4.Le Carnet du voyage de Turner de Gènes à Grenoble (CCXCV) (2)

Bandeau: Le  haut du cours Mirabeau à Aix-en-Provence, croquis R. Courtot d’après Turner  (carnet CCXCV/87, D29548)

Le « grand chemin d’Italie » de Cannes à Aix-en-Provence

  Nous retrouvons ici Turner à Cannes (voir la page D29535 analysée dans le billet n°1 de ce carnet: « Une introduction aux carnets de voyage de William Turner ») au moment où il choisit de continuer par la route royale vers Aix-en-Provence, abandonnant le projet d’emprunter la route de Grasse à Sisteron pour rejoindre Grenoble. Bien lui en a pris au plan du confort du voyage, car s’il y gagnait en pittoresque montagnard, il y perdait beaucoup en temps, sur une route certes plus courte, mais qui était encore en travaux pour la rendre carrossable sur tout son trajet.

Je ne reprendrai pas ici la description complète de l’itinéraire : elle figure dans mon article de la Provence historique, déposé dans les archives ouvertes de HAL-AMU (Courtot, 2006). Je publie par contre la liste complète des dessins que Turner y a réalisés, avec mes propositions de nouvelles identifications : elles sont assez nombreuses car, entre Antibes et Mirabeau (dans la vallée de la Durance), Finberg et Guillaud n’ont reconnu aucun lieu.

Après le contournement de l’Estérel par les lacets de la route royale, et quelques croquis à la hâte à Fréjus, c’est toujours un voyageur pressé qui traverse la Provence par le « grand chemin d’Italie » (toujours l’antique Via Aurelia) qui coupe au plus court à travers les collines calcaires et les dépressions argileuses de l’intérieur vers Aix par Brignoles. C’est l’identification de deux pages de croquis d’Aix-en-Provence, D29547 et D29548, qui m’a donc permis (avec l’aide de mon collègue géographe André de Reparaz), de répondre à la question posée par Guillaud et restée sans réponse pour l’itinéraire de Turner entre Cagnes et Sisteron : la route directe, par l’intérieur de la Provence depuis Fréjus, était la solution la plus rapide. Elle fut certainement rapide puisque les « notes graphiques » prises depuis la voiture réapparaissent et qu’aucune étape n’est vraiment signalée par des croquis notoires, à part celle de Trans-en-Provence, où Turner a pris le temps de s’écarter du grand chemin pour dessiner les cascades de la Nartuby. Le village de Trans est en effet installé sur une curiosité naturelle, un site de ponts et de cascades qui a été très tôt signalé par les voyageurs (D29543 et D29544) :

William Turner: Trans-en-Provence, les cascades et les ponts sur la Nartuby (1838), Tate Gallery, D29344 CCXCV-85 CC-BY-NC-ND 3.0 (Unported)

Fig. 1: Town on River Bank circa 1835-40 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D29544CC-BY-NC-ND (3.0 Unported)

Trans-en -Provence, les cascades et les ponts sur la Nartuby, Le village des Arcs et le Massif des Maures: croquis RCourtot-PPentsch d'après Turner Tate D29544 ccxcv-85 (1838)

Fig.2: Trans-en -Provence, les cascades et les ponts sur la Nartuby (a gauche, Turner : “Trans”) . Le village des Arcs et le Massif des Maures (à droite): croquis RCourtot-PPentsch d’après Turner Tate D29544 CCXCV-85 (1838)  -1:   le moulin à huile rupestre ( utilisant l’écoulement de l’eau dans les tufs entre l’amont et l’aval des cascades, aujourd’hui transformé en restaurant), -2: les cascades et les accumulations de tufs calcaires), -3 le pont vieux, 4: croquis au format paysage dans la partie droite de l’image: panorama vers le sud depuis la route de Trans: Les Arcs, la dépression périphérique et le massif ancien des Maures

Source: Courtot, Provence historique, n°223, 2006

La partie gauche de la figure 2 rend lisible la page de carnet non contrastée de la figure 1 pour ce qui est du croquis de Turner présentant le cours de la Nartuby dans la traversée du village, entre le vieux pont et le pont de la Mairie. 

La propension de la rivière à cascader sur ses propres concrétions calcaires (les tufs) explique en partie le site et l’activité anciens de Trans à l’aval de Draguignan : l’énergie d’une rivière alimentée régulièrement par les réservoirs souterrains des plateaux calcaires, et cascadant sur des bancs de tufs, a été utilisée par de nombreux moulins à farine, à huile, des tanneries, etc… »          (Courtot, Rinaudo, 1992, p.135)

On peut se demander encore comment Turner, toujours attiré par les topographies escarpées des chaînons rocheux, a pu traverser la haute vallée de l’Arc au pied du Mont Olympe puis de la montagne Sainte-Victoire (qui culmine à plus de 1000m), sans garder un croquis de cette dernière, longue muraille emblématique de la basse Provence: son carnet n’a enregistré qu’une esquisse lointaine du village de Pourrières  (D29546), mais il est vrai que la route court ensuite au pied du plateau du Cengle, qui masque en partie la silhouette de la montagne : fatigue, mauvais temps, heure tardive ? il en fallait beaucoup pour arrêter sa boulimie de croquis.

