14.William Turner et le passage du Mont-Cenis en 1819: un drame dans la montagne?

Bandeau:

Le col du Mont-Cenis vu du côté Italien: vue aérienne oblique vers le NO, le sommet du col se trouve à l’horizon gauche au bout N du lac.[Modifié 06.2019, à la suite du commentaire de Lucien Chevalier]. Source: géoportail IGN-France [Modifié 06.2019, à la suite du commentaire de Lucien Chevalier]

Pour ouvrir la série des carnets concernant le voyage de Turner pour son retour de Rome en Angleterre en janvier 1829, j’ai choisi d’étudier une aquarelle qui illustre un autre passage de ce col par le peintre. Lors de son voyage de retour de Rome en janvier 1819, sa voiture est renversée dans la neige. Il tire de cette mésaventure une aquarelle intitulée : « Tempête de neige, Mont-Cenis » qui décrit bien plus qu’une mésaventure. Cette œuvre est aujourd’hui conservée au Musée de Birmingham sous le n° 1953P409 (mais qui n’en donne pas les dimensions).

http://www.birminghammuseums.org.uk/explore-art/items/1953P409/snowstorm-mont-cenis?search_terms%5Bcollections%5D%5B%5D=turner+passage+of+mount+cenis

https://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-snowstorm-mont-cenis-tw0034

William Turner: "Tempête de neige, Mont-Cenis", 1820, Birmingham museum and art gallery, n°1953P409 (image Wikiart)
William Turner: “Tempête de neige, Mont-Cenis”, 1820, Birmingham museum and art gallery, n°1953P409 (image Wikiart)

Fig.1 : Le passage du Mont-Cenis

Ma connaissance insuffisante de la bibliographie sur l’œuvre peinte de Turner ne m’a pas permis de trouver une analyse détaillée de cette aquarelle, mais j’imagine qu’elle doit exister quelque part, pour une œuvre aussi connue et aussi souvent publiée ; la Tate galllery, qui ne publie pas l’image de l’œuvre dans la collection de Turner en ligne, n’affiche aucune notice la concernant (TW0034 Wilton 402). Ce que je vais exposer ici est peut-être déjà publié. Je le présente quand même.

Note complémentaire (06.2019)

Concernant cette aquarelle , je viens de relire à son sujet, dans le catalogue de l’exposition « Turner en France » par Maurice Guillaud (1981), deux textes qui montrent l’ intérêt que les historiens de Turner ont porté à cette œuvre. 

Dans le texte 17 de ce catalogue, « Paysage de l’imagination et intuition du site : la pratique du croquis d’étude chez Turner » (p.129-147) David Hamilton écrit, à propos de « Snowstorm : Mount Cenis » :

« L’un des chefs-d’œuvre de Turner résultant de son voyage sur le continent en 1819 est l’aquarelle du Passage of Mt Cenis , qui précisément illustre ce principe (énoncé plus haut par Ruskin : rendre non seulement les faits réels qu’il a choisis de peindre, mais également l’ impression qu’ils ont produit sur son esprit). Dans ce tableau Turner associe l’expression de toute une série d’incidents qui sont survenus lors de son voyage de retour en 1820 et que l’on retrouve dans les dessins de son carnet intitulé Return from Italy » (p.143) 

Lindsay Stanton disait la même chose à la page 89 du même catalogue, à propos de la même œuvre, « Snowstorm : passage of Mount Cenis »  dont il a rédigé la légende (Cat.31, fig.213) :

«  Un des carnets d’esquisses gardé par Turner à son retour d’Italie en 1820 (T.B.CXCII – cf. p.114) contient une esquisse au crayon sommaire de l’incident ». En même temps il ajoutait : « Par la composition (qui semble faire écho au dessin de Hannibal crossing the Alps, 1812) et ses couleurs sombres et menaçantes, le Mt Cenis est l’apogée des aquarelles alpine de la première partie de la carrière de Turner.

