière-plan et les arènes romaines (vers le SE)

Tate D21083 (CCXXX 47a) 30000 : Nîmes

*les jardins de la Fontaine vus de l’entrée et la tour Magne (monument romain) vue vers le NO.

Tate D21084 (CCXXX 48) 13000 : Marseille

*l’entrée du port, vue mal identifiée (« Marseille », Turner)

Tate D21085 (CCXXX 48a) 30000 : Nîmes

*la cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Castor

Tate D21086 (CCXXX 49 ) 30300 /3150 RD/RG : Beaucaire et Tarascon

*les deux villes sont vues de l’ouest, en venant de Nîmes par la route :Beaucaire et son château à gauche, Tarascon,le château et le clocher de l’église à droite (vers l’E)

Tate D21087 (CCXXX 49 a) 30300/13150 RD/RG : Beaucaire et Tarascon

*Beaucaire et Tarascon vus vers l’E :le château de Beaucaire à gauche

*le château de Beaucaire vu de l’ouest

*le château de Beaucaire vu du nord

*(inversé) paysage du Rhône vers le sud : Arles au loin (« Arles », Turner)

Tate D21088 (CCXXX 50) 30300/13150 RD/RG : Beaucaire et Tarascon

*Tarascon vu de Beaucaire (vers l’E)

*château de Tarascon vu de Beaucaire (vers l’E)

*château de Beaucaire vu vers l’O

Tate D21089 (CCXXX 50 a) 30300/13150 RD/RG : Beaucaire et Tarascon

*Beaucaire vu de Tarascon (vers l’O)

*le château de Tarascon vu de Beaucaire (vers l’E)

*le château et l’église de Tarascon vus du sud

Tate D21090 (CCXXX 51) 30300/13150 RD/RG : Beaucaire et Tarascon

*Beaucaire vu de Tarascon

*église de Tarascon, dessin qui fait suite au b de 21089

*fin du croquis de D21089

Tate D21091 (CCXXX 51) : non identifié

*chaîne des Alpilles vue de l’ouest ?

* 2 profils topographiques  non identifiés entre Beaucaire et Arles (un moulin à vent)

Les Feuilles volantes à Avignon
Cite this article as: Roland Courtot, "6. Le carnet du voyage de Turner de Lyon à Marseille (CCXXX) (2)," in Carnets de voyage de Turner, 13/08/2018, https://carnetswt.hypotheses.org/517.