Une arrivée tardive à l’étape d’Aix-en-Provence expliquerai les quelques croquis qu’il aurait fait le lendemain matin dans les rues de la ville avant d’entreprendre le voyage vers Sisteron où il était peut-être attendu. Ces croquis trop rapides permettent de suivre sa rapide incursion dans le quartier du palais de Justice et de l’église St-Jean-de-Malte.

L’analyse de ces deux pages figure déjà dans l’article de la Provence historiquesignalé en bibliographie (Courtot, 2006) accessible sur le site de la Revue et dans les archives ouvertes de Hal-Amu (hal-amu.archives-ouvertes.fr), je ne la reprendrai donc succintement ici.

Aix-en-Provence: plusieurs croquis dans la ville, dont le clocher de l'église de Saint-Jean-de-Malte et une porte du rempart du 17e siècle (quartier Mazarin)
Fig. 3: Buildings in a Town circa 1835-40 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D29547       CC-BY-NC-ND (3.0 Unported)

Titre proposé:  Aix-en-Provence: quelques croquis dans le quartier Mazarin (17e siècle), dont le clocher de l’église Saint-Jean-de-Malte et une porte du rempart du 17e siècle

Aix-en-Provence: le haut du cours Mirabeau et la statue du roi René, la rue Emeric David vue depuis la place des Prêcheurs
Fig.4: Street Scene, Etc. circa 1835-40 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D29548          CC-BY-NC-ND (3.0 Unported)

Titre proposé: Aix-en-Provence : le haut du cours Mirabeau, la statue du roi René et l’hôtel du Poët, la rue Emeric David vue de la place des Prêcheurs

Annexe documentaire

Le carnet peut être consulté sur le site de la Tate gallery:

http://www.tate.org.uk/art/sketchbook/genoa-to-grenoble-sketchbook-65923

Continuer la lecture de 4.Le Carnet du voyage de Turner de Gènes à Grenoble (CCXCV) (2)

4. Le Carnet du voyage de Turner de Gènes à Grenoble (CCXCV) (1)

Bandeau: La Côte d’Azur de Menton et du cap Ferrat vue de la frontière avec l’Italie (photo RCourtot 7.05.2008)

J’ai choisi de présenter ce carnet, bien que ce ne soit pas le plus facile à décrypter, parce qu’il contient la page de dessins présentée dans le 1er article de ce carnet. C’est un gros morceau (223 pages) qui permet de suivre Turner au cours d’un voyage de retour vers la France et l’Angleterre, en 1837-38 (?). Le trajet est maintenant bien connu (Courtot, 2006) mais la date prête encore à débat (nous verrons ce problème plus loin, voir article n°5), et les pages de ce carnet sont encore pleines d’inconnu, de dessins non identifiés.

Caractéristiques techniques du carnet :

Ce carnet peut être consulté intégralement sur le site internet de la Tate gallery, sous :
http://www.tate.org.uk/art/sketchbook/genoa-to-grenoble-sketchbook-65923
, mais ne bénéficie pas du contraste possible de l’image.
Finberg (repris par Guillaud), transcrit ainsi les notes de la 2e page de couverture :
3. Genoa to Grenoble (écrit de la main de Turner : Il y aurait peut-être deux carnets précédents pour ce voyage ?).
No.175 C.Turner (n° et signature de l’endossement par l’éxécuteur du legs).
Il y porte le n° du carnet dans le classement chronologique : CCXCV.
S’y ajoute au crayon deux annotations : « C.L.E » et « N1/2 » ( ?).
Ce carnet de 14,4 x 9,9 cm porte un filligrane italien : Fratelli & Avondo, signe que le carnet a été peut-être acheté à Gènes au départ de l’itinéraire. Ce carnet a pu être fabriqué par les frères Avondo à Serravalle (Alpes piémontaises), bien connus comme imprimeurs et éditeurs de cartes à jouer, en particulier de tarot.
La 3e de couverture porte un dessin à l’italienne d’un village perché (non identifié) en pente et une adresse de la main de Turner : Strada ponte riatel 3 ( ?)

L’ itinéraire

Le choix de Turner a été ici original, car ses retours d’Italie se faisaient en général par la route classique du grand Tour, c’est-à-dire par les Alpes Françaises ou Suisses : cette fois il a préféré une route qu’il connaissait déjà par la côte ligurienne et provençale jusqu’à Cannes, pour innover ensuite, en rejoignant Grenoble et la route de Paris par la Provence intérieure, la vallée de la Durance jusqu’à Gap et la route qu’avait suivi Napoléon à son retour de l’ïle d’Elbe. Une des feuilles de son carnet porte d’ailleurs la suite des étapes de son itinéraire de Gènes à Nice, avec l’amorce de sa première intention de suivre la route de Napoléon depuis Golfe Juan, intention donc abandonnée pour la route plus facile de la Provence et de la Durance  (fig.1 et 2). En 1838, l’aménagement de la route royale à travers les Préalpes de Grasse et de Castellane était à peine commencé : son profil très heurté allait étaler les travaux nécessaires de 1834 à 1857, ce qui explique la décision prise par le peintre. Cet itinéraire a été reconnu en premier par Finberg, et repris par Maurice Guillaud, mais ni l’un ni l’autre n’ont identifié le trajet à travers la Provence intérieure, entre Cannes et Aix-en-Provence. Avec l’aide de mon collèque géographe de l’Université de Provence, André de Reparaz, j’ai pu reconnaître le passage de Turner à Aix-en-Provence, en observant les pages de ce carnet, ou nous avons reconnu par exemple le cours Mirabeau et le clocher de l’église Saint-Jean-de-Malte (Courtot, 2008). La carte de la figure 3 restitue donc dans son ensemble l’itinéraire provençale et alpin illustré jusqu’à Grenoble.
En fait Turner a choisi l’itinéraire classique de la Provence intérieure, par le grand chemin d’Italie (celui qui est devenue la fameuse « nationale 7 ») vers Aix-en-Provence, puis la vallée de la Durance par Sisteron : il a ainsi rejoint la route des Alpes et par Gap et le col Bayard gagné Vizille puis Grenoble. De là il retrouvait une route vers Lyon et Paris déjà pratiquée lors de voyages précédents. C’est l’étude détaillée de la partie centrale du carnet, entre Cannes et Sisteron, qui m’a permis de reconnaître la ville d’Aix-en-Provence sur les deux pages D29547 et D29548 (avec la collaboration d’un collègue géographe, le professeur André de Reparaz) (Courtot, 2004 et 2006), et de rétablir ainsi l’itinéraire de Turner dans toute sa longueur . Cela m’a permis de fournir des localisations précises et des identifications nouvelles, qui sont venues s’ajouter à celles déjà proposées par Maurice Guilloux (voir Annexe documentaire)