[Je  n’ai pas reconnu, ni dans le catalogue de Maurice Guillaud aux pages 114-125,ni dans l’ensemble du carnet CXCII (Return from Italy, 1819) dont les légendes ont été mises à jour parNicola Morby en 2013 (catalogue numérique de la Tate Gallery),  de dessin qui puisse être mis en rapport direct avec les événement décrits dans l’aquarelle].

La scène peinte par Turner à son retour à Londres est située sur les lacets de la route qui franchit le col du Chat sur le verrou glaciaire en dessous du lac du Mont-Cenis , et qui surplombe la gorge du torrent de Cenise.Le point de vue est situé en contre-bas de deux des 23 refuges construits lors de l’aménagement de celle-ci sous le Consulat et l’Empire. Si on admet qu’il s’agit des N°7 et 8 (voir cart IGN 1/50000e1951 sur « géoportail « remonter le temps »), [Modifié 06.2019, à la suite du commentaire de Lucien Chevalier]

, la scène, orientée vers le nord,  est localisée en dessous du verrou et son arrière plan est formé du grand ombilic glaciaire qui contient le lac du Mont-Cenis. Dans ce cadre, une tempête de neige se développe en arrivant par l’ouest, et son énorme nuage noir contraste violemment avec la blancheur des nuées qui occupent la dépression lacustre qui mène au sommet du col du Mont-Cenis.

Croquis schématique RCourtot d'un détail de "Temp-ete de neige, Mont-Cenis" par William Turner: l'les muletiers d'une hcarrette attaqués par des brigands
Croquis schématique RCourtot d’un détail de “Tempête de neige, Mont-Cenis” par William Turner: l’les muletiers d’une charrette attaqués par des brigands

Fig.2 : Bagarre dans la montagne, muletiers et brigands ?

Cette première dramatisation naturelle par le cadre topographique et climatique immédiatement perceptible est complétée par l’événement qui s’y déroule, et dont la signification n’est pas forcément comprise au premier coup d’œil. Il y a en fait deux évènements :

Une charrette l chargée de ballots et tirée par trois mules est en mauvaise posture, au bord du précipice, dans un virage de la montée au dessus du ravin de l’émissaire du lac: elle est vue de l’arrière, un cocher est à son poste (les rênes à la main ?) ainsi qu’un muletier qui, d’une main tire par la bride la mule de tête, et de l’autre la frappe de son bâton pour la faire avancer, et avec elle tout l’attelage, dont l’effort de traction est rendu par la courbure des échines des mules et l’inclinaison des corps vers l’avant. Mais on peut se demander si ces hommes sont bien les muletiers chargés de conduire la charrette : en effet, en même temps une rixe met aux prises, à côté du chariot,  au moins cinq personnages dans une scène d’une grande violence. A gauche un homme tombé à terre est frappé à coups de poings par un second agenouillé au dessus de lui, un troisième va asséner un coup de bâton à un quatrième qui lui fait face, et le cinquième à droite est déjà tombé assis dans le fossé. On peut imaginer une bande de brigands en train d’attaquer des muletiers pour leur prendre la charrette et son chargement, en profitant de la tempête qui gène le franchissement du col et recouvrira les traces du crime : dans ce cas, les deux hommes qui s’acharnent à faire avancer le véhicule peuvent chercher à le soustraire aux voleurs, ou bien ce sont déjà des voleurs qui s’en rendent maîtres pendant que leurs complices « éliminent » violemment les membres de l’équipe des charretiers.

