17. UN CARNET DE NOTES DE TURNER PENDANT LE VOYAGE DE 1828-1829 : TB CCXXXVII

 Bandeau: Tivoli, la ville perchée au dessus de la gorge de l’Aniene, vue de l’ouest, sur les pas de William Turner (aquarelle RCourtot, 2011)

Caractéristiques techniques

Traduit de Finberg (1909, II, p.725-728):
1828 (AET 53)
CCXXXVII : Carnet de Note Romain et Français
Programme No.218
Petit carnet de poche, relié en cuir vert sombre, avec un fermoir en laiton
Endossement de l’exécuteur : « No. 218.
44 croquis à la plume,
(Signé) H.S. Trimmer.
C.Turner »
Filigrane, ——
Taille de page : 2 3/4 x 3 1/2
Croquis légers à l’intérieur d’une des couvertures ;
Aussi-« Sansbartoli(?), du côté du palais Pitti ; » sur l’intérieur de l’autre couverture, aucun croquis, mais ce qui suit :
« Signor Grossi,
Via Profetti,
Roma. »
aussi :
« ……. …..
…..port Bills Lupton
Claude Ricci pl. 3 Book
……… Broadmoore Hast.
old Pritchard Wapping Mr Win…..cett

Cet article pourrait être intitulé aussi : le quotidien du voyage à Rome de 1828-1829 par William Turner.

Il s’agit d’un objet rare dans le legs du peintre, un carnet qu’il a rempli certainement au long du voyage, de sorte qu’il a été indexé de façon peu précise par Finberg . Il contient des dessins (assez peu) et une foule de notations diverses, qui sont de deux natures. Celles qu’un voyageur doit relever pour la bonne marche de son voyage : toponymes, itinéraires, horaires des postes aux chevaux, adresses, auberges, prix, billets à ordre, etc… Et celles qu’un peintre doit noter pour ne rien manquer de l’intérêt esthétique de ses itinéraires et de ses séjour : monuments, villas, châteaux, antiquités, musées, tableaux, impressions visuelles et picturales. Sans oublier les aspects pratiques de son propre travail : pigments, papiers, couleurs…

Mon expérience de l’écriture de Turner et des détails pratiques d’un peintre en voyage (billets à ordre pour ses besoins financiers au fur et à mesure du voyage, ou notations de la taille de ses œuvres sur papier ou sur toile pour ses différents acheteurs) n’étant pas à la hauteur des difficultés du déchiffrement, je me contenterai ici de faire quelques remarques sur des pages du carnet pour lesquelles je pourrai proposer des identifications, ou qui auront déjà été identifiées par Finberg.

Le bourg de l’Arbresle vu par Turner

Lors de mon étude du carnet « Orléans à Marseille » (TB CCXXIX) (carnet n°5), j’ai eu des difficultés à identifier le dessin panoramique d’un bourg sur la page 11a (Tate D20925), réalisé durant le trajet Clermont-Ferrand/Lyon du voyage de 1838, comme étant la ville de l’Arbresle, dans les monts du Beaujolais. Or j’ai retrouvé sur ce carnet CCXXXVII plusieurs pages dont les croquis rapides m’ont rappelé immédiatement ce dessin, et cette fois je me suis orienté vers le voyage de 1828-1829, où Turner a emprunté à l’aller comme au retour le même itinéraire entre Paris et Lyon, celui de la route royale n°7, par Montargis, Moulin et Roanne. Et c’est ainsi que j’ai pu retrouver les tours et les bâtiments importants de la petite ville de l’Arbresle, , sur la route nationale 7, à une trentaine de kilomètres à l’ouest de Lyon.

Les trois monuments qui ont permis l’identification sont le château, la cathédrale et une petite tour associée à un hôtel particulier dans la ville. La cathédrale a été longtemps source de doute, car elle présente aujourd’hui une haute tour carrée, alors qu’au début du 19esiècle son clocher était encore constitué par l’ancien beffroi, comme le montre une lithographie de 1840 par Hyppolite Leymarie (1809-1844), peintre et graveur lyonnais qui a laissé de nombreux dessins et peintures des monuments et sites remarquables de la région. 

Lithographie de H. Leymarie, 1840 : Château et Eglise de L’Arbresle (Rhône): vue du nord (détail de la partie centrale de l’oeuvre)

Cette œuvre présente le château et sa tour à gauche, la petite tour de section hexagonale juste à sa droite (tour d’Odieu), et l’église de la Nativité-de-Saint-Jean-Baptistevus du côté nord. Ces éléments sont disposés à l’inverse des croquis de Turner, qui les a dessinés depuis le côté sud et est de la ville.

L'Arbresle carte de l'Etat-Major (1820-2860) Géoportai! IGN France "remonterletemps" 1/40.000e couleurs en hachures
L’ Arbresle carte de l’Etat-Major (1820-1860) Géoportai! IGN France “remonterletemps” 1/40.000e couleurs en hachures (correspondant à la carte 1/80000e N et B n° 168 Lyon NO
L'Arbresle Image aérienne de la ville Google earth 2018 Les trois monuments dessinés par William Turner, l'église, le château et la tour d'adieu sont identifiables par l'ombre portée de leur clocher ou tour
L’Arbresle Image aérienne de la ville Google earth 2018 Les trois monuments dessinés par William Turner, l’église, le château et la tour d’Odieu sont identifiables par l’ombre portée de leur clocher ou tour

 Voici donc le détail de ces nouvelles identifications :

*Tate D21877 TB CCXXXVII/14 : L’Arbresle vue de la route de Paris (loin)