Sketch Map of Coast, between Finale and Nice circa 1835-40 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D29589
Fig. 1: Sketch Map of Coast, between Finale and Nice circa 1835-40 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D29589   CC-BY-NC-ND (3.0 Unported)

Cette carte de toponymes rédigée par Turner est curieuse, car elle figure à la feuille 112 du carnet, dans les dernières pages. On peut penser qu’il a copié cette page sur une carte au départ de Gènes, pour noter les noms de tous les endroits où il allait passer sur la côte ligure, et qu’il envisageait alors de gagner Grenoble à partir de Grasse par la route la plus courte, celle qu’avait suivit Napoléon. Dans sa hâte, il a noté les suites d’agglomérations qu’il allait traverser sans se préoccuper de leurs situations respectives dans l’espace: 4 suites se superposent sans beaucoup d’ordre en travers de la page. Le titre qui figure sur le catalogue de la Tate Gallery ne prend en compte qu’une section de l’itinéraire noté sur la carte jusqu’à Nice: en réalité la carte scripturaire va de Cornigliano (ouest de Gènes) dans l’angle inférieur droit de la page, jusqu’à Castellane dans l’angle supérieur gauche (cf. fig.2). La ligne de côte est figurée de façon approximative pour la deuxième partie de l’itinéraire (Finale-Diano Marina) et dans la quatrième pour Menton-Nice (avec un agrandissement de l’échelle pour les caps, et une île pour la presqu’île de Monaco).

L'itinéraire du voyage de Turner de Gènes à Nice est recopié en 5 sections superposées dans le désordre
Fig.2: L’itinéraire du voyage de Turner de Gènes à Nice est recopié en 5 sections superposées dans le désordre
Les dessins de Turner

Nous entrons dans une partie de l’analyse du carnet qui présente de nombreuses difficultés car, à part les villes de Gènes, Nice, et Sisteron où Turner a séjourné suffisamment pour dessiner un plus ou moins grand nombre de croquis, il n’a cessé d’être sous l’emprise de la hâte, certainement pressé de revenir en Angleterre avant la fin de l’automne. A part les villes cités ci dessus, Finberg n’a identifié qu’un très petit nombre de sites, en particulier les dessins pour lesquels Turner a noté un nom de lieu, souvent déformé par sa méconnaissance des langues locales et de leur orthographe. Les lieux identifiés l’ont été souvent à partir des noms portés au crayon par Turner lui même, dans une orthographe souvent approximative: les  indications pouvaient être fournies par les cochers, les autochtones, dans des langues qu’il ne pratiquait pas. Sur cet itinéraire il pouvait entendre l’italien (le ligure, le nissart), le français (le provençal). Ainsi, pour la page 32a (D29439), Finberg (1909, II, p.953) et la Tate gallery notent : « At St Maure », d’après l’inscription de Turner, sans autre précision, alors qu’il s’agit d’une vue lointaine de Santo Maurizio , nom qui désigne l’église de Porto Maurizio , ville littorale perchée entre Albenga et San Remo, aujourd’hui incluse dans la communauté urbaine d’Imperia depuis 1923.
Les autres légendes du catalogue en ligne ne portent donc que des indications topographiques de sujets et de paysages fournies par Finberg. De ce fait, les « on coast » et « coast scene » prédominent pour définir la partie ligurienne du trajet, et représentent la moitié des légendes des pages concernant le littoral entre Gènes et Fréjus.
La partie « française » (dans les frontières contemporaines) du voyage a été inclue par Maurice Guillaud dans le catalogue de l’exposition « Turner en France » (Guillaud, 1981, Centre culturel du Marais, Paris, p.487 -505) : il a commencé à identifier précisément des dessins à partir de Roquebrune-Cap Martin (p.495-496) et a pu reconnaître pratiquement toutes les feuilles entre Roquebrune et Cagnes-sur-Mer, en particulier à Nice où Turner a fait une belle moisson de croquis en réalisant une sorte de panorama circulaire des horizons de la ville vus depuis la colline du château (pages D29503 à D29515) dans tous les points cardinaux. Par contre, il reconnaît n’avoir pu identifier aucun croquis entre Cagnes et Sisteron (Guillaux, 1982, p.488) et n’a pas vu la partie centrale de l’itinéraire provençal de Turner, hésitant sur le possible trajet par la route des Alpes.
L’observation détaillée des dessins, de leur typologie et de leur répartition statistique selon les pages et les sujets, nous informe sur la façon dont s’est déroulé le voyage : cela fut certainement un voyage rapide par la route, où il a enchaîné les relais de poste et les étapes comme un homme pressé de revenir en Angleterre. Seul le point de départ, Gènes, lieu de son séjour, et peut-être but de son voyage, occupe la première place et une quarantaine de pages au début du carnet ; deux étapes seulement, Nice et Sisteron, ont ensuite donné lieu à un court séjour producteur chaque fois d’une vingtaine de pages de croquis, et même de quelques aquarelles pour Sisteron. On peut aussi partager ce carnet en plusieurs sections différentes par les paysages traversés et les résultats obtenus pour de nouvelles identifications.