Croquis schématique RCourtot d'un détail de "Tempête de neige, Mont-Cenis" par William Turner (1820): une diligence de voyageurs fait demi-tour sur place dans la montée du col du Chat pour échapper à une tempête de neige et à des bandits de grand chemin
Croquis schématique RCourtot d’un détail de “Tempête de neige, Mont-Cenis” par William Turner (1820): une diligence de voyageurs fait demi-tour sur place dans la montée du col du Chat pour échapper à une tempête de neige et à des bandits de grand chemin

Fig.3 La volte-face de la voiture de poste :

Le second évènement, en partie dépendant du premier, est une voiture de poste, au virage précédent le lieu du drame, en train de faire un demi-tour sur elle-même précipitamment. Les deux chevaux de tête au galop sont déjà en sens inverse de la berline, dont le train avant décrit son angle maximum de rotation (difficile de croire que cette manœuvre peut être effectuée au galop des chevaux…ou du moins le peintre les a-t-il saisis lorsqu’ils prennent leur élan pour relancer le véhicule ?). Curieusement, aucun cocher ne semble actif sur le véhicule, bien qu’on distingue une silhouette assise sur le siège extérieur avant, et deux têtes de voyageurs à la portière de la voiture. On peut comprendre cette volte-face devant la menace naturelle que représente la tempête de neige, mais on peut l’interpréter plutôt comme une fuite salutaire devant le risque d’une « attaque de diligence » par les malandrins qui sont déjà à l’œuvre sur la charrette et qui pourraient se tourner vers des proies plus tentantes sous la forme de voyageurs à détrousser. Plusieurs hypothèses sont permises, et celle des malandrins n’est pas la moins plausible. Il y a eu certainement des drames de ce genre dans le col du Mont-Cenis comme dans les autres grands cols alpins: les soldats et douaniers de la caserne de l’Hospice du col ne devaient pas être de trop pour maintenir la sécurité du passage, dont les risques n’étaient pas seulement naturels, mais aussi criminels. Dans une lettre , Turner évoque le caractère bagarreur des cochers et cantonniers qui se battent lors d’un accident de diligence, et du recours au tribunal et à la prison pour clore l’affaire. Le dessin de la voiture de poste ne laisse pas d’étonner : Turner y a pris, semble-t-il, beaucoup de libertés avec le réalisme perspectif. Il a représenté l’arrière et l’avant de la voiture selon des angles irréalistes puisqu’ ils sont visibles tous les deux en même temps, selon une perspective qu’on pourrait qualifier d’ « inversée », qui « déplie » l’image de l’ensemble et outrepasse l’angle que forment les axes des essieux avant et arrière. La position des chevaux et celle des deux trains de roues semblent tordre l’ensemble de l’attelage, et donnent une plus grande force au mouvement tournant du véhicule…Les formes circulaires des roues sont multipliées au delà du réel, et les corps des chevaux, la position des pattes, sont difficiles à situer : je n’ai pas réussi à distinguer le cheval de gauche de la deuxième paire de l’attelage. Qu’importe, l’impression de mouvement, de fuite n’en est que plus grande, comme la peinture en ombres chinoises de la bagarre autour de la charrette de marchandise renforce l’impression dramatique donnée par les personnages à terre face à ceux qui les frappent.

Méthodologie: N’ayant jamais eu l’occasion de voir de près l’oeuvre originale conservée au Musée de Birmingham, j’ai toujours été questionné par la manoeuvre brutale de l’attelage et de la voiture de poste dans l’aquarelle du passage du Mont-Cenis, et par son “pourquoi?”. J’ai voulu suivre les conseils donnés par Daniel Arasse dans deux ouvrages “éclairants”: “Le Détail”, (Flammarion ,1992) et “On n’y voit rien, Descriptions” (Denoêl, 2000). Les photographies imprimées sur les ouvrages d’art et les catalogues d’exposition étant trop peu lisibles dans les détails, j’ai donc analysé les images numériques disponibles au téléchargement sur le site du Musée de Birmingham et sur celui de Wikiart. En utilisant un logiciel de traitement d’images sur un ordinateur (variations du contraste, de l’exposition, de la couleur) , j’ai pu faire apparaître les détails contenus dans les groupes colorés de la charrette et de la voiture de poste, que j’ai traduits ensuite sous forme de deux dessins plus explicites.

