18 (2). AU TERME DE CES VOYAGES DE TURNER (FRANCE DU SUD-EST ET LIGURIE): DES aquarelles enigmatiques

18 (2) At the end of these Turner’s travels (South-East France and Liguria): enigmatic watercolors

Bandeau: Le front montagneux des Préalpes de Nice sur la mer Méditerranée entre Nice et Vintimille (image satellitaire, source: Goportail IGN France)

A propos de la composition des gouaches et des aquarelles exécutées pendant et à la suite de ces voyages, en s’inspirant des croquis de terrain enregistrés sur les pages des carnets, je voudrais revenir ici sur deux expressions que j’ai trouvées dans un ouvrage de Daniel Arasse :  « figure composite » et « condensation ». Il les emploie à propos du personnage de Marie-Madeleine, maintes fois apparu dans les tableaux représentant des scènes de la vie et de la mort du Christ.

« …une figure composite, composée avec des traits appartenant à différentes figures. C’est le fruit d’une condensation…ça sert à exprimer des choses qu’on ne peut pas dire ni penser, parce que c’est interdit. »

On n’y voit rien, p.107-108 (Denoël, folio essais, Paris, 2000)

Il ne s’agit pas d’aller aussi loin que Daniel Arasse dans le sens donné à ces mots, car rien n’est interdit à l’auteur d’un paysage, mais je trouve qu’ils conviennent bien si on les attache aux paysages-évènements, aux paysages-catastrophes de William Turner : un paysage composite, condensé, est un paysage formé de plusieurs morceaux de paysage assemblés différemment du réel existant. Nous en avons rencontré un exemple caractéristique avec le paysage de Viviers sur le Rhône (article n° 3, http://www.tate.org.uk/art/work/D28996) où l’événement (le bateau à vapeur en feu) s’inscrit dans un paysage composite de Viviers et de ses alentours.

Pour les études de couleur j’ajouterais aux deux termes de Daniel Arasse un troisième qui semble convenir dans l’œuvre graphique de Turner : c’est « variation ». Il s’applique aux différents « essais » que le peintre a pu tirer d’un même sujet, comme le compositeur tire plusieurs mélodies d’un même thème musical. Dans ce cas, l’œuvre perd son caractère documentaire au bénéfice des recherches de couleur et de lumière. Mais ce n’est pas indifférent de savoir d’où viennent les impressions de couleur et de lumière que Turner transpose pour construire cette œuvre qui acquiert ainsi sa propre réalité. Même si les formes s’éloignent de plus en plus ce qu’il a vu « sur le motif ».

Turner et le Fort Saint-Jean à Marseille

Turner and Fort SaintJean in Marseilles

C’est le cas des aquarelles-gouaches ayant pour sujet le port de Marseille, en particulier le fort Saint-Jean, sa tour et son fanal, dont certaines ont été présentées par Ian Warrell à l’exposition « Turner et la couleur » (Aix-en-Provence, 2016) et que j’ai essayé d’indexer plus précisément dans mon article n° 7 « Le premier carnet du voyage de Turner à Gènes ».

Waterside Buildings, ?South of France or Italy c.1834 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D29018
Waterside Buildings, ?South of France or Italy c.1834 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D29018 CC-BY-NC-ND (3.0 Unported)

Fig.1: Marseille, le fort Saint-Jean et le fanal vus du Pharo ( variations colorées) William Turner, Tate D29018 TB CCXCII 67

Cette aquarelle gouachée « Etude de bâtiments près d’un lac ou d’une rivière » (vers 1834, Tate D29018 TB CCXCII 67) a été analysée par Michael Bokemühl dans un chapitre de son livre Turner , « De la perfection à l’ouverture », comme exemple de ces colour beginnings : études à partir de croquis des carnets et de mémoire, où le peintre procédait à des variations colorées qui pouvaient s’éloigner largement des motifs observés :

« Les couleurs s’allumant dans le gris apportent elles-mêmes leur effet de lumière. Il n’est plus besoin de s’imaginer qu’un soleil—où qu’il se trouve—soit la cause de leur clarté. La couleur devient un protagoniste, les représentations objectives sont secondaires. »

Turner, p.39-41(Taschen, Cologne, 2011) 

Cela semble remettre en cause l’intérêt de mon propre travail d’identification des sites réels qui ont servis de sujets aux dessins de Turner et  qui ont alimenté ses variations colorées à partir de ces « paysages ». A quoi cela sert-il de savoir que le Fort Saint-Jean et le fanal du port de Marseille « se cachent » derrière cette petite gouache qui les résume et les transcende en taches de couleur inspirées… ? Je répondrai: à connaître l’identité des lieux où le peintre a trouvé les ressources visuelles et imaginatives de ses recherches picturales sur les rapports entre forme, couleur et lumière. A reconnaître ces « sites sublimes » (pour reprendre une expression chère à David Hill, qui en a fait le titre de son blog sur la peinture anglaise) qui ont été comme les étapes de son cheminement, les lieux de ses expériences. Est-ce inutile ? Notons que Turner sème quelques petits cailloux comme pour mettre le spectateur sur la voie : ce serait ici la haute et étroite bande de couleur jaune transparente qui s’élève au dessus des remparts et attire l’œil à l’endroit où se situerait le fanal de Marseille (et dont Michael Bokemühl n’a rien dit). Voir: http://www.tate.org.uk/art/work/D29018

Continuer la lecture de 18 (2). AU TERME DE CES VOYAGES DE TURNER (FRANCE DU SUD-EST ET LIGURIE): DES aquarelles enigmatiques