  1. DE GENES AU VAR

Gènes

Mon analyse des dessins de Gènes est défaillante, dans la mesure où je n’ai fait d’étude directe du carnet sur le terrain qu’à partir de Savone et jusqu’à la frontière française : ma connaissance de la ville par d’autres voyages, géographiques et touristiques, et en m’aidant des images numérisées des géoportails et de l’iconographie ancienne et contemporaine accessible sur internet, me permet cependant de faire un certain nombre de remarques sur ce contenu (Courtot, 2008).
Les quarante premières pages du carnet sont donc consacrées à Gènes. La durée et la date du séjour de Turner dans cette ville n’est pas connue, mais certainement plusieurs jours, une semaine peut-être, car on peut le suivre page par page dans ses pérégrinations autour du port, dans la vieille ville, et jusque dans les hauteurs de la ville pour dessiner les remparts qui la ceinturent à contrepente depuis le 18e siècle. Il y a là un petit chantier de documentation qui mérite d’être entrepris.
Jusqu’ici je n’ai trouvé aucun ouvrage (en langue française ou traduit) sur « Turner à Gènes ». Aucun de ses tableaux à l’huile de s’y rapporte, par contre de nombreuses pages du CCXXXII (« Côte de Gènes ») et des feuilles volantes (CCCXLI à CCCXLIV) concernent la ville, tandis que le carnet CCXXXI, malgré son titre ( « de Marseille à Gènes ») s’arrête quelque part après Savone, avant l’arrivée à cette grande étape. Il faut surtout compter une belle série d’aquarelles qui ont permis à Ian Warrell d’illustrer, avec celles de Marseille, la section « La lumière de Gènes » dans l’exposition de « Turner et la couleur » (Aix-en-Provence, 2016) dont il était le curateur. Il les date de 1838 et les associe toutes à ce voyage de 1838 décrit dans ce carnet CCXCV, et on peut effectivement trouver des correspondances entre les croquis du carnet et les aquarelles de Gènes.

En voici quelques exemples :

Gènes depuis la mer Genoa from the sea c.1828 Joseph Mallord William Turner 1775–1851 Tate, Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 CCLIX 213, http://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-genoa-from-the-sea-d24778 CC-BY-NC-ND (3.0 Unported)
Genoa from the Sea circa 1828 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D24778             CC-BY-NC-ND (3.0 Unported)

-« Gènes depuis la mer », Tate, D24778, n°89, p.113 du catalogue « Turner et la couleur », est construit à partir des nombreux croquis du carnet CCXCV qu’il a réalisé lors de ses visites du port, où le phare de la « Lanterne » a été un de ses repères xxx prédilection (peut-être même a-t-il fait un tour en barque dans la rade ?) : ainsi D29379, D29390. Mais des croquis du carnet CCXXXII documentent le même panorama de la Lanterne, de la rade et des collines encadrantes : par exemple D21311.

-« Vue sur Gènes depuis le nord-est », Coll.Part. Wilton 1017, n°90, p.114 du catalogue « Turner et la couleur », est annoncé par le croquis D29411, saisi lors de son excursion aux remparts supérieurs de la ville.
Car le port est manifestement son sujet préféré, vers lequel il revient sans cesse : la Lanterne, la rade, les bateaux, la ville encadrante.