Carte topographique et militaire du Mont-Cenis  et de la nouvelle route qui le traverse de Lans-le-Bourg à Suse par Charles Piquet e Fils d’après les Plans manuscrits et autres renseignements communiqués par Mr. Derrien Ingénieur en chef au Corps Royal des Ponts et Chaussées, Membre de l’Académie Royale de Turin, autrefois chargé des Travaux des Routes du Mont-Cenis et du Mt. Genèvre 1821. Source : BNF, Gallica
Carte topographique et militaire du Mont-Cenis et de la nouvelle route qui le traverse de Lans-le-Bourg à Suse par Charles Piquet e Fils d’après les Plans manuscrits et autres renseignements communiqués par Mr. Derrien Ingénieur en chef au Corps Royal des Ponts et Chaussées, Membre de l’Académie Royale de Turin, autrefois chargé des Travaux des Routes du Mont-Cenis et du Mt. Genèvre 1821. Source : BNF, Gallica


Carte topographique et militaire du Mont-Cenis Piquet 1821 (détail) Source : BNF, Gallica Lieu de l'aquarelle Turner "Snowstorm..."
Carte topographique et militaire du Mont-Cenis Piquet 1821 (détail) Source : BNF, Gallica
Lieu de l’aquarelle de WilliamTurner “Snowstorm…”

Le lieu présumé du drame : les lacets routiers dans la montée du verrou glaciaire en dessous de la Grande Croix vers le col du Chat. Les deux refuges figurés sur le côté occidental de la route (petits carrés grisés) pourraient correspondre aux n° 7 et 8 de l’aménagement napoléonien. [Modifié 06.2019, à la suite du commentaire de Lucien Chevalier]

Cette partie du tracé de la route du col est connue sous le nom des “Echelles” comme le passage le plus difficile de la montée du côté italien. Lors de l’aménagement napoléonien, une première route sur le flanc gauche de la plaine Saint-Nicolas a été abandonnée ensuite pour la modernisation de l’ancien tracé du chemin sarde: ligne droite dans la plaine/ombilic glaciaire de Saint-Nicolas et lacets superposés sur les pentes du verrou des Echelles. Pour des informations sur le franchissement du col à l’époque Napoléonienne, on verra par exemple: “Dans les traces d’Hercule: les voies transalpines du Mont-Cenis et du Petit-Saint-Bernard“, catalogue d’exposition, Presses de l’Ecole Nationale des Ponts et Chaussées.

Note complémentaire (21.02.2019)

La relecture de l’ouvrage de Danielle Arasse, « Le Détail » (pour une histoire rapprochée de la peinture, Flammarion, Champs arts,1996), dans lequel il prend à trois reprises des exemples chez Turner pour cette « histoire rapprochée », relance mon interrogation sur ce que j’ai découvert autour de la carriole des muletiers du Mont-Cenis dans deux directions.

La première question serait : « Turner a-t-il été témoin de l’ « événement » tel qu’il le peint ?

Il me semble que la réponse a peu de chances d’être « oui » car alors on peut se demander pourquoi il ne l’aurait pas rapporté dans les lettres qu’il a pu rédiger à ses amis lors de ses voyages, comme celle qu’il a adressée  à son ami Eastlake pour lui raconter son voyage de retour par le Mont-Cenis en janvier 1829 (citée in Wilton, Turner, p.146).

Si la réponse est non, il serait alors en contradiction avec lui-même si on se rapporte à ce que Daniel Arasse rappelle à la page 193 de son ouvrage. Turner lui-même, défendant sa conception du détail, dit : « Mon affaire est dessiner ce que je vois, non ce que je sais ». Dans ce cas il est plausible qu’il ait entendu pendant son voyage, et peut-être dans les conversations des voyageurs ou des gens de la route au passage des Alpes, le récit d’une attaque de ce genre, et qu’il s’en soit saisi pour l’introduire dans son œuvre sur papier. Il n’aura donc pas peint ce qu’il a vu, mais ce qu’il a su.