Tate D21880 TB CCXXXVII/15a : L’Arbresle, église de la Nativité-de-Saint-Jean-Baptiste et tour d’Odieu (2 vues prises depuis le sud, juste à l’amont du pont sur la Trudaine)
Buildings 1828 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D21880
© Tate, Photo © Tate, CC-BY-NC-ND 3.0 (Unported)https://www.tate.org.uk/art/sketchbook/roman-and-french-notebook-65868/34

*Tate D21880 TB CCXXXVII/15a : L’Arbresle, église de Saint-Jean-Baptiste et tour d’Odieu (2 vues prises depuis le sud, juste à l’amont du pont sur la Brévenne) . La vue supérieure est la plus détaillée : l’église à l’arrière-plan est formée d’une nef collée à l’ancien beffroi, et sur la droite apparaît la petite tour d’Odieu

L'Arbresle: le centre vu du pont sur la Brévenne (2008, photographe : Lauriolan) point de vue identique à celui de Turner pour la page 15a du carnet CCXXXVII (Tate D21880)
L’Arbresle: le centre vu de l’amont du pont sur la Brévenne (2008, photographe : Lauriolan): point de vue identique à celui de Turner pour la page 15a du carnet CCXXXVII (Tate D21880).
L’ancien beffroi qui servait de clocher a été remplacé par une haute tour carrée en 1873-1879

Tate D21881 TB CCXXXVII/16 : L’Arbresle, partie centrale du bord historique : 2 vues successives montrant, avec un léger décalage du point de vue vers l’est, l’église, la tour et le château de gauche à droite.
Buildings 1828 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D21881
© Tate, Photo © Tate, CC-BY-NC-ND 3.0 (Unported)https://www.tate.org.uk/art/sketchbook/roman-and-french-notebook-65868/35

*Tate D21881 TB CCXXXVII/16 : L’Arbresle, partie centrale du bourg historique : 2 vues successives montrant, avec un léger décalage du point de vue vers l’est, l’église, la tour et le château de gauche à droite.

Tate D21882 TB CCXXXVII/16a : L’Arbresle, le centre historique depuis la route de Lyon, en s’éloignant, 2 vues prises de l’E *la vue supérieure, la plus complète, a pu être prise du bord de la Trudaine *la seconde, de plus loin, n’est qu’une esquisse de la même vue de la ville
Fortress on Mountain 1828 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D21882
© Tate, Photo © Tate, CC-BY-NC-ND 3.0 (Unported)https://www.tate.org.uk/art/sketchbook/roman-and-french-notebook-65868/36
 

*Tate D21882 TB CCXXXVII/16a : L’Arbresle, le centre historique depuis la route de Lyon, en s’éloignant, 2 vues prises de l’E

-la vue supérieure, la plus complète, a pu être prise du bord de la Brévenne

-la seconde, de plus loin, n’est qu’une esquisse de la même vue de la ville

L’ordre des dessins dans les pages au début du carnet permet de penser qu’ils ont été fait lors du voyage aller à la fin de l’été 1928, en passant rapidement à l’Arbresle et en contournant le bourg par le sud (la route de Paris à Lyon a contourné très tardivement la ville par le nord). Et cela renforce l’idée que le dessin du carnet CCXXIX est une simple reprise panoramique lors d’un autre voyage, argument qui sépare bien ce carnet du voyage de 1828 et le rattache à un voyage postérieur (voir carnet n° 5 sur cette question). Cela me permet en outre de proposer une nouvelle légende pour cette page 11a (Tate D20925) du carnet « Orléans à Marseille » TB CCXXIX (voir carnet n° 7) :

*« L’Arbresle, vue générale depuis la sortie est de la ville (route de Lyon) : le château au premier plan droit, la tour d’Odieu et l’église de Saint-Jean-Baptiste au second plan gauche ».

Il en va de même pour la page précédente du même carnet « Orléans à Marseille » (CCXXIX 11 Tate D29924) que j’ai longtemps hésité à reconnaître comme étant une esquisse de L’Arbresle : en fait le point de vue en contre-plongée de Turner (il dessine depuis le bord de la Brévenne, en dessous de la ville, côté sud sur la route de Lyon) fait que la tour d’Odieu semble être un clocher de l’église. La logique du carnet, c’est à dire l’ordre géographique des pages dans l’itinéraire, est pour une fois respectée, et le temps de dessin très court fait que Turner n’a pas dû avoir le loisir de dessiner correctement la tour du château, à laquelle il manque des attributs reconnaissables. Voici une nouvelle proposition de légende pour cette page:

*« L’Arbresle, vue générale depuis la sortie sud de la ville (route de Lyon) : église et tour d’Odieu à gauche (ouest), tour du château à droite (est)».

Croquis schématique résumant les localisations des monuments de l’Arbresle sur la page CCXXIX 11 Tate D29924 du carnet de Turner « Orléans à Marseille » (1838) par RCourtot
Croquis schématique résumant les localisations des monuments de l’Arbresle sur la page CCXXIX 11 Tate D29924 du carnet de Turner « Orléans à Marseille » (1838) par RCourtot

Croquis schématique résumant les localisations des monuments de l’Arbresle sur la page CCXXIX 11 Tate D29924 du carnet de Turner « Orléans à Marseille » (1838) par RCourtot 

Remarque : les informations historiques et toponymiques concernant les trois monuments qui ont permis ces identifications m’ont été données par Daniel Broutier, Président des Amis du Vieil Arbresle et de la Région Arbresloise-Grappa: le nom de “Brines” (?) écrit par Turner sur la page CCXXIX 11 pourrait être d’après lui une mauvaise compréhension de “Bresle”, la ville étant appelée au 18e siècle “La Bresle”.