Gènes est l’attention, de la part du peintre, de nombreuses promenades piétonnes : des cheminements qui suivent les artères principales et visitent les principaux monuments, une traversée qui l’amène de la Porta dei Vacca (D29402) à la Porta Soprana (D29403)… Et les remparts sont l’objet d’une excursion qu’on peut suivre depuis la page D29410 jusqu’à la page D29423. Mais la faible visibilité actuelle des dessins, associée à la succession des systèmes défensifs nécessiterait le travail d’un spécialiste des fortifications de Gènes pour identifier chacune de ces pages. Turner a dessiné surtout les écarts fortifiés qui s’échelonnaient sur les crêtes en avant des murailles continues qui enserrait la ville de manière successive depuis le Moyen-âge. Il a escaladé les pentes jusqu’à plusieurs centaines de mètres au dessus de la ville, jusqu’à la ceinture de forts défendant les points hauts qui dominent la ville, reliés par des courtines (les Mura nuove ) qui couraient sur les crêtes et fermaient les vallons. Au cours de sa montée, il s’est retourné plusieurs fois pour dessiner la rade dont le panorama vers l’ouest se développait à ses yeux jusqu’à la Linterna et au cabo del Faro . Plusieurs aquarelles ont pu en résulter : D29413, TW0809, D24777,TW0615.
Il semble toutefois que ces aquarelles ne sont pas issues uniquement de ce voyage tardif, car Turner a pu s’inspirer des carnets du voyage de 1828 : en effet la gravure faite par E.Finden à l’eau forte à partir d’un dessin de Turner représentant l’entrée du port et le panorama du site urbain (T06188) illustre le frontispice du volume XV des œuvres de Lord Byron édité à Londres par John Murray en 1833. Cela signifie que ce dessin est issu des carnets du voyage qui a précédé cette date, celui de 1828. L’image de cette gravure est totalement différente des aquarelles évoquées ci dessus : une grande précision dans le détail documentaire des sujets présentés : la Lanterne, deux voiliers, plusieurs barques à voile latine ou à rames, dont une portant des personnages de type oriental, montre l’ambiance cosmopolite de Gènes, qui est depuis longtemps pour les Européens une des portes de l’Orient (à propos des œuvres gravées de Turner, on lira par exemple le chapitre sur « les gravures » par Nicholas Alfrey dans « Turner en France » , Guillaud, 1981, p.616)

Genoa, engraved by E. Finden published 1833 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Transferred from the British Museum 1988 http://www.tate.org.uk/art/work/T06187    CC-BY-NC-ND (3.0 Unported)

En ce qui concerne les intitulés des dessins, je ne peux que faire les remarques et propositions suivantes :

-Dans les pages D29379 à D29420, beaucoup sont bien intitulées «Gènes » depuis Finberg, mais je cros que toutes devraient porter au moins cette localisation, afin d’apparaître dans les recherches sur le catalogue numérique du site internet de la Tate Gallery comme se rapportant à cette ville : cela faciliterait à l’avenir la tâche des chercheurs sur les carnets de Turner, car ils disposent avec ce catalogue d’un outil de travail incontournable sur l’ensemble de ses carnets de voyage, dont toutes les pages ont été numérisées et visibles à l’écran.

La Porta dei vacca (Porte des vaches) à Gènes
A Palace, Genoa circa 1835-40 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D29402
CC-BY-NC-ND (3.0 Unported)

Titre proposé pour  ” Tate, D29402 (CCXCV 13 )” La Porta dei Vacca, Gènes

-D29401 (CCXCV 12 a ) et D29402 (CCXCV 13) sont intitulés tous les deux « Un palais génois » par Finberg (repris par la Tate Gallery). En fait, la première page ne porte que quelques traits qui prolongent le dessin de la seconde : celle-ci représente l’ancienne porte occidentale de la ville vue de l’extérieur (enceinte du 12e siècle) : la Porta dei Vacca (Porte des Vaches) débouchait sur la rade portuaire et sur la campagne, au bout de la «via del Campo ». Ses tours jumelles ont été incorporées au 17e siècle chacune dans un palais différent : la tour sud a été réhabilitée dans son état premier en 1960-61. La page D29403 (CCXCV 1) qui suit est intitulée « Rue avec arche » par Finberg: il s’agit de la rue « de la Porta Soprana » (Porte Haute), dont la face intérieure des deux tours et de l’arche centrale apparait au centre du dessin. Comme elle se trouve tout à fait à l’est de la ville ancienne, l’enchaînement de ces dessins est curieux, dans la mesure où Turner dessinait au fur et à mesure de ses déambulations : pourquoi ces deux croquis se suivent-ils, alors que les sujets sont si éloignés l’un de l’autre dans l’espace urbain ? Dans un premier temps, j’ai cru qu’il s’agissait de la même porte vue sur ses deux faces : mais la « via del Campo » est une ruelle bien trop étroite pour être confondue avec la « via di Porta Soprana ». On sait aussi que dans les carnets de voyage du peintre, la chronologie des dessins sur les pages n’est pas toujours celle de l’itinéraire du peintre ; ou bien il a simplement cessé de dessiner dans cette traversée d’un bord à l’autre de la ville, pour profiter des simples plaisirs de la déambulation dans une ville qu’il avait déjà visitée en 1828

-D29408 (CCXCV 17): Le titre pourrait préciser que « St.Lorenzo » est la cathédrale de la ville

Gènes: le quartier de San Nicolo au nord de la ville, à l'extérieur des remparts
? St Micholo [Turner] circa 1835-40 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D29412
CC-BY-NC-ND (3.0 Unported)

Titre proposé pour ” Tate, D29402 ( TB CCXCV )”: ” Gènes, panorama de San Nicolo”

-D29412 (CCXCV 19): « St.Micolo ( ?) » tel que lu par Finberg correspond à San Nicolo, l’église d’un hameau perché sur une crête au nord des remparts de la ville, dans un croquis panoramique oû son petit clocher est aisément reconnaissable.

-D29424 (CCXCV 25) De la même façon, « San Donato » pose problème : il y a bien une église ancienne de ce nom dans la ville médiévale de Gènes, mais le croquis ne lui correspond en rien. Il représente un bourg fortifié au bord de la mer : deux traits obliques identifient les vergues caractéristiques (les « flèches ») des tartanes méditerranéennes Si on lit «  Ponente » (mais je connais mal l’écriture de William Turner, seulement à travers les noms de lieu sur ses carnets) ce pourrait être alors, avec beaucoup de réserves, Sestri Ponente, premier bourg et port à l’ouest de Gènes, qui identifierait les premiers croquis de Turner sur le chemin du retour.