La deuxième question serait : pourquoi Turner a-t-il « caché » le sens exact de son œuvre de deux façons ? : 

  • Sous un titre apparemment « anodin », Snowstorm, Mount-Cenis , alors qu’il allait pour d’autres œuvres rédiger des titres beaucoup plus évocateurs, même s’ils ont souvent donné lieu à interprétations : par exemple, le titre très explicite de l’œuvre retraçant la chute de la diligence portant Turner dans la neige de la Montagne de Tarare à son retour d’Italie en janvier 1829 (le Mont Tarrar Messieurs les voyageurs on their Return from Italy (par la diligence) in a Snow Drift upon Mount Tarrar – 22nd of January, 1829, British Museum, TW0393)
  • Par un dessin et une peinture, en particulier pour l’attaque de la carriole des muletiers, qui rendaient les détails très difficiles à percevoir pour les spectateurs qui n’auraient pas l’original sous les yeux. La gestuelle des charretiers et des malandrins répond aux formes en mouvement des attelages, des corps des chevaux, et la vision rapprochée révèle des détails insoupçonnés, en particulier dans la violence de la rixe peinte comme un théâtre d’ombres chinoises. A mon sens cette œuvre justifierait ainsi en partie les titres des deux ouvrages de Daniel Arasse qui m’ont, en quelque sorte , “ouvert les yeux” . Je dois dire que jusqu’ici, devant les tableaux de Turner, j’ai souvent été étonné par le fait que les détails se dissolvent lorsque je m’approche de la toile, croyant trouver dans ce mouvement une réponse à mes questions concernant les objets ou les personnages que je voudrais regarder « de près » : par exemple les deux cavaliers dans le tableau « Vue d’Orvieto » (Tate gallery, N00511) tels qu’aperçus dans l’article 11 de ce carnet d’hypothèses.org. Pour cette fois, le sens de l’œuvre a été dévoilé par cette vision rapprochée grâce aux moyens techniques du numérique.

Là encore on pourrait trouver une réponse dans l’ouvrage de Daniel Arasse qui, à la page 264, à propos du dispositif de la représentation dans le tableau, et du rapport entre le spectateur et l’œuvre, renverse la formule du peintre : « Turner demande à son spectateur de voir ce qu’il peint et non ce qu’il sait ». Formule qui est en fait la règle d’or de l’analyse d’image : regarder ce qui est présenté, et non ce qu’on sait. Encore fallait-il ici pouvoir « s’approcher » suffisamment de cette « tempête de neige » afin de voir tout ce qu’elle cache et contient à la fois. 

Suite (06.03.2019)

Dans cette analyse des détails de l’image, je suis obligé de revenir sur mes pas, car la relecture du catalogue de l’exposition « Turner en France » par Maurice Guillaud (1981) a mis sous mes yeux l’excellente image de Snowstorm : Mount Cenisqui s’y trouve publiée à la page 119. En fait la photographie analogique bien imprimée est nettement plus précise qu’une image numérique de faible densité, comme celles que j’ai pu consulter auparavant. Le drame qui se joue autour de la carriole des muletiers y est beaucoup plus visible, et les silhouettes des combattants sont suffisamment détachées pour qu’on comprenne bien ce qui se passe. Par contre, si le demi tour sur place de la diligence en devient aussi plus précis, il est en même temps moins déchiffrable. L’attelage serait à trois chevaux, dont un de pointe (le blanc) suivi de deux limoniers derrière, de couleur brune. A la fenêtre du portillon, une femme apeurée se penche en sortant le buste et les bras hors de la voiture. Mais où est l’équipage du véhicule ? le cocher qui devrait être assis sur le banc avant, entre les toiles qui flottent de chaque côté, ou le postillon qui chevauche habituellement le cheval arrière gauche dans ce genre de voiture, ne sont nulle part visibles. Personne, et l’attelage semble abandonné à lui-même dans une manœuvre particulièrement périlleuse, sur une route de montagne étroite longeant un ravin profond. Que se passe-t-il exactement ? Qu’a dessiné Turner sous le train avant du véhicule : on ne distingue ,derrière l’ enchevêtrement des pattes des chevaux, qu’’un train avant tourné au maximum, dont la roue droite est invisible, et une tache sombre non identifiée au dessous. L’image est celle d’une sorte de diligence en perdition, « infernale », fuyant les fureurs naturelles et humaines de la montagne.