La côte ligure et niçoise entre Gênes et le Var

Même si la page D29424 (CCXCV 25) ne représente pas  Sestri Ponente , elle figure parmi les signes du début du voyage de retour vers la France et l’Angleterre. Alors commence sur plus de 40 pages une suite échevelée d’esquisses souvent gribouillées, où le lecteur peine à distinguer des sites et à les identifier. Turner note très peu de noms au passage (compte-t-il sur sa carte ?). Cette « cavalcade » du voyageur et de ses dessins va durer jusqu’à Nice. A regarder les croquis qui occupent ces pages, schématiques, brouillons, jetés comme au hasard, griffonnés, on a l’impression que Turner n’a pas eu, jusqu’à Nice, de temps à lui pour dessiner, qu’il a fait cela toujours à la hâte, depuis la voiture en marche, en passant d’un relais à l’autre, d’une voiture à une autre. Ce sont plus de simples « notes graphiques » que des dessins proprement dits : des notes destinées à raviver la mémoire des lieux traversés, mais traversés dans ce cas à bride abattue, si l’on peut dire.

Ces remarques sont éclairées par ce qu’écrit John Gage dans son énorme ouvrage: « Turner » (Citadelles & Mazenod, Paris, 399 p., 2010) sur ces croquis au chapitre V (« Un touriste professionnel ») : « Dans le Devon, Cyrus Reding souligne le rôle prééminent de la mémoire dans l’usage des croquis au crayon : ils étaient une sorte de sténographie qu’il déchiffrait dans son atelier » (p.116). Ou encore lorsqu’il rappelle, dans la note 70 de la page 116 que Reding compare les notes de Turner au crayon à de l’écriture plus qu’à du dessin dans son ouvrage « Past celebrities I have known » (1866, vol.I, page 47-48, cité par John Gage, p.373). Enfin le fait que Turner redessine à la hâte des sujets et des paysages qu’il a déjà  « enregistrés » lors d’un premier voyage dans l’autre sens en 1828 confirme une autre remarque de John Gage: « Ses carnets de voyage se comptent par centaines et il est évident, d’après les titres qu’il leur a donnés, qu’il les considère comme une sorte de bibliothèque, de référence à laquelle il se rapportait fréquemment et qu’il ne cessait d’actualiser… » (p.71).

Et ces croquis sont fait ici dans des conditions de voyage certainement très rudes : la route de poste, qui suivait le tracé de la voie romaine « Aurélienne », longeait la côte essentiellement rocheuse de l’Apennin ligure, escaladant des caps, contournant des falaises rocheuses, épuisant les chevaux et les voyageurs. Il est pratiquement illusoire de chercher à reconnaître tous les sites traversés (et dessinés) « en courant » par Turner : une excursion d’étude sur le terrain, depuis Savone jusqu’à la France, ne m’a permis de reconnaître que quelques sites sur cet itinéraire. On notera toutefois que le voyageur a, dans plusieurs cas, réalisé des panoramas de la côte en exagérant l’obliquité de son point de vue afin de présenter son dessin comme d’une vue aérienne plus lisible. Ainsi aux pages D29440 ,(CCXCV 33 a), D29441(CCXCV 34)et  D29242 (CCXCV 34 a) il semble bien qu’il répète une vue de la côte vers l’est, entre Diano marina (qu’il nommerait « Andiano ») et Cervo , vers le cap delle Melle. C’est à dire qu’il se retourne sur le trajet accompli lorsque la route s’élève pour franchir le promontoire du cap Berta, et sans que celui-ci lui offre un point de vue aussi élevé que celui que le dessin traduit : aurait-il usé de cet artifice perspectif bien connu des paysagistes, utilisé dès le 17e siècle par le peintre hollandais Anton van der Wyngaerde, pour réaliser les tableaux des villes de l’empire Espagnol, que Philippe II lui avait commandés (Courtot, 2013).

Dans les Alpes maritimes niçoises, la route devient encore plus « montagneuse » : si jusqu’à Menton, la elle épouse étroitement le bord de mer et donne relativement peu de visions panoramiques à Turner, cela change avec la route de la corniche qui de Menton à Nice escalade les pentes jusqu’au col de la Turbie, puis court sous la crête en dominant la mer et redescend vers Nice par les pentes Est de la vallée du Paillon.

Le moment le plus documenté est la montée de Menton à la Turbie : la côte de la route royale est longue, pentue, les chevaux souffrent, Turner peut marcher à pied en suivant la voiture, et dessiner à son gré des perspectives plongeantes sur des à-pics de plusieurs centaines de mètres ( maximum de 500 m entre La Turbie et Monaco. La retombée finale de la chaîne des Alpes dans la Méditerranée a produit des falaises rocheuses calcaires qui tombent verticalement dans la mer et qui ont attiré l’œil et le crayon du peintre, par la force évocatrice de leur vertige : ici pas besoin d’exagérer les hauteurs des reliefs : cette retombée brutale dans le grand fossé marin y suffit amplement. Georges Clauzon, un de mes collègues géographes, spécialiste de la géomorphologie méditerranéenne, situait sur cette côte la dénivellation la plus forte en Méditerranée entre les sommets montagneux proches de la côte et les fonds marins de plus de 2000 m à quelques kilomètres de celle-ci. On retrouve cette envie Turnérienne d’appréhender le paysage d’en haut, sur de vastes horizons, par une perspective aérienne oblique.

Au cours de cette montée, Turner est le témoin lointain d’une séquence orageuse au dessus de la presqu’île de Monaco, qu’il enregistre fidèlement dans son carnet:  dès avant Roquebrune, lorsque la route est assez élevée pour lui offrir une perspective littorale lointaine vers l’ouest jusqu’à Monaco, il note dans l’angle du recto 54 : “water spout on Monaco” (relevé par Finberg, D29482). Lorsqu’il approche de la Turbie, il domine directement la presqu’île et deux croquis en perspective plongeante enregistrent à nouveau le phénomène météorologique:

– D29495 (CCXCV 60 a) : Turner dessine un gros nuage sur la presqu’île, et on peut lire de sa main au dessus: “great cloud on …. (illisible) “;`

– D29496 (CCXCV 61): peu après, une vue rapprochée permet au peintre de donner du “gros nuage” un dessin très détaillé.

Entre Vintimille et Nice, Turner n’aura donc pas eu besoin de créer des perspectives fictives pour ses panoramas : la route s’élève en corniche de Menton à la Turbie pour franchir l’escarpement des Préalpes de Nice qui tombent littéralement dans la mer. Il a donc profité de ce balcon sur la mer pour faire de nombreux panoramas côtiers, des vues plongeantes sur les caps et les baies, et c’est là que ma connaissance du terrain a porté ses fruits : les dessins de cette (future) « côte d’Azur » étaient souvent plus soignés et les identifications ont été beaucoup nombreuses, aidées par celles de Guillaud ( 1981, p.287) qui m’a précédé pour cette partie aujourd’hui française.

Annexe documentaire :

De cette partie de l’itinéraire, pour lequel le catalogue de la Tate gallery reprend celui de Finberg (dont certaines localisations sont des transcriptions des légendes de Turner), je ai indiqué ci-dessous  les nouvelles localisations que je propose, et défini dans la mesure du possible les sujets représentés. Les légendes des croquis multiples sont classés à partir du sens principal de présentation : du haut en bas de la page, puis à gauche et à droite pour ceux qui sont disposés en travers, enfin de bas en haut pour ceux qui sont inversés.

Continuer la lecture de 4. Le Carnet du voyage de Turner de Gènes à Grenoble (CCXCV) (1)

3. Géographie, histoire, cinématique : une aquarelle de William Turner à Viviers ?

Bandeau: Viviers vu du bord du Rhône (RCourtot, 04.2018)

Fig. 1 : Lake Scene, with Mountains, circa 1834 Joseph Mallord William Turner 1775-1851. Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856, Gouache and watercolour on paper,140 x 185 mm © Tate gallery London, Photo © Tate CC-BY-NC-ND 3.0 (Unported). http://www.tate.org.uk/art/work/D28996
Fig. 1 : Lake Scene, with Mountains, circa 1834 Joseph Mallord William Turner 1775-1851. Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856, Gouache and watercolour on paper,140 x 185 mm © Tate gallery London, Photo © Tate CC-BY-NC-ND 3.0 (Unported). http://www.tate.org.uk/art/work/D28996

Nouveaux titres proposés pour  ” Tate, D28996 (CCXCII 48 )”

  • “Viviers (Ardèche) et ses falaises rocheuses sur le Rhône”
    “Viviers (Ardèche, France) and the rocky cliffs besides the Rhône river”
    ou
  • “Falaises rocheuses sur le Rhône : étude à Viviers (Ardèche)”
    “Rocky cliffs besides the Rhône river: study at Viviers (Ardèche, France)”

J’avais prévu de présenter successivement les travaux de Turner sur papier associés à ses voyages : une page de carnet, des feuilles volantes, les carnets… Mais les carnets attendront un peu, car je ne résiste pas à l’envie de vous présenter une autre « feuille volante », et pour cela à bouleverser mon plan : en voici la raison. En consultant le blog « Sublime sites » de David Hill, j’ai pu lire son identification réussie d’une aquarelle qui figurait au catalogue de l’exposition de « Turner et la couleur », dirigée par Ian Warrell, à Aix-en-Provence en 2016 (Hill, 2017). Or ce catalogue, qui avait déjà été l’occasion de plusieurs nouvelles identifications parmi les superbes aquarelles de Marseille et de Gènes présentées par Ian Warrell (Courtot, 2017), contenait d’autres œuvres non localisées. J’ai donc regardé à nouveau ces inconnues, et en particulier le numéro 93, que Ian Warrell a intitulé : « Ruines au dessus de falaises escarpées avec navire à vapeur (peut-être sur la côte ligure ou sur le Rhône) » (Culturespace, Hôtel de Caumont, Aix-en-Provence) (Warrell et al., 2016). Voici donc ce que je propose pour la résolution de l’inconnue de cette équation géographico-picturale. Continuer la lecture de 3. Géographie, histoire, cinématique : une aquarelle de William Turner à Viviers ?