William Turner: Tempête de neige : Traversée du Mont Cenis. Cat.31 In Turner en France, Maurice Guillaud, 1981, p.119, Fig.213  Détail de la charrette et des muletiers attaqués par des brigands ©Birmingham City Museum and Art Gallery 409-53
William Turner: Tempête de neige : Traversée du Mont Cenis. Cat.31 In Turner en France, Maurice Guillaud, 1981, p.119, Fig.213  Détail de la charrette et des muletiers attaqués par des brigands Birmingham City Museum and Art Gallery 409-53
William Turner: Tempête de neige : Traversée du Mont Cenis. Cat.31 In Turner en France, Maurice Guillaud, 1981, p.119, Fig.213  Détail de la diligence faisant demi tour sur place ©Birmingham City Museum and Art Gallery 409-53
William Turner: Tempête de neige : Traversée du Mont Cenis. Cat.31 In Turner en France, Maurice Guillaud, 1981, p.119, Fig.213  Détail de la diligence faisant demi tour sur place ©Birmingham Birmingham City Museum and Art Gallery 409-53

Turner n’a donc pas « caché » totalement l’événement, qui donne son sens à cette image, et qui lui confère le statut de « paysage de l’imagination » selon David Hill , ou de « paysage-catastrophe »  selon Pierre Wat  : il nous a fourni des indices suffisants, comme pour une devinette. Alors comment ce fait-il qu’elle n’a pas été devinée, alors qu’elle a été vue par de nombreux critiques dans de nombreuses expositions : cette œuvre, qualifiée par David Hill d’« un des chefs-d’œuvre de Turner résultant de son voyage sur le continent en 1819 » (Turner en France, p. 143 ) a été présentée, de 1839 à 1981, dans douze expositions, dont 4 à la Royal Académie, 1 au Louvre, 1 à la Tate Gallery…(ibidem, p.89).

Au fond, quelle réussite! Dans un décor montagnard de tempête de neige cataclysmique, mais qui n’est pas un décor au sens théâtral du terme puisque le site est clairement localisé, au bord d’un ravin qu’on devine vertigineux (cette roue de charrette qui ne demande qu’à glisser dans le vide!), un drame se joue sous les yeux de qui veut le voir. Un groupe de bandits de grands chemins (le col du Mont-Cenis est bien alors le passage d’un grand chemin) assaillent impitoyablement, à quelques pas du vide, les muletiers d’une charrette de marchandises allant de Piémont en Savoie. Une diligence qui arrive sur les lieux du drame est lancée dans une manoeuvre échappatoire désespérée: sous le pinceau de Turner elle devient une sorte de voiture en perdition, sans cocher ni postillon, passagers affolés, chevaux et mécanique aux limites de l’effort dans la fuite. Il est peut-être vain dans ce cas de vouloir chercher plus loin dans la reconnaissance des détails du dessin, si tant est que Turner les ait dessinés pour qu’on les reconnaisse: l’accumulation emmêlée formée par l’attelage, les pattes des chevaux, les roues de la voiture est destinée à créer un extraordinaire mouvement tournant, qui imprime un sentiment de peur, renforcé par l’absence apparente de l’équipage et l’affolement de la seule passagère visible. Qu’importe si on ne comprend pas cette forme sombre sous le train avant du véhicule, qui se prolonge en tache grise dans la neige, ou cette curieuse perspective qui semble ployer la voiture dans le mouvement giratoire. Peut-on la comparer à la perspective “circulaire”, ou à celle “inversée” employée par le peintre contemporain David Hockney dans certains de ses paysages californiens? Quoiqu’il en soit, Turner a atteint son but en créant, sur une aussi petite surface (29,2 x 40 cm), une oeuvre aussi impressionnante pour celui qui la regarde..