2. Les “feuilles volantes”

Bandeau: Carte postale ancienne de Villeneuve-lez-Avignon
(Archives départementales du Gard, Nîmes, ref : 11 Fi 3355)

Après une page de carnet de voyage (voir article n°1 : Une introduction aux carnets de voyage de William Turner), c’est un autre type d’ œuvre sur papier que je voudrais vous présenter maintenant : une feuille isolée travaillée au crayon, à la craie, à la plume, ou au pinceau, à l’encre, au lavis, à l’aquarelle ou à la gouache, selon des techniques souvent mixtes (pour reprendre une expression fréquemment utilisée maintenant en art contemporain sur les cartels de nos musées) . Le legs du peintre à la National Gallery a comporté un grand nombre de ces œuvres de petit format sur papiers souvent teintés, ou que Turner a parfois teintés lui-même. Elles ont été plus ou moins bien classées et réunies par thèmes, styles ou voyages dans des dossiers et numérotées en même temps que les carnets. Beaucoup ont accompagné les carnets de voyage dans les poches et les sacoches du peintre : Turner pliait de nombreuses fois de grandes feuilles de papier à dessin ou aquarelle jusqu’à obtenir des petits formats, voisins de 14x20cm, qu’il déchirait au fur et à mesure de ses besoins au cours du voyage (Les teintes différentes du papier et les irrégularités des bordures, plus souvent déchirées que coupées, ont pu servir à réunir des familles  d’oeuvres lors du classement du legs Turner par la National Gallery). Au gré de ses choix, il y esquissait au crayon des paysages, des sujets plus ou moins poussés en fonction du temps dont il disposait, se réservant de les reprendre au lavis, à l’aquarelle ou à la gouache le soir aux étapes (plus ou moins longues) ou à son retour en atelier à Londres. Beaucoup de ces feuilles volantes (« loose sheets », selon l’expression de Finberg) donnèrent lieu à quantité d’aquarelles qui sont aujourd’hui universellement admirées, mais beaucoup aussi n’ont jamais été reprises, et ont fini dans les dossiers intitulés « miscellaneous » dans le catalogue de la Tate, et dont je vous reparlerai plus loin.

Voyons ici des exemples de ces deux cas : une feuille volante qui a « réussi » sous la forme d’une aquarelle-gouache, et une série de dessins « stériles », c’est-à-dire qui n’ont pas abouti et sont restés au stade du croquis. On pourra  consulter avec profit, à propos de ces oeuvres qui posent souvent des problèmes de localisation et de datation, le catalogue de l’exposition de la Tate gallery (Londres, 1999), rédigé par Peter Bower (voir bibliographie en fin d’article) : en étudiant les déchirures bordières  inégales et les couleurs originales de fond des papiers de ces oeuvres, l’auteur a pu reconstituer certaines séries issues de la même grande feuille, leur donner des dates et des lieux en les associant à des voyages et à des itinéraires du peintre.

Une gouache peu connue 

Waterside Buildings, ? South of France or Italy c.1834 Joseph Mallord William Turner 1775-1851, Gouache, encre and aquarelle sur papier bistre, 143 x 193 mm. ©Tate Gallery, Londres, D 28958 TB CCXCII 11©Tate photo Legs Turner Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856, http://www.tate.org.uk/art/work/D28958
Fig 1 : Waterside Buildings, ? South of France or Italy, c.1834, Joseph Mallord William Turner 1775-1851. Gouache, encre and aquarelle sur papier bistre, 143 x 193 mm. ©Tate Gallery, Londres, D 28958 TB CCXCII 11©Tate photo Legs Turner CC-BY-NC-ND (3.0 Unported). Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856. http://www.tate.org.uk/art/work/D28958

Titre proposé pour Tate, D28958 (CCXCII 11 ): Le Rhône à Avignon : la tour Philippe-le-Bel et le fort St-André à Villeneuve-lez-Avignon. Continuer la lecture de 2. Les “feuilles volantes”

1. Une introduction aux carnets de voyage de William Turner

Bandeau: Croquis de Turner à Cannes, dessin  RCourtot d’après Turner (D29535 CCXCV-80a, voir  figure 1 ci dessous)

Pour entrer dans le monde des carnets de voyage de William Turner, le plus simple est de regarder une page d’un de ses carnets, et de l’analyser ensemble.  J’ai choisi une page du carnet CCXCV « De Gènes à Grenoble » que Turner a utilisé lors d’un voyage de retour d’Italie vers la France et l’Angleterre, à l’automne d’une année située entre 1835 et 1840 (la date exacte pose problème, et nous en discuterons plus loin). Cette œuvre est visible sur internet : http://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-on-coast-d29535, car la Tate Gallery, dépositaire du legs que le peintre Turner a fait de son œuvre, à sa mort, au « peuple britannique », l’a numérisé et mis en ligne sur son site internet.

Joseph Mallord William Turner, On Coast, c.1835–40, ©Tate Gallery, Londres, ©Tate photo Legs Turner CC-BY-NC-ND (3.0 Unported)
Joseph Mallord William Turner, On Coast, c.1835–40, ©Tate Gallery, Londres, ©Tate photo Legs Turner CC-BY-NC-ND (3.0 Unported). http://www.tate.org.uk/art/artworks/turner-on-coast-d29535

Fig.1 : L’image est accompagnée de l’indexation suivante  : Continuer la lecture de 1. Une introduction aux carnets de voyage de William Turner

Géographie des carnets et dessins des itinéraires France du sud-est et Italie, 1828 et 1838

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search